breaking news

Lettre ouverte à son Excellence Professeur Alpha Condé, Chef de l’Etat, Président de la République. ( El Hadj Saîkou Yaya Barry Président de la CNFHPG )

mars 19th, 2018 | par Leguepard.net
Lettre ouverte à son Excellence Professeur Alpha Condé, Chef de l’Etat, Président de la République. ( El Hadj Saîkou Yaya Barry  Président de la CNFHPG )
Lettre ouverte
4

Invariablement soucieuse de la préservation de la paix, de la concorde et de l’unité nationale dans notre cher pays la Guinée, la Coordination Nationale des Foulbhés et des Haali Poular de Guinée se fait le devoir impérieux d’interpeller le gouvernement  et les institutions  républicaines et d’alerter la communauté internationale sur les violations répétées des droits humains les plus élémentaires, les dénis de justice, la répression aveugle et sélective et les tueries sans nom dont se rendent coupables les forces dites de l’ordre, en dépit de toutes les promesses des autorités, notamment à la suite de la proclamation des résultats des élections communales du 4 Février 2018 et au cours des manifestations occasionnées par la grève des enseignants.
Il est dès lors nécessaire de faire une rétrospective de certains faits tragiques qui ont jalonné les huit dernières années du mandat du Président Alpha Condé. L’on citera notamment :
  • En 2010, l’affaire de « l’eau empoisonnée » jusqu’ici non élucidée, et pour cause, qui a été le prétexte pour faire la chasse aux peuls notamment à Siguiri, à Kouroussa, Kissidougou et Nzérékoré, la mise à sac de leurs biens meubles et immeubles suivie ou accompagnée de l’assassinat de certaines des pauvres victimes.
  • De 2012 à 2013, l’utilisation d’armes de guerre pour réprimer dans le sang les manifestants exigeant l’organisation des élections législatives, communales et communautaires dans les délais prescrits par la constitution. Notons au passage que toutes les pertes en vies humaines pendant cette période l’ont été essentiellement dans la commune de Ratoma à Conakry. Ce sont plus de 80 jeunes gens de la communauté peule pour la plupart qui ont été en ces malheureuses circonstances les victimes des forces dites de sécurité par tir à balle réelle et souvent à bout portant.
  • Les milliers de têtes de bœufs abattues à Beyla, à Lola et récemment à Kassadou, Bolodou dans Guéckédou, appartenant toutes à des éleveurs peuls. Les autorités publiques n’ont pas cru devoir prendre des dispositions pour rendre justice.
  • Les tentatives éhontées de diviser le Fouta en y suscitant notamment des conflits domaniaux. Ce fut le cas à Bantankountou versus Ndiaré, à Bhouriya dans Mamou, à Maci dans Pita, à Kankalabé dans Dalaba et à Lélouma.
  • Les tueries de Saoro, Galapaye et Womey en Guinée Forestière.
  • Les propos irresponsables de certaines autorités de la place présentant les peuls de Guinée comme des étrangers dans leur propre pays, « des tortues dont il faut chauffer le derrière », « des somaliens », et le Fouta comme une région « prise en otage », propos se situant dans le même moule que ce qui fut appelé jadis « la situation particulière du Fouta», etc..
  • Le non accès et /ou l’élimination depuis 2010 des cadres peuls aux postes de direction dans les grandes administrations publiques centrales et déconcentrées, les forces armées et la police.
Au cours de ces évènements inqualifiables, l’on a aussi assisté à la destruction de boutiques, magasins, parcs automobiles, domiciles, à des exactions contre des femmes et des jeunes filles à Conakry, notamment dans la commune de Ratoma, par des forces dites de l’ordre déchaînées, fortes de l’impunité. Ces brutalités quasi animales étaient accompagnées d’injures, de menaces et de stigmatisation à l’endroit des membres de la communauté peule. Les sévices n’ont pas épargné les citoyens résidant dans les villes de l’intérieur du pays.
En dépit des promesses et des engagements du Gouvernement notamment à la faveur des accords politiques passés avec l’opposition, aucune enquête n’a été menée pour déceler les coupables des crimes commis et les traduire en justice comme il se devrait dans un Etat de droit. Les indemnisations convenues du fait des destructions, des incendies criminels et des mises à sac de boutiques, magasins, domiciles de simples citoyens, restent à ce jour lettre morte.
  Voilà hélas, qu’aujourd’hui, suite aux élections communales et au cours des nouvelles manifestations lors de la grève des enseignants, le scénario macabre et les destructions se sont poursuivis de plus bel sous la responsabilité directe des forces dites de sécurité. Les fameux « Donzos », ces milices tribales affiliées au pouvoir et vraisemblablement entretenues par lui s’invitent dans la danse à des fins inavouables, au vu et au su des autorités avec leurs armes comme à la chasse au gibier.
Dans le bilan encore provisoire, l’on compte plusieurs morts au total, tués par balle à la Carrière, à Wanindara et à Sonfonia, des dizaines et des dizaines de blessés, des destructions de biens y compris de motocycles et de véhicules, essentiellement dans la commune de Ratoma alors même que des manifestations de rue ont également eu lieu dans les mêmes conditions dans les communes de Matoto, Matam et Kaloum. Ce deux poids deux mesures, cette ségrégation constante révèle on ne peut mieux le fait que la commune de Ratoma abritant une importante frange de la communauté peule est considérée par les autorités comme un « ghetto » dont les membres sont à ses yeux des citoyens de seconde zone ne devant bénéficier d’aucune protection de la loi. Le sieur François Soudan, plumitif alimentaire, ne dirait pas le contraire !
Plus d’une dizaine d’opérateurs économiques, membres de la communauté peule, comme par hasard, ont été l’objet de kidnapping. Aucune enquête judiciaire sérieuse n’a jusqu’ici été engagée pour retrouver les coupables et les punir à la mesure de leur forfaiture, au grand dam des victimes et de leurs familles.
Le clou de la stigmatisation et du manque d’humanité est constitué à n’en pas douter par le renvoi de la dépouille mortelle du jeune Boubacar Diallo tué à Sonfonia, de la morgue d’Ignace Deen vers d’autres destinations sur ordre du Chef de l’Etat.
Lors des différentes manifestations à Conakry de 2012 à nos jours, le nombre total des morts tués par balle pour la plupart s’élève à 94.
Des razzias et des expéditions punitives organisées par les forces dites de sécurité auxquelles se mêlent contre toute attente des bérets rouges continuent dans les quartiers à dominante peule de Ratoma. Des jeunes en bas âge sont encore arrêtés et bastonnés nuitamment avant d’être conduits dans les immondes cachots du régime.
Ce qui s’est passé à Ratoma et qui continue de s’y passer rappelle à s’y méprendre le martyr de Soweto en Afrique du Sud du temps de l’Apartheid.
La Coordination Nationale des Foulbhés et Haali Poular de Guinée a toujours prôné la paix, le dialogue constructif, la tolérance, le calme et la sérénité à travers toutes ses déclarations et dans toutes ses prises de position face aux différentes crises qui ont secoué notre pays, face aux tueries, aux injustices flagrantes et aux brutalités dont les membres de la communauté peule sont l’objet.
Cette situation délétère dans laquelle les autorités judiciaires et administratives brillent par leur absence et leur indifférence est devenue intolérable, inacceptable et constitue à n’en pas douter le lit de toutes les dérives.
La Coordination Nationale des Foulbhés et Haali Poular de Guinée invite le Président de la République et son Gouvernement à prendre l’exacte mesure de la situation pour arrêter le cycle infernal des tueries, des destructions, de la stigmatisation, des règlements de compte dont les membres de la communauté peule sont les principales victimes pour éviter à notre pays de sombrer dans les turpitudes de la division.
Pour sa part, la Coordination Nationale des Foulbhés et Haali Poular de Guinée, fidèle à sa vocation de veille et de prévention, est prête, comme par le passé, à s’associer à toute initiative visant au delà des discours, la préservation de la paix, de l’unité nationale et de la quiétude sociale dans notre pays et ne ménagera aucun effort pour lutter contre toutes les formes d’injustice et de stigmatisation dont quelque citoyen guinéen ou quelque communauté guinéenne que ce soit est l’objet.
En tout état de cause, la Coordination Nationale des Foulbhés et des Haali Poular de Guinée avertit l’opinion nationale et internationale qu’elle mènera une lutte résolue contre l’injustice, le sectarisme, le mensonge, la destruction du patrimoine économique de citoyens innocents. Elle s’investira aussi pour le respect strict de la constitution, pour le triomphe de la vérité des urnes aux côtés notamment de la société civile.

 

 

 

 

Conakry le 16 Mars 20I8
Le Président de la CNFHPG
El Hadj Saîkou Yaya Barry
Doyen du Conseil des Sages, Compagnon de L’Indépendance

4 Comments

  1. Doura Barry says:

    on est fatigue des declarations, passez a l’action maintenant!
    vous traitez ce bidasse crimimel d’excellent????

  2. SY SAVANÉ says:

    Le FARBA Tibou KAMARA a été l’architecte principal et décisif de l’affaire de l’eau « empoisonnée » lors de l’élection présidentielle de 2010. Ensuite, lui et Sékouba KONATÉ ont organisé des violences inouïes contre les électeurs de l’U.F.D.G., et au profit de Alpha CONDÉ qu’ils déclareront « élu »en 2010.

    Depuis, les brutalités, les expéditions meurtrières parfois militarisées contre nos populations n’ont pas cessé. Les expéditions meurtrières militarisées comme celles contre les populations de N’WOMEY, de LOLA, de KAMSAR,…. n’ont pas cessé.

    Le même FARBA Tibou KAMARA est rappelé par Alpha CONDÉ et promu Ministre d' »ÉTAT ». Aussitôt les meurtres individualisés et collectifs reprennent. Qu’on se souvienne des tueries à Kérouané, SIGUIRI….

    Personnellement,je suis intrigué par la complaisance, à mon avis coupable dont semble bénéficier le FARBA Tibou KAMARA. Comme Malick SANKHON, Tibou KAMARA est un CRIMINEL qui doit rendre compte.

    Mamadou Billo SY SAVANÉ

  3. Toure de moria says:

    Le guépard.net devrait censurer des textes haineux.
    Il s’éloigne peu à peu de sa mission,c’est bien dommageable.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *