breaking news

Carnet d’un Zonard 4 : Ratoma, le grand bordel domanial où l’ex tout-puissant ministre directeur de cabinet Mohamed Diané serait embourbé.( Par Saidou Nour Bokoum)

janvier 26th, 2017 | par Leguepard.net
Carnet d’un Zonard 4 : Ratoma, le grand bordel domanial où l’ex tout-puissant ministre directeur de cabinet Mohamed Diané serait embourbé.( Par Saidou Nour Bokoum)
Article
0

Mohamed Diané

I La famille d’Elhadj Thierno Aliou Niane, est entrain de mener un combat à armes inégales contre un certain Kabinet Kaba qui a entamé un projet de construction sur un domaine qu’Elhadj Thierno Aliou Niane a obtenu sur la base d’une signature de bail d’une durée de 40 ans.

Après avoir obtenu gain de cause devant les tribunaux contre son adversaire, M. Kabinet Kaba, qui l’avait assigné en justice, Elhadj Thierno Aliou Niane n’arrive toujours pas a récupérer son domaine par défaut d’exécution de la décision de justice.

A croire M. Issa Niane, ce sont des cadres de l’État venus en soutien à M. Kaba dans cette affaire, qui ont mis le pied sur la décision judiciaire, l’empêchant d’entrer en possession de son domaine. Ces cadres et M. Kabinet usant d’un argument en béton, c’est le cas de le dire : les liens de famille qu’il aurait avec l’actuel ministre de l’armée, l’incassable Mohamed Diane, grosse huile du RPG, ci-devant fidèle des premières heures du RPG d’Alpha Condé, quand il n’était encore « qu’A lélé tcho ! ». Or le citoyen Niane dit détenir une copie de la lettre que l’actuel ministre de l’armée a adressée à l’actuel ministre de l’habitat, (Loucéni Camara) dans laquelle il a demandé a celui-ci de donner le bail à M.Kaba, en oubliant qu’il y a des arrêts qui ont tranché cette affaire en faveur du citoyen Elhadj Thierno Aliou Niane.

Malgré toutes les difficultés que rencontre Elhadj Thierno Aliou Niane, il reste convaincu qu’un jour il sera rétabli dans ses droits. « Tôt ou tard, comme on dit, la vérité va triompher un jour, c’est pourquoi nous nous engageons à payer les taxes comme convenu avec l’État. Et nous avons suivi les procédures de justice, car nous détenons tous les documents. Si aujourd’hui on n’arrive pas a exécuter la décision de justice, un jour, si Le Tout Puissant nous accorde longue vie, cette décision sera exécutée.. »

 Ce dossier de bail qui a été signé depuis le 18 juillet 2005, traine toujours, bien que la justice a tranché en faveur d’Elhadj Thierno Aliou Niane. Tout de même, l’homme dit  être toujours derrière la loi.

II Dossier Saïdou Nour Bokoum contre tous les « Mohamed Diané » qui nous malgouvernent.

J’ai un bout de terrain acquis de façon coutumière en 1993 dont je détiens évidemment la donation. La parcelle de 2500 mètres carrés est située, pied dans l’eau, au Lac de Sonfonia où il y a 57 ans, on nous avait fait subir en cobayes, la diète noire. Mais ce n’est pas le sujet, c’est juste pour dire qu’il n’y a pas de hasard dans l’histoire de la prédation bientôt séculaire dans ce pays.. Donc, en 19997, alors que j’étais à létranger et pour cause, profitant du lotissement de tout Yataya incluant Sonfonia, les rapaces de l’urbanisme m’ont spolié des deux tiers de mont lot. Après deux décennies de démarches infructueuses auprès des servies « compétents », il y a deux ans, je vois que le peu qui me reste est encore mordu par un « Yèttè Diallo » cette fois, après avoir vu – ou m’être entretenu avec – les plus hauts personnages de l’Etat grâce à Kiri Di Bngoura, il faut être juste et un autre dont je tairais le nom, le tout s’est terminé par une gifle que m’administre un certain Ibrahima Camara, directeur national de la DATU à Coléah. Nous avions rendez-vous, le ministre, lui et moi pour en finir avec ce dossier, sur intercession d’un autre grand cadre honnête, il en existe encoreen Guinée.

Vous me fatiguez monsieur Bokoum !

C’est pire qu’une gifle. C’est après que la « rumeur d’Orléans » à l’urbanisme de Ratoma, m’a appris sur quel mur en béton il était adossé cet insolent qu’Alpha n’arrive pas à balayer (après avoir remercié le ministre Ibrahima Bangoura) : il est l’époux d’une vague fille de .. Mohamed Diané qui ne sait pas que nous serons bientôt voisins : « Docteur » Diané aurait « acheté » non loin de chez moi, des parcelles qui valent des milliards à de pauvres citoyens pour des miettes en francs glissants. D’ailleurs, Ibrahima Camara m’avait tenu un argument massue : de Plazza Diamond à Dubréka, il y aura « une bande de protection de 100 m » et toute construction qui mordrait cette bande sera détruite.

– Vous allez casser tout Foula Madina ! lui avait lancé Loucéni Camara.

 Cet insolent ne savait pas que j’étais en « téléphone-conférence » avec son ministre !

Donc depuis un an, ce monsieur me mentait, car la Hiérarchie, cette boule puante qu’il m’envoyait chaque fois que je le relançais, c’est-à-dire : le « hiérarchie », donc son ministre, donc Alpha Condé n’a toujours pas fixé de limite pour la bande de protection, attendant les techniciens, qui eux prenaient leur temps, jusqu’à ce qu’un diaspourri de Bokoum perde patience et laisse tomber et que Ibrahima Camara et autres VA, Vautours Affamés de terre, après avoir trouvé la combine pour mettre un ministre dans leur poche en y mettant un domaine. Entre les ministres et cette canaille, « c’est excellence je te tiens tu me tiens.. » D’ailleurs son ex ministre m’a trouvé dans son bureau un jour ; je croyais que c’était son chauffeur : « Excellence, je vous présente le Pr Bokoum.. ». Ibraima BANGOUARA ( !) venait juste d’être « balayé ».. Peut-être qu’il était venu chercher quelques litres d’essence. C’est comme cela que de petits va-nu-pieds osent humilier des citoyens, surtout qu’Ibrahima CAMARA serait filialement vautré dans le paillasson familial d’un autre incassable.

–     Je vais te balayer, aurait lancé Alpha à « Docteur » Diané, selon www.conakryactu.com, mais c’est le site dont l’administrateur écoutait trop aux portes, Cheick Yérim Seck, qui fut balayé quelques heures après, là-même où Nabé de la BCRG avait reçu le même savon à l’eau de Javel ; ce dernier est toujours là, éloquent, et aussi doué que Zidane à faire des moulinets du pied, pour faire glisser la monnaie, et Diané propulsé ministre à temps plein, alors que Kabélé n’était que ministre délégué. Mais moi, j’ai tout le dossier de Sonfonia, depuis que ce lac artificiel a été créé par un Italien pendant les années 70, années du plomb fondu de la révolution qui se déversait sur le « peuple-homme », jusqu’à la signature par Lansana Conté d’un décret devenu loi pendant les années 80 (voir le satirique Le Lynx), après un âpre lobbying d’un illuminé, le plasticien Mamadi Falo (paix à son âme), décret qui a réservé le côté village aux citoyens qui s’engageraient à y bâtir des structures à vocation culturelle ou touristique. Le Général-paysan-président se réservant la rive d’en face où se trouvait l’Ecole de Police devenue L’université Lansana Conté ! Plus intellectuel que Lantchana (William Sassine)..

Voici qu’une hiérarchie qui serait intellectuellement plus naine que « Lantchana », viendrait livrer la meilleure plage au monde, à un prétendu projet chinois d’habitations à loyer modéré, alors qu’un projet japonais – plus émergeant – prévoyait plutôt d’aider les riverains des « boras » à mieux rentabiliser leurs terres, tout en y faisant eux-mêmes des cultures qui nous soulageraient et nous épargnerait la diaspora de nos maigres devises. Chaque année, ce sont 200 mille à 400 mille tonnes de riz à acheter sur le marché international. Si ces habitations à loyer modéré sont de la même facture que les villas et appartements de Plazza Bloody Diamonds, les petits fonctionnaires attendront le jour du jugement dernier.

Mais moi je ne suis pas aussi patient. Je vais habiter le peu qui me reste et je l’attendrai là pour qu’il me déloge, le Bandikon (Ahmed Tidiane Cissé) habillé par les impôts que mes parents payent. Il recevra une gifle dont il ne se relèvera plus jamais ; je lui jetterai à la face son lourd dossier. Ce sera devant le juge. in châ Allah. Et le Diané dont il se prévaut sans le dire, nous dira avec quel salaire il a acquis les terres des paysans-pêcheurs, mes voisins. Diané et tous les gros bonnets dont je détiens également les « dossiers », inventoriant tous les domaines, toutes les fortunes acquises par des voleurs qui n’avaient même pas 150 OOO fg pour le mieux payé (le secrétaire général), pendant les années 90. Avec des noms précis. Dossier en deux volumes, ils sont tellement nombreux ces salopards ! L’auteur, un entrepreneur, du nom de Kh. B, a fait un véritable travail d’inspecteur général, voire de « police économique », mais dans le bons sens.

Moi-même, je connais le nom de tous les voleurs depuis l’entrée de Foula Madina côté rive villageoise, jusque chez le colonel BIG en passant par les domaines d’un ex PM, d’un autre ex PM qui planque là-bas des citernes,

d’un ministre d’Etat, d’un général, d’une grosse légume de la BCRG, etc. Les bulldozers de la « hiérarchie » devront passer sur plusieurs cadavres depuis La Minière, avant d’affronter le gardien de mon lopin : l’Ange Gabriel, paix sur toi seydina, (notre Seyd), nous les Battus (Aminata Sow Fall ?) qui n’avons qu’un calame, un mince roseau en guise de Kalache.

Je suis patient, pour parler comme Alpha Condé, titillant ceux d’en face.

Was-Salam,

Saïdou Nour Bokoum avec Hassane Mombeya, pour nrgui.com.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *