breaking news

NIGER / Inculpation de jeunes qui appelaient à un 3e mandat pour le président nigérien Mamadou / Les juges guinéens peuvent-ils être aussi courageux que ceux du NIGER ?

mai 31st, 2018 | par Leguepard.net
NIGER / Inculpation de jeunes qui appelaient à un 3e mandat pour le président nigérien Mamadou /  Les juges guinéens peuvent-ils être aussi courageux que ceux du NIGER ?
Article
1
Pour avoir appelé le président Mahamadou Issoufou à briguer un troisième mandat à la tête du Niger, deux acteurs de la société civile de Zinder dans l’est du pays ont été inculpés et placés sous mandat de dépôt. Ils seront jugés demain jeudi par le tribunal de grande instance de Zinder.
C’est en flagrant délit que les deux acteurs de la société civile de Zinder seront jugés ce matin dans leur ville natale. En appelant leur président Issoufou Mahamadou à briguer un troisième mandat en 2021, Salissou Ibrahim et Issoufou Brah n’ont pas mesuré la gravité de leurs propos qui ont vite fait le tour des réseaux sociaux.
A la question de savoir pourquoi avoir tenu ces propos, le président de l’Union des jeunes nigériens pour le développement a répondu aux enquêteurs : « Nous sommes des jeunes citoyens qui ont apprécié pendant huit ans les actions de développement du président Issoufou Mahamadou ».
Après quatre jours de garde à vue, ils sont inculpés, selon le procureur du tribunal de grande instance de Zinder, pour avoir fait des propositions non agréées de former un complot pour détruire ou changer le régime constitutionnel.
Cette déclaration d’appel à un troisième mandat a été diversement appréciée au Niger. Mais pour Mohamed Bazoum, le président du parti au pouvoir, le Parti nigérien pour la démocratie et le socialisme (PNDS) : « Un troisième mandat au Niger signifie un coup d’Etat. Nous sommes un parti qui a comme ambition de stabiliser le pays pour progresser ».
Lors d’un de ces messages à la nation et devant le président français, Emmanuel Macron, à Niamey, le président Issoufou Mahamadou l’a dit et répété : en 2021, il organisera des élections libres et transparentes, et passera le témoin.

 

 

 

 

Source: RFI

One Comment

  1. I. Mb. SOW says:

    C’est toute la différence entre les rares pays d’Afrique francophones qui ont tâché de se faire diriger par des leaders éclairés et patriotes, à la hauteur des défis du moment et ceux, comme la Guinée-Conakry, dont les peuples se sont laissé progressivement installer sous des régimes autocratiques qui semblent les avoir définitivement condamnés à la régression sociopolitique, économique et culturelle. C’est ce qui fait qu’en 2021, le président Issoufou Mahamadou (en authentique intellectuel et digne fils du Niger) se retirera très probablement, en se conformant à la constitution de son pays, alors qu’il ne fait plus de doute que le président Condé, que rien ne rattache solidement à la Guinée, a déjà implicitement engagé sa campagne électorale pour pouvoir tripatouiller notre constitution et briguer un troisième mandat, en 2020. Si donc les patriotes guinéens avertis ne s’avisent pas de se sortir du piège des stratégies de l’ethnocentrisme et de la corruption politique, nous n’aurons bientôt tous que nos yeux pour pleurer et ce, jusqu’à la mort de notre nouvel « autocrate-à-vie » de Sékoutouréyah.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *