breaking news

DROIT DE RÉPONSE À  ALPHA CONDÉ: NON MONSIEUR LE PRÉSIDENT, LES HABITANTS DE KALOUM N’ONT PAS ÉTÉ INDEMNISÉS EN 1957 (Par Sylla Abdoul)

octobre 11th, 2017 | par Leguepard.net
DROIT DE RÉPONSE À  ALPHA CONDÉ: NON MONSIEUR LE PRÉSIDENT, LES HABITANTS DE KALOUM N’ONT PAS ÉTÉ INDEMNISÉS EN 1957 (Par Sylla Abdoul)
Article
1


Dans la récente sortie médiatique du président Alpha Condé, un passage m’a fait hérisser les poils, quand il fait croire aux populations que les habitants de Kaloum ont été indemnisées en 1957 par l’administration coloniale. Ce qui sous-entend que l’Etat peut aujourd’hui légitiment virer les Kaloumkas de leurs propriétés foncières et immobilières. Il faudrait rappeler aux profanes de l’histoire que Kaloum et Conakry dans sa globalité n’étaient pas des zones inhabitées avant l’arrivée des Français en 1837. Il y avaient des populations qui y vivaient depuis plusieurs générations: des Bagas, teminés, sousous, nalous, landoumas etc.
Le littoral, contrairement aux autres régions de la Guinée n’était pas une colonie mais un protectorat. L’administration Française payait la redevance maritime aux populations, versée aux chefs coutumiers, ce qui fut supprimée après l’indépendance. Quand j’ai décrit le processus de spoliation des habitants du littoral par le biais du code foncier dans un article au titre-choc:  » Halte à la marginalisation des habitants de la Basse-Cote »,  beaucoup avaient poussé des cris d’orfraie. Au nom du principe inique selon lequel: la terre appartient à l’Etat, les populations de la zone continue à être spoliée, tout récemment on m’a signalé que l’Etat s’est accaparé de la zone rizicole de Kobaya, un quartier situé en périphérie de Conakry. Les champs rizicoles qui auraient pu fournir du riz à la ville ont été vendus à des promoteurs immobiliers Chinois. Quant aux populations, elles n’ont reçu que des sommes dérisoires en Franc Guinéen.
Monsieur le président, il est indéniable que Kaloum doit être  rebâtie, cependant vos récents propos sont insultants pour les populations de cette commune. Non, non et non les habitants de Kaloum n’ont pas été indemnisé afin de quitter leur zone. Les gens qui y vivent sont pour beaucoup, les descendants de ceux qui étaient là avant que Conakry n’obtienne le statut de capitale des Rivières du Sud ( ancien nom de la Guinée ) en 1885. Leurs ancêtres n’étaient pas des escrocs, c’étaient des personnes avec la main sur le cœur, vertueux et hospitaliers. Les habitants primaires du littoral n’accepteront aucunement de sacrifier leurs zones historiques à l’autel de la soumission à un État véreux.
Kaloum n’est pas une zone vendable, ses habitants ont le droit d’y vivre.

 

 

 

 

 

Sylla Abdoul, membre de la rédaction du guepard.net

 

One Comment

  1. revolution1 says:

    Merci pour cette parenthese de l histoire sur Kaloum et les Kaloumkaye
    merci mon grand chapeau

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *