breaking news

Franc CFA : « La souveraineté d’un pays ne se juge pas à sa monnaie » (par Gilbert Ondongo ministre de l’Économie enseignant chercheur de l’université Marien Ngouabi de Brazzaville)

janvier 11th, 2018 | par Leguepard.net
Franc CFA : « La souveraineté d’un pays ne se juge pas à sa monnaie » (par Gilbert Ondongo  ministre de l’Économie enseignant chercheur de l’université Marien Ngouabi de Brazzaville)
Article
0
Pour le ministre congolais de l’Économie, les États africains doivent s’atteler à bâtir de vraies économies compétitives, plutôt que de se préoccuper de disposer chacun de sa monnaie. Ce qui ne l’empêche pas de suggérer des évolutions dans la politique monétaire de la zone CFA, notamment le passage de la fixité par rapport à l’euro à une flexibilité contrôlée.
Depuis plus d’un an, il ne se passe plus un jour sans que les Africains de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) et de la Communauté économique et monétaire d’Afrique centrale (Cemac) ne parlent du franc CFA. Ils le font sous toutes les coutures : mauvaise monnaie, cause des déconvenues économiques, bonne monnaie, garante de la stabilité macro-financière, monnaie aux relents coloniaux, monnaie d’avenir malgré tout, etc.
Ces échanges vifs dénotent, à tout le moins, de l’intérêt qu’ils accordent au devenir économique de leurs pays. Cependant, on peut déplorer le fait que mal ordonné, le débat va dans tous les sens, et on en vient à se demander quel est le vrai sujet qui mérite débat.

Il nous semble opportun de revenir à l’économie et de limiter le débat à trois questions que nous jugeons fondamentales :

  • chaque pays d’Afrique a-t-il intérêt à créer et à gérer en toute indépendance sa propre monnaie ?
  • une monnaie autre que le franc CFA fera-t-elle le développement des pays qui se trouvent aujourd’hui dans la zone franc ?
  • quel régime de change adopter ? Parité fixe ou libre fluctuation ?

1.     La monnaie n’est pas à envisager comme l’expression de la souveraineté nationale

La souveraineté d’un pays ne se juge pas à sa monnaie. Une nation, une communauté de personnes sur un territoire, peut disposer d’une monnaie qui lui est propre, sans être souveraine pour autant. A contrario, une nation peut partager une monnaie avec d’autres, sans en avoir le contrôle, et en même temps, disposer des capacités à décider et à agir seule dans plusieurs domaines qui lui confèrent une certaine souveraineté.
La République démocratique du Congo, qui a sa monnaie, n’est pas plus souveraine que la France qui a une monnaie commune. L’inverse est tout aussi vrai. Les États-Unis d’Amérique, avec leur dollar, ne sont pas moins souverains que la République fédérale d’Allemagne, qui a l’euro en partage avec dix-huit autres pays.

 »   À l’ère de la mondialisation, vouloir une monnaie propre pour affirmer sa souveraineté nationale relève du non-sens « 

À sa naissance, la monnaie n’a jamais été associée à la considération de souveraineté. L’histoire nous enseigne plutôt que les principales fonctions attribuées à la monnaie ont été et demeurent :
  • l’intermédiaire des échanges : la monnaie sert à payer les biens et services mis en vente
  • l’unité de compte : la monnaie joue le rôle d’étalon de la valeur des biens et services échangés
  • la réserve de valeur : la monnaie constitue un pouvoir d’achat que l’on peut accumuler pour en faire usage plus tard
De l’antiquité au début des temps modernes, ne pouvaient être utilisés comme monnaie que des objets universellement acceptés en paiement de biens ou de services. On est loin des considérations de souveraineté nationale.
C’est dans ce même esprit universaliste qu’est né le nouveau système monétaire international, consécutif à la conférence de Bretton Woods de juillet 1944, reposant sur l’or comme monnaie de référence internationale, « le Gold Exchange Standard ».
Toutes les monnaies nationales se définissaient alors par rapport à l’or. Il n’y avait nullement de préoccupation de souveraineté nationale en matière monétaire. Aujourd’hui, à l’ère de la grande mondialisation des échanges, vouloir une monnaie propre pour affirmer la souveraineté nationale relève simplement du non-sens.

2.     Une monnaie autre que le franc CFA ne fait pas le développement

Pour preuve, la Guinée (en 1960), le Mali (de 1962 à 1984), Madagascar (en 1972) et la Mauritanie (en 1973) qui avaient quitté la zone franc pour émettre leur propre monnaie, ne sont pas, à ce jour, plus développés que la plupart des pays de la zone franc. Outre le Mali, qui est revenu dans la zone en 1984, la Guinée équatoriale (en 1985) et la Guinée-Bissau (en 1997) ont rejoint la zone franc, préférant ainsi, pour leur développement, la monnaie commune à la monnaie nationale.

 

 

par Gilbert Ondongo

Ministre d’État, ministre de l’Économie, de l’Industrie et du Portefeuille public de la République du Congo ; enseignant chercheur de l’université Marien Ngouabi de Brazzaville

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *