breaking news

Une Nouvelle Voie (Juin 2015) : le PPAC envahit la Guinée profonde – pour acheter sa réélection

juillet 1st, 2015 | par Leguepard.net
Une Nouvelle Voie (Juin 2015) : le PPAC envahit la Guinée profonde – pour acheter sa réélection
Non classé
0

 

Une Nouvelle Voie (Juin 2015) : le PPAC envahit la Guinée profonde – pour acheter sa réélection

Bienvenue à mon bilan du 6e mois de l’An 05 de la Condécratie, un modèle de démocratie stalinienne avec très peu de travail, justice et solidarité ; un subtil mélange de communisme à la FEANF et d’affairisme sans scrupules. Je continue donc mon exploration mensuelle des méandres des décisions importantes pour la Nation prises par nos nouveaux chefs en proposant des pistes de réflexions et d’actions qui pourraient être envisagées pour que le « vrai changement » soit effectif.

  1. Echantillon de paroles et pensées présidentielles du mois : «Je ne suis pas content des autorités de Faranah, car j’ai financé la construction du grand marché qui est fini jusque là, pas inauguré et dans les jours qui suivent le marché sera ouvert et remis aux femmes…Bientôt, les usines de Gari de Faranah et de Sucre de Banian vont démarrer très prochainement pour créer de l’emploi aux jeunes…(au sujet des querelles politiques dans son parti) Je ne veux plus entendre les événements pareils car ils donnent une mauvaise connotation à notre parti (le 06, en campagne dans la ville de Faranah) ; « Promis pour l’emploi des jeunes, des tablettes pour les étudiants, des infrastructures sanitaires pour davantage soulager les femmes, des micros-finances où seront affectés plusieurs milliards de francs guinéens, notamment un milliard pour Mamou, un autre milliard pour chacune des autres préfectures (Pita, Dalaba, Labé, Faranah, Kankan) ainsi que la construction de 4000 km de fibre optique à l’intérieur du pays pour faciliter l’accès à internet dans des villages après le renouvellement de mon mandat…(concernant la coupe illégale de bois de chauffe) nous ferons des sanctions contre tous ceux qui feront des coupures…(concernant les choeurs démagos « Alpha Ka fô ! A ka kè ! (Alpha a dit ! Il l’a fait !) Ce n’est pas tout à fait vrai, nous savons que nous n’avons pas pu faire ce qu’on doit faire pour la jeunesse parce qu’il ya trop de jeunes diplômés sans emploi. Mais nous allons nous atteler à deux choses : l’autonomisation de la femme et l’emploi jeune. Les femmes analphabètes qui disent « RPCé » au lieu de dire « RPG » doivent être autonomes économiquement… (concernant les deux terrains offerts pour sa résidence locale) Je remercie Mamou pour m’avoir offert deux terrains. Mais, j’ai dit à El hadj Biro (ex-Président de l’Assemblée nationale) j’espère que ce ne sont pas des terrains de l’État qu’ils ont volés pour m’offrir » (le 14, dans la ville de Mamou) ; « L’idée que j’ai appréciée du Président Théodoro, c’est le panafricanisme. Nous avons appartenu ensemble à la FEANF (Fédération d’étudiants d’Afrique noire francophone), j’ai découvert en lui un très  grand panafricain (le 18, en recevant son jumeau de Guinée Equatoriale) ; « J’espère que vous vous êtes penché sur tous les problèmes auxquels vous allez être confrontés notamment le non-paiement des factures. Ce sont les cadres de l’EDG qui vont dire aux gens de payer les factures à leurs comptes (personnels). Ils feront tout pour vous faire échouer, vous devez vous apprêter à affronter et à combattre des histoires de factures fantaisistes, de pannes artificielles, de vol d’équipements…etc. Je vous avertis, vous avez besoin du soutien de la Présidence. Vous pouvez nous contacter pour qu’on vous aide à chaque fois que vous avez un problème. Je souhaite vraiment qu’on ne recommence pas l’expérience de la RATP (française). Vous pouvez même vous renseigner auprès des gens de la RATP, monsieur l’Ambassadeur est là. Il est lui aussi un peu responsable parce qu’il en savait mais il ne m’a pas alerté… Même si les villageois ne peuvent pas renverser le gouvernement mais ils ont les mêmes droits que les citadins. Il ne s’agit donc pas d’assurer le courant à Conakry, il s’agit de l’assurer sur l’ensemble du territoire guinéen. » (le 19, en s’adressant aux cadres de Veolia venus apporter la lumière à l’ODG, Obscurité De Guinée).

Pour : merci pour les baffes distribuées à tous ces laquais obséquieux qui voulaient vous féliciter même pour ce que vous n’avez pas réalisé en 5 années au pouvoir et vous offrir par la même occasion deux terrains effectivement retirés à des guinéens-d’en bas. Si vous ne l’aviez pas fait à Mamou, dans les villes suivantes ils auraient finis par vous féliciter d’avoir envoyé le 1e guinéen sur la lune du launching-pad du palais Satantoureya (merci pour cette amélioration de mon précédent surnom, Bappa Kylé).

Contre : sacrés deals pour de nombreux cousins ce mois-ci : pour Mamou et le Fouta ce sera un stade de football, un lycée et une école primaire en échange de 2 complets en tissu traditionnel Léppi, les clés d’une ville sans portes, les banderoles urbaines « Mamou est pour vous et le Fouta dit merci au Président de la République Prof. Alpha Condé » et pire pour moi deux grandes parcelles de terrain pour construire sa maison de retraite. Et voilà qu’il va en plus venir pourrir la mienne dans ma petite préfecture d’origine. Plus j’observe, plus je suis convaincu qu’une grande partie de guinéens vont se joindre à lui pour assurer sa réélection dès le 1e tour de l’élection car il y a une masse croissante de courtisans qui se sont résignés à se contenter de petits cadeaux pour pouvoir survivre une semaine car ils craignent surtout un véritable changement dans le pays avec les risques et incertitudes dans leur petit train-train journalier qui vont l’accompagner. Wow, le PPAC et Theodoro Obiang Nguema étaient potes à la FEANF alors que ce dernier n’a même pas fait d’études universitaires ? Il fallait vraiment oser le dire !

 

  1. Les décisions et actions « positives » du mois : le 05 débute un nouveau round de palabres entre les grands opposants-ennemis et trois haut-parleurs du PPAC. Comme lors de toutes les précédentes ils nous ont offert tout le reste du mois des réunions, des arrêts de dialogue ainsi que de nombreuses déclarations vides et inutiles devant les journaleux à sensation locaux. Les habituelles « je vais rendre compte à l’autorité supérieure » étaient également au rendez-vous ; le 10, nous apprenons par les ONG des DDH qu’un officier supérieur du Bataillon Autonome de la Sécurité Présidentielle (BASP) présumé responsable d’actes de torture commis sur les manifestants arbitrairement détenus au camp Koundara dans la semaine qui a suivi le massacre au stade du 28 septembre a été arrêté, inculpé et placé sous mandat de dépôt par les juges d’instruction en charge de l’affaire. Egalement le Général d’opérette Mamadouba Toto Camara, No 2 de la junte militaire CNDD a été aussi inculpé ; le10, l’ex-putschiste Dadis Camara Dadis alias capitaine Bobo Babingui-Coq, le crocodile du Botswanga annonce qu’il sera de retour au pays entre le 20 et le 25 juin. Une bonne nouvelle pour accélérer enfin la vraie procédure judiciaire contre de ce présumé principal organisateur de crimes contre l’humanité le 28 septembre 2009. Dans les jours qui suivent on nous informe de l’inculpation de 13 autres responsables de ces crimes, des militaires et des civils. Des rumeurs circulent sur les noms mais aucune confirmation officielle à ce jour donc il est dangereux de spéculer sur des accusations aussi graves qui terniraient à jamais la réputation d’innocents éventuels ; le 30, en réponse au branle-bas en cours la procureure de la CPI annonce sa visite à Conakry à partir du 02 juillet. Une petite invite personnelle et en coulisse du PPAC pour foutre la trouille au petit dadais ?

 Pour : pour la suite des inculpations des responsables et acteurs directs des massacres du 28 septembre 2009, c’est la première fois que les juges reconnaissent publiquement les viols et massacres qui ont eu lieu dans des camps militaires et commissariats de Conakry au cours de la semaine qui a suivi les violences du stade, des prisons tristement célèbres et bien connus de tous au pays (camp Alpha Yaya Diallo, camp Koundara, caserne PM3 de la gendarmerie et Caserne Cameroun de la police CMIS). Les hommes, femmes et enfants qui y ont été séquestrés pendant des jours, mois et années, soumis à des exécutions sommaires, tortures morales, bastonnades et autres violences y compris sexuelles sont des preuves irréfutables que la 1e république dictatoriale de Satan Touré vit et gère toujours ce pays depuis près de 60 ans. Ainsi ce procès en préparation va enfin révéler sur le plan international ce que beaucoup ignoraient des nombreux autres « camp Boiro » de la Guinée-Conakry. J’ai toujours écrit et dit qu’en exigeant le jugement des responsables des crimes du CNDD nous obtiendrons en même temps et en partie ceux du PDG et du PUP, leurs grand-père et père directs en crimes. En inculpant également l’adjoint direct du capitaine Dadis Camara, Toto le bien-nommé, ils reconnaissent en même temps l’implication directe de l’état-major de cette bande de trouffions.

 Maintenant welcome back capitaine Moise Dadis, je suis impatient de savoir comment vous allez vous débrouiller avec cette patate brulante au fond de la gorge. Je soupçonne fortement le PPAC d’avoir une fois de plus accéléré la procédure pour décourager le trépané de revenir au pays. Quand deux fauves se donnent des coups sur le crane les biches rigolent et broutent en paix.

 Contre : nos opposants sont vraiment des couillons politiques : ils s’engagent les yeux fermés dans un dialogue politique compliqué avec la mouvance présidentielle et ils acceptent pour cela un Président-médiateur sensé assurer la neutralité des échanges mais qui est nommé par un décret du Boss et le reconnait en annonçant lors d’un blocage de la 1e semaine « Tant pis pour les apprentis sorciers » . Les résultats de ce dialogue de sourds seront extraordinaires – pour la mouvance présidentielle. Pour le retour de Dadis je suis triste quand j’entends les délires de ce militaire arrivé au pouvoir suite à un coup d’Etat et de ses fanatiques qui pensent vraiment qu’il mérite le titre et les avantages d’ancien Président de la République ! Ceux-là ne peuvent vraiment plus se plaindre alors d’avoir un PPAC comme Président à vie. Néanmoins au rythme où vont les mises en inculpation dans ce dossier c’est quand ma petite-fille sera Présidente de la République que nous verront le démarrage du véritable procès. C’est pour ces raisons que je supporte totalement le jugement de nos dictateurs sanguinaires par la CPI en Hollande. Nos apprentis-dictateurs au pouvoir ne supporteront pas la réalisation correcte et entière de telles procédures judiciaires dans leurs pays car ils savent qu’ils ont beaucoup de chances de les subir aussi au cours ou à la fin de leurs mandats. Leurs fanas nous rabâcheront les oreilles avec leurs « nationalisme étriqué de bonne opportunité et atteinte à nos souveraineté de dignité nationales ». Donc juger et condamner des individus comme Dadis et sa bande en Europe est une obligation car il sera pratiquement impossible de le faire avec leurs complices et admirateurs locaux – nous venons d’avoir la preuve que même certaines victimes en plein syndrome de Stockholm les défendront. Mais plus important que toutes les autres raisons pour moi, les juger et condamner sévèrement n’équivaut absolument pas à juger la Guinée et les Guinéens mais plutôt à les réhabiliter sur le plan de l’éthique nationale et internationale.

————————————————

  1. Les décisions et actions « négatives » du mois : le 01, la Haute Autorité de la Communication (HAC), l’organe de régulation des médias en Guinée décide d’interdire officiellement aux journalistes guinéens de s’exprimer pendant toute la période électorale (du 01 juin au 11 octobre). Les termes utilisés valent leur pesant d’or : « s’abstenir de l’usage des genres d’opinions tels l’éditorial, le commentaire, la chronique, le billet ; s’interdire la diffusion d’informations, de chansons, jeux, spots, communiqués, proverbes, caricatures et récits satiriques qui sont de nature à inciter à la haine religieuse, tribale ou raciale ou à mettre en péril la cohésion nationale et l’ordre public ; s’interdire en ce qui concerne la revue de presse en quelque langue que ce soit : de prendre en compte les organes de presse écrite n’ayant pas une existence légale , de reprendre les informations dont la véracité n’est pas établie par l’organe qui relaie , de commenter et de porter quelque jugement de valeur sur les informations relayées et dont les preuves ne sont pas établies. En tout état de cause, toute revue de presse doit éviter les commentaires dans son contenu et ne doit excéder dix minutes jusqu’à la fin du processus électoral. ». Probablement les conséquences directes d’un voyage d’études suivi d’une formation journalistique accélérée en Corée du Nord. Face au tollés national et surtout international une 2e version plus soft est publiée le lendemain atténuant les menaces en « Faire preuve de professionnalisme et de responsabilité dans l’usage des genres d’opinions tels : l’éditorial, le commentaire, la chronique, le billet » mais le fond de la pensée staliniste du PPAC est toujours bien présente dans le texte. Nous étions à la 102e place sur 180 dans l’édition 2015 du classement de la liberté de la presse de RSF (Reporters Sans Frontières) mais il y a des beaucoup de chances que pour 2016 nous squattions une nouvelle fois l’une des 10 premières places – par la queue ; le 02, le coordinateur des Nations Unies pour la lutte contre Ebola (David Nabarro) a prédit que l’épidémie prendra fin dans quelques semaines mais que la situation en Condécratie est « très troublante et incertaine » ; surement un autre fan discret du PPAC et de Dr Sakoba Keita ; le 02, l’Assemblée nationale guinéenne a adopté une proposition de loi qui punit les infractions (injures et attaques) contre les Présidents guinéens mais surtout le PPAC. Le champ d’application de cette loi couvre en outre le chef du gouvernement, ministres de gouvernements étrangers, ambassadeurs et autres agents diplomatiques accrédités près le gouvernement guinéen. Une nouvelle preuve que nos auto-honorés dépités travaillent avec acharnement pour l’amélioration de la démon-cratie chez nous ; le 02, l’Assemblée Nationale a aussi adopté un Projet de loi portant maintien de l’ordre Public où il est écrit (résumé succinct) dans l’article 45 « les forces de maintien de l’ordre peuvent utiliser les moyens pacifiques, ensuite la force, après elles sont autorisées à faire usage des armes à feu pour assurer le maintien de l’ordre ». Rien de mieux qu’une petite loi pour canarder des ados qui lancent des cailloux dans les rues du pays. Allez-y les donzos, tirez à volonté, la loi vous protège maintenant. La simple utilisation des termes « utilisation d’armes la feu et l’autorité est habilitée à faire les sommations avant de disperser un attroupement par les armes, annonce sa présence par une sonnerie de clairon ou par un haut-parleur si possible – en cas de nécessité » est une insulte à la théorie et aux pratiques normales des DDH. Les autorités guinéennes vont donc officiellement acheter des armes avec nos impôts et taxes et ensuite former des miliciens pour nous tirer dessus « en cas de nécessité » si nous ne sommes pas d’accord avec leur mal-gouvernance à ciel ouvert ? Quelle honte pour nos dirigeants face autres pays du continent mis à part les Somalie, Djibouti, les deux Soudans, l’Egypte, la RCA, le Gabon, le Burundi, le Rwanda, le Zimbabwe et les 2 Congo, bref les dernières dictatures sanglantes ; les 06 et 07, nouveau carnaval électoral dans les préfectures de Faranah, Dinguiraye et Dabola en Haute Guinée. Le préfet de Faranah l’a reçu avec en introduction de son discours « la population de Sankaran par ma voix vous réaffirme son soutien inconditionnel pour votre réélection dès le 1er tour ». Ensuite il a promis d’être transparent comme de l’encre lors du processus électoral ; le 11, le PPAC fait annoncer par son ministre de l’injustice qu’il a écrit au Président de la CENI pour « solliciter auprès de lui l’arrêt momentané des activités de la CENI concernant exclusivement les élections communales (donc elles simplement repoussées à plus tard en 2016) pendant la durée de l’actuel dialogue politique qui ne doit pas dépasser 7 jours. ». Bref pour mes oreilles bien propres c’est un NON aux exigences des opposants car ils ont obtenu la suspension d’un processus que la CENI affirmait déjà ne pas mettre en oeuvre pour le moment – les marchandages de vendeurs de tapis turcs continuent ; le 12, lors du sermon traditionnel du vendredi à la mosquée du quartier Boulbinet à Conakry le 1e imam a remercié le président Alpha Condé d’avoir fait rénover son domicile personnel et lui a demandé la permission d’y habiter. Allah Akoubar, voila maintenant les sermon-Sanseman ; le 13, la Présidente de MSF-France a assené un coup de massue concernant Ebola en Guinée « On fait encore les mêmes erreurs que dans le passé notamment par rapport à arriver dans des communautés avec nos kits de protection personnelle, des ambulances et toujours des communautés qui ne sont pas informées sur ce qu’est Ebola. On sait aujourd’hui que l’engagement de la communauté dans la réponse est essentiel mais on sait aussi qu’un leadership au niveau gouvernemental et local est absolument essentiel ». Elle a rajouté en anglais « certain political interests are prioritized over the response to the epidemic, this does not work ». Je vous laisse traduire et méditer sur cette définition diplomatique de l’Ebola-Bizness. Après cette évaluation externe de sa gestion de l’épidémie pas étonnant que le Boss ait refusé de se rendre au sommet des chefs d’Etats de l’Union Africaine en Afrique du Sud. Malgré son amour démesuré pour les voyages en jets privés et les palaces 5 étoiles pour la 1e fois il a eu honte de se montrer après ses exigences internationales répétées tous les jours pour un « plan Marshall » destiné à nous sauver de nous-mêmes. J’ai l’impression qu’il a de plus en plus peur des volées de bois vert qu’il reçoit partout où il va pour son action pro-Ebola ; le 14, le PPAC se rend pour une semaine entière dans la région de Mamou avec un hélicoptère de 4 places – merci pour cette minimisation des pertes en cas de crash – pour inaugurer des chantiers en majorité inachevés dans le cadre de sa campagne-avant la campagne ; le 18, un modèle de démocratie et des DDH en Afrique visite le PPAC : Theodoro Obiang Nguema, l’un des trois dictateurs de Guinée (cette fois Equatoriale). Parmi les avancées majeures au cours de ce séjour du donner et du recevoir : un accord bilatéral sur le tir à balles réelles sur  leurs opposants, un plan d’extension de l’impunité en Afrique et des partages d’informations sur les derniers paradis fiscaux ; le 19, le PPAC signe un contrat de gestion de EDG avec la société française VEOLIA, celle qui avait été virée il y a moins de deux ans du Gabon pour insuffisance de résultats dans leur contrat avec ce pays-frère. Il en a profité pour rappeler que comme nous sommes tous des incapables il a été « à l’Occident » pour chercher des toubabs pour récupérer de force nos dernières économies familiales dans sa caisse unique et virer le tout ensuite dans sa banque au Qatar. Le pire c’est qu’il a raison sur notre incompétence abyssale à la gestion financière saine mais quand c’est un néo-colon toubab qui le dit on hurle de rage mais quand c’est le Boss nous rigolons à gorge déployée comme lui pour faire plaisir et applaudissons ensuite bêtement ; le 19, de belles fausses coupures des nouveaux billets de 20,000 GNF sont retrouvées sur un marché de Conakry. Et dire que le 11 de ce même mois, en les lançant le gouverneur ex-voleur de la Banque centrale nous avait juré sur la RT-PPAC que c’était avant tout les billets les plus sécuritaires de la planète ! Il a oublié de rajouter « sauf pour moi et ma bande ». J’espère que la part du PPAC avait été bien sécurisée en devise à Dubaï via Freetown sinon ca va un peu chauffer avec Papa caisse-inique ; le 24, Caporal Dadis-Bobo nous dit maintenant qu’il ne revient plus triomphalement au pays pour cause de Ramadan (carême musulman). Eh Allah, qu’est-ce qu’il ne faut pas gober comme conneries dans mon pays. Je pense surtout qu’il a réfléchi une 2e fois quand Toumba Diakité, son trépaneur a annoncé sur RFI : « Si Dadis rentre aujourd’hui en Guinée, je vous jure, le lendemain nous tous qui sommes au dehors nous allons rentrer. Et à ce moment-là chacun assumera ses propres responsabilités ».

 Pour : comme chaque mois : R.A.S. (Rien A Signaler)…

 Contre : la décision d’essayer de fermer la bouche aux journalistes en passant par un décret de la HAC (Haute Autorité des Condé) est un nouveau pas dans le sens de l’évolution sénile de notre PPAC : il veut vivre comme Onassis mais diriger comme Kim Il Sung, ses deux idoles. Il faut vraiment avoir du courage pour faire publier une telle décision dans un monde de la presse où des millions de tweets mondiaux lui ont immédiatement fait gagner de nombreux points dans le classement des derniers dictateurs du XXe siècle. Et la pauvre Martine Condé, la patronne de la boite qui a du accepter de signer une telle bêtise est désormais assurée de partir à la retraite le même jour que son beau-frère. Pour la nouvelle « loi Feu à volonté » permettant désormais de tirer sur des civils avec peu de risques de sanctions une réplique intelligente est venue d’un député de l’opposition : « puisque les tirs contre des manifestants sont autorisés par une loi de la République la réplique est en train d’être préparée, une loi pour autoriser aux forces de l’ordre de faire un coup d’Etat quand le Président ne respecte pas la loi ». Quant aux nouvelles ballades d’Etat dans les préfectures du pays profond le Boss se rend même dans plusieures sous-préfectures rurales, il distribue partout sur son passage des paquets de liasses du nouveaux billets de 20,000 GNF (vrais ou faux ?) et s’en vante devant les cameras de la télé-bidon ; bref, il passe toujours d’un excès à l’autre notre pauvre PPAC. Pour le retour programmé de Capi Dadis dans la danse présidentielle guinéenne le meilleur résumé de ce nouveau Dadis-show nous est offert par Mr Hamidou Anne du think tank Africain « l’Afrique des idées » dans le Monde Afrique du 24 : « Qu’a fait la Guinée pour mériter que Dadis Camara ose seulement annoncer sa candidature ? La jeunesse guinéenne mérite sincèrement un meilleur sort. S’il est en effet hallucinant de voir le truculent, comique et inquiétant capitaine se déclarer pour la présidentielle d’octobre après son passage macabre au pouvoir, il est plus déroutant encore de constater son alliance avec le chef de l’opposition, Cellou Dalein Diallo ». Pour moi cela prouve aussi que la majorité de nos politiciens sont des masochistes insensibles aux douleurs du bas-peuple, qui pensent que se présenter en public avec un mégalomane-psychopathe narcissique est une assurance majeure pour amener la démocratie et la prospérité en Guinée. Dans ce cas, le PPAC remplit toutes ces conditions alors je préfère le garder pour un nouveau round de 5 ans. Moi en tout cas je ne dirais jamais à mes amis qui ne suivent pas régulièrement l’actualité de chez nous que Dadis a annoncé sous les Hourras de nombreux compatriotes qu’il se présente à l’élection présidentielle de 2015 : ils vont éclater de rire et se foutre de moi chaque fois qu’ils m’apercevront pendant de nombreuses années, Walahi. ————————————————–

  1. Formations, séminaires, ateliers, colloques et autres « rendez-vous du donner et du recevoir » du mois : atelier régional sur la problématique du trafic de cocaïne et de stupéfiants dans la région ; formation de 30 femmes pour une large sensibilisation sur la paix ; atelier de formation des animateurs des concertations communales, préfectorales et régionales des états généraux de la Société Civile guinéenne (!) ; atelier de formation du personnel parlementaire pour développer le plaidoyer pour l’abandon des mutilations génitales féminines ; atelier de restitution des recommandations du conseil des droits de l’homme des Nations Unies ; atelier national sur la promotion des foyers améliorés sous le thème « les femmes guinéennes actrices de la lutte contre le changement climatique » ; lancement officiel de la plateforme de concertation du secteur privé guinéen (PCSPG) ; formations des équipes régionales d’alerte et de riposte aux épidémies (équipes ERARE) des régions de Boké et de Labé ; cadre de concertation avec les partenaires techniques et financiers pour assurer les ressources et l’appui pour surmonter les répercussions socio-économiques de l’épidémie d’Ebola ; atelier portant sur les échanges entre députés sur les procédures législatives et le contrôle parlementaire ; concertation sur la mobilisation des acteurs pour la mise en place d’une stratégie de relance et de résilience ( ??) socio-économique post-Ebola ; atelier sur l’évaluation de l’enregistrement des faits d’état civil en Guinée ; atelier pour la mise en place d’un réseau national des acteurs de l’éducation environnementale en Guinée sous le thème « l’éducation à l’environnement, une affaire de citoyenneté » ; atelier d’information et de sensibilisation sur le projet des Filets Sociaux Productifs ; forum sur la prévalence des mariages précoces sous le thème : « Accélérons nos efforts pour éliminer les mariages précoces en Afrique » ; forum préfectoral sur la prévalence des mariages précoces sous le thème « Accélérons nos efforts pour éliminer les mariages précoces en Afrique ».

Pour : Alléluia, le séminaire-bizness est de retour (17). Nous sommes arrivés enfin au stade du « même pas peur, aboule l’oseille ». Enfin une vraie action pour la suite d’Ebola qui bénéficiera aux guinéens d’en bas : la mise en place des ERARE dans toutes les régions du pays. En plus les heureux désignés par les RPCistes sont assurés d’être servis à vie en PEV (Perdiems-Essence-Véhicules) – quelle bande de veinards.

Contre : sacrés bouffeurs nationaux, ils organisent des réunions post-Ebola alors que l’épidémie est repartie et s’étend dans 2 nouvelles préfectures ce mois-ci. Vraiment gagner argent des toubabs c’est caillou maintenant !

———————————————————

  1. Pour conclure quelques suggestions SMART (Spécifiques, Mesurables, Atteignables, Réalisables, Temporellement définies) pour changer le changement :

Cher grand-père de la marche arrière, j’ai visité Cona-cris en urgence ce mois-ci pendant dix jours. Je pense que je n’ai pas pu apercevoir les succès du Sanseman parce que je suis arrivé au fin-fond de la classe touriste dans l’avion mais bon j’ai touché le sol national avant ceux en Business class. Venu pour une visite familiale douloureuse et vous connaissant très rancunier même envers des scribouillards inoffensifs (n’est-ce pas doyen Sy Savané) je me suis fait tout petit pendant les longues journées à la maison mortuaire, en regardant en permanence dans mon dos car j’ai appris que vous squattiez toutes les cérémonies familiales dans le cadre de votre campagne-avant la campagne, surtout celles où vous n’êtes ni invité ni souhaité. La tradition ancestrale locale m’a été rappelée mille fois pour me convaincre « C’est le chef de l’Etat choisi par Dieu donc il va où et quand il veut et nous on lui doit des Meci Bocou patron, des bénédictions pour lui garantir le bonheur pendant ce millénaire et on applaudit à tout rompre en priant que des morceaux de riz et de viande tomberont de sa fourchette en or ». Pour le courant électrique vraiment en me baladant avec effroi les nuits pour rejoindre dare-dare mon bunker d’antivols je me croyais à Times Square, mais les 13 et 14 juillet 1977, lors du grand blackout de New York. Bizarrement la majorité des rues de la capitale sont toujours dans l’obscurité totale à part l’axe de la Liberté avec des panneaux solaires hélas trop dispersés : encore une fois, vive la campagne-avant la campagne. Je crois de plus en plus aux fouineurs qui disent que c’est effectivement votre plan B qui est en marche, des G.E. montés en cachette pour nous faire croire que Kaléta fonctionne. C’est vrai le « tour-tour » journalier a cessé maintenant mais il est remplacé par le « heure-heure » dans chaque maison, une heure avec, une heure sans. Pour les cellulaires aussi c’est bizarre : il est plus facile et clair de parler aux parents au Canada et en Chine qu’à Conakry. Pour les bouchons du trafic en ville c’est encore pire que lors de mon dernier séjour il y a un an et maintenant je sais à quoi ressemble la conduite pendant la journée à Mumbai en Inde. Pour les transports en commun franchement les taximen de Paris devraient la fermer : chez nous 80% des fonctionnaires ayant un permis de conduire sont chauffeurs des nos deux compagnies Uber locales : Uber-Clando et Uber-Dèplaseman soit pour eux-mêmes soit pour leur patron/maitre et tout le petit peuple en est soulagé et heureux. Finalement quant à votre « LÉbola » du PPAC partout ici aussi c’est le « on s’en fout la mort, viens si tu peux ». Les 4 premiers jours je constatais avec effroi, en récitant mon testament en tête et avec une folle envie de détaler les gens se précipiter pour m’embrasser et partager avec moi tous les virus mortels de la planète, agents de santé compris. Puis l’amnésie locale me foudroie net car c’est le virus le contagieux et dangereux du pays : j’exigeais ensuite des bisous sur toutes les bosses de mon crane dégarni aux rares récalcitrants jouant aux petits blancs. Pour les seaux de désinfection et les kalaches-température devant chaque porte de maison et bureau c’est plus une décoration destinée à prendre des photos souvenirs. Pour la désinfection obligatoire avant et après chaque entrée et sortie je n’ai pas vu une seule fois quelqu’un ouvrir un robinet – il doit y avoir du poison RPCé là-dedans. Je vous jure, LÉbola a de beaux jours devant lui en Condécratie. Finalement le Professeur (vrai-vrai) Ansoumane Doré de Dijon a donné ce mois-ci la meilleure définition du Guinéen-nouveau crée par Satan Touré et remis au goût du jour par vous : « Mais moi je continuerais de penser et d’écrire comme je l’ai toujours fait, s’il plaît à Dieu. Je ne tomberai jamais dans la « politique de la chauve -souris » dans laquelle nos compatriotes veulent enfermer tout le monde. Quelle est cette politique de la chauve-souris? On raconte qu’au cours d’une guerre qui opposa des animaux quadrupèdes à des oiseaux, la chauve-souris dit aux premiers – voyez ma gueule et mes pattes ! Aux seconds – voyez mes ailes ! – Chaque groupe la crut dans son camp. Pendant que la bataille se déroule notre chauve-souris se prépare à se ranger dans le camp des vainqueurs. Ce n’est pas ce genre d’opportunisme qu’on peut me pousser à adopter ». Walahi, les chauves-souris gèrent entièrement le pays ! Le clou du séjour était le départ à l’aéroport pour revenir au bercail. Je me présente anxieux devant deux « doctors » guinéens à l’aéroport avec ma fiche bien remplie et beaucoup de Salam-Allaikhoum racoleurs – verdict 36,4 degrés Celsius. Mes deux Doliprane ont bien fonctionné et je m’installe tranquillement dans le salon de départ. Mais surprise à l’embarquement : deux médecins toubabs, Dupont (t et d), m’attendent à la porte de l’avion avec leur propre kalaches-température, la confiance est au top. Mes tremblements reprennent : si mes cousins s’étaient « débrouillés » comme d’hab. cette fois je suis foutu-total. Finalement ils trouvent 36,6 degrés. Soyez donc rassurés, futurs voyageurs au retour vers le XXe siècle, les toubabs contrôlent aussi les thermomètres made in Condécratie. Finalement l’opposant JM. Teliano nous a annoncé ce mois-ci que le RPCé a mis en place une « commission mensonge et désinformation » dans le cadre des préparatifs de l’élection présidentielle. Cette cellule aurait reçu l’assurance qu’elle deviendra un ministère à part entière si elle réussi sa mission avec des résultats concrets .Ainsi va mal la Guinée !

Tic-tac, Tic-tac, la montre tourne ; aujourd’hui est le 1652e jour du « changement radical » et du « Guinea is back » – déjà 4 ans, 06 mois et 10 jours ! Le PPAC nous présente maintenant la quintessence de son oeuvre politique : la « négociation Win-Win pour moi et Lose-Lose pour mes opposants » et il essaie d’entrainer les représentants de la Communauté Internationale dans ce petit jeu. Il est difficile de dire aujourd’hui quelle est leur stratégie précise pour ce casse-tête perpétuel qu’est devenu la Guinée mais il est sur qu’elle en a une et que derrière les félicitations et encouragements diplomatiques il y a de nombreuses remises à l’ordre dictées dans les coulisses du palais Satantoureya et les états-majors des opposants. On comprend aisément leur dilemme : elle sait que le PPAC est un danger véritable pour la stabilité de la Guinée et donc de toute l’Afrique de l’Ouest mais quand elle voit les alternatives proposées – les frères Dalton – elle a aussi de sérieux doutes quant à l’efficacité de l’alternance de pouvoir proposée dans ce pays. Comme tout le monde serait soulagé si une alternative sure de changement réel était disponible ! Mais pour le moment c’est des « Pan-Pan-Pan-Pan » venants de droite et de gauche sur nos noix de coco écervelées. Quant aux réactions enthousiastes et sans coeur au retour triomphal de Dadis j’ai la conviction intime maintenant que de nombreux politiciens de tous les bords ont décidé ensemble de faire passer les meurtres et viols de 2009 à 2015 par pertes et profits de la République tout en se moquant publiquement des familles meurtries. Il n’y a que la CPI ou des cours interafricaines de ce type qui pourront défendre les pauvres populations d’Afrique contre les crimes de leurs dictateurs alors pour le moment je choisi la seule solution disponible, la CPI…

 

30 Juin 2015

A.O.T. Diallo

NB : vous pourrez suivre chronologiquement cette série et les précédentes (depuis le début du changement en Guinée en janvier 2007) sur mon nouveau blog: https://aotdiallo.wordpress.com/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *