breaking news

Halte à la marchandisation de la politique en Guinée (Par Sylla Abdoul)

juillet 15th, 2015 | par Leguepard.net
Halte à la marchandisation de la politique en Guinée (Par Sylla Abdoul)
Non classé
0
Nous avons constaté lors de l’élection présidentielle de 2010 une floraison de candidature. S’il est à noter que la multiplication de candidature contribue à l’enrichissement du débat politique. Force est de constater qu’il y a des candidatures qui sont inopportunes et qui sont parfois assumées par des personnes véreuses. Des gens qui se portent candidat au premier tour dans l’unique but de monnayer avec les éventuels vainqueurs des postes dans le gouvernement ou dans l’administration en dépit de leur carence. Ceci entrave la bonne marche de l’Etat car ces genres d’agissements encouragent les détournements de deniers publics, pour la simple raison que quand on investi de l’argent dans une activité, on s’attend dans un premier temps à récupérer le fonds investi et ensuite à en tirer des bénéfices. Cette marchandisation de la politique galvaude le projet de société du président élu. Afin d’éviter que la politique ne devienne un fonds de commerce en Guinée. De nouvelles règles devraient être apportées à notre constitution notamment en matière d’éligibilité. La dissuasion financière n’a jamais empêché des candidatures à foison aux élections. Nous avons vu lors de la dernière élection présidentielle dans notre pays qu’en dépit des frais exorbitants de dépôt des candidatures (100000 dollars )  il y avait vingt et quatre (24) candidats. Des grandes démocraties dans le monde ont trouvé des solutions à cette question. En France, pour être candidat à l’élection présidentielle en plus des règles d’éligibilité communes à tous les pays du monde, On exige que le candidat réunisse cinq cent (500) signatures d’élus locaux. Cette règle permet de limiter le nombre de candidat mais aussi d’éviter des candidatures inopportunes et intéressées.
 En ce qui concerne la Guinée, il devrait être exigé à chaque prétendent à l’élection présidentielle, de réunir une pétition de vingt mille (20000) signatures de citoyens en âge de voter. Sachant que nous comptons douze (12) millions d’habitants. la règle serait que chaque citoyen n’ait le droit de signer que pour un seul candidat. Les signatures seraient contrôler avec les pièces d’identités dûment numérotées à l’appui par des magistrats du conseil constitutionnel. Des sanctions civiles et pénales seraient prévues contre toute personne entravant à la règle. Car un candidat qui ne peut pas réunir vingt milles (20000) signatures dans un pays de douze (12) millions d’habitants ne devrait en aucun cas se présenter à une élection présidentielle. il s’agit de quelque chose qui permettrait de donner le pouvoir au peuple car il aurait le droit de choisir la personne prétendant à le gouverné.
 Au regard de la malgouvernance qui sévit dans notre pays, il serait utile que chacun médite sur cette idée afin que nous entrions de plein pied dans la démocratie et avancions vers un développement économique
 
 
 
 
Sylla Abdoul     membre de la rédaction du site « leguepard.net » chargé des questions culturelles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *