breaking news

FORFAITURE en cour à CONAKRY : le renouvellement du tiers des membres de la Cour Constitutionnelle, légalement prévu contrarié par certains « juges » constitutionnels (Par Mamadou Billo Sy Savané)

mars 5th, 2018 | par Leguepard.net
FORFAITURE en cour à CONAKRY : le renouvellement du tiers  des membres de la Cour Constitutionnelle, légalement prévu contrarié par  certains « juges » constitutionnels (Par Mamadou Billo Sy Savané)
Flash info
0
 Comme prévu dans la Loi Fondamentale tenant lieu de Constitution, le Tiers des Membres de la Cour Constitutionnelle devrait, ou plus exactement doit être renouvelé aujourd’hui.
En application de ce Texte Fondamental, le Président de la Cour Constitutionnel, Monsieur Kèlèfa SALL, en Magistrat scrupuleux, en Républicain intransigeant, s’est attelé ce lundi 5 Février 2018 à procéder à ce renouvellement, comme l’impose à tout magistrat Constitutionnel les Dispositions des articles 101 de la Constitution et l’article  8 de la Loi organique/2011/0006/CNT du 10 Mars 2011. Ces Dispositions sont très précises, et indiquent  les termes dans lesquels ce renouvellement se fait. Tout Citoyen guinéen, même non juriste peut les consulter.( Je vais immédiatement demander à des compatriotes juristes d’en faire une explication simple et claire afin de les mettre en ligne, et ainsi les rendre compréhensible pour les non juristes).
Nous avons affaire ici à un Texte CONSTITUTIONNEL, voté, et déjà appliqué dans ses autres dispositions. Une Loi FONDAMENTALE votée et appliquée, ne peut faire l’objet d’aucune discussion, arrangement, consensus, accommodement….Elle est à respecter et à appliquer. Les Magistrats de la Cour Constitutionnelle ont à garder La LOI Commune.  Ils n’ont pas à l’accommoder à leur désir, ou au vœu d’un président de la République.
Le Président Kèlèfa SALL est dans la stricte LÉGALITÉ.  Et lorsqu’on applique La Loi dont on est le gardien, on ne peut être taxé d’être « unilatéral ». Or il y a des manœuvres peu honorables de certains « juges » visant à l’empêcher d’assumer sa Fonction comme la Constitution l’y oblige.
On peut donc parler d’ATTENTAT contre les institutions par  certains juges qui se sont pourtant engagés à la loyauté absolue  envers la Constitution dont ils sont censés être les GARDIENS. Il y a donc une FORFAITURE de ces magistrats. Leur FORFAITURE crée une situation d’une exceptionnelle gravité, au plan  des conséquences sur la CRÉDIBILITÉ et la STABILITÉ de l’ÉTAT de Droit. Il n’y a plus d’ÉTAT, puisque certains de ceux qui en ont la garde, ont torpillé  l’institution fondamentale. De ce fait, le pays est fondé à  mettre fin à un pouvoir qui sabote les  piliers institutionnels de la NATION, c’est-à-dire  ses Règles Fondamentales.
Je parle en mon nom, avec la certitude que l’immense majorité du pays partage mon avis, sans pouvoir l’exprimer. Alors :
—Lorsque les institutions de la Patrie  sont bafouées par celui ou ceux qui en ont la garde, et c’est le cas actuellement en Guinée, le DEVOIR des Patriotes Habillés ou pas, est d’arrêter la déchéance de la PATRIE
—Ce pouvoir a créé dans notre pays des HAINES inconnues chez nous entre groupes ethniques. Si li n’y est pas mis fin, la décomposition est inévitable.
—-Les Patriotes habillés ou pas, ont le DEVOIR sacré de préserver notre pays en tant que Communauté historique constituée au long des siècles. Ne pas le faire, c’est insulter le sang et la sieur des centaines de générations qui nous ont précédé, et légué cette TERRE de Guinée.
Mon souhait est que tous les Patriotes soutiennent le président Kèlèfa SALL dans sa Fonction. A Sèkhoutoureya,  certaines notabilités veulent sa « peau » parce qu’il s’oppose avec une NOBLE persévérance, à toute falsification de la Loi Fondamentale.

 

 

 

 

Mamadou Billo SY SAVANÉ.   PARIS le 05 Février 2018

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *