breaking news

« ON NE CHANGE PAS UNE CONSTITUTION PARCE QUE CA NOUS PLAIT », Sidikiba Keita, fondateur du Front pour la Défense de l’Ordre Constitutionnel en Guinée, s’adresse au président Alpha Condé( Source: NewsGuinee )

février 2nd, 2018 | par Leguepard.net
« ON NE CHANGE PAS UNE CONSTITUTION PARCE QUE CA NOUS PLAIT », Sidikiba Keita, fondateur du Front pour la Défense de l’Ordre Constitutionnel en Guinée, s’adresse au président Alpha Condé( Source: NewsGuinee )
Interview
0

 

 

Paris, 11ème arrondissement, conférence tenue, dimanche 17 septembre 2017,  par le mouvement « AU NOM DU PEUPLE » et regroupant des acteurs de la  classe politique et de la société civile guinéennes. Plusieurs questions sont abordées sur, notamment, l’opacité qui caractérise la gestion du pouvoir en Guinée et, surtout, l’épineux problème du putsch civil en perspective. Nous avons tendu le micro à M. Sidikiba Keita, fondateur du Front pour la Défense de l’Ordre Constitutionnel en Guinée, afin qu’il nous livre son sentiment sur l’évolution de la situation guinéenne et les mesures qu’il entend prendre pour faire respecter la légalité constitutionnelle en République de Guinée.

NewsGuinee : Bonjour M. Sidikiba Keita.

Sidikiba Keita : Bonjour

NewsGuinee : Vous êtes reconnu en Guinée comme un militant pour la défense de la démocratie et des droits de l’homme. Vous êtes aussi le fils d’un personnage prestigieux de l’histoire de la Guinée, M. Fodéba Keita. Vous avez assisté à cette rencontre sur les perspectives de la démocratie en Guinée. Alors, selon vous, queest le véritable problème aujourd’hui en Guinée face à la gouvernance du professeur Alpha Condé ?  

Sidikiba Keita : Eh ben le véritable problème c’est de respecter l’ordre constitutionnel. Je pense que s’il y a une perspective dans la démocratie, elle est basée sur notre Constitution, et elle fait idée par deux mandats présidentiels consécutifs. Et, nous entendons agir pour qu’elle soit respectée afin que nous transmettions aux générations futures des principes et des préceptes qui sont en conformité avec la volonté que nous avons imprimé dans cette Constitution

NewsGuinee : Pour vous, M. Keita, vous ne pensez pas que c’est quand même un procès d’intention?

Sidikiba Keita : Ce n’est pas du tout un procès un procès d’intention ! Parce que, à plusieurs reprises quand le président de la République a été interrogé sur ses intentions en 2020, il a interpellé le peuple de Guinée. Et, en tant que peuple de Guinée, nous sommes amenés à nous mobiliser et c’est ce que nous faisons.

NewsGuinee : Vous ne craignez pas que président de la République puisse se prévaloir effectivement de la non légitimité de la Constitution pour se pérenniser au pouvoir ?

Sidikiba Keita : Il n’y aucune raison de se prévaloir de la non légitimité de la Constitution. Puisque, en fait, la première Constitution de la République de Guinée, celle de 58, n’a pas été validée par un référendum. Puisque c’est ce que j’entends parler par-ci, par-là.  En Guinée, au jour d’aujourd’hui, nous avions eu quatre Constitutions. Et sur les quatre, une seule qui a été passée au référendum. Les trois autres ont gouverné, ont donc fondé, les Républiques qui correspondaient sans devoir passer par un référendum. Et, on ne peut changer de Constitution que lorsque la forme de la République instaurée par cette Constitution-là n’est plus adaptée. On peut passer par exemple d’un régime présidentiel à un régime parlementaire ; ça peut s’entendre. Mais on ne change pas une Constitution parce que ça nous plait.

NewsGuinee : D’accord. On a appris également que vous êtes l’initiateur d’un Front pour la Défense de l’Ordre Constitutionnel en Guinée. Quels sont les objectifs de ce front ?

Sidikiba Keita : L’objectif de ce front-là est de servir, en fait,  de véhicule à toutes les initiatives allant dans le sens de la défense de la démocratie, de la stabilité et l’ordre constitutionnel en Guinée.

NewsGuinee : Et quelle est la base juridique de ce front ?

Sidikiba Keita : La base juridique, elle est effectivement la Constitution en ces articles 21 et 22. Et elle permet, sur cette base,  de créer des structures ad hoc qui vont faire en sorte que les uns et les autres pourront agir, en toute légalité, en faisant des structures temporaires et plus adaptées.

NewsGuinee : Merci M. Sidikiba

Sidikiba Keita : Merci

Entretien réalisé par Dramane Diawara 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *