breaking news

Damantang démasqué : l’amnésie d’un ministre-militant aux abois

février 11th, 2018 | par Leguepard.net
Damantang démasqué : l’amnésie d’un ministre-militant aux abois
Article
0
Où était Damantang Camara lorsque le député Aboubacar Soumah déclarait sur les antennes et dans la presse en ligne : « Nous avons préparé 1200 jeunes non pas pour aller attaquer quelqu’un mais pour sécuriser les citoyens dans les différents quartiers. Il faut être vigilant et surveiller l’ensemble des citoyens des quartiers. »
 Où était vraiment le porte-parole du gouvernement lorsque le même député ajoutait : «Je refuse d’appeler au calme. Je demande à l’Etat de dissoudre ce parti rebelle, ce parti ethno». Enfin, où était Damantang Camara, lorsque le domicile de Dalein a été la cible des jets de pierre ? Ce même Damantang avait-il commenté, condamné les propos de Malick Sankhon lorsque celui-ci avait annoncé la présence de ses 3000 hommes ? N’avait-il pas cherché à faire rentrer sa tête comme un escargot ? Damantang est aussi amnésique à ce stade ?
Pourtant, cela ne fait même pas une semaine lorsque Soumah parlait de son « comité de surveillance et de de sécurité pour protéger les parents, les filles et fils de Dixinn. Si tu viens nous attaquer, on te montrera que nous sommes Guinéens au même titre que toi. Je refuse d’appeler au calme». Damantang voit la bosse chez Dalein : «En tant que militant du RPG, je ne peux que regretter que jusqu’au moment où je ne vienne ici, l’UFDG n’ait jamais appelé au calme ni condamner les violences. Je trouve cela totalement irresponsable. Il y a quatre innocents qui sont morts (à Kalinko NDLR), il y a des gens qui
sont morts par ailleurs, des personnes ont vu leurs maisons brûlées. Nous, nous ne cherchons pas à savoir qui a brûlé la maison. »
Ce ministre-militant aux abois est libre de ne pas chercher les auteurs de ces maisons brûlées, mais, il peut tout de même lui-aussi lancer un appel de paix. Comme il le fait pour blanchir les siens. Damantang oublie que Dalein avait déclaré justement pour éviter tous troubles : « J’invite ceux qui sont sensés de diriger à tous les niveaux de quartiers de faire preuve de responsabilité, d’objectivité et qu’ils défendent les principes de transparence et d’équité pour que le meilleur gagne, pour que la vérité des urnes s’impose à tout le monde », avait-il lancé à la presse nationale.
Avant d’ajouter à l’attention de ses militants : « Je demande à mes militants de se mobiliser, à refuser la fraude. Nous ne souhaitons pas qu’il y ait de tentative de fraude. Nous ne pouvons pas nous battre pendant 7 ans pour obtenir les élections pour qu’elles se tiennent et que le suffrage des citoyens soit volé. Ce sera inacceptable cette fois-ci. Mais je pense que la sagesse va prévaloir aussi bien chez les organisateurs et chez les conspirateurs ».
Damantang, le partial, la déception, la honte !
Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *