breaking news

Les économies de la RDC, de la Guinée, de l’Algérie et du Maroc vues par la diplomatie américaine (Jeune Afrique) / Le manque de transparence du gouvernement guinéen et la défaillance de son système judiciaire dénéoncés

juillet 26th, 2018 | par Leguepard.net
Les économies de la RDC, de la Guinée, de l’Algérie et du Maroc vues par la diplomatie américaine (Jeune Afrique) / Le manque de transparence du gouvernement guinéen et la défaillance de son système judiciaire dénéoncés
International
1

Le rapport du département d’État américain consacré au climat de l’investissement dans le monde passe cette année en revue les économies de la RDC, de la Guinée, de l’Algérie et du Maroc.

Comme chaque année, le département d’État des États-Unis a rendu public un rapport consacré au climat de l’investissement dans le monde. L’objectif est de fournir des informations sur plus de 170 pays. « Les entreprises américaines de toutes tailles peuvent s’inspirer de ces rapports pour identifier les marchés sur lesquels faire des affaires » note la branche de l’exécutif fédéral en charge des relations internationales.

Tous les pays  n’étant pas passés en revue chaque année, le chapitre de l’édition 2018 consacré à l’Afrique inclut notamment la RDC, la Guinée, l’Algérie et le Maroc.

RDC : un environnement « très difficile »

« La RDC reste un environnement très difficile pour faire des affaires » note le rapport dans l’introduction du chapitre consacré au pays. L’incertitude engendrée par le report des élections – désormais prévues pour décembre 2018 – continue à décourager les investissements directs à l’étranger.

Malgré les réformes de ces dernières années, qui octroient des allègements ou des exemptions d’impôts aux investisseurs, « le climat des affaires s’est détérioré en 2017 », souligne le département d’État américain. En particulier, « beaucoup d’investisseurs se plaignent d’une pression fiscale élevée et d’un système de taxation trop complexe, redondant et opaque ». Certaines agences gouvernementales « exercent des pressions administratives importantes sur les entreprises avec des audits et des inspections qui conduisent souvent à l’imposition d’amendes sur des bases discutables ».

« Dans l’ensemble, les entreprises doivent faire face à de nombreuses difficultés en RDC, notamment la fragilité des infrastructures existantes, une corruption endémique à tous les niveaux, des agences fiscales prédatrices, un accès limité au capital, un manque de travailleurs qualifiés, des difficultés à exécuter les contrats, l’incertitude politique, un système judiciaire très faible, des conflits armés qui se poursuivent à l’Est et l’émergence de violences sporadiques dans d’autres régions du pays » concluent les auteurs du rapport.

Guinée : améliorations limitées, malgré la volonté politique

Après la fin de l’épidémie d’Ebola et la réélection d’Alpha Condé, « le gouvernement guinéen a adopté une attitude très favorable vis-à-vis des investissements directs à l’étranger (IDE) » : adoption d’une loi anticorruption, « qui doit encore  être testée devant les tribunaux », mise à jour du code d’investissement…

En effet, devant faire face à un important déficit budgétaire et à la baisse du prix des matières premières, les autorités « espèrent que les IDE vont diversifier l’économie, renforcer la croissance du PIB et fournir des emplois durables ».

Mais le département d’État américain se montre critique vis-à-vis de l’environnement des affaires guinéens. Premièrement, « bien que les lois guinéennes soient en faveur de la libre-entreprise et la concurrence, le gouvernement manque souvent de transparence dans l’application de la loi », ce qui laisse de l’espace pour la corruption estime-t-il. Les auteurs pointent aussi les importants arriérés de paiement du secteur public. « Il n’y a pas actuellement de mécanisme indépendant permettant le recouvrement des créances sur l’État guinéen », note le document, qui doute en outre de « la capacité de la Guinée à appliquer ses lois plus favorables aux investisseurs », compromise par « un système judiciaire faible et peu fiable ».

Algérie : opportunités et blocages bureaucratiquesUne

« De multiples secteurs offrent des opportunités importantes de croissance à long terme pour les entreprises américaines, certaines d’entre-elles rapportant une rentabilité à deux chiffres » indique le rapport. « Cependant, certains défis restent à relever ».

Parmi les défis auxquels doivent faire face les entreprises américaines, des difficultés douanières, une bureaucratie figée, des transferts monétaires limités, des restrictions de conversions, et une concurrence sur les prix des rivaux internationaux, en particulier la Chine, la Turquie et la France, liste le rapport.

Les entreprises internationales qui opèrent en Algérie se plaignent également de l’application changeante et irrégulière des les lois et réglementations, ce qui accroître la perception du risque commercial par les investisseurs, souligne le rapport. Selon l’administration américaine, les contrats commerciaux sont également être soumis à des révisions ou des interprétations variables.

Les autres dispositifs critiqués par le département d’État incluent la règle des 51/49, qui oblige à une majorité algérienne pour tous les partenariats étrangers, et des mesures de contrôle des changes particulièrement strictes. Enfin, la politique de substitution aux importations, qui a sévèrement limité le commerce extérieur, est également mise en cause.

Maroc : le bon élève du continent

« Le gouvernement marocain a mis en place une série de mesures destinées à développer l’emploi, attirer des investissements étrangerset accroître les volumes produits et la performance économique des secteurs générant des revenus, tels que l’automobile ou l’aéronautique », souligne le département d’État.

Dans ce cadre, le Maroc a ratifié 68 traités bilatéraux d’investissement, afin de promouvoir ou de protéger l’investissement, et 60 accords économiques, destinés à éliminer la double taxation des revenus des plus-values, notamment avec les États-Unis et la plupart des économies européennes. « Sa charte d’investissement a mis en place la convertibilité du dirham pour les investisseurs étrangers, et donne la liberté de transférer les bénéfices ». Enfin, l’accord de libre-échange avec les États-Unis est entré en force en 2006, immédiatement éliminant les tarifs pour plus de 95 % des biens industriels et de consommation qualifiés » souligne l’administration américaine.

Cependant, « malgré une amélioration significative de l’environnement des affaires, le manque de travailleurs qualifiés, la faible protection des droits de propriétés intellectuelles, la bureaucratie inefficace et le lent rythme de la réforme de la réglementation reste des difficultés pour le Maroc ».

Source:   Jeune Afrique 25 juillet 2018 à 14h41 | Par 

 

One Comment

  1. SY SAVANÉ says:

    On aimerait bien applaudir le Département d’ÉTAT (US) pour son rapport qu’aucun Guinéen sérieux n’attend, puisque nous Guinéen, nous le savons depuis longtemps, et le journal qui a publié cette étude presque inutile, en tout cas pour le cas de la Guinée.

    Mais applaudir ceux qui organisent le chaos en GUINÉE comme les U.S.A. et ses protégés (pays du Golf Arabe pétrolier), reviendrait à applaudir un BOURREAU qui viendrait dire au futur pendu,  » ne t’en fais pas, je viens d’identifier les insuffisances de la corde de pendaison quivous est destinée ».

    En 2010, j’étais à CONAKRY. J’ai assisté effaré aux maneouvres détestables de l’Ambassadrice U.S. à CONAKRY, Madame Patrica MOELLER, maneouvres visant à FALSIFIER les résultats électoraux du premier tour de la présidentielle pour obtenir la présence de Monsieur Alpha CONDÉ au second tour, et INTIMIDER le camp du LÉGITIME second après Monsieur Cellou Dalein DIALLO. Elle a alors obtenu le résultat voulu. puisque en GUINÉE Conakry, l’Ambassadeur ou Ambassadrice des U.S.A. c’est LOUIS XIV. Au plan politique, personne n’ose leur poser la moindre petite innocente.

    L’actuel Ambassadeur, Monsieur DENNIS HANKINS s’inscrit dans la même démarche. Et c’est ce qui m’a amené dans ma Lettre encore en ligne ici, à parler de »énigme »U.S.

    Comment un peuple, le peuple américain dont l’immense majorité est généreux, bienveillant, accueillant, habité profondément par une détestation absolue de l’injustice, de l’arbitraire et pacifique, réussit rarement, trop rarement à mon goût à faire ÉLIRE des représentants à la hauteur de ce qu’est ce peuple dont j’ai fait ici une brève description. Je serai heureux d’avoir ne serait-ce qu’un début d’explication.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *