breaking news

Mouvement social en Guinée/ Le ministre Kalifa Gassama Diaby se désolidarise du gouvernement et mise sur sa conscience et sa fonction plutôt que sur un vieillard de 80 ans.

juillet 28th, 2018 | par Leguepard.net
Mouvement social en Guinée/ Le ministre Kalifa Gassama Diaby se désolidarise du gouvernement et mise sur sa conscience et sa fonction plutôt que sur un vieillard de 80 ans.
Politique
2
Exaspéré par la contestation de la hausse du prix du carburant, Kassory FOFANA a ouvertement déclaré la guerre aux syndicalistes, au mouvement social, mais aussi à la constitution guinéenne dans ses dispositions relatives à la liberté syndicale et au droit des citoyens à manifester. Le premier ministre mène cette guerre avec arrogance et propos vexatoires tels que « Les syndicats ne sont pas des rois ; les rois, ce sont les créateurs d’emplois, ce sont les employeurs ».  Le premier ministre ignore que la relation de travail est régie en Guinée par le Code du travail et qu’il n’y a pas de relation « Roi et sujet » ou  « maître et esclave ».  Cependant, ces propos ont rencontré une réponse appropriée des syndicalistes qui disent « qu’il ne revient pas à la population guinéenne de supporter les conséquences de la mal gouvernance à la place des gouvernants ». Cette remarque est d’autant plus pertinente que le FMI, lors de sa dernière visite en Guinée avait pointé du doigt la mal gouvernance qui y est pratiquée. Le représentant de l’Union européenne en Guinée vient lui aussi d’affirmer que sans la corruption, la Guinée peut se passer de l’aide extérieure. Certains syndicalistes prennent les propos de Kassory pour une véritable injure à l’encontre du peuple. Selon ces syndicalistes, le premier ministre qui parle de rétablissement de  l’ordre  est l’incarnation et le symbole du désordre en Guinée. Existe-t-il plus de désordre que de voir une personne reconnue coupable de corruption par une justice étrangère (belge) occuper le poste de premier ministre et avoir dans son gouvernement, d’autres personnes condamnées pour les mêmes faits s’interrogent-ils ?
On peut constater que dans cette guerre déclarée par Kassory Fofana, le ministre de l’Unité nationale et de la Citoyenneté, Kalifa Gassama Diaby n’est pas sur le même front que le chef de son gouvernement. Lors de son intervention du 26 juillet 2018 dans l’émission Africa 2015 de la radio Nostalgie, le ministre de l’Unité nationale et de la Citoyenneté s’est clairement désolidarisé de la position des bras armés du président Alpha Condé que sont, Kassory Fofana, le général Bouréma Condé alias le cruel et le ministre de la sécurité Alpha Ibrahima Kéira.
Kalifa Gassama Diaby qui mise sur sa conscience, sur sa fidélité à sa fonction et sur l’avenir, semble mieux faire que de miser sur un vieillard de 80 ans en fin de carrière politique et même peut-être en fin de vie comme tout être humain, pour cause de l’âge très avancé. Les propos de du ministre Gassama ci-dessous reproduits n’ont souffert d’aucune ambiguïté, sa position y est clairement exprimée.
Kalifa Gassama Diaby : « Notre Constitution garantit aux citoyens la liberté d’opinion et d’expression. Je vais être clair et précis. Toute décision d’interdiction générale et absolue de manifestation est un recul pour la démocratie. Toute décision qui empêche les citoyens de s’exprimer dans un cadre légal sans violence est un recul pour la démocratie, est contraire à notre Constitution. Et cela ne peut être défendable.
Il ne faut pas qu’on recule. La démocratie, il faut avoir le courage d’aller au bout. Alors en tant que ministre en charge des questions de droits humains, je ne peux pas être d’accord avec une telle décision, de façon générale. On peut interdire de façon exceptionnelle lorsque des motifs réels et objectifs de trouble à l’ordre public, de violences sont là. On peut interdire circonstanciellement, conjoncturellement une manifestation. Mais on ne peut pas empêcher le citoyen guinéen, quelque soient les désaccords par ailleurs, d’exprimer ce qu’ils pensent et de le dire publiquement, y compris par les marches et les manifestations. Cela doit être clair et il m’est moralement, personnellement, impossible de défendre une telle décision ».
La position très courageuse prise par le ministre Kalifa Gassama Diaby est celle dont on peut attendre d’un député, d’un juge, d’un ministre et de toute personne à laquelle une parcelle du pouvoir étatique est confiée dans l’intérêt de l’ensemble du peuple. Sa position correspond à la fonction qui lui est confiée donc, avec cette position, il ne fait que son travail. Seulement en Guinée, ceux qui font le travail qu’on attend d’eux conformément à leur fonction sont très minoritaires.
La rédaction du guepard.net

2 Comments

  1. S says:

    Là! Je reconnais le Khalifa GASSAMA que j’avais trouvé intéressant.Peut-être a-t-il retrouvé ses esprits ? En tout cas j’espère qu’il ne les perde plus jamais.

    SY SAVANÉ

  2. Seikhou Ketoure says:

    Mr le Ministre, les voies de recours contre les actes administratifs portant grief , avez vous oublié ?
    Jamais en Guinée , un régime n a été aussi démocratique que celui dans lequel vous évoluez
    Le recul de la démocratie dont vous parlez, je ne comprend pas. À mon avis, vous devriez être le premier, dans l exercice citoyen de vos fonctions, à conseiller aux gens d attaquer les mesures d interdictions devant les juridictions compétentes qui existent Pour ca.pour que celles ci les fassent annuler le cas échéant. Mais vous parlez de recul de la démocratie !!!!! Mr le Ministre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *