breaking news

Burkina : deux anciens ministres de Blaise Compaoré écroués

août 19th, 2015 | par Leguepard.net
Burkina : deux anciens ministres de Blaise Compaoré écroués
International
1

 

 

La Haute Cour de justice du Burkina Faso a décidé de mettre sous mandat de dépôt Jean Bertin Ouédraogo, l’ex-ministre des Infrastructures, du Désenclavement et des Transports, et Jérôme Bougouma, anciennement en charge de l’Administration territoriale et de la Sécurité.

C’est vendredi 14 août, après avoir été auditionnés par la Haute Cour de justice, que Jean Bertin Ouédraogo, l’ex-ministre des Infrastructures, du Désenclavement et des Transports, et Jérôme Bougouma, anciennement en charge de l’Administration territoriale et de la Sécurité, ont été écroués à la Maison d’arrêt et de correction de Ouagadougou.

Les deux anciens ministres du dernier gouvernement de Blaise Compaoré avaient été mis en accusation, le 16 juillet, par le Conseil national de la transition. Selon Radio Oméga, Jérôme Bougouma est accusé de détournement de deniers publics et enrichissement illicite portant sur la somme de 3 milliards de F CFA, Jean Bertin Ouédraogo de détournement de deniers publics et enrichissement illicite portant sur un milliard de FCFA.

Deuxième arrestation

Une première fois arrêtés en avril en compagnie de Paramanga Ernest Yonli, l’ex-Premier ministre burkinabè (2000-2007), les deux anciens ministres avaient été relâchés quelques jours plus tard, le Tribunal de grande instance (TGI) de Ouagadougou s’étant jugé incompétent pour statuer de l’affaire.

 

Source :  Jeune Afrique.

 

One Comment

  1. Bangoura Lamine says:

    Ces arrestations, jugements et condamnations à des peines sévères sont de bons exemples en matière de bonne gouvernance en Afrique et dans les pays aussi pauvres que le Bourkina Faso, le Mali etc.

    Que vont devenir demain les sanctions résultants des jugements d’Alpha Condé, Mohamed Condé et les nombreux ministres et hauts cadres de l’administration guinéenne ainsi que les clans constitués de guinéens et d’étrangers qui assassinent nos élites, sabotent nos institutions et pillent nos richesses ?

    Le principe de l’impunité est désormais inhérent à la culture africaine. En Guinée aussi, l’après Alpha Condé marquera, j’espère bien, un tournant important dans l’histoire judiciaire de notre pays.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *