breaking news

Etrangers, « Muslim Ban »… Les affirmations trompeuses de Marine Le Pen dans « L’Emission politique » du 9/02/2017 ( Par Simon Auffret, Le monde.fr )

février 10th, 2017 | par Leguepard.net
Etrangers, « Muslim Ban »… Les affirmations trompeuses de Marine Le Pen dans « L’Emission politique » du 9/02/2017 ( Par  Simon Auffret,  Le monde.fr )
Politique
0

 

Marine Le Pen

La candidate du Front national était l’invitée de France 2, jeudi soir. Elle s’est, à plusieurs reprises, appuyée sur des arguments erronés ou exagérés.

arine Le Pen était l’invitée de « L’Emission politique », diffusée sur France 2, jeudi 9 février. La candidate du Front national (FN) a défendu son projet, présenté le 4 février. Elle s’est, à plusieurs reprises, appuyée sur des arguments erronés ou exagérés.

Le « Muslim Ban » d’Obama

Interrogée sur le « Muslim Ban » (décret anti-immigration) de Donald Trump aux Etats-Unis, Marine Le Pen a repris une désinformation de Kellyanne Conway, proche conseillère du président américain : elle a assuré que Barack Obama avait lui aussi, en son temps, interdit de territoire les ressortissants d’un pays ciblé (l’Irak).

C’EST FAUX

Comme l’explique la revue américaine Foreign Policy, l’administration Obama avait effectivement ordonné un réexamen de la situation des 58 000 Irakiens installés aux Etats-Unis après l’arrestation de deux de leurs compatriotes et elle avait accru les contrôles des demandeurs de visa d’Irak. Mais elle n’a jamais empêché à l’ensemble des ressortissants de ce pays d’entrer aux Etats-Unis.

La taxe sur les travailleurs étrangers

Marine Le Pen a défendu la faisabilité de sa « taxe sur les travailleurs étrangers », en expliquant qu’elle existait déjà, et qu’il suffirait de l’étendre aux ressortissants issus de l’Union européenne, qui ne sont pas concernés aujourd’hui.

Or, le projet de la candidate FN est très différent de ce qui existe aujourd’hui, comme l’expliquent nos confrères de Libération :

  • Aujourd’hui : une entreprise qui emploie un travailleur étranger ne doit payer cette taxe que « lors de la première entrée en France de cet personne ou lors de sa première admission au séjour en qualité de salarié ».
  • Ce que veut Marine Le Pen : que l’employeur s’acquitte de cette taxe sur chaque nouveau contrat avec un travailleur étranger, donc à chaque fois qu’ils changent de travail.

La taxe actuelle est relativement marginale : elle a concerné 36 000 personnes en 2015. Le prélèvement version FN pourrait potentiellement toucher le 1,7 million d’étrangers actifs présents en France dès qu’ils voudront changer d’emploi.

Intox sur les étrangers

La candidate du FN dit vouloir arrêter « la naturalisation automatique par le mariage ».

POURQUOI C’EST FAUX

Cette naturalisation est loin d’être automatique. Les candidats doivent remplir un certain nombre de conditions (au moins quatre ans de mariage, un séjour régulier en France, une connaissance de la langue française, etc.).

Marine Le Pen a également ciblé les étrangers condamnés : « On accorde la nationalité beaucoup trop facilement ces dernières années. Y compris à ceux qui ont des casiers judiciaires. »

POURQUOI C’EST TROMPEUR

En France, la demande de naturalisation d’un étranger ayant été condamné pour des crimes ou des délits constituant une atteinte aux intérêts fondamentaux de la nation ou pour un acte de terrorisme ou à une peine égale ou supérieure à six mois de prison sans sursis est irrecevable.

De plus, une enquête préfectorale de « bonnes vies et mœurs » vient compléter ces premières conditions, pendant laquelle les condamnations pénales – en France ou à l’étranger – sont vérifiées.

Ces conditions ne sont toutefois pas applicables à un condamné ayant bénéficié d’une réhabilitation de plein droit ou à une personne dont la condamnation a été exclue du bulletin numéro 2 – excluant les peines pour des faits mineurs – du casier judiciaire. La présence d’une mention au casier judiciaire n’exclut donc pas systématiquement l’approbation de la naturalisation.

Les 500 000 migrants « perdus » par l’Allemagne

La candidate du FN s’est alarmée que l’Allemagne ait « perdu » 500 000 migrants qui se seraient dispersés dans le reste de l’Union européenne (UE) à cause de l’espace Schengen.

POURQUOI C’EST TROMPEUR

Elle semble faire référence à un chiffre publié en avril 2016 par le tabloïd allemand Bild. Le ministère allemand de l’intérieur affirmait que 500 000 réfugiés vivaient dans le pays sans s’être enregistrés comme demandeurs d’asile – notamment par peur d’être expulsés en cas de rejet de leur demande. Rien n’indique toutefois que ces personnes se sont « dispersées » dans le reste de l’Europe.

Et aussi…

Binationaux. Marine Le Pen a défendu son projet d’interdire les doubles nationalités hors UE en disant : « c’est le cas en Allemagne, je crois. » Raté : la binationalité est autorisée outre-Rhin depuis 2000 et son obtention a été facilitée en 2014 (y compris pour les nationalités extracommunautaires).

Chômage. La France ne compte pas 7 millions de chômeurs, comme elle l’affirme. Au maximum 6,5 millions… mais en additionnant toutes les catégories de Pôle emploi (y compris les chômeurs qui ont une activité ou sont en formation). La méthode internationale pour compter le chômage (celle du Bureau international du travail) aboutit à 2,8 millions de chômeurs.

Dérapages. Interpellée sur le tweet polémique de Jérôme Cochet – un collaborateur de son directeur de campagne David Rachline –, qu’elle a condamné, elle a tenté d’en faire un cas isolé. Oubliant que les dérapages racistes, antisémites et homophobes des responsables FN sont nombreux.

Scolarité publique-privée. Face à la ministre de l’éducation nationale, Najat Vallaud-Belkacem, Marine Le Pen a affirmé que tous ses enfants avaient, comme elle, effectué leur scolarité dans des établissements publics. Pourtant, en 2014, Le Courrier de l’Ouest relevait que sa fille de 15 ans était en fait scolarisée dans un établissement catholique à Nyoiseau (Maine-et-Loire).

 

 

Par  Simon Auffret
Journaliste au Monde

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *