breaking news

Alliance UFDG – FPDD – Communiqué de Pottal-Fii-Bhantal Fouta-Djallon

juin 29th, 2015 | par Leguepard.net
Alliance UFDG – FPDD – Communiqué de Pottal-Fii-Bhantal Fouta-Djallon
Politique
1

 

Depuis sa création, Pottal-Fii-Bhantal Fouta-Djallon n’a eu de cesse – à travers le programme JUSTICE IN GUINEA – de lutter pour que les auteurs présumés de crimes politiques soient traduits en justice et que les victimes soient rétablies dans leurs droits. À maintes reprises, notre organisation a interpellé des organisations des droits de l’homme, les institutions multilatérales de développement et des leaders du monde industrialisé pour qu’ils fassent pression sur le gouvernement guinéen afin d’accélérer la procédure judiciaire sur les crimes contre l’humanité du 28 Septembre 2009, commis sous la direction de Mr. Dadis Camara. 

Suite à l’annonce de l’alliance entre le FPDD et l’UFDG, la commission centrale de Pottal-Fii-Bhantal a tenu une réunion extraordinaire pour en examiner les implications. Notre organisation regrette cette alliance qui est une atteinte  à la mémoire des victimes des massacres de 2009 dont la plupart sont des militants de l’UFDG. Cette alliance enhardit les criminels et  ruine les chances d’éradiquer l’impunité et d’instaurer la bonne gouvernance dans notre pays.

Les circonstances qui entourent la candidature de Mr. Dadis Camara et le récent accord politique révèlent les dangers que l’impunité – érigée en méthode de gouvernement – fait courir à notre pays. Des efforts concertés sont menés au sein de l’administration pour encourager cette impunité dans le but de noyauter le processus électoral.  

Mr. Dadis Camara et ses acolytes se sont livrés en 2008 à l’usurpation du pouvoir par la force et la violation du processus constitutionnel. De lourdes peines de prison devraient les sanctionner. Pendant son court règne à la tête de la junte militaire, Mr. Dadis Camara et ses sbires se sont rendus coupables de crimes odieux contre des citoyens innocents avec des vols de biens, des extorsions financières, des tueries de policiers pour subtiliser de la drogue saisie, des démolitions de demeures etc. La responsabilité de Mr. Dadis Camara  sur les massacres de 2009 reste entière. Toutes les enquêtes indépendantes l’accusent d’avoir commandité ces crimes imprescriptibles contre l’humanité. Au terme des enquêtes de l’ONU, la junte militaire dirigée par Mr. Dadis Camara mit en place une commission d’enquêtes qui, dans une flagrante moquerie à toute notion de justice, désigna comme seul responsable connu des massacres, Mr. Toumba Diakité. 

Les  présomptions et les preuves de violations des droits de l’homme et des citoyens guinéens existant  à l’encontre de Mr. Dadis Camara sont accablantes.  Mais le ministère de l’administration du territoire en charge de réguler la création des partis  n’a trouvé aucune objection au fait que  de Mr. Dadis Camara  puisse se lancer dans activités politiques en Guinée.

Le principe de présomption d’innocence qui est inscrit au cœur du droit n’est pas fait pour protéger de criminels avérés. Il est fait pour protéger les innocents et prévenir les abus du gouvernement. Toutefois, ce principe  a été perverti en outil de  noyautage de la justice. Son application sélective est basée sur des visées politiques. En témoignent les nombreux prisonniers politiques qui croupissent dans les prisons guinéennes, dans l’indifférence générale. Poussé à son extrême, le noyautage de la justice a permis à  des officiers complices de Mr. Dadis Camara, accusés comme lui de crimes contre l’humanité, de figurer dans le gouvernement de la république, en dépit des protestations répétées des organisations  internationales, de victimes et de la société civile guinéenne.

Aux dénis de justice  dans notre pays, s’ajoutent des répressions sanglantes. Les assassinats de manifestants exerçant leurs droits civiques se comptent par des dizaines. Des citoyens paisibles ont été massacrés à Womey et à Zogota. Des enfants innocents furent kidnappés et certains moururent de tortures. L’exclusion ethnique a exacerbé les tensions entre citoyens à un niveau dangereux.  Les manipulations du dispositif électoral, l’insécurité civile et l’arrogance des dirigeants ont dissout la  notion de citoyenneté. Les guinéens sont devenues des proies faciles des rancœurs ethniques que notre culture commune ne peut ni  justifier, ni expliquer.

 A la grande désolation des observateurs la Guinée présente aujourd’hui un tableau alarmant : d’une administration gangrenée par des criminels et d’une opposition prête à toutes les compromissions pour accéder au pouvoir. Cette situation est imputable à la culture délibérée d’impunité.  La justice et l’éradication de l’impunité restent donc les seuls moyens pour enrayer les risques de chaos  qui en résultent. L’escalade ruineuse de  compétitions  politiques  grossièrement et exclusivement fondées sur le  facteur  ethnique n’est pas une fatalité  que les guinéens doivent subir. Les alliances régionales, politiques et d’intérêts sont inévitables et à encourager dans la compétition politique. Mais ils doivent se faire dans le respect des normes de justice. Toute violation de ces normes –  au nom de préférence ethniques ou politiques –  n’est qu’un arrangement indécent que l’histoire reconnaitra comme tel.

L’impunité est une atteinte aux droits de tous les guinéens, toutes ethnies et toutes opinions politiques confondues. Pottal-Fii-Bhantal s’est toujours employé à éradiquer cette gangrène.  En ces temps de compétition électorale, notre organisation en appelle impérativement aux citoyens guinéens pour accentuer la  pression sur les leaders politiques, religieux et de la société civile pour le  combat sur le front de la lutte contre l’impunité.

Nous demandons encore une fois, à la CPI de prendre en charge les enquêtes sur les  crimes de 2009. Nous invitons  les instances internationales de bonne gouvernance ainsi que les gouvernements démocratiques à faire pression sur les autorités guinéennes  afin de mettre un terme aux  dénis répétés de justice  en Guinée. A défaut, les  élections ne seront jamais transparentes dans le pays et il sera impossible de garantir l’acceptation de leurs résultats aux populations.

Du fait des élections prochaines dans un contexte d’épidémie d’Ébola, l’opinion mondiale porte son attention sur notre pays. Aux citoyens guinéens – aux  cadres, dirigeants politiques, leaders sociaux et militants de la société civile en particulier– il incombe de comprendre que la bonne volonté de la communauté internationale ne pourra pas sauver la  Guinée  du chaos. Il est de leur devoir de  prendre  à bras le corps  la lutte contre l’impunité qui est la condition première de l’érection d’un état de droit. Pottal-Fii-Bhantal Fouta-Djallon réitère son appel à tous les citoyens à se joindre – sous des formes qu’ils sont libres de définir –  au programme JUSTICE IN GUINEA pour mener ce combat.

Encore une fois nous assurons toutes les victimes de notre soutien sans faille. Nos prières vont pour le repos des âmes de tous les citoyens morts de la répression dans notre pays.

 

La commission Centrale de Pottal-Fii-Bhantal Fouta-Djallon


Ampliations:

  • ICC
  • Ministre de la justice de la Guinée
  • Ministre des droits de l’homme de la Guinée
  • FIDH
  • OGDH
  • Associations Guinéenne des victimes : AVIPA, AFADIS, AGORA, Camp Boiro
  • Human Right Watch
  • Human Right First
  • GLOBAL JUSTICE STATE DEPARTMENT  
  •  

One Comment

  1. kourouma says:

    Ou on est patriote ou on est traitre !!!
    Le temps est venu pour les citoyens Guinéens de redoubler de vigilance et de se mobiliser afin de contrecarrer, avec la force de la loi , toute atteinte à la souveraineté de notre patrie et d’exiger avec la conviction et toute la fermeté requise le retour du président Dadis Camara , sur la terre qui l’a vu naître !!! Cher citoyens, nous devons affirmer que la stabilité et l’ordre public qui est le page effectif de l’exercice de notre libertés à choisir en conscience notre devenir , passe par le retour au bercail de l’homme qui a libéré notre nation de l’appétit croissante des narco- trafiquants américano du sud – concitoyens de tout bord politique, ou vous êtes Guinéen ou vous ne l’êtes pas ! En toute responsabilité, nous nous devons d’affirmer qu’il n’y a plus de place pour l’ambiguïté et la duplicité . Fini le temps du double jeu et de la dérobade. L’heure est à la clarté et au devoir citoyen ! Ou on est Guinéen, ou on est apatride, Il n’y a pas de juste milieu entre le patriotisme et la trahison. On ne peu jouir des droits de la citoyenneté, en n’acceptant pas la citoyenneté pleine et entière de l’un de nos frère et compatriote .
    Cher patriote de Guinée, uni autour du retour du président Dadis – nous saurons plus que quiconque que la vérité autours des événements du 28 septembre, est une cause cruciale pour les victimes de cette insoutenable tragédie, que leurs âmes reposent en paix . En faisant de cette question la clef de voûte de notre stratégie démocratique ,non belliqueuse, nous ne feront que confirmer que nous sommes bien les véritables protagonistes de la fraternité et l’unicité qui est notre ! La Guinée est une et indivisible !!!!!! Ce faisant cher compatriote, n’hypothéquons pas de surcroît l’avenir des relations inter- guinéenne. Au contraire appelons au sursaut républicain, à la complémentarité pour relever les défis majeurs qui nous attendent en matière de démocratie, de sécurité et de développement économique.
    Cher frères et sœurs, ceux qui s’obstinent, par la perforer la supercherie, à faire du retour du président Dadis un fonds de commerce , usant d’un mercantile de bas étage pour en tirer des dividendes – a l’intérieur comme à l’extérieur – en s’attaquant aux l’unicité de la nation ou en exploitant la situation inhumaine qu’endurent nos frères, nos sœurs victime du terrible massacre du 28 septembre, seront responsable du non avenir de notre nation .
    A nos frères victimes, par la perfidie de certain , à faire de votre sacrifice un fond de commerce – je vous adressent le message suivant : cette situation douloureuse s’il en est, place les guinéens et les organismes internationaux, surtout la justice guinéenne, devant leurs responsabilités pour que vous soit assuré le respect de votre dignité , et le droit naturel , celui d’une justice souveraine et apaisé !!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *