breaking news

Mamadou Billo Sy Savané repond à Haroun GANDHI

mai 17th, 2016 | par Leguepard.net
Mamadou Billo Sy Savané repond à Haroun GANDHI
Article
0

BARRY Gandhi, l’infatigable «non-membre», mais vrai militant acharné de l’U.F.D.G. vient encore comme à son habitude, de livrer un texte vengeur contre l’U.F.R. Il s’y livre à un mélange de genre pas très compréhensible. Dans une sorte de rage dont on ne voit pas bien les raisons, il passe d’une critique politique légitime à une diatribe personnelle injustifiable dirigée contre des individus nommément désignés, pour finalement terminer par des invectives injurieuses, inattendues dans un débat politique que peut-être M. Gandhi souhaiterait courtois, même si le ton qu’il emploie dans son texte, est loin du probable souhait (que je lui prête). Je laisse de côté son ton hautain, péremptoire et professoral.

Il n’est pas inutile de rappeler, brièvement, que l’hostilité diffuse de l’U.F.D.G. (version Cellou Dalein DIALLO), à l’égard de SIDYA et de l’U.F.R., n’est pas une surprise pour moi. J’en avais déjà aperçu quelques indices dès 2010, lors de la campagne présidentielle. Nous avions été physiquement agressés au cours de nos déplacements à COYAH, FORECARIAH, DUBREKA….A ma grande surprise, certains des amis à l’U.F.R. avaient attiré mon attention sur l’hypothèse que ce pourrait bien être une milice U.F.D.G. à l’origine des agressions dont nous étions les victimes. En tout cas pour eux, cette probabilité était non seulement sérieuse, mais la seule crédible. Car nous ne comprenions pas que nous soyons violentés dans des régions qui nous sont très favorables. Personnellement, mes soupçons se portaient plutôt sur le R.P.G. d’alors, puisque nous étions leur concurrent le plus redoutable dans cette zone. C’est bien plus tard que j’ai compris que j’étais dans l’erreur. Le R.P.G. n’était pour rien dans les violences dont nous étions les victimes. Je le confesse. Nos bourreaux n’étaient autres que les commandos U.F.D.G. portant ostensiblement des maillots R.P.G pour nous induire en erreur. J’y ai succombé un temps, hélas ! Leur objectif ? — Terroriser nos électeurs, et de ce fait, « prouver » d’abord que même en Guinée maritime, l’U.F.R. ne pèse pas beaucoup, ensuite faire passer le R.P.G. pour nos véritables agresseurs. Ce que j’ai d’ailleurs cru pendant un certain temps, jusqu’au moment où des amis non encartés nulle part, m’ont apporté les preuves de l’innocence du R.P.G.et de la culpabilité de certains éléments de l’U.F.D.G. Je me suis abstenu d’en faire publiquement état, pour éviter d’envenimer une situation, à l’époque déjà explosive.

Cependant, c’est à l’occasion de l’élection de 2015 que la « petite » adversité que je prenais pour une maladresse, est devenue, probablement à la demande de M. Cellou Dalein, une hostilité violente et   haineuse. SIDYA est désormais présenté en « traître », mais surtout en ENNEMI à abattre, à tout prix et par n’importe quel moyen. Les diatribes à coups de violences verbales dont il est sans cesse l’objet, incitent à penser qu’à un moment ou à un autre, il pourrait sortir des fractions extrémistes de M. Cellou Dalein DIALLO, des individus prêts à passer à l’action violente physique, et peut-être irréversible contre la personne de SIDYA. Car on ne débat pas avec un ENNEMI, on l’élimine.

La proposition de candidature unique et la rupture définitive d’avec l’U.F.D.G., à notre initiative (nous UFR), ont mis à nu l’inconsistance de ce parti. Son caractère très singulier et inquiétant est apparu comme une évidence pour nos compatriotes.   SIDYA n’était qu’un camouflage désormais voué à une élimination prochaine. Son opposition à de possibles violences généralisées comme le souhaitaient certains candidats, à l’issue de l’ « élection » présidentielle contestable et contestée de 2015, a fini par convaincre quelques notabilités de l’U.F.D.G. que, leur espoir de prendre le pouvoir en utilisant un camouflage en la personne de SIDYA, est peut-être durablement enterré. D’où les discours violents contre lui sur les sites ETHNISTES bien connus des Guinéens. Je ne dis pas que M. Gandhi prône la violence contre l’U.F.R. et SIDYA. Mais la tonalité générale de ses « discours » ne freine pas nécessairement les tendances extrémistes du parti dont il est « non-membre », mais militant incontestable et acharné.

L’idée que l’U.F.R. doit ses députés à la « bienveillance » de M. Cellou Dalein DIALLO, est une FABLE longtemps entretenue dont il faut sortir.

A vrai dire, à chaque « élection », il y avait jusqu’à récemment, une entente de fait, entre le R.P.G. « dur » et l’U.F.D.G. « extrême ». Objet de l’entente : chaque parti (R.P.G et U.F.D.G.) dans sa zone ethno-régionale, peut remplir les urnes comme il l’entend, et annuler systématiquement les voix obtenues par SIDYA et l’U.F.R. Ainsi, à toutes les élections, le R.P.G. « rafle » toutes les voix de la Haute Guinée, et l’UF.D.G., tout le FOUTA. Or leurs   voix ne sont pas obtenues   par le vote libre des citoyens, mais sur la base de pressions ethniques, allant jusqu’à l’intimidation physique des électeurs qui prendraient le risque de ne pas voter pour leurs « frères » d’ethnie. EN 2013, aux législatives, l’U.F.R. a obtenu dans les urnes, entre 4 à 6 députés au FOUTA, et 8 en haute Guinée. Mais en vertu de l’accord tacite entre Alpha CONDÉ et Cellou Dalein DIALLO, chacun des deux, dans sa zone ethno-régionale, peut s’autoriser impunément, à confisquer les voix obtenues par l’U.F.R. Ainsi, les députés gagnés dans les urnes par notre parti, sont perdus lors de la proclamation.

En matière de fraude électorale, il faut reconnaître ici que l’U.F.D.G., a infiniment plus d’expérience et de savoir-faire que le R.P.G. Des bureaux de vote clandestins ouverts dans les mosquées, dans sa zone d’influence ethno-régionale, en France, le recrutement à des fins électorales de citoyens des pays voisins, pourvu qu’ils aient un nom à consonance guinéenne, …sont certains éléments de la boîte à outil bien garnie de fraude électorale de l’U.F.D.G.

Entendons-nous bien : l’U.F.D.G. version Cellou Dalein DIALLO, n’a jamais aidé à aucun moment l’U.F.R. sur le plan électoral. Elle lui a plutôt nui. Aux législatives de 2013, les résultats sortis des urnes, je ne parle pas de résultats proclamés, mais de ceux sortis des urnes, donnaient à l’U.F.R. entre 24 à 26 députés. C’est cela la réalité. Tout le reste n’est qu’affabulation.

Pour terminer (peut-être provisoirement), dans son texte, M. Gandhi ne dit pas que des bêtises, lorsqu’il reste raisonnable. Par exemple, on ne peut le contredire sur les propos qu’il tient sur les députés et ministre UF.R. Tout juste, peut-on lui suggérer qu’il étende ses propos aux députés du parti dont il est « non-membre », mais qu’il soutient farouchement. Exemple : qui peut sérieusement dire que M. Fodé Oussou FOFANA est une lumière ? Ou que le député-cogneur est un modèle ? Ou encore que leur « juriste » de service est un génie en droit ?—A mon avis, personne.

 

 

 

Mamadou Billo SY SAVANÉ

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *