breaking news

L’ÉPIDÉMIE EBOLA, UNE MANNE POUR LA GOUVERNANCE DU PROFESSEUR ALPHA CONDE (Par Kaba Ousmane)

mars 8th, 2016 | par Leguepard.net
L’ÉPIDÉMIE EBOLA, UNE MANNE POUR LA GOUVERNANCE DU PROFESSEUR ALPHA CONDE (Par Kaba Ousmane)
Article
1

Il serait de mauvaise foi d’ignorer délibérément les conséquences négatives de l’Epidémie Ebola sur la Guinée et, prétentieux de vouloir dresser une liste exhaustive de ses effets. Donc, dans ce développement, notre objectif est de focaliser l’attention de nos aimables lecteurs sur les conséquences de cette crise sanitaire d’une part et, d’autres parts, sur l’instrumentalisation que le pouvoir en a faite.

D’une part, il est indéniable aussi bien pour le citoyen Lambda que pour le citoyen du cercle administratif, que si la crise sanitaire Ebola a généré des conséquences très dommageables sur la Guinée, on ne peut faire abstraction à certaines opportunités qui auraient pu être valorisées pour constituer des atouts en matière de gestion des épidémies.

A titre d’effets négatifs, nous pouvons retenir :

  • Le gèle des nouveaux projets et la dissuasion des investisseurs potentiels pour des projets futurs ;

  • Accentuation du déficit commercial due à la baisse des exportations  compte tenu de l’effet médiatique et la méfiance du marché mondial à l’égard des produits alimentaires guinéens ;

  • La baisse des recettes douanières due à la baisse des importations ;

  • La récession due au ralentissement de l’activité économique ;

  • l’amenuisement de l’esprit de solidarité entre les citoyens compte tenu de la stigmatisation et la méfiance réciproque ;

Comme retombées positives, nous retiendrons entre autres :

  • La solidarité internationale à l’endroit de la Guinée en termes de fournitures de matériels médicaux et de transports, de médicaments, d’expertises et surtout en terme d’assistances financières ;

  • Le diagnostic du système de santé guinéen face aux épidémies

  • L’expérience acquise en matière de gestion des crises sanitaires

D’autre part, nous allons tenter de décortiquer de qu’elle manière et pour quelle fin le pouvoir a utilisé cette catastrophe sanitaire.

Ebola, une excuse universelle et un fond de commerce :

L’Épidémie Ébola a été accueilli comme un pain béni pour le gouvernement Guinéen a tel point qu’elle est rapidement devenue le dépotoir de tous les dérapages et ratés dans l’action gouvernementale. Delà, chaque administrateur du bas de l’échelle jusqu’au sommet, avait trouvé dans Ebola une excuse parfaite pour dissimuler le coté obscure de l’accomplissement de ses missions. L’objectif de toutes ces communications convergentes était de graver dans l’esprit du citoyen que son seul malheur, sa souffrance quotidienne, c’est Ebola. Jamais, dans les interventions publiques, l’accent est mis sur les avantages, pourtant y’en a eus, surtout financiers. Tellement que certains cadres ont profité financièrement et matériellement d’Ebola, le président, pour exprimer son ras-le-bol à un moment donné, s’était exprimé en ces termes : « certains fonctionnaires ont tellement profité d’Ebola qu’ils ne veulent pas son éradication ». En quelque sorte, ce drame sanitaire était considérée pour ses gestionnaires comme une source d’enrichissement qui ne devait pas tarir.

Ebola, un slogan de mendicité Etatique :

 

Profitant de la survenance de cette épidémie, le président ainsi que plusieurs hauts cadres ont presque frappé à toutes portes pour attirer les faveurs des donateurs ; ce qui s’apparentait à de la mendicité étatique. Cette campagne de collecte avait rapporté une manne financière énorme. Problème, à ce jour, aucun guinéen y compris les victimes de l’Epidémie, n’est en mesure de formuler un jugement objectif sur l’utilisation des fonds récoltés, tellement la gestion avait été opaque. Chose étonnante encore, après la déclaration de la fin d’Ebola par L’OMS, au lieu d’organiser des ateliers de réflexions et des campagnes de sensibilisation en vue de mieux préparer le pays à l’avenir face aux épidémies, le gouvernement, profitant de l’innocence des citoyens et pour faire disparaitre le reste du butin de sa mendicité, a organisé une fête hautement dépensière pour distraire les gens. En lieu et place de cet évènement festif, l’administration, aurait dû utiliser rationnellement ces fonds dans la conception d’un système de riposte d’urgence à travers la formation approfondie du personnel de santé ; l’acquisition des équipements sanitaires de pointe ; la dotation de tous les hôpitaux et centres de santé en kits de dépistages ; etc. Cela aurait permis dans l’avenir, une prise en charge rapide et efficace des malades en cas d’épidémie.

Ebola, un instrument de manipulation politique :

 

Depuis l’apparition des premiers cas d’Ebola, le président Alpha Condé qui était politiquement acculé et à bout de souffle, ne pouvait que remercier le Tout Puissant Allah de lui avoir donné un remède à tous ses ennuis politiques. Il en avait fait sa seule et unique préoccupation, chose normale, sauf que la gestion de l’épidémie n’était pas incompatible avec la gestion de la crise politique d’alors. Pour lui, cette épidémie était un instrument idéal de manœuvre dilatoire et de manipulation politicienne en vue de se faire passer pour le seul patriote sensible à ce drame sanitaire, et faisant passer les partis de l’opposition pour des insouciants face aux malheurs des guinéens.

En conclusion, nous voudrions envoyer le message suivant au gouvernement et au citoyen lambda : l’épidémie Ebola ne peut justifier toutes les incompétences, l’inefficacité, la gabegie financière, et les actes de corruption de l’administration.

Kaba Ousmane, membre de rédaction du site  » leguepard.net »

Diplômé  d’un  master 2  Banque et Marchés Financiers à l’Institut d’Administration des Entreprises de Tours

 

One Comment

  1. Mara says:

    Merci mon frère, vous avez dit haut ce que tout le monde dit bas. Votre récit est cohérent et il indexe toutes les multiples facettes de l’épidémie EBOLA.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *