breaking news

Boké : Sur les fermes consignes et menaces proférées à Boké par Kassory Fofana, Eugène KAMANO, un jeune manifestant a été assassiné par les forces de l’ordre qui ont également fait plusieurs blessés graves. Les femmes de Boké appellent à la poursuite des manifestations.

septembre 14th, 2017 | par Leguepard.net
Boké : Sur les fermes consignes et menaces proférées à Boké par  Kassory Fofana, Eugène KAMANO, un jeune manifestant a été assassiné par les forces de l’ordre qui ont également fait plusieurs blessés graves. Les femmes de Boké appellent à la poursuite des manifestations.
Article
0

 

La population de la ville de Boké est entrée une nouvelle fois en ébullition pour contester le dramatique sort qui lui est réservé par le président Alpha Condé et son ministre chargé des investissements publics et privés monsieur Kassory Fofana que le président Alpha Condé lui-même qualifiait à la télévision nationale de prédateur des deniers publics, l’un de ceux qui ont empêché la Guinée de se développer. On peut se demander pourquoi confier un poste ministériel à un voleur si ce n’est pour qu’il continue à voler ?
Depuis la signature de l’obscur contrat minier avec la société SMB qui, pour certains observateurs avertis, compte plusieurs actionnaires membres du pouvoir en place et certains membres de leurs familles et amis, la population de Boké s’est retrouvée exposée à plusieurs sortes de dangers. C’est un contrat signé dans une opacité totale, dont les contours échappent au peuple de Guinée et à ses représentants à l’assemblée nationale. Aucune précaution d’ordre environnemental, sanitaire ou social n’a été observée. Ce qui renforce les accusations de corruptions et de conflits d’intérêt dans la signature de ce contrat, car, le manque de transparence est très souvent l’un des signes de corruption dans la signature des contrats publics du fait que, celui qui n’a rien à cacher n’a pas peur de la transparence.
La population de Boké manque d’eau et d’électricité. La jeunesse manque de travail du fait de la pratique discriminatoire mise en place et qui s’est traduite par l’importation de bon nombre de travailleurs au détriment des travailleurs de Boké.
L’exploitation sauvage des mines a engendré la pollution à grande échelle, de nature que les éleveurs ne peuvent plus nourrir leurs animaux, les plantations et les champs sont détruits et la santé de la population gravement menacée.
Kassory Fofana cautionne et supervise la spoliation des terres des pauvres villageois sous couvert d’appellation fallacieuse d’expropriation avec des compensations qui ne font même pas le vingtième de la valeur des terres spoliées. Ce sont toutes ces raisons qui poussent la population martyre de Boké vendue aux chinois avec leurs terres à la résistance aux prédateurs des deniers publics pour lesquels seul leurs intérêts comptent. Le manque d’eau et d’électricité n’est que l’élément déclencheur de la colère provoquée par tous les maux dont souffre cette population.
Pour préserver les intérêts des sociétés minières dont ils sont actionnaires et des mains desquelles ils ont vraisemblablement reçu des pots de vin qui se chiffrent par des millions de dollars (sinon qu’on nous explique l’origine des fonds qui ont permis dernièrement à Kassory Fofana d’acheter un appartement pour l’une de ses filles à Londres), Kassory et son équipe sont disposés à donner des ordres de répressions sanglantes sur la population martyr de Boké. Ce sont de tels ordres qui se traduisent par des assassinats de jeunes manifestants à Boké comme celui du jeune Eugène KAMANO exécuté par arme à feu hier mercredi 13 septembre 2017. D’ailleurs, les habitants de Boké parlent encore des menaces de répressions publiquement proférées à Boké par Kassory Fofana contre ceux qui se plaignent des dégâts causés par l’exploitation sauvage des mines. L’attitude de Kassory laisse penser qu’il ignore totalement ou qu’il se moque du fait que la constitution actuelle de la Guinée rend les détournements de biens publics imprescriptibles et que l’atteinte à l’environnement est constitutive de grave violation de la constitution guinéenne entrainant des graves conséquences juridiques.
Il est évident que les habitants de Boké sont désormais conscients qu’ils sont moins bien traités que des animaux. Face à un tel constat, la résistance ne peut que se renforcer.
Affaire à suivre…..
La rédaction du guepard.net

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *