breaking news

LE PARRAIN 3 /  Ce n’est pas le film de Francis Ford Coppola avec Marlon Brando et Al Pacino mais celui d’un « leader historique » Marginal Condé(Par Dr Abdoul Baldé)

février 20th, 2017 | par Leguepard.net
LE PARRAIN 3 /  Ce n’est pas le film de Francis Ford Coppola avec Marlon Brando et Al Pacino mais celui d’un « leader historique » Marginal Condé(Par Dr Abdoul Baldé)
Article
0

 

 

 

 Ce n’est pas le film de Francis Ford Coppola avec Marlon Brando et Al Pacino mais celui d’un « leader historique » Marginal Condé devenu le parrain d’un conglomérat mafieux de la pire espèce, exerçant une décadente influence sur les habitants des rivières du sud (Guinée-Conakry).

 

Le titre « parrain 3 » peut paraître  excessif, voire irrespectueux  pour notre président.  Pourtant, il est des contextes où c’est presque une trahison de se conformer à un quelconque respect, si la personne à laquelle il est dû s’abandonne aux  privilèges de sa fonction, plutôt qu’à   l’exigence  éthique de sa fonction.  Nous sommes dans ce cadre avec M. Alpha CONDÉ, président.

 La Guinée est si abandonnée, si délabrée qu’on en arrive à se demander, ce qu’attendent  l’immense majorité des Guinéens pour se mettre à récupérer leur pays. Lorsqu’un président, même « élu », sacrifie le pays entier aux jouissances des privilèges de sa fonction, ce que fait le président Alpha Condé, alors les patriotes de toute condition, de tout parti politique, de toutes les régions du pays ont le droit, et même le devoir d’entrer en rébellion ouverte contre ce président devenu illégitime.

Marginal Condé, la politique a toujours été la guerre. Les guinéens vivent à nouveau sous le règne d’un autre conglomérat mafieux. Une autre pègre avec un nouveau parrain, un leader historique auto proclamé, plus PABLO ESCOBAR que MADIBA. Depuis 2010, il dirige le pays avec un vide intellectuel jamais égalé depuis 1958.

Avec PABLO ESCOBAR, SEKOUTOUREYAH est devenu un paradis pour mafieux de tous horizons où se côtoient toutes les fripouilles de la République et celles venues l’assister dans l’hyper pillage des richesses minières du pays.  Comme dans tout système mafieux, le président Alpha Condé a marginalisé, parfois mis à la porte tous ses militantes et militants honnêtes de la première heure. Car leur probité peut-être un obstacle dans le système de pillage.  Pour les décourager, par « décret », il déclare que les MALINKÉ sont « les plus malhonnêtes » de la Guinée.

 

Et c’est Tibou KAMARA qu’il  déclare « compétent » et « honnête ». Alors que les écoles et hôpitaux du pays sont totalement délabrés, les enseignants pas ou mal rémunérés, le président fait organiser à KANKAN son autocélébration par une immense mamaya contre au moins deux millions  d’euros  dilapidés en moins de 24 heures.  Certains ressortissants d’autres régions de notre pays ont senti le filon. Ils projettent eux aussi d’ « inviter » le président  en Guinée Forestière, espérant ainsi capter  peut-être 3, 4….millions d’euros. Voilà la désintégration que le président Alpha Condé impose à notre pays.  

Comme on le dit, l’histoire est souvent tragique. Mais elle l’est beaucoup plus en Guinée qu’ailleurs. Le pdgisme déguisé en mode Alpha Condé revient à toute vitesse. Tibou KAMARA, en plus de surveiller les rpgistes qui ne digèrent pas d’être taxés de « malhonnêtes » parce que les Malinké seraient « malhonnêtes » selon Alpha Condé, est chargé de domestiquer la presse écrite et audio, d’abord par la délation, ensuite par la corruption.  D’ailleurs récemment, il a convoqué des journalistes que le président n’a pas manqué de menacer.

Que gagne-t-on à être de la mafia ? -D’abord, on se sent puissant et chacun sait qu’il existe une volupté du pouvoir. Ensuite, on s’enrichit. Car la mafia aime l’argent. Elle l’aime par-dessus tout. Donc elle s’en procure par tous les moyens. Le pays devient alors l’objet d’un gigantesque racket et de trafics en tous genres. Elle perçoit son impôt privé sur tout, impose ses marchés, ses services et ses fournisseurs. C’est l’argent facile devenu la seule loi que respectent ces mafieux.

 

Toutes les richesses du pays sont hypothéquées et les Guinéens asservis. Une caste de privilégiés et de parvenus bunkérisée à Sékhoutouréyah, s’attribue des titres de propriété sur les biens nationaux miniers, forestiers et halieutiques. Elle vit dans le luxe, achète villas et appartements à Dakar, Paris et Abidjan. Tandis que l’immense majorité de la population (95% environ), croupit dans la misère. Cette politique a fini par laminer et chasser de notre pays tous les vrais et sérieux investisseurs.

Pourtant, la plupart des sicaires de ce système mafieux n’ont pas vocation d’ERMITE. Ils sont devenus riches et puissants. Ces hommes sortis du néant tout comme leur parrain d’ailleurs ont maintenant beaucoup de biens à l’étranger, d’agréables résidences, et préfèrent être soignés dans des pays démocratiques que dans leur propre pays et par leur propre système de santé qu’ils ont saccagé pour leurs intérêts sordides et mesquins.

Ils préfèrent envoyer leurs enfants étudier dans les pays occidentaux, car de par leur cupidité ils ont mis à genoux les systèmes éducatifs de leur pays.

Leurs douces moitiés vivent dans de luxueuses villas achetées avec leurs rapines. Tandis que les populations croulent dans la misère et l’insalubrité.

La jeunesse est livrée à elle-même, sans aucune perspective d’avenir. Ce qui pousse la plupart d’entre eux à avoir les yeux rivés sur LAMPEDOUZA en rêvant du jour où ils quitteront ce « pays maudit » comme ils l’appellent.

Les scandales retentissent à Conakry, impliquant le clan présidentiel, histoires d’argent sale, d’assassinats et de peuple trahi.

Aujourd’hui, Conakry, est devenue MEDELINE où le sang était mêlé aux affaires d’argent sale. Alpha Condé et ses nombreux clans sont gravement mis en cause dans des affaires de détournement de millions de dollars qui ont pris des circuits parallèles mis en place.

Désormais c’est à qui mieux mieux dans cette honteuse course à l’enrichissement personnel. Tout comme leur parrain, tous ces fossoyeurs de la République et de la bonne gouvernance ne pensent plus qu’à l’argent à amasser, de quelque manière que ce soit et aux privilèges et richesses à accumuler. Peu leur importe le destin du pays.

Comme le chantait Fodé Wess : « Wo fadé super koutou koutou nara sono » Venez ce n’est plus le pillage, mais l’hyper pillage.

Dans cette bamboula obscène il serait très intéressant que l’on s’intéresse de très près sur le cas de l’indécrottable directeur de la Caisse Nationale de Sécurité Sociale.

Qui est ce sulfureux second couteau ?

Il s’agit de MALICK SANKHON, le père fondateur des chevaliers blancs, le second couteau le plus zélé de la galaxie mafieuse du clan Condé.

Cet ancien chef du protocole de Lansana Conté est aujourd’hui le personnage le plus important des hommes de main du clan Condé. Ce sulfureux personnage, aboyeur de son état, répond au nom de Malick Sankon. Cette pègre tapie à la sécurité sociale est le parfait symbole de la corruption et de l’escroquerie du système actuel.

Ce prototype même du parvenu imbu de tares révolutionnaires est un chef de milices qui rappelle en tous points un certain Momo JO. D’ailleurs il affirme à qui veut l’entendre, que le citoyen Alpha Condé a désormais son Momo JO et c’est vrai, notre Sankon national ne ment pas, car en matière de coups biscornus, il n’en est pas à son premier essai.

Ce violent et intriguant personnage, père fondateur des « brigades d’autodéfense » d’inspiration douteuse, est un spécialiste des basses besognes et des coups tordus.

En effet cet inquiétant personnage a avoué publiquement être directement impliqué dans le honteux achat du poste de Premier ministre de consensus au profit de Monsieur Lansana Kouyaté avec la complicité de M. Alpha Condé pour espionner Lansana Conté. En outre, ce sbire fut le principal instigateur des événements sanglants de janvier et février 2007.

C’est ce monstrueux second couteau de la galaxie Condé dont la violence et, la bêtise n’ont d’égal que sa cupidité et, sa médiocrité qui « gère » notre sécurité sociale qu’il a par sa gestion erratique transformé en une caisse d’insécurité sociale.

Revenons à la réalité à savoir où passe la manne financière de notre sécurité sociale ? Bien évidemment dans les poches du parrain et celles de son zélé second couteau qui finance toutes les mamayas du RPG et ses milices privées.

C’est connu le contrôle des richesses d’un pays, permet d’acheter des armes pour contrôler davantage les richesses.

Notre indiscutable directeur de la CNSS est aussi PASSEUR. Il alimente les filières clandestines d’immigration clandestine par la vente de vrais faux visas à des jeunes et des femmes qui tentent par tous les moyens de fuir lELDORADO guinéen.

LE DESSEIN INAVOUE DE DON SANKHON

Le Sieur Sankhon ne cache plus ses ambitions présidentielles.

On dit souvent que l’appétit vient en mangeant. L’inamovible Patron de la CNSS est devenu très riche. Il possède un parti politique LA CAUSE COMMUNE que très peu de gens connaissent en Guinée qu’il a doté d’un trésor de guerre inestimable. Il a ses LOUBARDS : LES CHEVALIERS BLANCS des milices armées types TONTONS MACOUTES.  Le moment venu, la milice privée de SANKHON fera valoir son savoir-faire.

 

 

 

 

 Dr. Abdoul Baldé (France)

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *