breaking news

Guinée : l’opposition menace de rependre les manifestations

février 26th, 2016 | par Leguepard.net
Guinée : l’opposition menace de rependre les manifestations
Informations
0

CONAKRY, (Xinhua) — L’opposition guinéenne, composée d’une dizaine de partis politiques, a menacé jeudi de reprendre bientôt les manifestations politiques sur les places publiques à Conakry et dans les grandes villes du pays, à cause du « non-respect » des accords politiques inter-guinéen. La déclaration a été faite par le porte-parole de l’opposition guinéenne et député à l’Assemblée nationale Aboubacar Sylla, à la sortie d’une concertation élargie à tous les partis politiques de l’opposition dite « républicaine ». La rencontre de l’opposition était axée sur le rejet du nouveau chronogramme des élections locales prévues pour octobre, la réforme de la Commission électorale nationale indépendante (CENI, chargée d’organiser les élections) et la baisse du prix des produits pétroliers (essence, gas-oil, pétrole-lampant). Selon M. Sylla, l’opposition a rejeté en bloc ce projet de chronogramme électoral qui repousse la tenue des élections locales vers la fin de l’année, alors que les accords politiques les prévoyaient pour le premier trimestre 2016. « La CENI toute seule a décidé de violer les accords politiques » et « nous n’accepterons cette violation », a déclaré Aboubacar Sylla. Eu égard à cette « démarche unilatérale de la CENI », les partis de l’opposition comptent aussi exiger une reforme de cette institution électorale, afin de prendre en compte toute les tendances politiques dans son fonctionnement. A cause de l’austérité imposée par le gouvernent aux citoyens guinéens, les partis politiques de l’opposition vont « organiser des manifestations politiques non seulement pour des raisons politiques, mais aussi pour des raisons sociales », a précisé M. Sylla, demandant la baisse du prix de produits pétroliers suite à baisse du prix de pétrole sur le marché international. Le chef de département des opération de la CENI Etienne Soropogui a expliqué dans la presse que la période fixée par l’accord politique du 20 août 2015 pour la tenue des élections locales avant la fin du premier trimestres 2016 est « difficilement tenable ».

 

 

 

Source:  Xinhua

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *