breaking news

(Keppar) Gambie : La Mauritanie exige le respect des accords avec Yahya Jammeh et prévient

janvier 25th, 2017 | par Leguepard.net
(Keppar) Gambie : La Mauritanie exige le respect des accords avec Yahya Jammeh et prévient
Article
0

 

 

Alpha-Condé-et-Mohamed-Ould-Abdel-Aziz

Alpha-Condé-et-Mohamed-Ould-Abdel-Aziz

 

Un accord existe bel et bien entre Yahya Jammeh et les Présidents Condé et Abdel Aziz. Un seul point aurait été respecté et c’est le départ de Yahya Jammeh de la Gambie. La présidence mauritanienne exige alors le respect des quatre points, notemment le retrait des troupes de la Cedeao.

Après l’acceptation de Yahya Jammeh de quitter le pouvoir, des informations faisaient état de l’existence d’un accord entre lui et les médiateurs de la Cedeao. Mais aussitôt après, des sources diplomatiques ont élevé la voix pour faire savoir qu’il n’existe aucun accord. Adama Barrow lui-même s’est prononcé sur la question pour informer qu’il n’a rien garantie à Yahya Jammeh. Face à ce déroulement des événements, les autorités Mauritaniennes ont jugé nécessaire de sortir de leur réserve pour soutenir qu’il existe bel et bien un accord avec Yahya Jammeh. Mieux encore, la Mauritanie exige le respect des termes de l’accord et avertit qui veut l’entendre, des conséquences en cas de non respect du dit accord.

Le ministre mauritanien des affaires étrangères, Isselkou Ould Ahmed tire déjà la sonnette d’alarme. Il soutient que la Gambie pourrait ressembler à la Somalie si l’accord est violé.  Les autorités mauritaniennes auraient même saisies les hautes instances internationales dont les Nations-Unies, l’Union Afriaine, et la Cedeao pour dénoncer le non-respect de l’accord obtenu en Gambie par les présidents Mauritanien et guinéen. Les sources mauritaniennes font en effet savoir qu’un seul des points a été respecté à savoir le départ de Yahya Jammeh de la Gambie. En conséquence, la Mauritanie exige le respect intégral des accords. Surtout le retrait des forces de la Cedeao et la prise de fonction par Adama Barrow dans les plus brefs délais. Pour le ministre des affaires étrangères de la Mauritanie, si les termes de cet accord controversé sont violés, il y aura une nouvelle Somalie.

Pour rappel la Somalie est ravagée par une guerre civile depuis 26 ans. Un conflit qui a fait plus de 500 milles morts, selon les Nations Unies.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *