breaking news

La candidature de l’honorable Mouctar DIALLO à la mairie de Ratoma est l’expression éloquente d’une gourmandise politique démesurée dixit : ALMAMY SEKOU SOUMAH

novembre 21st, 2016 | par Leguepard.net
La candidature de l’honorable Mouctar DIALLO à la mairie de Ratoma est l’expression éloquente d’une gourmandise politique démesurée dixit : ALMAMY SEKOU SOUMAH
Politique
2

Almamy Fodé Soumah GPT2

Mes chers compatriotes ;

A quelques mois des élections communales et communautaires dans notre pays, permettez-moi de partager avec vous, ma vision, ma conception de la vie politique nationale, le rêve que je fonde pour une Guinée meilleure mais aussi et surtout mes inquiétudes sur l’avenir immédiat de notre nation qui est constituée d’une population dont la majorité à moins de 35 ans aujourd’hui.

Je voudrais vous parler de nos communes rurales et urbaines ;

Je voudrais vous parler de nos quartiers et districts ;

Je voudrais donc vous parler de notre République.

Je voudrais vous parler de la Guinée qui souffre, mais aussi de la Guinée qui espère.

Je voudrais vous parler de mon constat de la Guinée d’aujourd’hui avec une jeunesse pleine de volonté et dont les talents sont assez souvent étouffés par une élite qui a pris le pays en otage depuis un peu plus d’un demi-siècle maintenant.

Je voudrais également vous parler de ma conception de la Guinée de demain que nous sommes en train de bâtir par le biais des élections communales et communautaires prévues en février 2017.

Une page est en train de s’effacer, ne l’oublions pas, car les dernières élections communales et communautaire dans notre pays datent de décembre 2005.

Le moment est venu de prendre l’engagement pour incarner la rupture avec la tiédeur et l’inaction. Engageons nous donc pour nous même et pour notre nation.

Car, s’engager, c’est être utile deux fois, pour soi même et pour les autres ;

S’engager, c’est une volonté, plus qu’un devoir ;

S’engager, c’est une décision, plus qu’une obligation ;

S’engager c’est aussi une fierté, plus qu’une nécessité.

Il faudra donc nous rassembler pour être à la hauteur face aux intolérances d’une élite qui a sacrifié notre génération.

Il est temps, et grand temps, que les mandats électifs soient limités dans le temps et dissociés de tout autre mandat qui engage la vie de notre nation. Car, l’expérience a démontré que le cumul des mandats est l’une des principales raisons des échecs successifs de notre administration.

Premièrement, il porte atteinte au principe de séparation des pouvoirs. Autrement dit, celui qui vote la loi ne devrait pas en être l’exécutant à l’échelon local. Aussi, un ministre en tant qu’élu local peut être soumis à un gouverneur de région ou un préfet dont il est parallèlement le supérieur hiérarchique ;

Deuxièmement il est caractérisé par une moindre qualité de travail. Il s’agit de deux activités à temps plein dont le cumul est impossible si nous voulons des collectivités locales efficaces dans leur fonctionnement ;

Troisièmement, il constitue un véritable frein à l’épanouissement des talents jeunes alors que notre pays regorge beaucoup de jeunes pétris de talents ;

Quatrièmement, il est caractérisé par l’absence de renouvellement de la classe politique, en raison de l’enracinement des notabilités. Le cumul induit un vieillissement du paysage politique.

Cinquièmement et enfin, il favorise une défiance croissante des citoyens, qui reprochent aux élus de cumuler les mandats pour multiplier les rémunérations et d’autres avantages liés à leur fonction.

C’est pourquoi, nous devons utiliser toutes les voies légales pour favoriser la promulgation d’une loi contre le cumul des mandats dans notre pays.

Ne nous résignons pas, car aucun changement ne sera crédible si on ne commence pas par changer les comportements de la classe politique et des dirigeants de notre administration.

C’est dans ce cadre précis que ma déception est très grande face à la candidature de l’honorable Mouctar DIALLO, Président des NFD à la mairie de la commune de Ratoma.

En partant du principe qu’il est l’un des plus jeunes leaders de la classe politique actuelle, j’estime qu’il devrait être le porte flambeau de la jeunesse pour favoriser le rajeunissement de l’administration locale de notre pays, surtout à un moment où cette jeunesse majoritairement désœuvrée aspire avec vigueur au renouvellement qualitatif de notre classe politique.

Pourriez vous croire un seul instant qu’il n’y a aucun jeune talent au sein des NFD qui réside dan la commune de Ratoma et capable de diriger valablement la mairie de Ratoma ? Ma réponse est non !!!

De ce point de vue, j’ose croire sans risque de me tromper que la candidature de l’honorable Mouctar DIALLO à la mairie de Ratoma est l’expression éloquente d’une gourmandise politique démesurée qui le disqualifie du combat légitime en faveur changement paradoxal qu’il prône dans ces différentes communications.

Par cet acte, les NFD qui semblaient être un parti d’avenir montrent à la face du monde qu’il n’a pas sa place dans la dynamique destinée à incarner la rupture avec les habitudes du passé.

La Guinée est singulière par son histoire, par sa culture mais elle l’est aussi par sa jeunesse.

Dans ce cadre, je rends un vibrant hommage à ces nombreux jeunes ambitieux qui ont pris l’initiative noble de donner vie à la candidature indépendante dans cette course pour les élections communales et communautaires dans notre pays.

Ensemble, disons non énergiquement au cumul des mandats.

 

 

 

ALMAMY SEKOU SOUMAH

PRESIDENT DU CERCLE DE REFLLEXION

AGIR POUR LA GUINEE

2 Comments

  1. Gandhi says:

    Peut-on traduire ce texte, car même après l’avoir relu 2 fois, je n’en comprends toujours pas la finalité ?

  2. SY SAVANE says:

    Il n’y a rien à y comprendre. C’est la « formation » du P.D.G.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *