breaking news

Dans l’affaire gambienne, le président Alpha CONDÉ propose l’impunité pour tous les Chefs d’Etat CRIMINELS et Prédateurs africains.

janvier 1st, 2017 | par Leguepard.net
Dans l’affaire gambienne, le président Alpha CONDÉ propose l’impunité pour tous les Chefs d’Etat CRIMINELS et Prédateurs africains.
Article
1

Sy savane3

Mamadou Billo Sy Savané

 

 

Après plus de vingt ans au pouvoir absolu, jalonné de meurtres d’opposants, et de pillage en règle de la GAMBIE, M. Yaya JAMMEH organise une élection transparente et donc crédible. A sa grande surprise, les Gambiens le revoient dans son village avec leurs bulletins de vote. Abattu par le congédiement sans préavis que ses concitoyens viennent de lui signifier, il reconnaît sa défaite   électorale. Sans trop tarder, il félicite son vainqueur, et lui souhaite bonne chance.

Dans la foulée, son « beau-frère » le FARBA Tibou KAMARA, par ailleurs intrigant notoire auprès du Président Alpha CONDÉ, passe à TV5 Monde. La journaliste qui le recevait était si complaisante avec lui, qu’on ne savait plus s’il s’agissait d’une interview politique, ou d’une émission à la gloire de M. Yaya JAMMEH. Tibou KAMARA s’y livre à un véritable exercice de flagornerie, sans être interrompu par la journaliste Denise EPOTE. M. Yaya JAMMEH est présenté en démocrate exemplaire, en humaniste inégalé, en Chef d’Etat hors-pair, d’une probité rare en AFRIQUE.

C’est après cette émission que tout d’un coup, M. JAMMEH rejette les résultats électoraux qu’il avait pourtant reconnus quelques jours plus tôt. Pour cela, il se saisit d’une communication maladroite de la Commission électorale pour expliquer son revirement. Etrangement, le président Alpha CONDÉ prend fait et cause pour lui. Il place son « amitié » vraie ou supposée au-dessus de la volonté du peuple gambien, volonté exprimée librement lors du scrutin perdu par M. JAMMEH. Les arguments qu’il déploie pour finalement encourager son « ami » à ne pas abandonner le pouvoir, sont étranges, parce que, inquiétants.

Selon le président Alpha CONDÉ « …le grand problème qu’on a en Afrique, c’est le manque de garantie de non poursuite pour un Chef d’Etat qui perd le pouvoir ». Or, poursuit-il, « il faut qu’on le rassure. C’est-à-dire qu’on ne va pas le poursuivre, poursuivre ses partisans ou sa famille. Tant qu’on ne donne pas de garanties aux chefs d’Etat qui partent, ils ont peur qu’il y ait une chasse aux sorcières… ».

D’abord en disant « …le grand problème qu’on a en Afrique….. », M. Alpha CONDÉ fait une généralisation abusive non fondée, qui ne résiste pas à la réalité. C’est son problème, pas celui de l’AFRIQUE. En Afrique, des dizaines de Chefs d’Etat qui ont été battus électoralement, ont reconnu leur défaite, et quitté le pouvoir pacifiquement, sans avoir été inquiété par qui que ce soit. Au BENIN, il y a eu plusieurs alternances, sans le moindre conflit, ni avant, ni après l’élection. Les présidents battus n’ont jamais été inquiétés par personne. Ils n’avaient commis aucun acte que leurs concitoyens pouvaient trouver intolérable. Au GHANA aussi, il y a eu plusieurs alternances tout à fait pacifiques, par voie électorale. Je peux citer d’autres alternances comme au Cap-Vert, en SIERRA-Léone, au LIBERIA, en ZAMBIE, etc…. Ensuite, le président Alpha CONDÉ voudrait-il nous expliquer que les Chefs d’Etat Africains battus qui sont éventuellement poursuivis, le seraient gratuitement, sans cause ? Ou par méchanceté perverse des populations ? Enfin, le président devrait dire aussi qui poursuit les anciens présidents battus ? Pourquoi certains le sont, et pas d’autres ?

 Etrange conception de l’exercice du pouvoir, après soixante ans de vie dans un système républicain doté d’un Etat de Droit, fonctionnant sur le respect des Droits humains et la probité dans les affaires publiques. Bien sûr, tout n’est pas parfait en FRANCE. Il peut y avoir des manquements à la Règle fondamentale commune, ici ou là. Mais ces manquements sont recherchés, parfois trouvés, et les auteurs sévèrement sanctionnés. Que Monsieur Alpha CONDÉ ait vécu dans un pareil système pendant si longtemps, pour ensuite venir prôner et défendre les tyrannies sanguinaires les plus vulgaires, tout en demandant l’IMPUNITÉ pour les tyranneaux criminels, comme il le fait là, alors la FRANCE devrait se poser des QUESTIONS sur l’opportunité des soutiens qu’elle lui porte directement ou indirectement. Je prétends qu’on tient là, l’explication du peu d’empressement que met le président Alpha CONDÉ à faire poursuivre les RESPONSABLES pourtant IDENTIFIÉS des viols et massacres de septembre 2009 au stade du 28 septembre à Conakry. Peut-être, plaide-t-il pour lui-même (massacres de N’WOMET, SIGUIRI, N’ZEREKORE….), en prenant sans discernement, la défense de Yaya JAMMEH.

En effet, que propose-t-il pour tous ceux qui pendant des années, ont assassiné gratuitement des centaines de leurs concitoyens, pillé les ressources minières et financières de la Guinée ?— Leur garantir une impunité totale, pour qu’ils acceptent de quitter le pouvoir, même si les citoyens dans leur immense majorité, les ont congédiés pacifiquement, dans les urnes.

CONSÉQUENCES de ce qui précède :

1°. Les Guinéens sont avertis: aucune élection ne fera partir M. Alpha CONDÉ. Il nous dit presque directement qu’il mourra au pouvoir. Parce que, il lui sera demandé des comptes sur certains contrats miniers, sur des kilos d’or de diamants et des valises d’euros et de dollars qui sortent régulièrement de la Guinée pour d’obscure destination, sans que la Représentation nationale en sache quoi que ce soit. (Voir les saisies à l’aéroport de Dakar il y a deux ou trois ans des valises de dollars et euros, des kilos d’or et plusieurs milliers de carats de diamant.). 2°.Tant que lui, Alpha CONDÉ est au pouvoir à CONAKRY, il fera tout pour empêcher que les RESPONSABLES des viols et massacres du 28 Septembre 2009, soient entendus, et sanctionnés. Je souhaite me tromper. Je rappelle ici, que le capitaine Moussa DADIS CAMARA l’a toujours personnellement mis en cause dans cette tragédie. Il veut rentrer en Guinée pour s’expliquer devant la justice de son pays. Du reste, il a toujours reconnu sa RESPONSABILITÉ. Il ne l’a jamais niée. Mais il est empêché de rentrer dans son pays, la TERRE de ses ANCÊTRES. Pourquoi ?

Beaucoup de personnes ont à craindre que le naïf capitaine vienne dire au pays, devant les juges, et publiquement, ce qu’il sait de cette tragédie. Et les plus inquiets, ne sont pas forcément ceux qu’on imagine. Enfin, pourquoi s’acharner sur le seul Aboubacar DIAKITÉ dit Toumba, alors que, ce n’était qu’un subalterne qui obéissait à l’ordre de ses SUPÉRIEURS (militaires et civils) qui sont parfaitement IDENTIFIÉS, et qui se baladent partout en Guinée, et même en FRANCE ? Le capitaine Aboubacar DIAKITÉ n’est qu’un menu fretin dans cette affaire.

Mamadou Billo Sy Savané.

Leguepard.net

 

One Comment

  1. mamadi says:

    Belle analyse mon frère,surtout le problème du 28 Septembre est très simple: Dadis chef de l’ armée veut rentrer le président l empêche ,Pivi ,Tiegbro ,Bouba Barry et tant d autres travaillent avec le pouvoir,Toumba serait il le seul responsable ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *