breaking news

Politique Guinéenne : Comprendre et savoir la politique intérieure et extérieure de celui qu’on appelle EL – PROFESSOR

février 17th, 2018 | par Leguepard.net
Politique Guinéenne :  Comprendre et savoir la politique intérieure et extérieure de celui qu’on appelle  EL – PROFESSOR
Article
0

Politique Guinéenne :

Comprendre et savoir la politique intérieure et extérieure de celui qu’on appelle EL-PROFESSOR

La gestion interne de la politique de EL-PROF

Après les élections présidentielles de 2010 qui ont porté Monsieur Condé Alpha à la tête de la magistrature suprême de la Guinée, avec une grande confiance placée en l’homme.  Le peuple Guinéen espérait enfin sortir un peu du gouffre, en pensant qu’ une ère nouvelle de démocratie soufflerait sur la Guinée. Enfin un intellectuel à la tête de l’État pour résoudre les maux de la Guinée. Mais quel intellectuel !…

En effet, ce n’est pas lui qui a mis fin à la mauvaise gouvernance que connaît la Guinée, au manque de vision des politiques de l’emploi, de l’éducation, de la justice, et surtout à l’absence de justice sociale, et enfin au manque de développement en général en passant par les réformes nécessaires.

Quelle déception ! Quelle dérive politique ! Quel amateurisme !

Je pense que Monsieur Condé Alpha a touché le fond avec sa politique, c’est-à-dire que son gouvernement et lui ont atteint les limites de sa politique. Ce qui devait être un espoir pour le pays est devenu un désespoir, une déception totale dont il est conscient. Mais ce qui est intéressant aujourd’hui, c’est de savoir que les Guinéens en ont pris conscience et ont compris que Alpha et son gouvernement sont des personnes limitées qui refusent de comprendre et de reconnaître qu’ils ont échoué. Sur toute sa ligne politique, il a échoué.

Il suffit d’observer la situation économique de la Guinée sur la scène africaine ! Quels sont les résultats de sa politique d’emploi et de la politique économique, après bientôt 10 ans à la tête de la Guinée ?… Quel bilan tirons-nous du pouvoir d’Alpha Condé ? Rien !… A part le barrage Kaleta qui, une fois encore, est un échec parce que même pour la ville de Conakry et ses banlieues, le barrage ne suffit pas à les alimenter.

Voyons voir un peu ! En 10 ans de pouvoir de Alpha, rien que des promesses non tenues. Manque de gestion dans les différentes crises internes (dont la plus récente, la grève des enseignants), manque de décision forte pour éradiquer l’insécurité et peur de laisser la justice jouer son rôle pour mettre fin aux détournements et à la corruption.

Nos frères et nos enfants sont mal formés. Comment voulez-vous qu’on se développe ou qu’on avance si le premier de la classe est incapable ?

Les conséquences de toutes ses mauvaises politiques viennent de lui être jetées à la face par le revers politique subi pendant les communales. Un échec total que lui et son parti viennent de connaître. Les Guinéens lui ont démontré à travers les votes qu’ils ne veulent plus de lui, et qu’il n’est plus ce qu’il valait il y a un temps. Sinon un président travailleur n’a pas besoin de se casser la tête pour avoir un juste retour de son peuple ! Il faut qu’on comprenne une chose, on a encore de la chance par ce que Alpha n’est pas le Messie et personne n’est irremplaçable.

Notre mouvement  »Au nom du peuple » exige que, tous les candidats inscrivent, dans leurs programmes de société, la lutte contre l’ethnocentrisme, la politique de l’emploi pour les jeunes et le développement de l’enseignement et de la formation professionnelle pour les enfants qui veulent apprendre un métier ; ainsi que d’autres réformes, telles que la sécurité sociale, la retraite, la réforme de l’administration pour son bon fonctionnement, la centralisation et la sécurisation des documents administratifs qui permettront d’endiguer la corruption qui est devenue un cancer dans l’administration guinéenne.

Le temps des voyages

Politique extérieure de Monsieur Alpha Condé.

Depuis son accession au pouvoir jusqu’à aujourd’hui, quel bilan le peuple africain en général et le peuple Guinéen en particulier peuvent-ils tirer des nombreux voyages effectués pour le compte de l’U.A et aux frais du contribuable guinéen.

Un rappel : la crise libyenne… Quelle issue ?… Là aussi, rien. Je me rappelle que de nombreux activistes ont essayé de rencontrer notre cher Monsieur Condé pour évoquer avec lui la situation de la Libye, qui est membre de l’U.A, mais impossible parce qu’il croit à son intelligence jusqu’au jour où la chaîne CNN montre dans un reportage des Africains vendus aux enchères.

Colère sur colère, mais contre qui au fait ? Les Occidentaux qui sont à l’origine de la guerre en Libye ou les responsables africains ? Il faut reconnaître que, là aussi, les responsabilités sont partagées.

Mais, dans cette crise, ce qui a énervé le plus le peuple Africain, qui s’est indigné dans les rues de Paris avec une marée humaine en train de manifester et de scander « nous ne sommes pas à vendre », c’est que, le président Alpha Condé se trouvait ce jour-là à Paris et, pour pointer davantage encore l’irresponsabilité des dirigeants africains, la France a déclaré dans un communiqué, par la voix de son président, que « les dirigeants africains étaient au courant des pratiques de vente des humains comme esclaves qui sont aujourd’hui considérées comme des crimes contre l’humanité ».

Quelle a été la décision de l’U.A ?

Une simple condamnation de certains d’entre eux et le rapatriement des ressortissants sur leur terre d’origine, mais aucune décision forte pour aller intervenir sur le sol libyen afin d’arrêter les personnes qui ont perpétré ces crimes ignobles et les traduire devant la cour africaine de justice pour être jugées et condamnées. Les négociations sur le développement de l’Afrique, là aussi rien ! Alors, quel a été son rôle à la tête de l’institution ?

Mais ne soyons pas surpris; celui qui n’a pas été capable de réformer et de transformer son pays ne serait pas capable de proposer un projet vivant et soutenable selon une stratégie « gagnant-gagnant » entre l’Afrique et le reste du monde.

Mais une chose est sûre, il a rattrapé son manque de voyage et son envie d’être dans les airs ; nous pouvons en juger si cela est nécessaire, une chose est claire pour tous : le bilan de Alpha Condé dans tous les cas est plus négatif que positif.

Ah ! Si je pouvais vous rassurer encore une fois ; mais la seule quête de Alpha Condé, c’est son troisième mandat et, nous le jurons, cela le hantera le reste de sa vie parce que nous n’accepterons jamais la violation de notre constitution et de nos lois au profit d’un homme pour satisfaire sa soif de pouvoir. Un homme d’Etat se préoccupe de l’avenir de son peuple, en ce qui concerne les deux ans de son mandat qui restent ; vous en jugerez par vous-même et nous sommes conscients que vous connaissez la suite.

La différence entre l’homme politique et l’homme d’Etat est la suivante : le premier pense à sa réélection, le second à la prochaine génération (citation tirée de James Freeman Clarke).

Vive la Guinée et son peuple.

Que DIEU nous bénisse.

Le Mouvement citoyen  »Au nom du peuple ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *