breaking news

Une Nouvelle Voie (Novembre 2016) : les chinoiseries opaques du PPAC

décembre 1st, 2016 | par Leguepard.net
Une Nouvelle Voie (Novembre 2016) : les chinoiseries opaques du PPAC
Article
0

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Bienvenue à mon bilan du 11e mois de la Condécratie version 2.0, un modèle de démocratie stalinienne avec très peu de travail, justice et solidarité ; un subtil mélange de communisme à la FEANF et d’affairisme sans scrupules. Je continue donc mon exploration mensuelle des méandres des décisions importantes pour la Nation prises par nos nouveaux chefs en proposant des pistes de réflexions et d’actions qui pourraient être envisagées pour que le « vrai changement » soit effectif.

  1. Echantillon de paroles et pensées présidentielles du mois : « Le changement commence par la prise de conscience. Nous sommes certains. Le gouvernement va désormais s’atteler à un changement effectif commençant par les membres du gouvernement eux-mêmes qui doivent montrer l’exemple du civisme. Cela est valable aussi pour la classe politique… les cadres de notre pays et les dirigeants politiques et économiques n’ont pas pitié du peuple. Ils n’ont que leurs intérêts en vue. Ils ne pensent qu’à l’argent et lorsque son intérêt personnel n’est pas satisfait, il mobilise son ethnie alors qu’il s’en fout de son ethnie… Beaucoup de gens font semblant d’oublier d’où nous venons, dans quelles conditions était la Guinée. Ils étaient responsables, mais la prise de conscience d’une tare est le début du changement ». (le 08, à la clôture de la mamaya de la citoyenneté) ; « Notre défaut est que nous ne réfléchissons pas. Nous attendons que le Fonds Monétaire International le fasse à notre place alors que c’est nous qui devons réfléchir et aller vers le FMI. Si c’est à eux de réfléchir à notre place finalement on ne pourrait pas faire avancer le pays. Mais le Guinéen manque le courage économique et politique. Quelqu’un ne peut pas dire ce qui est bien pour la Guinée. Ce sont les Guinéens qui pourront définir ce qui est bien pour la Guinée. Si nous ne faisons pas un bon diagnostic nous ne pourrions pas mobiliser les ressources internes. Il est nécessaire de faire de bons diagnostics. Cela veut dire qu’il faut avoir le courage de mettre le couteau dans la plaie…Une des tares de la Guinée, c’est encore la sédentarisation des cadres. Il y a des cadres au ministère de l’économie qui sont sur place depuis 20 ans. Alors comment voulez-vous qu’on avance avec un cadre qui a fait vingt ans ? Il a traversé tous les régimes et tous les systèmes de corruption….Comment ces gens puissent apporter le changement ? C’est le manque de courage des ministres de demander qu’on change ces gens parce qu’ils ont peur que telle ethnie dira on a enlevé mon frère et telle autre dira mon cousin. Mais on a peur parce qu’on se dit « il y a les élections » etc. Si c’est comme ça, la Guinée n’ira jamais de l’avant.  Donc, face à cela ils ont peur qu’on fasse des reformes. D’ailleurs c’est ce qui fait aujourd’hui que ces gens ont toutes les mauvaises habitudes. Pourtant, la Guinée a une population jeune, il y a des jeunes cadres brillants qui peuvent complètement changer  lorsqu’ils sont introduits dans le gouvernement… la Guinée ne peut pas être un scandale géologique et que nos mines ne soient exploitées que par des étrangers. Nous nous sommes mis d’accord (avec les Chinois) que des Guinéens aient des blocs même si ce sont des petits blocs. Ils seront préfinancés pour que dans le secteur minier qu’on ait des Guinéens aussi.… Notre grand défaut, nous avons peur de nous endetter. Mais malheureusement, s’endetter pour les dépenses de fonctionnement est totalement inopérant et même dangereux. Cependant, s’endetter pour les dépenses d’investissement c’est ce qui peut faire avancer le pays. Nous avons été en Chine. Elle a annulé la dette que nous avions contractée. Cette dette n’était pas énorme. Imaginez, si on s’était beaucoup endetté la Chine allait annuler aussi (rire) ». (le 10, à l’ouverture d’un forum international sur la mobilisation des ressources internes) ; « Au niveau de la bauxite, la Guinée  est en train de devenir un véritable serviteur de la Chine » (le 11, devant le Ministre français des A.E. en visite à Conakry) ; « Si nous voulons que la Guinée poursuive son décollage et que les investissements viennent la clé de tout c’est la paix civile, la paix démocratique. Cellou est un homme sérieux. Il est de bonne volonté, je le crois sincère ». (le 13, confidences laa Jeune Afrique le principal outilde promotion du Sanseman).
  • Pour : comme c’est beau de lire la déclaration d’amour du boss pour son nouveau Haut partenaire – j’en ai eu une larme à l’œil. Des sourires et bisous cinématographiques la journée – des aiguisements de poignards et des préparations de talismans maléfiques toute la nuit. Ici on appelle cela de grands stratèges politiques. Gainsbourg serait flatté de notre version tropicale de son tube « je t’aime, moi non plus ».

 

  • Contre : c’est quand même incroyable, chaque qu’il fois qu’il cite les cadres pourris qui gèrent la mafia du pouvoir il s’oublie lui-même. Boss il est inadmissible de faire de tels constats et ne rien faire pour y mettre fin alors que vous êtes le 1e responsable de la gouvernance nationale donc ce sont cela votre responsabilité et votre boulot principaux. Ce disque est vraiment rayé pour tous les Guinéens, même ceux qui applaudissent parce qu’ils n’ont pas d’autres choix. De grâce ne rajoutez pas la moquerie à nos frustrations journalières. J’imagine tous ces financiers internationaux écoutant ahuris un chef d’Etat africain flinguant sans aucune retenue la pourriture des subordonnés qu’il a lui-même choisi pour gérer son pays. Nous avons créé le 1e modèle de Président-opposant auto-flagellateur. Ça me fait penser à un domestique de maison qui rentre dans la maison et dit « vraiment patron, la maison-là est trop sale ».—————————————-
  1. Les décisions et actions « positives » du mois : le 02, le Président chinois Xi Jing Ping; reçoit enfin le PPAC, madame et la cour mamayique. Ouf de soulagement, j’avais peur qu’après plus de 10 jours de serrage des pinces de tous les second-couteaux provinciaux qu’on nous les réexpédient sans la photo historique indispensable à toute mission réussie. Merci Mr Xi de nous avoir évité cette nouvelle honte ; le 06, nous assistons à une nouveauté, un casse-la-gueule entre les militants de l’opposition (NFD et UFDG selon certaines sources fiables) pour la candidature prochaine à la mairie de Ratoma. « Heureusement » nos gendarmes-policiers ont pu étouffer les ardeurs guerrières dès le début des hostilités. Vraiment notre pays est incroyable, comme les gabelous ne tabassent plus les opposants, ils le font entre eux et ensuite ils appellent les botteurs d’hier pour les séparer ; le 07, le PPAC revient sur la pointe des pieds dans la soirée alors que je m’attendais à un retour triomphal suite à sa prise réussie de la Chine ; le 11, nous voyons à la télé la pose de la première pierre de l’Institut Pasteur de Guinée et d’un centre de Recherche et de Formation sur les Maladies Infectieuses de Guinée (CRFMIG). L’Institut Pasteur de Guinée sera le 33e d’un réseau international évoluant dans vingt six pays sur cinq continents. Bientôt on n’aura plus besoin d’envoyer des labos par avion-cargo pour savoir ce qui nous tue – on le saura rapidement et sur place ; le 16, PPAC qui avait déjà été nommé par ses pairs l’an dernier au poste de coordonnateur des énergies renouvelables en Afrique est le récipiendaire unique du « 1e trophée de la planète » reçu des mains de Ségolène Royal ; le 16, une dizaine d’officiers supérieurs de l’armée guinéenne avec en tête le colonel-fou Issa Camara a été inculpée et placée sous contrôle judiciaire par un pool de juges constitué pour statuer sur les violences commises au mois de juin dans la préfecture de Mali ; le 22, Air PPAC Non-stop décolle de nouveau pour la Guinée Equatoriale pour un sommeil semi-arabo-africain entrecoupé de mamayas et autres frivolités. Notre boss est vraiment une force de la nature, incroyable qu’après 6 années de jet-lag, d’indigestions alimentaires qui accompagnent toujours les banquets, les nuits sans sommeil sur des matelas à chaque fois différents, tout ceci à près de 80 ans, qu’il n’en ait pas encore des séquelles visibles. A ce rythme il a des chances d’établir un dernier record Guinness : 1e Président de la République à rendre l’âme en somnolant dans sa suite présidentielle ou son fauteuil de jet privé ;
  • Pour : selon les premières fuites  des interrogatoires des miliciens fous de Mali ils se sont déroulés au siège du tribunal militaire pendant plusieurs heures. Le Colonel et ses miliciens ont également été sommés de rendre tous leurs effets militaires en attendant qu’un verdict soit prononcé dans cette affaire. Leurs documents de voyage allants des passeports aux permis de conduire ont également été saisis. En tout huit conditions drastiques de contrôle judiciaire serrées ont été imposées au Colonel Issa Camara et à ses Hommes. Il faut maintenant prier pour que la sanction finale ne soit pas une promotion au rang de ministre à la Présidence comme pour leurs copains criminels du 28 septembre 2009, Claude Pivi et Tiegboro Camara.

 

  • Contre : selon la justification peu convaincante de la ministre française de l’environnement, la distinction est une reconnaissance des efforts que le chef de l’Etat fournirait en faveur de la promotion des énergies renouvelables en Afrique. On se demande si ce jury avait envoyé des missions d’exploration au préalable dans tous les pays en lice et si c’est le cas j’aimerais bien voir ceux que nous avons battus sur le fil.

————————————

Les décisions et actions « négatives » du mois : le 01, nous apprenons que la veille, suite à l’accord sur les principes de cession des parts de Rio Tinto à Chinalco dans le projet Simandou Sud, le Gouvernement et Chinalco ont conclu un protocole d’accord fixant le cadre de coopération pour la reprise du Projet Simandou Sud par Chinalco, et la réalisation d’autres investissements de Chinalco en République de Guinée. Le tout a été présenté à la va-vite par la TV-PPAC, sans toutes les clauses sécrètes comme les deux gros gisements de bauxite qui leurs seront « offertes » avant toute poursuite des négociations. Il faut rappeler que Chinalco est une société spécialisée dans le commerce mondial de l’alumine – et non dans le fer où elle tâtonnera et sous-traitera comme nous. En attendant bienvenue aux charters d’ouvriers et à l’invasion accélérée de nos plaines agricoles et marchés. Hi-han la chinoiserie guinéenne ; le 02, démarrage de la semaine nationale de la citoyenneté et de la paix dans tout le pays. Le brave ministron se bat comme un beau diable pour nous faire danser en ordre mais c’est un doux rêveur : à l’image du pays nous assistons au ballet incessant habituel de démagogie ; le 02, la voix de la révolution (surnommée RTG depuis 1984) nous présente une interview d’un des derniers tortionnaires encore vivants de la 1e République. Elle a été pilotée par le directeur général de notre télévision publique nationale, cette voix immuable des maitres des Guinéens depuis son baptême. Ceci est un très mauvais signal envoyé directement aux familles des victimes de cet État sur la sincérité et volonté du pouvoir actuel d’agir avec une réelle impartialité pour aboutir à une réconciliation nationale. Parler dans tous les discours de réconcilier les Guinéens, mettre en place une commission nationale avec l’appui des Nations-Unies et en même temps encourager sournoisement des journalistes officiels à inviter des criminels retraités pour remuer leurs couteaux dans les plaies encore ouvertes de leurs victimes en dit long sur où et comment l’on veut nous mener dans ce dossier. Pas au pardon et à la réparation mais à la moquerie et finalement un balayage de tout notre passé douloureux sous le tapis des bourreaux. Si au moins cela avait été diffusé sur une chaine privée on aurait pu croire que cela venait d’une de leurs succursales en ville et n’était pas en fait le reflet de la pensée présidentielle ; le 04, les médias publics annoncent fièrement que le Venezuela vient d’octroyer 5 millions USD en faveur de 10 pays de l’Afrique au sud du Sahara dont la Guinée pour développer le secteur agricole dans ces pays. Les frères, suivez n’importe quelle chaine de télévision internationale et vous apprendrez que les habitants de ce pays font la queue pour une acheter une miche de pain ou traversent à pieds la frontière avec la Colombie tous les jours pour manger ! Non seulement avec de telles annonces vous prouvez que vous êtes des couillons mais pire vous pensez que nous le sommes aussi ; le 04, la 1e magouille des chinoiseries opaques du PPAC est dévoilée sur la place publique : la nébuleuse mafieuse China Harbor Engineering Company (CHEC), une filiale de la China Communications Construction Company (CCCC) a bénéficié à Conakry d’un contrat d’Etat de 774 millions de dollars pour la construction de routes et d’autres infrastructures au port de Conakry. Selon les sites spécialisés internationaux, depuis 2009 cette société fait l’objet de sanction de la Banque Mondiale pour des faits de corruption. La BM interdit aux entreprises inscrites sur sa liste « rouge » de bénéficier de contrats financés ou exécutés par cette institution de Breton Woods. Encore une belle raclée diplomatique en vue mais bon les virements de bakchichs seront déjà encaissés donc la mise au piquet ne sera pas très douloureuse pour nos négociateurs guinéens ; le 09, un nouveau piment chaud atterrit dans la sauce du PPAC : Rio Tinto annonce dans un communiqué discret qu’elle venait de suspendre de ses fonctions un de ses hauts responsables et indique avoir alerté les autorités légales américaines, britanniques et australiennes. Il faut dire qu’en aout dernier le journal d’investigation Mediapart avec publié un échange d’e-mails prouvant que le géant minier a accepté en 2011 de verser 10,5 millions de dollars US à Mr François de Combret, ami et conseiller du président guinéen, ancien secrétaire général adjoint de l’Élysée et ex-associé de la banque Lazard. ; le 14, hop – il saute de nouveau dans son bureau volant pour Marrakech après une courte visite officielle d’une semaine en Guinée. Il a été reçu à son arrivée par le ministre de l’éducation – manière diplomatique limite pour lui faire comprendre qu’ils en ont marre d’aller l’accueillir tous les mois de l’année ; le 14, nous apprenons que « l’affaire Palladino » a pris fin aux USA par un arrangement à l’amiable entre les autorités américaines et la firme Och Ziff, qui selon les autorités américaines a corrompu des personnalités proches du président Condé et des hauts fonctionnaires guinéens pour sécuriser des contrats miniers en Guinée en 2011 après la victoire programmée du PPAC. Och-Ziff a payé un total de 412 millions USD d’amendes dont 223 millions au département américain de la justice et 199 millions à la bourse de New York sans « admission de culpabilité » au gendarme boursier de Wall Street chargé de maintenir la confiance des investisseurs dans le système boursier et de combattre la corruption. Trois personnages-clés sont cités (sans être nommés) dans le transcrit du ministère de la justice américaine : Mohamed Condé (Junior Palladino pour les intimes), le fils du président, Samuel Mébiane, l’intermédiaire entre des intérêts sud-africains et le nouveau pouvoir guinéen issu des élections de 2010 et Walter Henning, le millionnaire sud-africain fondateur de la firme Palladino. Ne ratez surtout pas le rapport complet du FBI titré « Transactions utilisées pour financer la corruption dans les mines en Guinée » disponible sur les sites spécialisés. Un petit avant-goût d’un best-seller Hollywoodien qui sortira dans quelques années ; le 15, les petits secrets de l’accord avec Chinalco pour la reprise du projet Simandou sont confirmés par la voix de son Maitre (Jeune Afrique) : « En parallèle des négociations les chinois ont insisté pour des pourparlers autour d’un accord de développement des blocs de bauxite de Boffa et Santou au bénéfice de Chinalco. Certains de ces blocs étaient précédemment contrôlés par BHP Billiton, le numéro un mondial des mines qui a quitté la Guinée il y a plusieurs années. C’est seulement une fois que le groupe chinois aura sécurisé une offre ferme sur ces permis de bauxite qu’il s’engagera à assister la Guinée dans toute demande officielle de prêts concessionnels auprès de la Chine en vue du financement d’infrastructures diverses, y compris pour le Simandou ». C’est ça même que j’appelle les chinoiseries louches des chinois et nos pauvres couillons n’avaient pas d’autre choix que de faire des cadeaux imposés en fin de mission pour ne pas revenir la tête entre les pattes à Conakry ; le 14, le représentant de l’Union Européenne (UE) a remonté les bretelles de notre ministre des Affaires étrangères. Il a exigé diplomatiquement la tenue d’un dialogue pour le 24 Novembre entre la Guinée et l’institution européenne, dans le cadre de la rencontre périodique autour d’un dialogue politique global, institué selon les dispositions prévues par l’accord de Cotonou, signé entre les pays de l’UE et les États d’Afrique, des Caraïbe et du Pacifique (ACP). Il a en particulier insisté sur le contexte du dialogue notamment dans son article 96 relatif au viol de l’accord de Cotonou et l’inculpation de 5 hauts cadres guinéens dans le dossier du 28 Septembre 2009, tout en soulignant aussi d’autres consultations en cours avec les autorités guinéennes. Il a tempéré légèrement en voyant le visage de notre ministre qui se décomposait au fur et à la mesure qu’il parlait. Elle a juré que Walahi ce n’était sa faute et qu’elle passerait le message au responsable suprême de cette violation. L’étau se resserre autour du cou des « présumés innocents » car entre l’arrêt de l’aide budgétaire qui paie nos salaires et l’envoi de ces criminels en justice le boss n’aura aucun état d’âme et aucune prière ne sera bientôt plus acceptée. Quand je pense que presque tous nos politicards des 160 officines considèrent la Communauté Internationale (CI) comme la 1e responsable de nos magouilles politiques, moi je sais que c’est elle seule qui se battra jusqu’au bout, même en utilisant le gant de velours de rigueur, pour envoyer ces voyous rejoindre Charles Taylor et Laurent Gbagbo avec billets gratos et tous frais payés pour séjourner sans visa pour plus de 20 ans en Europe ; le 24, le sérieux de notre reforme des forces de dépenses et d’insécurité est de nouveau prouvée à leurs pauvres bénéficiaires. Même ceux qui sont les mieux « protégés » du pays passent par le même grill. Le préfet de Coyah, celui qui est chargé par le PPAC d’assurer la sécurité de ses administrés est devenu la principale victime de l’insécurité galopante du mois. Une dizaine d’hommes en tenues militaires et armés jusqu’aux dents se sont introduits dans sa maison tard la nuit pour le tabasser et le voler. Le pauvre a dû être évacué le lendemain par son Boss sur une clinique de Dakar pour recoller ce qui était encore récupérable sur lui. Bon, il parait qu’il était le maillon central de toutes les magouilles foncières du coin, en particulier les expropriations donc la liste de ses ennemis en ligne pour lui faire la peau est encore très longue ; le 24, le directeur général de la police, Bangaly Kourouma balance devant les militants du parti présidentiel à Nzérékoré que «« Tant qu’Alpha Condé est en vie, il sera le président de la Guinée. Je crois fermement que je resterais  à mon poste tant que le président Condé dirigera aux destinés de la Guinée, et seul la mort de ce dernier pourrait m’y évincer ». Pas un mot de reproche de ses supérieurs bien sur. Je lui souhaite le même succès et la même fin que son prédécesseur qui s’était lancé en 2009 avec « Dadis ou la mort » car il est aujourd’hui plus à plaindre que le petit dadais ;

    • Pour : comme chaque mois : R.A.S. (Rien A Signaler)…
  • Contre : l’idée d’une semaine de la citoyenneté aurait pu être intéressante mais hélas elle a été transformée comme chaque fois en kermesse du donner et du recevoir : dès que les mots « fête, semaine, caravane » sont prononcés ici nous sommes immédiatement inondés sur les TV/ radios / sites et journaux de la nauséabonde démagogie habituelle. C’est avant tout un nouveau prétexte rêvé de nos fonctionneurs et débrouillards locaux pour détourner des budgets gonflés et mamayer dans nos rues et carrefours défoncés. Dans ce nouveau dossier des amis de plus de 30 ans du PPAC Mediapart analyse ce dossier : « suite à nos questions, Rio Tinto a annoncé la suspension d’un de ses hauts dirigeants et a alerté les autorités américaines, britanniques et australiennes. L’échange d’e-mails que nous dévoilons est, il est vrai, limpide. Le 10 mai 2011, Tom Albanese, alors directeur général de Rio Tinto, Sam Walsh, le responsable de la branche minerais, et Alan Davies, responsable des opérations internationales, discutent par messagerie interposée. Ils tombent d’accord pour verser 10,5 millions de dollars à l’ancien banquier d’affaires français François de Combret, leur intermédiaire auprès du président guinéen Alpha Condé, qui vient de leur assurer le contrôle de deux des quatre lots qui composent le gisement de Simandou ». Justification d’Alan Davies, le grand boss de la boite « Je sais que c’est beaucoup d’argent. Mais je souligne que le résultat que nous avons obtenu a été significativement amélioré par la contribution de François, ses services, uniques et inimitables, et sa proximité avec le président ». Il décrit les « services » comme une « assurance extrêmement précieuse que les choses iront tranquillement pendant que nous clôturons l’accord »  autour de Simandou ». Au fil de la conversation, on apprend que François de Combret avait dans un premier temps demandé 15 millions de dollars, et qu’il a accepté de baisser ses exigences.

 

————————————

3.      Formations, séminaires, ateliers, colloques et autres « rendez-vous du donner et du recevoir » du mois : atelier régional (G. Forestière) de réflexion sur les mutilations génitales féminines /excision, la pérennisation des mesures d’hygiène et la fréquentation des structure sanitaire ; formation sur le rôle de la société civile dans un processus de justice transitionnelle ; 2e atelier du ministère des mines sur l’initiative pour le développement minier responsable (IDMR) ; formation de trois mois avant la mise en service des agents de la sécurité de l’armée ; assises nationales de pré-validation du plan national de développement économique et social (PNDES) pour la période allant de 2016 à 2020 ; forum sur la compétitivité de la mangue guinéenne sur le marché international ; formation de la 3e promotion des agents de l’Agence du Service Civique d’Action pour le Développement (ASCAD) en hébergement, cuisine, pâtisserie, restaurant-bar et agents de protection et de sécurité ; formation de1610 agents officiers de police judiciaire et de la gendarmerie sur la reforme du secteur de la défense et de la sécurité ; atelier régional de formation des agents, chefs de centre et poste de santé sur les soins obstétricaux et néonataux de base (SONUB) et l’application de l’accouchement sans risque ; concours national de plaidoirie en Droit International Humanitaire (DIH) ; table-ronde nationale sur l’initiative nationale sur le développement minier responsable  (IDMR) ; rencontre sous-régionale sur la mise en œuvre du projet de protection des populations riveraines du fleuve Niger et lutter contre l’ensablement dudit cours d’eau ; atelier technique sanitaire intitulé « spécification du module de surveillance épidémiologique dans le DHIS 2 en Guinée » ;  1e forum international sur la mobilisation et l’utilisation efficace des ressources internes du pays ; atelier de réflexion axé sur le développement de la santé communautaire en Guinée ; états généraux de la culture ; atelier de lancement des activités de vulgarisation de la Loi organique ; 4e congrès international sur le diabète ; atelier sous-régional de discussion des paramètres liés à la mise en œuvre du projet de protection des populations riveraines du fleuve Niger et la lutte contre l’ensablement dudit cours d’eau ; 4e congrès mondial contre le diabète ; formation de 60 pharmaciens, médecins, microbiologistes, virologues et bactériologistes chercheurs sur le diagnostic des maladies infectieuses et la maîtrise des techniques modernes de laboratoire ; 3e rencontre sur l’initiative pour un développement d’une politique minière responsable ; atelier sur le thème « le droit alimentaire de l’Union Européenne et les éléments spécifiques relatifs à l’exportation des produits de la pêche et les principes de certification ».
  • Pour : le séminaire-bizness reprend quelques couleurs ce mois-ci (22). Une embellie qui est surement liée à proximité des achats de cadeaux de noël et du nouvel an.
  • Contre : il y a trop de formations de militaires depuis quelques mois – attention aux coups d’état, boss car si nos soudards apprennent en plus la lecture on peut déjà imaginer leurs lectures préférées. Le titre complet du séminaire sur la mobilisation des ressources internes du pays aurait du finir par « pour la finalisation des chantiers des cadres des directions du ministère des finances ». Les cadres des finances organisateurs prennent les autres Guinéens pour des idiots mais tant qu’ils ne proposeront pas en premier de vrais solutions à leurs magouilles internes et que nous ne verront pas que nos sous seront effectivement utilisés uniquement pour financer nos services de base améliorés, ils perdent leur temps – on va continuer à tricher – net !

———————————–

  • Pour conclure quelques suggestions SMART (Spécifiques, Mesurables, Atteignables, Réalisables, Temporellement définies) pour changer le changement :

 

Mr le père de la mouvance et de l’opposition, vous jouez inconsciemment avec le feu, celui de la dignité et du respect dus aux victimes de l’Etat depuis 1959 et de leurs familles, mes frères et sœurs meurtris mais debout en face de tous ceux qui veulent nous ridiculiser publiquement. J’exprime à votre chargé de mission Madifing Diané et à vous-même notre mépris et notre pitié pour votre contribution singulière à la semaine nationale de la citoyenneté et de la paix. Sachez que les déchets comme Madifing Diané sont facilement recyclables. Ils disparaissent par biodégradation naturelle c’est à dire qu’ils pourrissent doucement et redeviennent poussière comme avant leur arrivée sur terre. Sa jalousie mesquine, ses complexes d’infériorité mais surtout son aigreur de fin de vie dans le dénuement et la misère sur tous les plans disparaitront très bientôt. Ensuite comme tous ses prédécesseurs il disparaitra de la mémoire de tous, y compris d’une grande partie de sa famille. La preuve en a été fournie par certains de ses neveux qui ont témoigné par écrit que leur père l’avait toujours considéré comme un farfelu et un faux type. Et l’histoire Guinéenne réécrite par des vrais historiens glorifiera leurs victimes innocentes et les transformeront en martyrs nationaux alors qu’eux seront classés dans la longue liste mondiale des petits-bras des dictateurs qui ne trouvaient du plaisir que dans la torture jusqu’à ce que mort s’en suive d’hommes et des femmes nus et attachés. Ainsi chacun sera identifié et récompensé à sa juste valeur pour sa contribution personnelle à l’édification de la Nation guinéenne. Vous savez très bien que le bon Dieu finit toujours par rattraper et punir les méchants. Voici un pauvre type qui vit mal sa fin de vie dans une déchéance pitoyable et qui par dépit décide de faire un dernier baroud d’honneur pour se faire mousser devant les caméras de la voix de la révolution. Au lieu de rester terré dans le secret de son anonymat bien mérité le voila qui se rappelle à nos mauvais souvenirs en se pointant à nous. Nous n’aurons hélas jamais un procès public du PDG en Guinée – cela aurait été possible en 1985-1986 mais le système pdgiste toujours au pouvoir a bloqué le processus. Par contre le prochain procès international de Dadis sera une opportunité en or pour revenir sur ces hommes/femmes qui ont crées de tels monstres et qui les ont élevés si haut dans notre pays. Une cour professionnelle ne pourra pas le juger sans remonter à leur grand-père (Satan Touré) et à leur père (Lansana Conté) qui ont façonné toute sa bande à leur image. Préparons-nous donc pour que ce procès soit en même temps et autant que possible celui de tout le système mafieux mis en place depuis 1959 et qui n’a jamais été bousculé depuis. Travaillons à monter une équipe de partie civile professionnelle (juristes, historiens, psychologues) pour tirer un maximum d’avantages de ce procès à venir. Alors seulement tous ces révisionnistes minables comprendront que l’histoire de la Guinée, celle qui sera enseignée dans 20-30 ans à nos descendants ne retiendra rien des témoignages, insolences et immoralités déversés par d’anciens criminels. Nul part cela ne s’est vu et ça ne commencera sûrement pas en Guinée. Nous ne sommes pas engagés comme eux bêtement dans une course de vitesse mais dans un marathon avec de nombreux obstacles – comme pour Hissein Habré – et seuls les champions couperont le cordon final.

Mon ami Gandhi a bien résumé la nouvelle politique de développement du Sanseman jusqu’en fin 2020 : « Que va faire la Chine ? Construire des infrastructures de A à Z, pendant que les Guinéens regardent, mais n’apprendront rien. C’est la Chine qui rappelait dans les années 60, qu’il faut apprendre à pêcher plutôt que de recevoir du poisson ». Qui plus est, nous avons des exemples frappants de la qualité et de la moralité actuelles des travaux des sociétés chinois en Guinée : – Les routes récemment reconstruites (durée de vie de 2 ans max.) et en particulier la route entre le Km 24 et Coyah (soit le Km 50), en rade depuis plus de 3 ans. – Les forages d’eau réalisés lamentablement (plus de 40% négatifs) à l’intérieur du pays.

– Une partie du nouveau stade arraché par une forte pluie avant même son inauguration.

– Les grossistes-distributeurs chinois de poissons frais qui ravitaillent normalement nos mareyeuses pour qu’elles fassent un petit bénef par la vente au détail dans les marchés passent dans leur dos avec des complicités de criminels du ministère du commerce pour casser les prix de détail en revendant directement sur des étales dans certains marchés.

C’est fini les travaux comme le palais du peuple et le stade du 28 sept du XXe siècle – pour les chinois du XXIe siècle la règle principale des affaires est toujours très claire au démarrage des travaux : petit argent et petit contrôle = petits résultats. Ce n’est pas pour rien que toutes les agences financières internationales ont une division spéciale pour leurs négociations avec la Chine – le FMI leur a même réservé un immeuble entier. Mais chez nous la philosophie économique est toute autre comme bien résumée par un autre compatriote ce mois-ci (A. Dem) : « Nous on n’a pas peur des dettes, faites nous des gros ouvrages bien solides, on payera tout avec toutes les générations d’avenir. L’homme ne doit pas avoir peur des dettes, si tu ne peux pas payer, ton fils va payer. Est ce qu’il y a problème dans ça ? ».

 

Tic-tac, Tic-tac, la montre tourne; aujourd’hui est le 344e jour du « nouveau changement radical » et de l’ancien « Guinea is back » devenu en 2016 « Guinea is really in back », déjà 11 mois et 10 jours ! Une personne dont je n’ai pas reconnu le patronyme (Mr ou Mme Richer) m’a envoyé un message fort aimable qui résume pour moi pourquoi je continue, parfois malgré moi, à scruter à la loupe tous les jours, même les dimanches, la presse en ligne, écrite, télévisée et audio de notre République bananière. Il commente sur un forum populaire : « Les analyses et observations de A.O.T Diallo sont les plus pertinentes et les plus instructives que je puisse lire sur l’ensemble des sites guinéens. Merci et bon courage pour ce fils du pays. La Guinée aura besoin de beaucoup de cadres comme lui pour espérer un véritable changement dans les prochaines années ». Comme je l’avais déjà écrit dans le passé l’une de mes plus grandes frustrations a toujours été de ne pas savoir précisément quelles bévues majeures et catastrophiques pour notre futur et quand ont été faites par Satan Touré en février 1961 (simple exemple) ou Fory Coco en Mai 1986 (autre exemple). J’ai entrepris donc cette chronique pour éviter que nous refassions la même erreur pour le petit dadais, le maréchal tigré et le PPAC. Plus tard de vrais spécialistes écriront « la vérité historique » sur rôle de chaque responsable guinéen dans ce triste gâchis avec en plus des faits et paroles précis. C’est ça ma principale motivation à poursuivre tant que je le pourrais en espérant surtout que d’autres plus jeunes et dynamiques continueront après 2020. Moi je prendrais alors ma retraite avec mon PPAC adoré – pas de 3e mandat pour lui et moi, promis…

 

 

30 Novembre 2016

A.O.T. Diallo

 

NB : vous pourrez suivre chronologiquement cette série et les précédentes (depuis le début du changement en Guinée en janvier 2007) sur mon nouveau blog: https://aotdiallo.wordpress.com/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *