breaking news

Côte d’Ivoire: Quand le président Ouattara donne une leçon de démocratie au président Alpha Condé: il confirme qu’il ne sera pas candidat en 2020

janvier 5th, 2017 | par Leguepard.net
Côte d’Ivoire:  Quand le président Ouattara donne une leçon de démocratie au président  Alpha Condé: il confirme qu’il ne sera pas candidat en 2020
Article
1

Alpha et Wattara

(Leguepard.net) Pendant que le président Alpha Condé entretient le flou et affiche sa volonté de violer la constitution par le non respect de la limitation du mandat présidentiel à deux mandats conformément à la constitution guinéenne, une leçon de patriotisme et de démocratie vient de lui être administrée par le président ivoirien son excellence Alassane Ouattara. Au moment où il est strictement interdit par le président Alpha Condé que les cadres et militants du RPG disent qu’il est sur son deuxième et dernier mandat, au moment où le secrétaire général du RPG l’honorable Saloume Cissé est insulté par l’honorable Damaro Camara du seul fait d’avoir dit, conformément à la constitution que le président Alpha Condé est sur son dernier mandat, Alassane Ouattara vient une nouvelle fois de dire clairement sur RFI, quatre ans avant la fin de son mandat, qu’il ne sera pas candidat en 2020.

Qu’un député (l’honorable Damaro Camara) insulte un autre député (l’honorable Saloume Cissé) du seul fait d’avoir répété la disposition constitutionnelle relative à la limitation du mandat présidentiel est une insulte grave au peuple de Guinée, accompagnée d’une circonstance aggravante du fait de sa qualité de député de la République. Le peuple de Guinée doit s’en souvenir à tout moment.

Leguepard.net  vous souhaite bonne lecture de l’intervention du président Ouattara ci-dessous reproduite.

INTERVENTION DU PRESIDENT ALASSANE OUATTARA

 

A Abidjan ont eu lieu mercredi 4 janvier les vœux du président Ouattara aux corps constitués du pays. Lors de cette cérémonie au palais présidentiel, le chef de l’Etat a de nouveau fait une déclaration concernant l’avenir politique et l’échéance de 2020. Pour lui il est clair qu’il ne se représentera pas pour briguer un nouveau mandat.

Il l’avait affirmé en 2015 avant sa réélection, il l’avait redit au moment du referendum constitutionnel et il l’a donc re-redit mercredi lors de la présentation des vœux aux corps constitués, Alassane Ouattara fermera le ban en 2020 en ce qui concerne sa longue carrière politique d’un demi-siècle . « A l’occasion de mes 75 ans, ceci m’amène à réaffirmer que les institutions de la République qui seront mises en place très prochainement me permettront de prendre congé en 2020 », a-t-il déclaré.

Une méthode Coué qui apparemment a du mal à convaincre certains opposants politiques ou détracteurs qui imaginent que la nouvelle Constitution et la fin de la limite d’âge sont un parfait tremplin pour briguer un troisième mandat présidentiel.

Mais l’intéressé lui-même avait laissés entendre lors de la campagne 2015 qu’il pourrait même écourter son deuxième mandat si la fatigue et le sentiment du devoir accompli le poussaient à passer le relais à un vice-président ou tout du moins à un successeur constitutionnel.

Un tel cas de figure, s’il se présentait, ne manquerait pas de relancer toutes les spéculations politiques dont on se délecte à Abidjan du plus petit maquis des bords de la lagune jusque dans les palais de la République.

Mais l’essentiel de ses vœux est peut-être ailleurs : par exemple dans la redistribution de la richesse de la Cote d’Ivoire émergente que les autorités religieuses, lors de cet échange, ont souhaité plus équitable à l’avenir. Ce à quoi le président Ouattara a répondu, comme en écho, qu’il espérait que les entreprises ivoiriennes dans leur ensemble appliqueraient scrupuleusement le salaire minimum garanti pour leurs employés, ce qui n’est semble-t-il pas tout à fait le cas depuis sa réévaluation en 2013.

Source: RFI

One Comment

  1. SY SAVANE says:

    Avis personnel sur la personne publique Alassane Dramane OUATTARA.

    De ce que j’ai compris de l’ACTION politique de M. OUATTARA, je pense pouvoir dire:

    1°. Il avait un projet pour son pays et ses compatriotes. Ce projet est réfléchi, mûri approfondi, et bien travaillé depuis bien longtemps. Il n’est pas exagéré de dire ici, que son entrée en politique trouve sa motivation profonde, dans le désir de réaliser ce projet. Bien sûr, je ne suis pas si naïf, au point de croire que sa motivation politique était dépourvue d’une part d’ambition personnelle de « grandeur ». Mais la réalisation de son projet initial reste l’élément décisif de son engagement politique.

    2°. Etant bien préparé et décidé à exécuter son programme, il n’a pas tâtonné. Dès son investiture, il a tout de suite mis son équipe au travail, avec comme missions principales:

    —remise en marche des services publics de base (eau, électricité, services primaires de santé.

    —réparation d’infrastructures abîmées, ou abandonnées, construction de nouvelles( routes, autoroutes, ponts, ….)

    3°. Sur le plan politique:

    —panser les plaies d’une guerre civile qui n’avait pas lieu d’être.

    —s’atteler à la Réconciliation nationale comme une la priorité Number ONE. Sur ce terrain, lui et M. Henri Konan BÉDIÉ ont scellé un pacte dont la réussite et le fonctionnement commencent à persuader les autres acteurs politiques ivoiriens, que les rancoeurs et les acrimonies doivent s’effacer devant l’impératif de l’unité nationale.

    M. OUATTARA a fait la démonstration que si on est vraiment habité par la passion de son pays, au bout du compte, vos compatriotes vous accordent leur confiance. Et puisque sa propre personnalité inspire CONFIANCE sur le plan international, aux ETATS économiquement puissants, et aux INSTITUTIONS Financières internationales, le financement de ses projets, tous CRÉDIBLES et utiles à se concitoyens en a été largement facilité. RÉSULTAT : en moins de dix ans (durée de la guerre civile, la Côte d’Ivoire est redevenue le principal pole d’attraction économique de l’Afrique de l’Ouest.

    Est ce à dire qu’il a tout réussi, et que la Côte d’Ivoire est devenue un paradis ? Bien évidemment non, et non. La Réconciliation est visiblement entamée, mais loin d’être achevée. Cependant, on ne peut nier, sauf mauvaise foi, que le processus enclenché est difficilement réversible.

    Avec un tel bilan en moins de dix ans, M. OUATTARA ne tergiverse pas avec les textes fondamentaux de son pays, ne joue pas à l’homme « irremplaçable ». Il respecte scrupuleusement la constitution de son pays, et le fait savoir, alors qu’ailleurs d’autres réclament déjà pour eux, une IMPUNITÉ UNIVERSELLE et PERPÉTUELLEMENT pour le cas où ils seraient battus dans les urnes.

    Alassane OUATTARA ne tergiverse pas, ne demande aucune protection particulière. Il a droit à deux mandats consécutifs comme le prévoit la constitution de son pays. Il s’y tient. Il ne sera en aucun cas candidat à un troisième mandat. Il le répète, publiquement, et à qui veut l’entendre.

    Mamadou Billo SY SAVANÉ.

    NB: jene suis pas un Ivoirien. Je ne connais pas M. OUATTRA, ni de loin, ni de près. Evidemment, je le connais comme on peut dire qu’on connait une personne publique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *