breaking news

UFR / UFDG : apaisons les tensions, ne les aggravons pas.

juin 9th, 2015 | par Leguepard.net
UFR / UFDG : apaisons les tensions, ne les aggravons pas.
Politique
1

UFR / UFDG : apaisons les tensions, ne les aggravons pas.

 

 

En Guinée comme ailleurs, la proximité d’une élection politique majeure est propice à des déclarations, tantôt mesurées, parfois excessives. C’est  un des attributs  du champ politique.  Et les discours écrits ou verbaux,  s’ils ne sont pas maîtrisés avant leur expression publique, peuvent faire de terribles dégâts, susciter des malentendus, provoquer des fractures non résorbables.  Dans ces conditions,  le heurt des ambitions politiques  légitimes est presque inévitable.  Faut-il en faire un drame, ou se livrer à des suspicions et condamnations croisées ?

Les conflits entre  alliés ou ex-alliés n’ont rien d’exceptionnel. Ils sont même  courants. Cependant, de la manière dont ils sont  résolus dépend la possibilité ou pas d’alliance future.  Dès lors, les uns et les autres, nous devons garder à l’esprit que les excès de langage,  les formules sentencieuses et  vexatoires ne sont d’aucun intérêt.  Ils flattent  peut-être  les égos  de leurs auteurs, mais demeurent totalement contreproductifs quant au but affiché.

La  récente déclaration du président de l’U.F.R. de ne pas  soutenir M. Cellou Dalein DIALLO, si ce dernier arrivait au second tour de la présidentielle prochaine, a déchaîné des passions, des commentaires et des  insinuations  pas toujours respectueux ni de  M. SIDYA TOURE, ni de son parti, et encore moins de ses militants et sympathisants. Son désir légitime d’accroître l’influence de son parti,  et d’être autonome par rapport  à l’U.F.D.G. de M. CELLOU DALEIN DIALLO et de  tout  autre parti politique existant, a été interprété  de façon discutable, même très discutable.  L’U.F.R. et SIDYA seraient ingrats, auraient  renoncé à leur ambition légitime  de se battre pour accéder   à la Magistrature Suprême de notre pays. De ce fait, nous à l’U.F.R., nous travaillerons non pas pour nous, mais pour l’élection de M. Alpha CONDE pour lequel  que nous sommes suspectés vouloir accompagner,  plus tard dans la désorganisation de notre pays qu’il a déjà entamée. Ce sont là des commentaires de de certains  « militants » et « sympathisants » de l’U.F.D.G.  J’émets d’ailleurs l’hypothèse  qu’ils ne sont pas tous forcément désireux  de voir leur parti atteindre  son objectif. Sinon, il y a d’autres manières, d’autres mots pour interpeller un parti, un leader dont on souhaite être l’allié. Mais, on ne peut mettre sur le compte  du bureau exécutif national, les débordements regrettables  des militants et sympathisants.  Cela peut arriver à tous les partis et dans tous les partis politiques. Il n’y a pas à les en rendre responsables.

 

Toutefois, les militants et les  Responsables exécutifs Nationaux ne sont pas à mettre sur un même plan. Les premiers n’engagent qu’eux-mêmes, tandis que  les seconds  parlent au nom du Parti.  Et c’est là où les déclarations du porte-parole Officiel  de l’U.F.D.G. de M. Cellou Dalein DIALLO, un certain Sékou Chérif  FADIGA, sont surprenantes,  injurieuses  par moment, et comminatoire sur l’ensemble.  Est-ce « perdre la raison » que de ne pas vouloir reconduire à l’identique, une alliance  qui n’a pas marché par le passé ?  On dit même dans certain milieu de l’U.F.D.G.,  que  M. Cellou Dalein DIALLO  aurait été élu Président de la République, s’il n’avait pas été soutenu par l’U.F.R. et SIDYA. Il serait utile que le porte-parole Officiel  de l’U.F.D.G de M. DALEIN nous indiquât  ce « droit chemin » pour nous éclairer.  Que l’U.F.R et SIDYA veuillent mener leur propre combat politique,  qu’ils estiment implicitement qu’il n’est pas impossible qu’eux aussi  arrivent au second tour  d’une élection  présidentielle honnête, transparente, libre et équitable, appelle-t-il obligatoirement un procès  en « irresponsabilité » comme l’insinue  le porte-parole Officiel de l’U.F.D.G. ? Puisqu’il tient pour « un égarement, un mouvement d’humeur » la décision réfléchie  de l’U.F.R. de ne pas soutenir M. CELLOU DALEIN DIALLO, s’il était au second tour.  L’U.F.R. doit-elle  accepter  un statut de supplétif  auquel certains, à  l’U.F.D.G. semblent  vouloir l’assigner ?

Il y a plus grave. Le porte-parole de M. CELLOU DALEIN DIALLO prétend que l’U.F.R. dit en privée qu’un « Peul ne sera jamais élu en Guinée ». Il s’agit d’une grave diffamation qui mériterait une poursuite judiciaire.  Mais ce serait une erreur de le faire. Je le déconseille à mes amis.  Car  ce porte-parole est un tout récent  converti.  Comme tout nouveau converti, il est obligé  de faire des excès que son nouveau parti ne lui demande d’ailleurs pas. Il  y  est contraint par la nécessité  de prouver sa loyauté  à son troisième ou quatrième parti politique. Il faut qu’il prouve  qu’il est aussi ou plus déterminé  que les adhérents de longue date de l’U.F.D.G.

J’ai des raisons de penser que l’U.F.D.G. dans son immense majorité n’approuve ni le ton, ni les mots, ni le fond des déclarations  du porte-parole de M. DALEIN. Il est encore temps que M. CELLOU DALEIN  prenne ses distances avec  son porte-parole. Sinon, d’autres « catastrophes » nuisibles à l’ensemble de l’U.F.D.G. ne sont pas à exclure.

 

L’U.F.R. et l’U.F.D.G. partagent beaucoup de valeurs communes. En politique, il n’y a pas d’alliance Définitive et Perpétuelle. Prendre son autonomie, ce n’est pas être hostile à son allié d’hier, ni en devenir le bouc émissaire d’aujourd’hui, ou de demain.  Dans sa candeur de néophyte, Mamadou SYLLA de FUTURELEC vient de révéler qu’en 2010, MM. CELLOU DALEIN DIALLO, Alpha CONDE et lui-même, s’étaient discrètement ligués contre SIDYA et l’U.F.R pour leur  barrer la route du second tour, objectif d’ailleurs atteint à l’époque.  Il ne le dit pas ouvertement, mais en creux, on comprend bien  que leur alliance était une alliance anti-SIDYA.  M. Mamadou SYLLA  a mis ses alliés d’alors au défi de le contredire sur ce point. A ce jour, aucun des protagonistes de cette bizarre  alliance ne s’est manifesté. En tant que membre du Bureau Exécutif National de l’U.F.R., j’ai été interpellé par de nombreux militants et sympathisants  stupéfaits d’Europe, D’Amérique et d’Afrique  à ce sujet. Je leur  ai  demandé de ne ni en parler, ni parler de trahison  de celui-ci ou celui-là, et que cela aussi  fait partie des aléas de la politique. Je pense avoir été entendu. Depuis la sortie du patron de FUTURELEC, un tombereau  de commentaires peu agréables est  déversé  sur l’U.F.R. et son président. Il n’est pas certain  que cette façon de faire, si elle devait perdurer, rende possible une alliance.

BAH Oury avec  son tempérament à lui, est aussi dans  un apaisement d’abord, ensuite dans  un éclaircissement généralisé. C’est la voie à mon avis la mieux indiquée. L’U.F.D.G. et l’U.F.R. auront besoin l’un de l’autre. Ce serait dommage d’insulter l’avenir.

 

 

Mamadou Billo SY SAVANE, Membre du Bureau Exécutif National de l’U.F.R., chargé des Relations Extérieures

One Comment

  1. DIALLO THIERNO SOULEYMANE says:

    Très bonne analyse M. SY SAVANE et je partage votre point de vue.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *