breaking news

Maison achetée en France à 750.000 euro au nom de l’épouse de Mohamed Diaré l’ex-ministre des finances et actuel président de la Cour des comptes( Publication du Collectif Contre l’impunité en Guinée)

février 28th, 2018 | par Leguepard.net
Maison achetée en France à 750.000 euro au nom de l’épouse de Mohamed Diaré  l’ex-ministre des finances et actuel président de la Cour des comptes( Publication du Collectif Contre l’impunité en Guinée)
Flash info
5

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

Le Collectif Contre l’impunité en Guinée s’inscrit dans le stricte respect de la présomption d’innocence conformément à l’article 9 alinéa 3 de la Constitution guinéenne qui dispose que : « Toute personne accusée d’un acte délictueux est présumée innocente jusqu’à ce que sa culpabilité ait été légalement établie au cours d’une procédure conforme à la loi. » 

Cependant, nos actions sont aussi fondées sur la même Constitution, entre autres, sur son article 22 alinéa 3 et 4 qui disposent que :

«  Chaque citoyen a le devoir sacré de défendre la patrie.

Les biens publics sont sacrés et inviolables. Toute personne doit les respecter scrupuleusement et les protéger. Tout acte de sabotage, de vandalisme, de détournement, de dilapidation ou d’enrichissement illicite est réprimé par la loi ».

Les personnes dont les photos des biens sont publiées par le Collectif Contre l’Impunité en Guinée, sont ou étaient tous en charge de la gestion des biens publics, et que leurs patrimoines dépassent très largement leurs sources de revenus connus. La majorité d’entre eux sont à la tête de patrimoine qui dépasse largement plusieurs siècles de leurs salaires de fonctionnaires ou de ministre de la République de Guinée. De ce fait, il est de l’obligation de l’Etat et de tout citoyen, sur le fondement de la Constitution, de renverser la charge de la preuve et de leur demander de justifier leur patrimoine conformément à l’article 26 de la constitution qui dispose que : «  Quiconque occupe un emploi public ou exerce une fonction publique est comptable de son activité, et doit respecter le principe de neutralité du service public. Il ne doit user de ses fonctions à des fins autres que l’intérêt de tous. »   

Pour des raisons mentionnées ci-dessus, et comme promis, le Collectif Contre l’impunité en Guinée (CCIG) continue de présenter les photos des maisons des hauts cadres de l’Etat dont la valeur peut laisser croire qu’elles résultent des pillages des biens publics. Il est de leur droit, mais aussi de leur obligation de nous prouver le contraire.

Cette fois-ci, il s’agit d’une maison achetée en France en 2014 au nom de madame Fatoumata Binta BAH épouse de monsieur Mohamed Diaré qui, au moment de l’achat de cette maison, occupait la fonction de ministre de l’économie et des finances de la République de Guinée et actuel président de la Cour des comptes de la République de Guinée. La maison sur la photo a été achetée 750.000 euros soit 7 milliard et 500 millions de Francs Guinéens (Copie du document notarié ci-joint en format PDF). Elle est située au 21, rue Maxime Ménard dans la commune de DOMONT.  Cette somme correspond à plusieurs siècles de salaire d’un ministre guinéen qui serait de 1500€ par mois. 

La taxe foncière annuelle de cette maison était de 2076 euros en 2013, donc, aujourd’hui, elle doit obligatoirement dépasser cette somme du fait que la taxe foncière, comme toutes autres taxes, augmente dans la durée.

  Voici les noms des vendeurs de la maison. (extrait du document notarié) 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nom de l’acheteur de la maison. (extrait du document notarié)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

            

Prix d’achat de la maison. (extrait du document notarié)

 

Cette maison n’a pas été achetée à crédit, mais au comptant, ce que témoigne le document ci-dessous.

(Extrait du document notarié)

 

 

 

 

 

 

 

Nombre de pièces et la configuration de la maison sont présentés ci-dessous

(Extrait du document notarié)

 

Le Collectif Contre l’Impunité en Guinée ne peut accepter d’être victime des manœuvres bien connues consistant à piller des biens publics, pour ensuite, les blanchir par des investissements sous des prête-noms qui peuvent être des membres de la famille ou des amis. Nous attendons des explications sur l’origine des fonds qui ont servi à l’achat de cette maison du fait que l’époux de la propriétaire officielle était le ministre de l’économie et des finances au moment de l’achat de cette maison, et que cette femme n’avait pas d’activité de nature à laisser croire qu’elle pouvait s’offrir une maison de 7500.000 euros achetée au comptant.

Les Guinées doivent savoir que notre démarche ne se limitera pas à la dénonciation ou la présentation des biens qui nous semblent suspects. Le temps des poursuites judiciaires viendra après les vérifications nécessaires relatives aux biens que nous continuons de débusquer.

Nous demandons aux Guinéens qui possèdent des informations sur des biens issus des pillages des ressources publiques, de les transmettre au Collectif Contre l’Impunité en Guinée à cette adresse mail: ccigfrance@yahoo.com et leur anonymat sera strictement préservés. Ceux qui souhaitent garder l’anonymat peuvent transmettre des photos, des adresses de biens en question et tous documents de nature à facilité leur identification et vérification, sans décliner leur identité.

Le  peuple doit comprendre que ce pillage de biens publics par les hauts cadres de l’Etat est la raison de la mal gouvernance et du retard de notre pays. Il est aussi à la base des violations des droits de l’homme. Il est la cause principale du départ massif des jeunes guinéens vers l’occident, parmi lesquels beaucoup disparaissent dans la mer méditerrané à jamais ou dans le désert des pays de l’Afrique du nord. Le combat contre l’impunité incombe à tous les Guinéens. Tout le monde doit y participer.

Paris le 28 février 2018

 Le Collectif Contre l’Impunité en Guinée.

 

 

 

 

 

 

 

CLIQUEZ  SUR LE LIEN  CI-DESSOUS  POUR ACCEDER AU DOCUMENT  NOTARIE RELATIF A L’ACHAT DE CETTE MAISON.

Document notarié de la maison de l’épouse de  Mohamed Diare Contract

5 Comments

  1. K. Ba says:

    Bravo Collectif et Pottal. Vous faites honneur à la Guinée. Du courage.
    Je vous enverrai un email pour m’inscrire.
    Que Dieu vous bénisse.
    Wa-Salam.
    K. Ba

  2. Guineen says:

    Nous attendons toujours les maisons des autres cadres qui ont pillé depuis
    le régime de Conté.
    Nous attendons les photos des maisons de cellou en france et à Dakar.
    Ce ne sont pas seulement les kassory, les diarré ou les sankhon. et maisons des diallo, des bah et autres?

    • K. Ba says:

      Le collectif a demandé à tout le monde de participer à démasquer les crimes économiques des dirigeants guinéens. Si tu as des informations précises, fournit les. Tu verras qu’elles seront publiées.
      Mais ton intention est de semer la zizanie avec des affirmations ethnos.
      On sait que c’est comme cela que tous les prédateurs justifient leurs crimes en Guinée. Dès qu’on les attrape, ils se mettent à se lamenter. « Je ne suis pas le seul à voler ». « On m’attaque parce que je de telle ethnie » etc. Il n’y a pas vol peul, soussous ou malinké. Le vol est un vol. C’est un crime qui ne peut être justifié par d’autres crimes.
      Comprend cela une fois pour toute et arrête de nous bassiner.

  3. SY SAVANÉ says:

    Monsieur ou Madame Guinéen,

    Pouvez-vous nous faire parvenir des informations documentées non pas sur les personnes, mais sur les faits et gestes(détournement minier, financier, immobilier,….) ou crimes qu’ils auraient commis ou fait commettre sur les personnes, parce qu’ils étaient ou sont Ministres, Directeurs, ou simplement porteurs d’une FONCTION normalement destinée à assurer la PROTECTION des Citoyens Guinéens. J’entends ici par PROTECTION, assurer la SÉCURITÉ physique des personnes e juridique de leurs Biens.

    Le Collectif vous remercie d’avance.

    Mamadou Billo SY SAVANÉ

  4. Oumar Touré says:

    Contacter l’ONG SHERPA à Paris. Elle s’occupe des « biens mal acquis » des dirigeants africains prédateurs des biens publics en Afrique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *