breaking news

Sidya Touré nommé « Haut représentant du chef de l’État ». Que recouvre ce terme ?

janvier 3rd, 2016 | par Leguepard.net
Sidya Touré nommé « Haut représentant du chef de l’État ». Que recouvre ce terme ?
Analyse
7

 Hier samedi 2 janvier 2016, deux décrets du président de la République, le professeur Alpha Condé ont été lus sur les ondes de la Radio nationale. Le premier décret portait nomination de monsieur Sidya Touré président de l’Union des Forces Républicaines(UFR) au poste de haut représentant du chef de l’État. Quant au second décret, il portait sur la nomination de monsieur Jacques Diouf ancien patron de la FAO au poste de conseiller spécial de la République.

Suite à ces deux nominations, celle de monsieur Sidya Touré continue de susciter d’innombrables interrogations sur sa signification. En un mot, quelle compétence recouvre le poste de haut représentant du chef de l’État ?

Cette question que la majorité des Guinéens se pose ne peut être répondue avec exactitude faute de toute communication sur la compétence dévolue au haut représentant du chef de l’État étant donné que ce poste vient juste d’être créé par la seule volonté du président de la République. Faute de connaitre la compétence liée à ce poste, il ne nous reste qu’à définir le mot « représentant », qu’il faudra ensuite placer dans le cadre du fonctionnement des institutions constitutionnelles.

Selon le vocabulaire des termes juridiques GERARD CORNU, « le représentant c’est celui qui agit par représentation au nom, à la place et pour le compte du représenté (avec le pouvoir de l’engager) ».

Pour ceux qui ne disposent pas de dictionnaire des termes juridique, le dictionnaire LAROUSSE aussi donne la même définition avec d’autres termes à savoir « le représentant c’est  une personne qui a reçu pouvoir d’agir au nom de quelqu’un, qui accomplit des actes au nom et pour le compte de quelqu’un.. ». En substance, les deux définitions du mot « représentant » vont dans le même sens.

Avec cette définition, on comprend que le « haut représentant du chef de l’État » a au moins pour fonction de représenter le président de la République et que celui qui représente un puissant est aussi puissant, même si sa représentation ne se limite qu’à un seul domaine de compétence du chef de l’État. Mais, une autre question reste sans réponse à savoir, dans quel domaine remplacera-t-il le chef de l’État ? Cette question aussi renvoie à la question sur l’étendu de sa compétence ? Est-il un super Ministre ou vice-président (comme le disent certains) ? On peut dire qu’il n’est pas un super Ministre du fait que la structure du gouvernement récemment publiée ne comporte pas ce poste.

Est-il un vice-président ? Même si la réponse négative s’impose, il est intéressent de faire le parallèle entre les deux fonctions.

Il faut rappeler que le poste de vice-président est rarement prévu par les constitutions des pays francophones. Les deux cas que nous connaissons à savoir le Burundi et la RDC ont été accidentellement introduits pour les besoins de réconciliation nationale suite à des conflits armés dont les résolutions exigeaient le partage du pouvoir.

Les pays qui prévoient le poste de vice-président sont essentiellement anglophones et d’Amérique Latine.

Dans les pays dont la constitution prévoit le poste de vice-président, États-Unis et le Ghana par exemple, ne dotent pas ce dernier de pouvoir exécutif propre. Sa fonction essentielle est de remplacer le président de la République en cas d’absence et surtout en cas d’empêchement (décès et de démission) c’est le vice-président qui succède au président de la République. Pour le reste, il est dans la même situation qu’un représentant du chef d’État, dont l’étendu du pouvoir dépend de la volonté du chef d’État.

Quant au poste de haut représentant du chef de l’État, bien qu’inconnu de nos textes constitutionnels, il est évident que ce n’est pas la première fois que notre pratique constitutionnelle induit des postes de haute responsabilité qui n’étaient pas prévus par la constitution. En 2005, le feu président Lansana Conté avait nommé monsieur Fodé Bangoura au poste de secrétaire général chargé des affaires présidentielles. Ce poste n’était pas prévu par la constitution guinéenne de l’époque, mais, par la volonté du président Conté, monsieur Fodé Bangoura était doté de pouvoir qu’aucun premier Ministre guinéen n’a encore eu. Il en a été également ainsi de la nomination de monsieur Sidya Touré au poste de premier Ministre en 1996. Ce poste aussi n’était pas prévu par la constitution de l’époque. Monsieur Touré tenait son pouvoir du président Lansana Conté et non pas directement de la constitution. Pourtant, avant que les mauvaises langues de fassent leur travail, il bénéficiait de large pouvoir par la seule volonté du Président. Ce qui lui avait permis de laisser un bon souvenir à ses compatriotes en matière de gestion de la chose publique.

Pour répondre à la question sur le pouvoir du « haut représentant du chef d’État », les définitions et constats ci-dessus mentionnés nous démontrent que le pouvoir du haut représentant du chef d’État dépend du bon vouloir de ce dernier qui peut se faire représenter quant il veut et dans l’exercice des compétences qu’il souhaites. Ce qui veut dire que, le haut représentant peut être doté de pouvoir exécutif insignifiant de même qu’un vice-président, comme il peut disposer de pouvoir exécutif beaucoup plus important qu’un vice-président. Tout est question de la volonté présidentielle. La grande différence est que, contrairement à un vice-président, le haut représentant du chef d’État ne peut en aucun cas, remplacer le président de la République en cas de démission ou de décès de ce dernier.

Il est important de signaler aussi que, le fait que le haut représentant du chef d’État n’est pas membre du gouvernement, la démission de ce dernier n’a aucune incidence sur son poste.

Makanera-Ibrahima-Sory-21[1]

 

 Makanera Ibrahima Sory

Juriste d’Affaires et d’entreprise

Fondateur site leguepard.net

Contact : makanera2is@yahoo.fr

 

7 Comments

  1. WALTER says:

    Très bonnes interrogations mon cher ami !
    Bàt
    Walter

  2. Souarékounda says:

    Je commencerais par dire grand merci à vous mon frère,

    Comme vous l’avez si bien signaler vous-même ci-haut, ce poste crée par le décret du PR, est inconnu du grand public guinéen même si vous vous évertuez à le faire accepter par l’opinion publique nationale en faisant un rapprochement entre ce dernier cas de nomination à un poste improvisé et d’autres qui sont arrivés dans les gouvernements antérieurs…le seul vrai débat doit se faire sur la question de savoir est-ce que cette nomination ne tord pas le bras à notre législation notamment la Constitution de 2010? A cela s’ajoute peut-être cette autre interrogation sur l’opportunité non politicienne mais bien entendu, administrative de création de ce poste au moment exactement où les spécialistes suggèrent de resserrer le rang au niveau de la gouvernance publique pour réduire un peut les dépenses publiques et de ne créer que les départements et/ou services dont la satisfaction des intérêts publics et l’atteinte des objectifs assignés au gouvernement Youla (actuel PM) rendent nécessaires

  3. Nestor says:

    Mr MAKANERA IBRAHIMA SORY ,notre leader nous a mit en difficulite totalement ,frachement.C’est n’est pas ca qu’ont attendaient de SIDYA TOURE et en plus cherchez a justifie quelque chose de confusion sa nomination. Franchement moi je suis decu ,je ne sais pas exactement jusqu’ou camarade SIDYA TOURE va nous amenez ? je suis panique et decu.

  4. SY SAVANE says:

    Mon cher « NESTOR », si vous n’êtes pas un UFDGISTE déguié, comme c’est fort probable, vous avez toujours la possibilité de quitter l’U.F.R. Personne n’est retenu contre son gré.

  5. Barry says:

    Mais sidia etait la pour etre president non Mr Makanera ? lansana conte etait militaire et puis sidia avait trop critique Alpha conde en disant quil nallait travaille avec lui , donc vraiment tes details la ne sont pas fondes , si c etait un cellou qui etait nommer laba tu nallait pas reste sans critique hein donc atention sidia avait trop parle

  6. Kaloumiste says:

    Je conseille aux ufdgistes de lire cette analyse très explicite même si je suis contre l’auteur cause de sa gestion de Ufr en France ! C’est à peu près ce que j’ai expliqué à mon entourage qui n’arrivait pas à cerner ce décret . Cher non ufriste il ne s’agit point d’un service rendu à l’ufr ou Mr Touré sidya, c’est une contrainte économique qui s’est imposée, la Guinée est en période de vache maigre . Il est donc nécessaire de booster notre environnement économique pour une émergence pérenne les années à venir. Cher Guinéen ou que vous serez soyez convaincus que son excellence Sidya Touré va honorer les espoirs placés en lui … Vive Ufr vive sidya Touré que Dieu bénisse la Guinée amen

  7. RADO says:

    Cela recouvre qu’il présente sa personnalité pour sa réussite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *