breaking news

Guinée : Cellou Dalein Diallo avait constamment nié recevoir de l’argent d’Alpha Condé(guineepresse.info)

mai 11th, 2017 | par Leguepard.net
Guinée : Cellou Dalein Diallo avait constamment nié recevoir de l’argent d’Alpha Condé(guineepresse.info)
Article
0

  Alpha et son opposant

Le chef de l’opposition, Cellou Dalein Diallo, leader de l’UFDG, avait constamment nié recevoir de l’argent du pouvoir et de par la volonté d’Alpha Condé. Jusqu’après les révélations de GuineePresse.Info en avril (Lire) et du porte-parole du parti PEDN la semaine passée (Lire), son porte-parole et ses représentants de l’UFDG ont continué de nier que le chef de file de l’opposition est doté d’un budget ou a des privilèges qu’il reçoit du pouvoir. Conséquences : des indiscrets en ont balancé des preuves sur le Net, dans les réseaux sociaux (Voir ci-dessous !).

Du coup, Cellou vient « recadrer » les choses en faisant croire qu’il n’en savait pas et que lui il n’a pas touché au fonds en question. Alors qu’un compte a été créé à cet effet pour lui à la Banque Centrale et le virement pour le premier trimestre 2017 a été effectué, il en a été informé officiellement (Montant viré : 1.250.000.000). Mais Cellou qui se croit malin avait pris soin de garder tout au secret. Voilà pourquoi ses proches n’ont cessé de démentir ces faits et voilà pourquoi certains ont finalement jugé nécessaire de rendre l’affaire publique avec des preuves irréfutables, pour leur clouer le bec :

CDD_notification.jpg
CDD_arrete.jpg

Détail important : dans la notification du 24 février 2017 du Ministre du budget au Président de l’UFDG, Cellou Dalein Diallo, la mise à disposition du crédit se fait sous forme de subvention selon le principe du quart par trimestre à la demande de lui-même Cellou Dalein Diallo !

Cependant, au-delà de Cellou Dalein, c’est toute la classe politique parlementaire guinéenne qui est discréditée. La loi a été proposée sur calcul. Ignorant les intérêts et la situation du pays,  le parti au pouvoir a suivi les consignes du Président. Sidya Touré de l’UFR qui voulait être le candidat unique de l’opposition à la présidentielle de 2015 et qui comptait sur la bonne coopération de Cellou dans ce sens ne s’y est pas opposé et a fait voter ses députés pour satisfaire le président de l’UFDG dont l’intérêt était en jeu. D’où le vote de cette loi, qui devrait consacrer la mise sous tutelle de l’opposition, à l’unanimité au Parlement guinéen.

Est-ce décent, responsable, que la classe politique guinéenne se livre au partage des fonds publics, au pillage du trésor public, à un moment où l’Etat se dit incapable de diminuer les prix de carburant et d’augmenter les salaires des fonctionnaires ? Comment l’opposition dans un Etat qui n’a même pas de poubelles publiques et de routes praticables dans la capitale par faute de moyens dit-on peut-elle se livrer à de tel partage d’argent public ? Les victimes et infirmes du 28 septembre 2009 et des différentes manifestations à l’appel de l’UFDG ont-elles reçu quoi dans tout ça ? Les nombreux commerçants qui ont tout perdu et qui attendent justice et réparations des dommages qu’ils ont subis n’ont rien. Comment se fait-il que le chef de file de l’opposition se préoccupe plus de l’application de la loi lui accordant des privilèges que du soulagement des pauvres victimes en Guinée ?

Il faut souligner que Cellou Dalein Diallo n’en est pas à sa première indécence en Guinée. Après les crimes du 28 septembre 2009 grandement perpétrés contre les militants de l’opposition dont ceux de l’UFDG en grande partie, les principaux leaders politiques se feront dédommager comme seules victimes par le gouvernement de transition des forces vives qu’ils installèrent : Cellou Dalein Diallo, Sidya Touré et Jean Marie Doré obtiendront chacun 2 milliards de FG et Alpha Condé aura les garanties d’obtenir le pouvoir (Lire 1, 2 et 3). Le partage était fait, leurs militants et victimes oubliés. C’est plus de 2 ans après, lorsque guineepresse.info en fit un scandale que Cellou Dalein Diallo promettra de consacrer sa part des 2 milliards aux victimes à travers une fondation tenue par sa nièce. Mais en réalité, cette fondation n’a pas reçu l’argent en question jusqu’à nos jours, même si pour tromper les gens Cellou lui a offert quelques millions tirés surtout des cotisations de la communauté peule de la diaspora.

Comme le dit Sadio Barry dans un commentaire, dans les pays démocratiques où les règles et la Constitution sont respectées, ce statut a été imposé par les Parlements démocratiques et les institutions existent réellement, l’argent n’est pas empoché par une personne, tout se fait dans la transparence. En Guinée, c’est le Président accusé de ne pas être démocrate et de ne pas respecter les lois du pays qui donne le statut et son budget à son principal opposant. On ne peut appeler cela que Corruption et le rôle d’un opposant est d’empêcher une chose pareille et non d’en profiter.

Il est curieux qu’Alpha Condé qui avait promis aux Guinéens de faire juger les criminels économiques et restituer les biens de l’Etat soit celui qui enrichit ces derniers plus qu’ils n’en ont été sous Lansana Conté. Ce, après les avoir publiquement accusés d’avoir détourné plus de 600 milliards de FG en 10 ans (Résultat des audits de 2011-2013).

De tous les anciens ministres de Conté devenus extravagamment riches, seul Cellou Dalein Diallo n’a pas été ou n’est pas ministre d’Alpha Condé. Pour lui donner sa part, le Président lui a taillé une loi sur mesure qui lui offre des avantages d’un ministre d’Etat. Du coup, il gagne aujourd’hui légalement avec Alpha Condé ce qu’il ne pouvait « voler » sous Lansana Conté. Cellou Dalein Diallo qui ne joue plus aucun rôle positif pour l’Etat guinéen que de créer des troubles à l’ordre public reçoit de cet Etat, 5 milliards de nos francs par an, soit une somme qu’un enseignant ou un travailleur honnête qui rend service à la nation ne peut gagner toute sa carrière durant à la fonction publique ! Cela n’est pas juste !

Dans sa réaction sur la polémique soulevée à cause du manque de transparence et d’honnêteté du chef de file de l’opposition, le Président du groupe parlementaire de la Mouvance, Amadou Damaro Camara, a trouvé les justes mots :

« En réalité, c’est une polémique qui n’a pas lieu d’être. Si le chef de file de l’opposition n’a pas besoin de son budget, c’est simple, il doit écrire qu’il n’a pas besoin de ce budget »

Et comme M. Damaro Camara évoque la charte des partis politiques qui permet d’allouer un budget pour les soutenir dans leurs actions politiques, il faudrait éclaircir si le budget du chef de file de l’opposition est destiné à tous les partis de l’opposition ou à sa seule personne. Car, en effet, sous l’angle de fonds de souveraineté, Cellou peut disposer de ces fonds comme bon lui semble. Ce qui est une violation du principe du traitement équitable des formations politiques stipulé par cette charte des partis politiques.

Au moment de sa première crise avec l’opposition autour de la Ceni en 2012, Alpha Condé avait déclaré devant une délégation que le plus grand bonheur que le Fouta lui a fait, c’est de choisir l’ancien ministre de Conté, Cellou Dalein Diallo, comme son principal opposant en Guinée. Car, dit-il, « il s’agit là d’un homme auquel je pourrais attacher un pagne et le faire danser à mon rythme ».

C’est en perspective de la présidentielle de 2015, un second mandat pour Alpha Condé, que la loi portant statut du chef de file de l’opposition a été proposée par le Président lui-même. Dans son commentaire à l’époque, le Président du groupe parlementaire de la mouvance avait dit qu’avec cette loi et les privilèges qu’elle apporte au chef de l’opposition, son ami Cellou Dalein Diallo n’aurait pas de problème à passer encore quelques années dans l’opposition. Nous connaissons la suite.

Partisans ou non-partisans de Cellou Dalein, ce sur quoi nous pouvons tous être d’accord aujourd’hui est que :

1)- nous devons enfin prendre conscience que si Alpha Condé est mauvais, ce n’est ni pour ni contre ni plus que Cellou Dalein Diallo.

2)- ce n’est pas sur un opposant rémunéré que l’on peut compter pour obtenir le changement escompté. Surtout si cet opposant garde au secret des avantages que le pouvoir lui accorde.

 

 

 

GUINEEPRESSE.INFO

La solution aux malheurs guinéens, c’est une nouvelle classe politique, pas des personnes qui ont causé ces problèmes ! Notre espoir, c’est le Bloc pour l’Alternance en Guinée (BAG).

Affiche_BAG_A3.pdf

pdf, 476,3 KB, 05/11/17, 2 downloads

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *