breaking news

Manigances à la LONAGUI : l’Administrateur général, les enregistrements sonores et les «salopards»

avril 28th, 2016 | par Leguepard.net
Manigances à la LONAGUI : l’Administrateur général, les enregistrements sonores et les «salopards»
Article
0

Mardi, alors qu’il dénonçait  en conférence de presse un présumé réseau de clandestins dans la loterie en Guinée,  Lansana Chérif  Aidara a dû répondre à des contre-accusation qui parlent d’une fuite en avant de sa part. Lire http://guineenews.org/le-patron-de-la-lonagui-face-a-la-presse-arrestation-de-chinois-presumes-clandestins-complicite-interne-pression-externe/ Selon ses détracteurs, l’administrateur général de la LONAGUI est bien à l’origine de l’implantation en Guinée des Chinois qu’il qualifie aujourd’hui de fraudeurs. C’est lui Aidara qui aurait donné la licence aux Chinois pour à peu près 300 machines  à exploiter. Par ailleurs, il l’accuse de posséder des actions dans un casino implanté à la Cité Chemin de fer (Conakry). Des accusations balayées du revers de main par l’accusé. Lansana Chérif Aidara met au défi quiconque arrivera à prouver qu’il a des actions dans quoi que ce soit à Conakry. Le premier responsable de la LONAGUI s’est surtout montré rassurant, se disant exempt de toute culpabilité de malversation à la tête de l’organe de régulation des jeux de hasard en Guinée. « Quand je suis dans mes droits, je suis intransigeant. C’est quand je ne suis pas dans mes droits que je me fais petit », a-t-il indiqué.

« Ceux qui ont l’intention de me donner des coups, qu’ils pensent qu’ils ont en face d’eux quelqu’un qui leur en donnera», a-t-il riposté à ses détracteurs qui ont signalé à Guineenews que l’affaire des Chinois présumés clandestins serait déjà à Sékhoutoureya, et que c’est ce qui le ferait paniquer. « Que l’affaire soit à la présidence ou devant Ban ki-moon (le Secrétaire général de l’ONU), je dors, je mange à l’aise. Je suis tranquille», a assuré Aidara. « Je ne peux pas vous dire tout », avait d’abord dit l’administrateur. Mais face au besoin de se blanchir, le volubile n’a pas pu garder tout le secret. Néanmoins, il a su se garder de citer des noms pendant que les micros des journalistes étaient ouverts. « Ce bruit ( les accusations), ne vient pas de l’extérieur. Il vient d’abord de la LONAGUI, et pas de n’importe qui», estime Aidara. Le patron de la LONAGUI a promis qu’il démontrera que ce sont ses accusateurs qui sont des menteurs, des fraudeurs qui ont monté des stratagèmes contre lui.

« Des inspecteurs véreux »

Lansana Chérif Aidara est rentré dans le récit de ces stratagèmes qu’il a su surmonter,  si on s’en tient à sa narration. « J’ai reçu l’inspection d’Etat ici ( dans son bureau) durant un mois et dix-huit jours. Mais malheureusement pour ces inspecteurs véreux, je les avais enregistrés. Quand ils venaient me demander de l’argent, je les enregistrais. Je peux vous les faire écouter. Les enregistrements sont sur clé.  J’ai donné une copie de l’enregistrement à mes enfants qui sont en France. S’il m’arrive quoi que ce soit, ils auront la trajectoire. Des inspecteurs ont même eu le culot de venir me dire qu’ils souhaiteraient que je sois ministre ou Premier ministre, tellement qu’ils ont vu que  la LONAGUI  est bien gérée. Ils ont dit  qu’ils n’ont jamais vu une entreprise aussi bien gérée. Il y a un d’entre eux qui a eu le culot de me demander de lui  faire signer un chèque au porteur. Un autre a eu le culot de venir me dire qu’une mission d’inspection n’est jamais faite au hasard : il y a soit une motivation à priori  ou une répercussion à posteriori. La motivation à priori  veut dire qu’ils n’ont pas de plan de travail, ils ne travaillent que sur dénonciation [] La répercussion à posteriori veut dire que quel que soit le travail que vous aurez fourni, s’ils décident de vous faire tomber, ils vont le faire en mentant sur vous.»

Aidara poursuit : « Alors, ils ont envoyé des gens dans mon bureau en vue de me menacer. Ceux-ci m’ont dit : il paraît que tu maltraites tes salariés, tu serais très mauvais,  tu serais ceci, tu serais cela. Je leur ai répondu, en disant que je n’ai peur de personne. Ensuite j’ai sorti ma réponse le rapport de ses entretiens avec les premiers inspecteurs que j’ai montrée à la personne. Dans ma réponse, j’avais pris le soin de mettre en exergue cette affirmation :   » Une mission d’inspection n’est jamais faite au hasard. Il y a soit une motivation à priori  ou une répercussion à posteriori.« De plus, j’y ai mis :  »  les récits de chasse ont toujours été favorables aux chasseurs jusqu’au jour où le lion a décidé de prendre la parole. » Et puis, j’ai conclu :  » on me tue, on ne me déshonore pas. »

 Quelqu’un est aussi  venu  me menacer dans mon bureau en me disant : Monsieur Aidara, ce n’est pas un tel qui vous parle, c’est un inspecteur d’Etat. Je lui ai dit que je suis au-dessus de vous en hiérarchie. Si vous me manquez du respect, je vous mets dehors. Il a  dit :  ah bon !  Je lui ai répondu :  » tout de suite, parce que vous n’êtes qu’un maître-chanteur, un escroc, vous êtes un salopard. » Ce jour-là, il y a deux hauts gradés de l’armée qui étaient dans mon bureau. Ils sont témoins. Il (celui qui est venu le menacer) est parti, et  je ne l’ai jamais revu. Sauf qu’il a contacté des salariés de la LONAGUI avec lesquels il est en complicité, et qui essayent de lui donner des informations. Malheureusement pour eux (les salariés de la LONAGUI), ils n’ont aucune information  sur moi. Il a demandé à me rencontrer, je lui ai dit que je n’irais pas à ta rencontre parce que je n’ai pas peur de toi. Je n’ai mangé aucun centime de la LONAGUI, alors j’ai la tête haute…»

Face à ses contre-attaques, que diront les détracteurs de Chérif Aidara. Vont-ils oser répliquer à visage découvert? Attendons de voir !

 

 

 

 

Source: Guineenews.org

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *