breaking news

Affaire imam de Kindia / Qui peut donner le nom d’un seul SOUSSOU parmi les 3 premiers imams des mosquées de la haute guinée ou de la moyenne guinée (Par Mohamed Lamine Sylla)

août 29th, 2018 | par Leguepard.net
Affaire imam de Kindia / Qui peut donner le nom d’un seul SOUSSOU parmi les 3  premiers imams des mosquées de la haute guinée ou de la moyenne guinée (Par Mohamed Lamine Sylla)
Article
49

 

Le manque de cohérence constaté au niveau de nos hommes politiques devient intolérable. On peut se demander comment peut-on convoquer un imam et de surcroit lui dire de demander pardon à un parti politique ? Étant fils et originaire de Kanya, je m’inscris en faux contre les allégations relevées à l’endroit dudit imam. Cependant il est très important de revenir sur l’histoire de Kanya. N’est ce pas les SOUSSOUS à savoir (soumah, camara, sylla) qui furent les autochtones de cette ville en commençant leur installation par TAFORI ? Il faut retenir que le respect n’est pas une faiblesse, mais plutôt la preuve d’une bonne éducation. Demander à tous les Guinéens de l’extérieur comme de l’intérieur de donner le nom d’un seul SOUSSOU parmi les 3  premiers (imams) de toutes les mosquées de la haute guinée et de la moyenne guinée. Il est certain que vous n’en trouverez nulle part. Ce constat constitue la preuve irréfutable de mes propos. Donc, faisons attention pour ne pas pousser les gens à devenir comme les autres. Il faut également souligner que les journalistes partisans se livrent à des pratiques très dangereuses pour la cohésion sociale en Guinée. Essayons d’utiliser le sparadrap pour qu’ensembles nous puissions trouver une solution à long terme. Essayons plutôt de sauvegarder les acquis laissés par nos devanciers. Kindia reste et demeure une ville SOUSSOU, des agrumes, des sportifs, de la générosité et la 2e capitale de la République Guinée.
Par Mohamed Lamine Sylla natif de Kindia

 

 

49 Comments

  1. AOT Diallo says:

     » Demander à tous les Guinéens de l’extérieur comme de l’intérieur de donner le nom d’un seul SOUSSOU parmi les 3 premiers (imams) de toutes les mosquées de la haute guinée et de la moyenne guinée.  »

    Quelle justification idiote : c’est la faute de la population entière de ces régions si les 3 imams ne sont pas soussous ? Vous vous souvenez de leur réaction lorsque la mosquée sénégalaise a voulu designer un sénégalais comme premier imam, une pratique depuis l’indépendance ?
    – Il n’y a pire argument que la comparaison pour justifier une mauvaise action. Cessez de blâmer toute une communauté pour les tares de certains de ses membres. C’est triste d’entendre des « lettrés » raisonner comme cela.

    Cherchez plutôt du coté des faits suivants :
    – ils constituent moins de 15% de la population du pays et encore moins dans ces régions
    – les magouilles et intrigues journalières des religieux et autres « sages » mécréants de la majorité de ces communautés dans tous les domaines, y compris celui-la.

  2. Aicha says:

    @Lamine Sylla VS Abdoul Sylla,

    Pouvez-vous nous citer dans quelle ville au Foutah -Djallonm ou en Haute Guinée la candidature d’un Iman Soussou a été réfuté pour des considérations ethniques voire régionalistes ? Mais qu’est-ce que vous racontez ?

    Récemment, votre frère Abdoul Sylla, s’est également permis de raconter du n’importe quoi sur Kindia et sur les déclarations malencontreuses et fautives de l’Imam de Kindia. Au fait, Y aurait-il des Imams Soussous à NZérékoré et dans les autres préfectures de la Guinée Forestières ? Sais-tu qu’en Forêt aussi il y a des musulmans qui accomplissent les cinq prières quotidiennes dans les conditions normales ? Sais-tu aussi que tes propos sur les familles autochtones aux origines sont largement discutables ? Faites des recherches objectives pour apprendre qui sont les vrais autochtones de Kindia à l’époque des premiers grands Empires Africains et tu seras surpris d’apprendre la vérité sur les origines de Sylla, Camara, Soumah et consorts.

    As-tu entendu parler de l’Empire Songhaï d’où les Sylla, les Camara, Soumah et autres sont originaires ?

    Pour la petite histoire, sachez que l’Empire du Songhaï naît au XVe siècle avec la chute de l’Empire du Ghana.Le Songhaï était un mélange de peuples et parmi eux des Sorkos, devenus par déformation des Soussous en Guinée et prirent d’autres noms ailleurs en Afrique. Les Sorkos (Soussous) étaient dès lors des pêcheurs et se mélangèrent à des nomades et des agriculteurs pour former le Songhaï. C’est de Songhaï que naître la dynastie d’Askia. Le Songhaï existait sous le Mali comme un Vassal.

    Tout comme toi, ton frère Abdoul Sylla aussi préfère cité Albert Camus pour justifier les errements de l’Imam au détriment de Montesquieu. ça commence à créer beaucoup de confusions. La séparation des pouvoirs, l’un des principes fondamentaux du constitutionnalisme moderne et de l’État de droit est indissociable du nom de Montesquieu. Lisez plutôt Montesquieu pour comprendre la faute de l’Imam et non une citation d’Albert Camus.

    Sinon, quel est le rôle social dévolu à un Imam en Guinée depuis notre indépendance en 1958 ? Saviez-vous que la Constitution contemporaine de la Guinée, adoptée en 1991 fut entre autres l’oeuvre du Général Lansana Conté, le père de la démocratie guinéenne ? Saviez-vous que le Général Lansana Conté est un Soussou qui consacra dans notre constitution les principes de Montesquieu, notamment celui de la séparation des pouvoirs ?

    Saviez-vous que le prétexte dit de  » Kindia  » ville des agrumes date de l’époque coloniale et qu’aujourd’hui Kindia importe toute sa nourriture auprès des autres régions et de l’étranger ? Faites donc très attention à vos arguments imaginaires et demandez à votre Imam de bien vouloir se comporter comme tous les autres Imams de la Guinée et de l’Afrique en s’abstenant de manifester ouvertement son militantisme politique et de s’exprimer arbitrairement au nom d’un parti politique fut-il de la mouvence présidentielle.

    • Traoré says:

      @ Mme Aïcha dit: <<
      Saviez-vous que le prétexte dit de » Kindia » ville des agrumes date de l’époque coloniale et qu’aujourd’hui Kindia importe toute sa nourriture auprès des autres régions et de l’étranger ?

      Je suis entièrement d'accord sur tout ce que vous avez écrit sauf ce paragraphe ci-dessous.
      Faites vous de l'humour noir ou êtes vous vraiment au sérieux pour tenir des contre vérités sur la production agricole de toute la Région administrative de Kindia ?
      Je crois que ne connaissez Kindia que de par son nom et vous n'y avez jamais vécu ou séjourné, si tel est le cas, vos propos sont imaginaires et subjectifs.
      Avez-vous eu le temps de suivre sur CANAL + L'ÉMISSION " kindia 2015" ?
      Saviez-vous que la plupart des fruits et légumes qui sont débarqués tous les matins vers 5h du matin au marché de Matoto proviennent de Kindia ?
      La ville de Kindia était, est et sera toujours une région vivrière pour Conakry.
      Seul le riz blanc est importé à kindia, à l'image de toutes les autres régions du pays.

      PS: Pour le reste de votre belle narration sur l'histoire des Soussous, je la valide.

      Bien à vous.

  3. IBKK says:

    Depuis quand une histoire de suffrage universel a affaire avec les Imams et les critères de désignation d’un Imam. Si je ne m’abuse l’Imam doit être le plus érudit des croyants dans sa mosquée , ou bien? Donc si ce postulat est accepté, votre question implique que les soussous n’étaient certainement pas assez instruits coraniquement pour que les gens de la Haute et Moyenne Guinée leur cède la place d’Imam alors que des ressortissants de la Moyenne et Haute Guinée sont Imams en Basse Cote. Je n’insinue rien! Je ne fais raisonner par l’absurde comme le message de cette article.

    • Traoré says:

      C’est parce que les Soussous ne sortent presque jamais de chez eux pour aller s’installer dans les autres régions citées sauf pour des raisons professionnelles ou éducatives.
      Monsieur Sylla a défendu l’indéfendable Imam politique et politisé par l’appât du gain depuis sous le Général Conté.
      L’actuel Imam de la grande Mosquée Faycal est de Kindia aussi et Soussou et pourtant….

      Veuillez ne pas réduire une communauté à ce que vous insinuer et heureusement que VOTRE PENSÉE N’EST QUE SUJBECTIVE.

      Bien à vous.

  4. Africain says:

    « …Pouvez-vous nous citer dans quelle ville au Foutah -Djallonm ou en Haute Guinée la candidature d’un Iman Soussou a été réfuté pour des considérations ethniques voire régionalistes ? Mais qu’est-ce que vous racontez ?… » dixit Aicha.

    Cela s’appelle, avoir de la répartie.

    Merci @Aicha, merci et encore merci.

  5. AOT Diallo says:

    Merci @Aicha et @IBKK d’apporter des arguments irréfutables a nos deux cousins Sylla qui ont montré cette semaine leur faible esprit démocratique tout simplement parce qu’un de leurs soit-disant parent a été remis dans ses baskets sur la place publique.

    – Je ne connaissait pas les écrits de @Mohamed lamine mais ceux de @Abdul par contre m’avaient parfois impressionnés mais apparemment des qu’on gratte un peu la peau en dessous la chair ethnique est bien la.

    – Par ailleurs l’argument de maîtrise du Coran est un argument tout a fait valable ici, la preuve c’est que les imams peuls et malinkes pullulent partout en Guinée y compris a la grande mosquée de Conakry.

    – Il faudrait peut-être proposer a l’ex-imam de la primature de se présenter a l’imamat a Labe ou Kankan car il parait qu’il semble au moins maîtriser ce sujet-la…

  6. I. Mb. SOW says:

    Quand on connaît bien la ville de Kindia, on ne pourrait plus raisonnablement qualifier de « SOUSSOU », que le seul quartier mal vieilli et déprimé hélas, de notre ancien ami des matchs de foot (Lycée Wossou vs ENA) Morlaye Héa, Tafory. Partout ailleurs, Kindia est plus que jamais une une ville et une région cosmopolites, donc multiethniques dans le véritable sens du mot. Et le phénomène de cohabitation pluriethnique y devenu encore plus accentué qu’à Mamou qui est la ville-carrefour par excellence du pays. Quant aux idées de cet article, elles ne méritent à mes yeux de Kindianais que la seule explication de ce mouvement de réprobation que certains milieux RPGistes ont engagé contre le jeune futur maire de Kindia, Abdoulaye Bah. Depuis que ce dernier dirige le conseil communal de la ville, il a fermé les vannes des circuits de détournement des taxes que la société CBK payait à la commune au titre de l’exploitation des mines de bauxite de Débéla précédemment et de Balaya désormais. Et avec la misère ambiante qui frappe notamment les jeunes de certains quartiers, le RPG local et l’imam politisé de la mosquée de Tafory n’ont fait que tenter de faire d’une pierre deux coups: récuser le maire pourtant natif de Kindia non pas parce qu’il est peul mais restaurer les circuits de détournement des taxes minières entre autres d’une part et se signaler par avance au bon souvenir du PR et chef du PRG-AEC qui est déjà en « campagne électorale », comme on le sait (et contre qui?). Il s’agit donc plus d’une affaire de type polico-mafieuse, dont les ingrédients n’auraient pas permis à ce que la « mayonnaise » ne prenne. La détermination de l’OR à manifester le 9 août dernier ayant poussé le pouvoir AC et son parti à lâcher du lest dans la nuit du 8 août, la contestation du futur maire AB n’est en fait qu’un prétexte voire un exutoire de positionnement. D’où toute l’opportunité du NIET cinglant et résolu exprimé hier par le trop conciliant leader de l’UFDG. Espérons néanmoins que M. Mohamed Lamine Sylla et ceux pensent comme lui sauront comprendre que Kindia et sa région sont heureusement riches de bien d’autres fils ou filles de naissance ou d’adoption, que l’almamy Sény Sylla ou le fondateur de Tafory, Kindy Camara, aurait béni aujourd’hui pour leurs dynamismes conjugués qui aboutissent à faire de cette belle région ce qu’elle est devenue ne serait-ce que depuis la fin de la sinistre ère PDG-RDA d’AST.

  7. Alpha says:

    Bref Rappel : À l’époque de la splendeur du régime de Lansana Conté, certains personnes qui se disait aussi les fils de la Basse Côte, allèrent dénoncer auprès du Général-Président ce qu’ils qualifiaient entre autres d’absence d’Imams Soussous dans les Mosquées guinéennes et réclamèrent leur participation avec le statut d’Imams dans au moins 20 % des Mosquées guinéennes, à commencer par la grande Mosquée Faïçal et toutes les autres Mosquées de la Capitale guinéenne. Le Général Conté dira à la délégation mystérieuse des représentants de la Basse Côte avoir compris le message et demandera un petit temps de réflexion pour rétablir cette injustice.

    Ainsi, cinq mois après le passage du groupe de la Basse Côte, le Général Conté instituera et organisera la cérémonie dédiée à la lecture et la récitation du Coran pour vérifier si les Soussous sont victimes d’exclusion dans l’Almamyah des Mosquées en Guinée. La lecture et la récitation du Coran fut publique et à la télévision nationale. Depuis cette époque, le Soussou qui prétendait que les siens sont exclus dans les Mosquées a vécu la honte nationale et s’est volatilisé à jamaisdans la nature. En effet, aucun Soussou, vieux ou jeune, n’a remporté un des lauréats de ce concours durant sa décennie d’existence. Le seul vieux de la Basse Côte qui officie à la grande Mosquée Faïçal, ne le fut que par décret présidentiel et non par une supériorité intellectuelle. Par ailleurs, les Soussous doivent remercier les Diakankés qui se réclament êtres de la Basse Côte et honorent les érudits de la Basse Côte sur le plan religieux. Nombreux sont les religieux et sages de la Basse Côte qui sont des fanatiques et opportunistes militants politiques.

    Imams et Kountigui politiciens de la Basse Côte, ça suffit !!!

    • Africain says:

      Le racisme dans toute sa splendeur.

      Si la « supériorité intellectuelle » était de mise au sein de la communauté peule pour diriger les prières dans une mosquée, cela saurait depuis des siècles.

      La prolifération des mosquées disproportionnée par rapport à la taille de la population dans des quartiers à forte densité de population de la communauté peule pour ne pas dire à 100% peul, s’explique du fait que cette «  »supériorité intellectuelle » est loin d’être appliquée…Le refus de certaines familles de lignage « noble » de prier derrière un imam de lignage esclave ou non « noble » est de notoriété publique…

      Sur ce sujet de « supériorité intellectuelle » dans les mosquées, il n’a jamais été question ni en islam, ni dans le christianisme.

      Par ailleurs, tenez ce que disait à ce sujet un rappeur français du nom de Kery James dans sa chanson « constat amer » en parlant des communautés… :

      « …Les Algériens contre les Marocains Les Marocains contre les Tunisiens Les Antillais contre les Maghrébins Les Maghrébins contre les Africains Les Turcs entre eux
      Même dans les Mosquées nos cœurs se sont divisés Chacun veut diriger, chacun veut dominer Et refuse d’envisager que le meilleur soit Pakistanais… ». dixit Kery James

      Ces paroles de ce chanteur parlent des problématiques communautaires en France, nous sommes bien loin ici du cas guinéen. C’est pour dire que votre « histoire » à relent raciste envers les sousous et de foutage de gueule à notre intelligence est digne des petites histoires d’endoctrinement communautaires et de tribalisme que le site aux couleurs du RPG sait les fabriquées sans vergogne.

  8. Traoré says:

    @ M. IBKK

    C’est parce que les Soussous ne sortent presque jamais de chez eux pour aller s’installer dans les autres régions citées sauf pour des raisons professionnelles ou éducatives.
    Monsieur Sylla a défendu l’indéfendable Imam politique et politisé par l’appât du gain depuis sous le Général Conté.
    L’actuel Imam de la grande Mosquée Faycal est de Kindia aussi et Soussou et pourtant….

    Veuillez ne pas réduire une communauté à ce que vous insinuer et heureusement que VOTRE PENSÉE N’EST QUE SUJBECTIVE.

    Bien à vous.

  9. Albert Soumah says:

    La meute ethniciste foutanienne est de sortie pour donner des leçons de démocratie et d’égalité entre les citoyens. Ils oublient qu’au Fouta, des gens désignés par l’appellation « Roundés » sont discriminés jusque dans les cimetières: puisqu’il y a des endroits pour enterrer les nobles et ceux réservés au « Roundés », les sous-Hommes de la région. Il faut rappeler que les « Roundés » furent les premiers habitants du Fouta: islamisés de force, assimilés et esclavagisés. En principe, quand on est issu d’une telle culture, on devait se garder de donner des leçons de morale aux autres.

    En Guinée, le Basse-côtier est viscéralement républicain et très à cheval sur les principes démocratiques. Cependant, le système actuel n’est pas en adéquation avec la situation guinéenne. La Guinée-Maritime fait l’objet d’un envahissement sans précédent avec des populations qui n’ont aucunement l’intention de s’intégrer. Nous avons des personnes qui vivent entre eux, qui réfusent de parler notre langue et qui veulent in fine nous diriger au nom de la primauté de la majorité sur la minorité. Connaissez-vous un seul peuple dans le monde qui accepterait ça? En Corse, une région française: tous les partis politiques présentent des candidats autochtones aux élections locales et ce en dépit du fait qu’il y ait une forte population continentale.

    Les peulhs qui soutiennent Abdoulaye Bah par solidarité ethnique, oublient qu’en 1990 les sages de Labé, s’étaient réunis pour rencontrer Lansana Conté et lui démander de virer le gouverneur de région: Henry Toffani, pas parce qu’il était incompétent et corrompu mais parce que tout simplement il était chrétien et forestier. Comment peut-on être adepte des idées de Montesquieu dans ces conditions? Au Fouta, il y a t-il ne serait-ce même un chef de secteur Sousou au Fouta à fortiori un maire?

    Comme le dit un adage populaire: <<Remuer sept (7) fois la langue avant de parler.

    • SY SAVANÉ says:

      Yandi Baaga Sosso Khamè I Sabari.

      Il est souhaitable que les uns et les autres, nous restions calmes tout en évitant des propos vexatoires des uns contre les autres. Les Soussou sont incapables de faire ceci ou de cela, les Peuls ne seraient pas des autochtones d’ici ou d’ailleurs…. Personnellement, je suis à peu près sûr que ce sont des propos tenus sous l’emprise d’une colère passagère. Les Soussou ne sont pas les plus « idiots » de la terre, et les Peuls sont chez eux partout en Guinée.

      Il est inutile de poursuivre cette dispute sans intérêt. En tout cas, elle ne profitera qu’à Alpha CONDÉ. N’oublions pas que le elhadj professeur président n’est pas GUINÉEN. C’est par notre immaturité politique et la cupidité de certains militaires qu’il a mis la main sur les ressources minières de notre pays. Chacun d’entre nous peut observer la hâte avec laquelle lui et ses amis, exploitent notre pays.Car ils sont persuadés et à juste raison qu’il leur faut extraire du pays tout ce qu’ils peuvent et le plus vite possible. Ils réalisent que désormais, nos compatriotes vont les chasser, à un moment ou à un autre. D’où l’accélération du pillage minier.

      L’adversaire n’est ni le Soussou, ni le Peul, ni qui que ce soit d’autre. Nous avons un seul et unique ENNEMI : il s’appelle ALPHA CONDÉ. Nous devons utiliser tous les moyens, sans exclusive pour le CHASSER de notre pays.

      SOUMAH khamè ! i tan kha dignè yandi.

      Mamadou Billo SY SAVANÉ

  10. Albert Soumah says:

    Je vous comprend Mr Sy Savané. Cependant, nos compatriotes du Fouta doivent arrêter de se victimiser. Qu’ils fassent une introspection collective, ils comprendront pourquoi les autres composantes de la nation se méfient d’eux.

  11. Aicha says:

    @Traoré VS Albert Soumah :Droit de Réponse

    Pour commencer, je dirais à Traoré que la vente de quelques légumes à Matoto en provenance de Kindia ne suffit pas pour qualifier Kindia de terre nourricière. Nul n’a besoin de vivre à Kindia pour savoir que Kindia ne transporte pas 50 tonnes de fruits par jour à Conakry pour satisfaire les 2 millions de la population qui y réside actuellement. L’apport de toutes nos régions en la matière est considérable.

    D’autre part, Kindia est totalement tributaire de l’extérieur pour sa survie. Constitué d’une population généralement très pauvre, le riz cultivé à Kindia est non seulement insuffisant, mais surtout inaccessible aux moyens des habitants. D’où la grande présence du riz importé qui est ancré dans les traditions de Kindinais depuis l’époque de la Révolution culturelle socialiste guinéenne baptisée : En attendant le Bateau.

    Le Poisson. la viande, les huiles d’arachide, de palme de colza et de soja, le beurre, la farine, le maïs, le fonio, le mil, le sorgho, l’igname, le tarot,la patate,la pomme et la pomme de terre, le banane plantain, le café, le thé, le sucre, le bois, l’eau, l’électricité, entre autres, ne sont pas l’apanage de Kindia. Même l’usine de jus fruit a fermé et s’est dégradée faute de ravitaillement de fruits suffisants. Kindia est une pauvre région qui a abandonnée ses traditions agricoles et s’est vautré dans la mamayah et l’abondance des produits importés.

    @Albert Soumah

    Tous les arguments de votre rhétorique intitulée la meute peule sont infondés et calomnieux. Je me permets de vous répondre parce que je suis doublement visée par votre réaction simpliste, légère et fallacieuse. Vous avez contesté Montesquieu, le père du principe de la séparation des pouvoirs pour me viser personnellement et sans nous proposer l’auteur qui conviendrait d’être invoqué pour pallier à la situation démocratique chaotique de la Guinée et où certaines personnes peuvent prétendre aujourd’hui être l’incarnation de l’Etat guinéen pour tenter dicter ceux que bon leur semble et au nom d’une ethnie et/ou d’une région donnée. Voici la montagne de vos aberrations :

    1 – Les personnes que vous qualifiez de  » Roundé  » ne sont pas forcément les premiers occupants du Foutah. Parmi les premiers occupants du Foutah, les uns avaient quitté les lieux et nombreux autres avaient accepté de rejeter le paganisme et d’embrasser la religion. Cette époque des religions était rependue partout dans le monde et à travers tous les Continents. L’implantation de la religion au Foutah Djallon n’aura pas été la plus pire qu’ailleurs en Afrique et dans le monde. Si vous avez du temps à consacrer à la recherche et la lecture, alors cherchez et lisez l’histoire des religions dans le monde pour apprendre la vérité historique des méthodes pacifiques employés par les peuls.

    Parmi ceux que vous qualifiez de  » Roundés « , beaucoup furent vendu aux Foulbhè par notamment les Rois  » Mandé  » et  » Sosso « . Nous y reviendront sur cet important sujet de notre histoire commune….

    2 – Le cas des cimetières séparés au Foutah. Dites-moi une seule zones et/ou un seul pays qui ne séparent pas les morts pour de multiples raisons religieuses ou de statut social ? En France par exemple et au-delà des cimetières, il y a le Panthéon, initié en 1520 où sont déposés les corps d’hommes illustres de chaque nation Européenne. Renseignez vous partout en Afrique et dans le monde pour savoir les us et coutumes des cultures funèbres.

    3 – Vous prétendez que la Basse Côte fait l’objet d’envahissement de personnes qui refusent de s’intégrer et de parler votre langue ( Le Sosso ). Cette affirmation est totalement fausse.
    Au contraire, seuls les Soussous ne parlent pas les autres langues de la Guinée (Pular, Malinké, Kissi, Tomas, etc) et les Soussous ne parlent généralement pas de langues étrangères, africaines, occidentales et asiatiques en dehors du Français, notre langue nationale. Les Soussous sont ceux qui habitent moins les autres régions de la Guinée et qui se marient moins avec les autres ethnies.
    Les autres régions contribuent grandement et efficacement au développement et au rayonnement de la Basse Côte sur le plan politique, économique, social, culturel et environnemental.Par contre, les Soussous n’ont contribué au développement et au rayonnement politique, économique et socioculturel d’aucune autre région de la Guinée ( Foutah, Mandé et la Forêt ).
    Conakry est la Capitale de la Guinée pour le moment et en attendant sont transfert entre Mamou et Dabola. Comme toutes les capitales du monde, les gens y sont plus nombreux et ceci est valable pour tous les Continents et tous les pays.
    En Guinée, l’on a concentré toute l’administration et tous les services à Conakry pour obliger les guinéens d’y vivre pour y investir et pour mieux les contrôler politiquement.
    Même à Conakry, tous les services sont malheureusement concentrés à Kaloum depuis l’époque coloniale. Des milliers de personnes sont obligées de monter et de descendre tous jours faute d’intelligence politique et de décentralisation.
    Si au jour d’aujourd’hui les peuls, malinké et forestiers détruisaient leurs maisons en Basse Côte, Conakry ressemblerait à Bagdad en Irak et Kindia à l’Alep en Syrie.
    Les Soussous n’ont rien encore apporté à la Guinée d’historique sur le plan politique, économique et social. Les maisons et les domaines du Général Lansana Condé sont tombés en ruines et la tentative de les vendre comme des petits pains fait l’unanimité en Basse Côte.

    4 – Le cas de votre exemple Corse ! Bizarre, non ?
    Que voulez-vous insinuer à travers votre histoire Corse ? Vouliez-vous affirmer que les Nationalistes Soussous qui, apparemment sont constitués de sages, de religieux et d’élites proposeront aux guinéens ou aux peuls lors de votre prochaine Assemblée générale une Autonomie ou l’Indépendance politique de la Basse Côte ? Pour punir qui ou faire du mal à qui ? Alors nous attendons de voir.
    Toujours est-il, que les territoires des régions guinéennes hérités des empires, furent cartographiés et consignés par le colon et de nombreux guinéens issus de cette période coloniale où nos régions étaient administrativement séparées par des territoires naturels, vivent encore. En ce qui me concerne, je soutiendrai volontiers l’éclatement et la disparition de la Guinée Conakry. Ainsi, ceux qui le pourront, construiront un Etat nouveau et les autres rejoindront des Etats déjà constitués.

    Le Cas de Toffany aussi sur le Foutah est totalement faux. Nous y reviendrons …

  12. Albert Soumah says:

    @Aicha: Droit de réponse

    J’ai lu avec attention vos élucubrations. Vous divaguez dans tous les sens tel un funambule qui maitrise mal son art. Vous m’avez donné des réponses teintées de contre-vérités concernant les Roundés, le soit-disant apport au développement d’autres communautés à la Basse-côte et pire dans votre discours haineux, vous prétendez que les Sousous n’ont rien apporté historiquement, politiquement, économiquent à la Guinée.

    Sur les Roundés:

    Avant l’arrivée des envahisseurs peulhs islamisés dans l’actuelle région du Fouta, il y avait des Djallonkas, des Sosos, des Bassaris, des Landoumas etc. Cette région n’est devenue peulh qu’à partir du 18 ème siècle suite à un génocide perpétré sur les populations autochtones dans le cadre d’un projet d’islamisation par la force. Beaucoup prirent la fuite vers la région côtière, certains partirent vers la Haute-Guinée et ceux qui choisirent de rester, furent esclavagisés: parqués dans des villages appelés: « villages de captifs », assimilés: leurs identités bafouées, leurs prénoms et noms « Foulaïsés ». Les fameux Roundés n’y ont pas le droit de diriger la prière musulmane. Pour rappel, aux USA, un ancien pays esclavagiste: il y a des noirs qui officient des prières dans des églises protestantes aussi bien fréquentées par les noirs que par les blancs. Les Roundés au Fouta, n’ont pas le droit d’immoler des moutons aux baptêmes de leurs enfants: ils ne peuvent sacrifier que des cabris ou des chèvres: le sacrifice du mouton n’étant réservé qu’aux « nobles ». Le mariage entre roundé et noble est interdit au Fouta. Contrairement à tes assertions mensongères: l’empire Soso et l’empire Mandingue n’ont jamais vendu d’esclaves aux peulhs. L’empire Soso a connu son déclin vers 1235 et l’empire Mandingue au 16 ème siècle donc bien avant l’arrivée des peulhs dans la région. Des esclaves furent vendus aux peulhs vers la fin du 19 ème siècle par Samory Touré. Cependant, ces personnes constituent un nombre infime comparativement aux Roundés préexistants.

    Sur la Basse Guinée:

    Historiquement, sans prétention aucune la Basse-côte n’a rien à envier aux autres régions. Une partie de sa population est issue de l’ancien empire Soso de Soumangourou Kanté. La langue Soso était parlée dans une grande partie de l’Afrique de l’Ouest de 1180 à 1235. L’apport de cette structure étatique fut inestimable. Je te rappelle qu’au déclin de l’empire Soso en 1235, il n’y avait aucun peulh dans la région, d’ailleurs personne ne connait l’origine exacte de ce peuple. Sur la zone côtière, les gens que vous méprisez, furent les premiers à être en contact avec les explorateurs portugais et ce dès le 15 ème siècle. Dans mon Rio Pongo natal, les preuves de contacts avec le monde occidental existent à foison. Il y a encore des personnes métissées qui ont toujours gardées leurs patronymes d’origines. C’est pourquoi vous y trouverez des noms de familles portugais, anglais, allemands etc. L’église Saint-Joseph de Boffa construite en 1877 en est l’une des preuves éloquentes.

    Un peu plus au Sud, l’actuelle capitale: Conakry, appartenait au royaume de Dubreka. Une structure étatique fondée au 17 ème siècle par Soumba Toumani. Le royaume de Dubreka comprenait 3 provinces: Le Tabounsou qui avait pour chef-lieu Dubreka, Le Maneah pour chef-lieu Maneah et Kalomi qui avait pour chef-lieu Kaporo. À noter que Kalomi correspond aux 5 communes de Conakry plus les îles de Loos. Après l’arrivée des français, un traité de protectorat fut établi entre les Français et le roi des bagas établi à Dubreka en 1837. Dans un premier temps, les français s’installèrent à Dubreka. C’est l’un des déscendants de Soumba Toumani, le roi Baalé Demba qui offrit aux français la concession de l’île de Tombo (l’actuelle commune de Kaloum) afin d’y établir leur base en 1885, c’est ce acte qui fit de Conakry la capitale de la Guinée.

    En Basse-côte, les populations ont toujours été en contact avec le monde étranger. C’est pourquoi la langue Sousou contient plusieurs mots d’origine anglaises: pour dire assiette, le Sousou dit pléti qui vient de l’anglais plate, la fenêtre c’est woundari: window en anglais, la montre c’est Wachi, watch en anglais, la prison c’est guéli: jail en anglais. Avant l’arrivée des français en 1837, il y avait des constructions de types anglais en Basse-côte: la Gamate anglaise ou Gamèti en Sousou.

    En Basse-côte il y a 14 ethnies autochtones mais depuis le 18 ème siècle, le Sousou est la langue parlée par toutes ces communautés: du Rio Nunez, en passant Koba, le royaume de Dubreka, ceux de Soumbouya, de Khindia, de Moriah, de Sombori etc. Dans l’actuelle commune de Kaloum, il y avait une forte communauté d’origine Téminès de Sierra-Leone et une autre d’origine Wolof du Sénégal mais tous ceux-ci parlent aujourd’hui la langue commune de la région: le Sousou. Contrairement à ce que vous avancez dans votre commentaire: les gens de la Basse-côte sont ceux qui se marient le plus aux membres d’autres communautés en Guinée sans que cela ne suscite des réprobations familiales. La preuve, la mère de l’actuelle président de la république est originaire de la région, la mère de l’ancien premier ministre Lansana Kouyaté, celle d’Aminata Touré etc. Les Sousous établient dans les autres régions parlent parfaitement les langues desdites régions contrairement aux sectaires de la communauté Hali pular. Cellou Dalein Diallo après près de 50 ans à Conakry, ne parlent pas un seul mot Sousou: c’est la preuve du mépris qu’il a pour cette communauté.

    Sur le plan politique

    Des sousous ont joués des rôles de premiers plans dans la lutte pour l’indépendance de la Guinée: des gens comme Amara Soumah, Fodé Mamoudou Touré, Karim Bangoura etc marquèrent leurs empruntes dans cette lutte. Qui oublié le sacrifice de M’balia Camara, eventrée par le chef coutumier pro-colonisation de Tondon: David Sylla? Qui a oublié l’héroïne, Mafory Bangoura? A cela s’ajoute Lansana Conté, 2 ème président de la Guinée indépendante. Votre haine vous pousse à nier tout cela

    Sur le prétendu apport économique au développement:

    Vous n’êtes sans savoir du rôle de poumon économique de la région: la Basse-côte c’est près de de 90 % des richesses produites par notre pays: ce sont les ressources minières, portuaires, hallieutiques, aéroportuaires et agricoles de cette région qui permettent à la Guinée d’exister tout simplement. La migration suivie d’une certaine réussite économique des peulhs n’apportent quasiment rien au développement de la région. Pour votre gouverne, les constructions de maisons n’ont jamais été un baromètre de développement. Combien d’emplois ont été crées par ces soit-disants riches peulhs? Ce sont souvent des gens qui oeuvrent dans le négoce. L’argent obtenu est souvent thésaurisé: il ne circule pas et ne profite à aucun guinéen, idem pour les maisons cossues dont les propriétaires ne payent ni taxes foncières ni taxes immobilières. Les peulhs ne devraient même pas s’en orgueillir. D’autant plus, qu’aucun peulh ne s’enrichit en restant au Fouta. Quotidiennement ce sont les peulhs qui débarquent le plus souvent dans des camions entassés au milieu de bouses de vaches en direction de la Guinée maritime. Il n’y a pas que Conakry qui est envahi: toutes les villes et villages de la région subissent ce phénomène. Si le Fouta était riche, il n’y aurait pas autant de peulhs en Basse-côte.

    Je vous rappelle que pendant la période coloniale, quand les cultures d’exportations: ananas, bananes, pastèques etc, faisaient la prospérité de la Basse-côte: les chefs d’entreprises agricoles employaient des guinéens de toutes les communautés. Dans le triangle bananier de Kindia-Dubreka-Forécariah, il y avait des ouvriers et des contremaîtres de toutes les régions de la Guinée: c’est cela l’amorce d’un développement et non le comportement irresponsable de commerçants prétendument riches.

    Vous parlez de nationalisme et d’indépendantisme, mais si la Guinée va dans ce sens. La Basse-côte avec ses ressources exploitées et inexploitées s’en sortira mieux que les autres.

    Pour conclure, je vous met à defi de m’apporter des éléments contradictoires concernant Henry Toffany.

  13. Aicha says:

    @ Albert Soumah

    Vous vous prenez pour un petit malin. N’est-ce pas ? Vous pensez pouvoir noyer vos mensonges dans des explications fleuves et confuses qui perdraient les lecteurs comme ce fut le cas des nombreux et inutiles Tomes de Sékou Touré ?

    Je vous informe que ce genre de méthode révolues de révolutionnaires de pacotilles ne m’impressionnent pas et je vous promets que nous traiterons ensemble vos mensonges et vos tonnes de stéréotypes attribués mesquinement aux peuls point par point et de manière simple et compréhensible par tous.

    Henry Toffany, le compagnons d’armes du groupe des militaires du 3 avril 1984 était le ministre de la Défense Nationale de la Guinée entre 1989 et 1991. Nous étions des étudiants à l’Université Gamal Abdel Nasser de Conakry. Vous pouvez poser la question à Kiridi Bangoura, KPC, le ministre Yéro Baldé, le ministre Ibrahima Kourouma ou Bantama Sow, tous étaient des étudiants dans les années 1990 que vous évoquez. Vous êtes un parolier communautaire minable et irresponsable.

    En dehors de ces hauts cadres cités ci-haut, l’Université de Conakry avait un effectif de 16 milles étudiants repartis en 17 Facultés. Tout ce beau monde est presque là aussi pour témoigner.

    Pour créer des problèmes à Henry Toffany et lui voler son prestigieux poste de ministre des Armées d’alors, les Soussous constituèrent comme d’habitude un groupe de militaire pour aller réprimer les étudiants, semer la terreur et la mort et accuser Henry Toffany. Après la forfaiture, Toffany sera demi de ses fonctions mais juste après, Lansana Conté va comprendra qu’il n’en était pour rien. Au lieu de pourvoir le poste à un des traîtres Soussous, Lansana Conté le rattachera à la présidence et ce pendant de nombreuses années avant de le confier à un ministre à plein temps.

    Dès l’indépendance, Labé fut gouverné par les Emile Cissé qui étaient des chrétiens et d’autres encore et ce ne fut pas un problème. Labé et le Foutah ont des églises depuis l’époque coloniale, comme d’ailleurs en Irak, La Syrie, au Liban, entre autres et les autres personnes issues des autres confessions ont toujours vécues en symbioses avec les populations du Foutah. De plus, les peuls se marient avec toutes les communautés guinéennes, africaines et mondiales. Prétendre qu’Hary Toffany eût de problèmes professionnels au Foutah à cause de sa confession religieuse atteste largement qui vous êtes. Saviez-vous que Robert Sara est originaire du Foutah ? Vous parlez peut-être d’un autre Henry Toffany, n’est-ce pas ? Honte à vous !

    Votre narration sur l’histoire des Soussous est désastreuse. Vous pourriez faire preuve d’honnêteté intellectuelle en décrivant les faits historiques tels qu’ils existent. Vous êtes un falsificateur d’histoire et par conséquent, un vulgaire confusionniste qui veut camoufler à la jeune génération que ses ancêtres furent les plus grands négriers d’Afrique et responsables de la traite des millions d’êtres humains et considérée comme étant la folie humaines la plus cruelle de l’histoire de l’humanité. Même Samory Touré et les autres Rois du Mandé étaient considérés dans leurs barbaries comme des hommes lucides et à la limite de l’humanité par rapports à la bestialités des Sossos.

    Comme vous voyez, sur la forme de votre minable récit, vous concoctez une salade enjolivée d’histoire des Soussous en mélangeant les époques, les lieux, les faits.

    Au-delà de la barbarie qui a ensanglanté l’Afrique des Royaumes païens et sauvages, la même barbarie engendrera la dislocation et la disparition définitive des ensembles comme le Ghana, le Songhaï et le Mali. Ce fut avant la manifestation des peuls porteurs de civilisations.

    Les peuplades païennes et sauvages qui se massacraient se sont éparpillées dans toutes brousses africaines en quête d’un Dieu miséricordieux et salvateur quand elles ont croisé le peuple peuls, noble et islamisé pour les organiser et les aider à vivre en paix et en harmonie dans une société civilisée et organisée. Ils ont accepté et ont ainsi tout appris des peuls à commencer par l’écriture te la lecture. Ils ont appris à faire du commerce et à compter. Puis ont appris l’agriculture et l’élevage.

    Le royaume Sosso n’était pas en Guinée. Il s’est développé plutôt au Mali, au sud de Nara. Le village de Sosso existe encore et se situe à douze kilomètres de Boron, selon des écrits et les faits sont vérifiables.

    Origine et nom de ce royaume. Il fut fondé par les Diarisso Soninké animistes intransigeants. Sosso fut la capitale d’un royaume d’abord vassal du Ouagadou. C’est peut-être pour cette raison que vous prétendez qu’Alpha Condé est votre neveu ? Il serait temps que des affabulateurs comme vous nous montrent le village et la famille maternelle d’Alpha Condé à Boffa ou à Boké.

    Deux autres versions existent autour de l’origine des noms donnés à ce royaume. Selon la première, les Diarisso épousaient les filles peules du clan des Sow. Pour cela, le pays fut appelé royaume des Sossobè. Ce terme raccourci donnera Sosso, nom généralement connu. 

    La Guinée, comme les autres pays de l’ Afrique de l’ouest, a été marqué par cette période noir de l’histoire. Des ports comptoirs de la traite négrière ont été dénombré par les historiens dans les villes de Boké, Boffa, Dubreka et Benty.
    Le fortin de Boké érigé en 1827 par les explorateurs portugais sur la colline domine le fleuve Rio Nunez. Une galerie des esclaves située au sous sol de ce fortin servait à garder les esclaves en entendant des voiliers qui les convoyaient vers les Etats Unis d’Amérique.
    Le fortin est devenu un musée en 1878. On retrouve des traces du passage empreinté par les esclavages pour aller jusqu’au bord du fleuve Rio Nunez lieu d’embarquement des esclavages.
    Du côté de la ville de Boffa qui est l’un des premiers sites négriers de l’Afrique de l’ouest, on y retrouve le port négrier de Dominyah avec des murs datant de cette période.

  14. Doura Barry says:

    @AICHA: Mes respects!!!
    comme vous l’avez bien dit, on detruit nos maisons en basse cote, la basse cote ne ressemblera a plus rien!!! temps qu’on investisse au Fouta!

  15. Sorel says:

    @ ALBERT SOUMAH & SY SAVANE

    Sors de ta tanière et viens répondre aux déclarations à charge de la Dame Aicha contre la Soussous. Aicha prétend que les Soussous sont des Bourkinabè et qu’ils sont originaires de l’ancien Royaume Ouagadou. Que c’est ce lien de parenté datant de l’antiquité qui fait toujours d’Alpha Condé, un  » Mossi de Bobodioulasso  » le neveu historique des Soussous qui eux-mêmes ont migré vers les Côtes guinéennes suite aux nombreuses et terribles guerres barbares soldés par des razzias qui ravageaient et détruisaient les anciens Royaumes Africains.

    La Dame Aicha accuse les Soussous d’êtres les plus grands négriers de l’Afrique avec plus de 60 ans de traite négrière à leur actif ( 1815 – 1878 ).Tu ne peux pas te taire et laisser passer de telles charges barbares et inhumaines contre l’humanité dans la conscience collectives des Soussous.

    LE DOYEN SY SAVANE T’AVAIS ALERTE ET PRÉVENU SUR LES CONSÉQUENCES DE TES DÉRIVES INTELLECTUELLES, RÉGIONALISTES ET ETHNOCENTRISTES.TU AS REFUSE D’ÉCOUTER LES CONSEILS AVISES DE SY SAVANE ET TU AS DÉFIÉ LA DAME UN MACHO. MAINTENANT TU AS PLIE TA PETITE GUEULE ET TA PETITE QUEUE POUR FUIR UNE DAME DEVANT TOUTE LA GUINÉE. ISKINE !

    Tu devais écouter les sages conseils de Sy Savané et éviter l’humiliation de cette Dame. En plus, j’ai vérifié les explications de Dame Aicha sur Henry Toffany, Emile Cissé, les Eglises au Foutah, la traite négrière en Basse Côte, etc, etc. Tout semble être vrai sauf si tu Veux ENCORE nous prouver le contraire après avoir défié Dame Aicha sur le dernier paragraphe de ton dernier Post.

    @ ALBERT SOUMAH,

    Comme disait le Doyen Sy Savané, reviens  » Yandi, Yandi  » relever le défi que tu as lancé à Dame Aicha. Je brûle d’impatience d’apprendre les vérités cachées derrière la sournoiserie et les crimes barbares des ethnies qui composent la Guinée.

    Nous comptons sur toi sur ce ring du savoir, cher Albert Soumah !

  16. Sekhouna Sylla says:

    @ Aicha,

    Je m’inscris en faux contre vos accusations sur les Soussous. Je suis de Kindia et j’ai étudié l’histoire au lycée à l’époque de Sékou Touré. Mes professeurs d’histoire ne m’ont rien enseigner sur la traite négrière en Guinée.Ils disaient que cela s’est passé au Sénégal, au Nigeria, en Sierra Léone et au Bénin.
    Je n’ai jamais entendu parler de traite négrière en Guinée par Sékou Touré ni à la Radio télévision guinéenne. Pourquoi on ne parle pas si ces choses sont vraies ?
    Pourtant Sékou Touré était un homme qui disait toute la vérité sur la Guinée. Même après Sékou Touré je n’entend pas parler de traite négrière en Guinée alors que nous avons des historiens connus en Afrique.
    Arrêtez d’accuser les Soussous de commettre des crimes contre l’humanité et de mentir sur l’histoire des Soussous. Wassalam.

  17. Albert Soumah says:

    @Aicha

    Je reviens répondre à vos inepties. Je sais que la meute foutanienne vous a déléguée pour raconter des niaiseries sur la communauté Sousou. Alors chère dame, contrairement aux affabulateurs du Fouta, la Basse-côte est totalement à l’aise avec l’histoire de la traite négrière. Cette région fut un lieu de depart des esclaves comme toutes les côtes ouest-africaines. L’histoire de la reine Nyara Bely l’atteste, la Guinée Maritime assume son passé, c’est pourquoi dans la région, il n’y a pas d’esclaves et de sous-hommes comme au Fouta. Les peulhs sont l’un des rares peuples qui pratiquent encore l’esclavage aujourd’hui en 2018 avec des personnes discriminées de la naissance à l’étape post-mortem. Contrairement à vos affabulations, les Sousous n’ont aucun lien avec les peulhs. L’histoire de la femme portant le patronyme Sow qui aurait donné son nom à l’ethnie Soso est une fable pour enfant. Le Fouta dans son essence est bâti sur du mensonge. Personne ne connait l’origine des peulhs. D’aucuns parlent de l’Ethiopie ou de la Somalie, d’autres parlent de métissage arabo-noirs. Aujourd’hui aucun histoirien n’a pu determiner l’origine exacte des peulhs: un peuple envahisseur et barbare qui s’est installé dans la région montagneuse habitée autre fois en majorité par des Djallonkés, en procédant à un génocide au nom du projet d’islamisation. Un certain nombre de localités du Fouta portent encore des noms Djallonkés: Labé, Poré Daka, Ningué Landé… Il est à souligner que les peulhs sont l’un des rares peuples barbares à effacer l’identité des habitants des térritoires conquis. Les 2/3 des peulhs sont des Djallonkés assimilés. Après la négation de l’histoire et de l’apport politique des Sousous, vous vous lancez dans votre cette fois-ci dans la négation de l’histoire de l’Afrique noire. Pour votre gouverne, l’Afrique noire païenne est le berceau de l’humanité et de la civilisation. Les « Balèdjos » que nous sommes n’avons pas attendu l’arrivée des arabo-musulmans et des peulhs arabisés pour connaitre l’écriture. Cheickh Anta Diop a démontré que l’Egypte antique était noire. Les pyramides furent construites par des noirs. Avant que les Peulhs n’arrivent en Guinée, les Sousous connaissaient la civilisation. Je vous rappelle les grandes civilisations sont nées en bordure de mer ou d’océan: la civilisation grècque, la civilisation Romaine, Carthage etc. Il existe encore des écrits d’explorateurs occidentaux sur les populations du littoral guinéen. Les Sousous ont été les premiers à être en contact avec les européens. Ils furent les premiers à apprendre la « langue du blanc ». Quand nos grands parents acquéraient des connaissances dans des écoles catholiques, les vôtres étaient encore dans la brousse derriére des troupeaux de vaches. La prétendue civilisation arabo-musulmane des peulhs est venue avec la misogynie. En Basse-côte, les femmes jouaient des rôles importants dans la vie de la cité, Nyara Bely constitue la preuve éloquente. Au Fouta, la femme est victime de toute sorte d’abjections: mariage précoce, mariage forcé, des violences physiques justifiées par des versets coraniques etc.

    En ce qui concerne Henry Toffany, vous pouvez toujours continuer à nier comme d’habitude. Mais les faits sont têtus.

    Pour conclure je vous dirai ceci: l’histoire des Soso est connue de tous: le royaume Soso est né dans l’actuelle république du Mali. Le fief de la communauté se trouvait autour de la région de Koulikoro: d’ailleurs dans cette région, il y a encore des gens qui parlent cette langue. C’est après la destruction de l’empire en 1235 que ce peuple migrat vers l’ouest. Contrairement à vos explications mensongères, le Soninké, le Sousou, le Djallonké et le Djakankés appartiennent au même groupe linguistique. L’actuelle langue Sousou contient également des mots tirés des langues de peuples anciennement établies sur la côte, du Français, de l’Anglais et du Portugais. Pour votre information, la mère d’Alpha Condé est de Boké, il est l’homonyme d’Alpha N’diaye, chef de canton à Boké. Lui au moins, a une origine contrairement aux hali pular.

  18. Alpha says:

    @Albert Soumah Alias Petit Prophète

    De nombreux proverbes ou citations sur le mensonge existent. Vous devriez les lire pour comprendre que mensonge est plus qu’une maladie. C’est un fléau qu’il convient de faire soigner chez un médecin. Vous avez la même maladie que Sékou Touré contre les peuls : Une jalousie congénitale devenue une grande et terrible haine viscérale.

    C’est cette maladie qui est à l’origine de vos mensonges et calomnies contre le peuls qui n’ont pas encore dirigé la Guinée après 60 ans d’indépendance et qui utilisent des fonds propres et personnels dans leurs activités économiques et financières. Leurs réussites vous scandalisent !

    Comme votre mentor Sékou Touré, vous vous prenez tous pour des prophètes et prédisez et répandez des gros mensonges sur les peuls.

    Selon un dicton populaire :  » Les faux prophètes sont des manipulateurs dont les mensonges se répandent au départ comme une traînée de poudre aux yeux. Mais un jour ou l’autre, l’histoire les rattraperont et le monde entier le saura et se retournera contre les faux prophètes de mensonges. Les Hitler, Bokassa, Sékou Touré et Cie sont les plus grands menteurs devant l’éternel. Malheureusement pour vous, Albert Soumah, vous en êtes un des héritiers de ces hommes du siècle passé. Quel dommage !

  19. Albert Soumah says:

    @ Doura Barry

    La Basse-côte n’a pas besoin du Fouta. Vous pouvez arracher vos maisons de la région, ça n’aura aucun impact sur la vie des gens. Depuis toujours, c’est le peulh qui a eu besoin de la Guinée Maritime pour vivre dignement. Aucun peulh ne s’est enrichi en habitant durant toute sa vie au Fouta. Tous les jours, ce sont de milliers de peulhs qui s’entassent dans des camions au milieu de bouses de vaches en direction de la Basse-côte. Il n’y a pas que Conakry qui est envahi, c’est toutes les villes et villages de la Guinée Maritime qui sont concernés par ce phénomène.

    Ce que vous oubliez, c’est que ce sont les ressources minières, portuaires, hallieutiques, aéroportuaires et agricoles de la Basse-côte qui donnent à manger à toute la Guinée: cette région représente la Guinée utile. Alors, que les peulhs arrachent leurs maisons, qu’ils n’oublient surtout pas de rendre ce qu’ils ont gagnés dans la région. La prétendue fortune des peulhs n’apporte absolument rien à la Guinée. Il s’agit de l’argent thésaurisé dans des boutiiques et des cachettes des maisons.

  20. Albert Soumah says:

    @Alpha

    Votre ligne de défense consistant à nier l’évidence et à traiter systématiquement tous ceux qui dénoncent votre ignoble attitude: d’ethnos, de haineux, de jaloux etc, est connu de tous. À ce que je sache, tous les peulhs ne sont pas riches et tous les membres des autres communautés ne sont pas non plus pauvres. Pour votre gouverne, les Sousous ne vivent pas de l’aumône des peulhs malgré le fait que vous les traitez de pauvres et de paresseux. Je suis Baga de Boffa, fier de l’être, je vis de mes propres moyens et je ne me considère pas comme pauvre. Ce disque que vous que vous aimez utiliser pour faire taire les « balèdjos » est totalement rayé. Ce qui se passe à Kindia est entrain d’ouvrir les yeux des gens de la Guinée-Maritime. Le processus qui est lancé est inarrêtable.

  21. Alpha says:

    @ Albert Soumah écrit :la Basse-côte est totalement à l’aise avec l’histoire de la traite négrière. Cette région fut un lieu de depart des esclaves comme toutes les côtes ouest-africaines. L’histoire de la reine Nyara Bely l’atteste, la Guinée Maritime assume son passé, c’est pourquoi dans la région, il n’y a pas d’esclaves et de sous-hommes comme au Fouta.

    Force est d’admettre d’abord que tu n’avais jamais évoqué cette histoire de traite négrière avant l’annonce de Aicha. Ensuite, tu dis que la Basse Côte serait à l’aise d’être la pondeuse et la porteuse du plus grand et abominable crime contre l’humanité infligé à des centaines de millions ‘êtres humains ?

    Je pense que sur ce sujet tu devrais parler uniquement pour toi. Je t’informe que les crimes contre l’humanité qui furent un triste mélange de cannibalisme et du commerce de millions d’êtres humains sont imprescriptibles et individuels. Autrement dit, pour ces dits crimes dont tu es uniquement l’un des dignes héritier de la barbarie de ta famille, tu ne parlera que pour toi et toi uniquement.

    Par ailleurs, tu peux toujours continuer à nous raconter au nom de ta Basse Côte tes autres mensonges sur l’agriculture et la pêche dans un pauvre qui importe les 90 % de ses besoins alimentaires.

    Aucun Soussou de la Guinée ou du Bourkina Fasso n’est exportateur de fruits et de poissons en Afrique et dans le monde.

    Les douleurs,soupirs, souffrances, larmes, désespoir,maltraitance, humiliation, dégradation inhumaines et barbares, fouets, prisons, privation de soins et nourritures, viols, assassinats, pendaisons,fusillades etc, etc, etc de ces millions d’hommes, de femmes et d’enfants séparés de leurs familles, de leurs pays et terres demeureront une malédiction éternelle qui frappera encore et encore cette diable race de Basse Côte.

    Nous comprenons maintenant le pourquoi les soussous sont le peuple le plus misérable au monde. Avec des abominables crimes contre l’humanité pareils, même Dieu ne pourra rien faire pour vous sauf de laisser encore chanter et danser en attendant de vous le faire payer crûment au-delà. Il y aura une place spéciale pour ton criminel peuple au-delà aussi.

  22. Albert Soumah says:

    @Alpha

    Dans un exercice désespéré de quête de baroud d’honneur, vous cherchez à noyer le poisson en insistant sur l’histoire de la traite négrière. Votre volonté de rendre les Sousous responsables de la traite négrière, dénote la haine pathologique que les peulhs ont toujours eu à l’encontre des peuples noirs. Le peulh ne s’est jamais senti réellement africain: pour lui, le sousou, le Yoruba, le bété, le malinké, le wolof etc, sont des « balèdjos » ou des « balèbèh » c’est à dire les noirs ou du moins des nègres. C’est pourquoi, les africains du nord au sud, de l’est à l’ouest en passant par le centre, ont une mauvaise image du peulh. Dans votre récit loufoque, vous véhiculez l’éternel cliché des pires racistes arabo-musulmans et occidentaux concernant le soit-disant cannibalisme des noirs. Tout le monde sait que cette thèse est totalement fausse. Pour revenir à l’histoire de la traite négrière, il est totalement incensé de penser que ce sont les sousous qui organisaient l’esclavage des noirs. Si on va au bout de votre ineptie: les sousous étaient donc les propriétaires de bateaux qui parquaient des hommes et des femmes dans des navires en direction des Amériques. Les Sousous seraient les propriétaires de champs de canne à sucre dans lesquels les noirs subissaient les pires abjections. Vous attribuez donc autant de pouvoirs aux nègres? Alors cher monsieur, ceux qui sont les principaux responsables de ce crime sont connus de tous, contrairement à votre explication du Karma, ceux qui ont commis ce crime sont aujourd’hui les pays les puissants économiquement, militairement, scientifiquement, industriellement etc, dans le monde. C’est pour vous dire que votre mensonge ne tient pas la route. Vous oubliez que toutes les côtes africaines étaient concernées par le phénomène. La Basse-côte n’était pas la seule concernée. Les gens partis des côtes guinéennes représentaient une part infime du nombre d’esclaves partis du continent. Ce commerce se passait entre dirigeants et marchands d’esclaves. Le peuple n’était aucunement impliqué contrairement à l’esclavage au Fouta. Toute proportion gardée, c’est comme si vous rendiez les populations africaines responsables du pillage économique du continent: alors que tout le monde sait que ce sont les multinationales occidentales en complicité avec les dirigeants africains qui en sont responsables. L’histoire nous a aussi démontré que la grande majorité des personnes déportées dans les Amériques étaient des gens raflés par des patrouilles négrières. La série « Racine » sur l’histoire de Kunta Kinte en est la preuve éloquente. Toute l’humanité a reconnu et condamné la traite négrière. Même les allemands reconnaissent les crimes commis durant la seconde guerre mondiale. Il n’y a que les peulhs qui sont dans la négation du génocide et de l’esclavagisation du peuple autochtone Djallonké. Aujourd’hui encore en 2018, des personnes appelées « Roundés » sont cantonnés dans des villages dits « villages des captifs », ils ont interdiction de diriger la prière musulmane, d’immoler des moutons au baptême de leurs enfants etc. Les malédictions des centaines de milliers de Djallonkés massacrés et ceux encore esclavagisés poursuivront toujours le peuple peulh. C’est pourquoi, les africains dans leur écrasante majorité, ont une mauvaise image des peulhs. En Centrafrique, des peulhs sont brûlés vifs par les « anti-balakas », au Mali le peuple bambara a commencé à vous faire la fête. Vous auriez dû vous posez des questions là-dessus.

    Sur la prétendue misère des Sousous:

    Comme la plupart des peulhs, vous êtes dans la négation systématique de faits historiques. Eh ben, cher monsieur la Basse-côte que vous aimez mépriser tant, fut une zone agricole prospère durant la période coloniale. Des Sousous étaient chefs d’entreprises agricoles. Des cultures d’exportations telles que la banane, la pastèque, l’ananas etc, y étaient produites et acheminées via le port agricole de Benty vers l’occident. La Guinée était le plus grand producteur de bananes grâce à la production du triangle bananier: Kindia-Dubreka-Forécariah. Le plus grand label de production était DONKA: contraction de Dönia dans Dubreka et de Kalia dans Forécariah. L’entrepôt de la marque se trouvait dans l’emplacement de l’actuel camp Boiro. C’est cette marque de commercialisation de bananes qui a donné son nom à ce quartier de Conakry. Malgré que vous ne vouliez pas l’admettre, durant la période coloniale, les Sousous étaient les plus riches du pays. Le père de Karim Bangoura, ancien ministre sous Sékou Touré faisait partie des indigènes les plus riches de l’Afrique de l’ouest. C’est grâce aux cultures d’exportations qu’un certain nombre de jeunes sousous de l’époque eurent la chance d’étudier en occident. Contrairement aux peulhs qui thésaurisent leur argent dans des boutiques, toutes les communautés guinéennes travaillaient sur les plantations de la Basse-côte. C’est la gestion catastrophique de notre indépendance qui a économiquement détruite la Guinée Maritime. Qu’à cela ne tienne, beaucoup de Sousous font la fierté de la communauté et du pays. Depuis l’indépendance de la Guinée, la plupart des grands sportifs guinéens sont Sousous, nous avons eu un président de la république, quatres premiers ministres, un nombre incalculable de ministres, de gouverneurs de régions, de préfets etc… Aujourd’hui encore, nous sommes fiers des hommes d’affaires originaires de la région pourvoyeurs d’emplois: KPC, le doyen Mariador, Antonio Souaré fils d’une femme Sousou, Böbödy etc.. Pour la communauté la plus misérable d’Afrique c’est quand même pas mal non?

    La fameuse richesse des peulhs que des extrémistes de cette communauté aiment brandir est très récente. En plus, elle ne concerne qu’une petite partie d’entre eux: ils s’agit de commerçants, de trafiquants légaux et souvent illégaux ainsi que de quelques membres de la diaspora. C’est la face cachée de l’iceberg. L’écrasante majorité des peulhs restent très pauvres. Rien qu’à Conakry, la plupart des mendiants dans les rues et dans pleins de lieux publics sont peulhs. Dans les établissements de tolérance: la plupart des prostitués sont peulhs. Quand on va au Fouta, on voit la misère dans son état le plus éffroyable, c’est pourquoi des peulhs s’entassent dans des camions remplis de boeufs au milieu des bouses de bovins en direction de la Basse-côte, sans oublier que la majorité des guinéens qui meurent dans le cadre de la traversée de la méditerranée sont des jeunes peulhs: pour une communauté riche, c’est quand même étonnant non?

  23. Alpha says:

    @ Albert Soumah

    Comme le disait Aicha dans son dernier post, vous vous prenez pour un petit malin en essayant maintenant, faute d’arguments pour salir le noble et civilisé peuple peul, vous tentez désespérément de détourner le débat relatif aux abominables crimes inhumains et barbares infligés contre l’humanité toute entière vers autres peuples lointains qui arrivaient en Afrique par groupe de 3 ou de cinq individus dans des voiliers dépourvus de moteurs.

    Près de 30 ans après la guerre froide où vous justifiez votre mauvaise gestion de l’indépendance soldée par votre niveau d’éducation limité à des diplômes d’études primaires et le pillage systématique de nos ressources par un prétendu impérialisme, le colonialisme, les faux complots pour justifier d’atroces crimes par pendaisons, pelotons d’exécutions, diète noire et autres crimes sauvages dignes de votre race qui vendra pendant 70 ans des êtres humains innocents et sans défense en Amérique du Nord, Amérique du Sud, les Antilles et aux Caraïbes pour se nourrir, se loger, se vêtir, consommer de l’alcool et chiquer du Tabac, forniquer, Chanter et danser de la Mamayah et assurer la procréation et l’alimentation d’ordures descendances comme vos parents, vos enfants et petits enfants, ainsi de suite …

    Toutes les plantations de fruits, de légumes et autres de la Basse Côte appartenaient en grande partie à l’Etat colonial, ensuite à des Blancs indépendants et enfin à des familles arabes, notamment Libanaises. Après l’indépendance, les Libanais et les enfants métisses issus de croisement entre les paysans Blancs et les Soussous ont racheté certaines plantations et ont récupéré d’autres.

    Aucun Soussou n’avait une plantation et n’était autorisé de cultiver plus d’un demi hectare de terre moyennant paiement de charges et de taxes. Tous les Soussous étaient des domestiques dans les champs des Blancs et n’ont rien obtenu après leur départ vers les années 1960 – 1965.

    Les premiers intellectuels Soussous de l’écoles coloniale furent formés et éduqués par YASSINE DIALLO, HOMME POLITIQUE ET PREMIER DÉPUTE GUINÉEN Â L’ASSEMBLÉE NATIONAL FRANÇAISE. Les Emile ton Papa, Emanuel Katti, Loffo et Karim Bangoura ainsi que tous les autres furent tous des anciens élèves de Yassine Diallo.

    Tu dois encore lire et apprendre l’histoire de la Guinée en générale et celle de la Basse Côte en particulier.

    Il faut soutirer les Diakankés de ta liste de tes basse côtiers. Je sais que tu l’as fait uniquement par confusion. L’histoire des Diakankés remonte de l’Empire du Ghana, c’est-à dire, longtemps avant l’apparition et identification des Sossos dans le Sonhaï, dans la zone de Ouagadou. À l’origine et sur presque tous les plans aujourd’hui encore, les Diakankés n’ont rien à voir les Soussous. Après le Ghana, le Songhaï et le Mali, les Diakankés se répartirent et se rependirent presque dans les toutes la Zone Ouest Africaine.

    Le traits caractéristiques des Diakankés sont presque de tout point de vue semblables aux peuls. Intelligence, esprit cartésien, pragmatisme, indépendants, braves, gestionnaires, réalisme, bâtisseurs, chercheurs et adeptes du savoir, organisés et disciplinés, sociables et diplomates, biens élevés, instruits et civilisés, etc…

    Comme pour les peuls d’ailleurs avec les quatre grands Foutah de l’Afrique , les Diakankés ont bâti des  » Touba  » reconnus et mondialement réputés. De plus et comme les peuls, les Diakankés n’ont jamais pactiser avec les diable pour vendre des êtres humains pour se nourrir, se vêtir et se loger.

    Tu parlais aussi de grands sportifs Soussous en Guinée ? Alors où sont-ils et qui sont-ils ? En tous les cas, ce ne saurait être les clochards Morciré Sylla, Petit Sory, Chérif Souleymane, Papa Camara et consorts qui sont morts dans la pauvreté et la misère en conséquence de la malédiction de la traite négrière de leurs aïeux.

    Au fait, savais-tu que le Hafia ni aucun autre club en Guinée n’a encore joué une finale ni remporté une coupe d’Afrique des Nations, à ne pas confondre avec la petite coupe des clubs dénommée  » N’Kruma  » ? Sais-tu que la Guinée n’a jamais participé a une phase de coupe du Monde alors que d’autres pays africains ont joué jusqu’au 8ème des finales en coupe du Monde ?

    De mémoire, la Guinée n’a jamais remporté une africaine de Basket-bal, de Volley-bal et elle ne possède aucun titre olympique ni médaille, fut-elle de bronze, en dehors de celle de la Boxe de Béa Diallo.

    Connais-tu qui est vraiment l’ordure  » Kerfalla Personne Camara  » Alias KPC ? Ton petit KPC est un traître au sein de sa génération et un des plus grands prédateurs de l’économie guinéenne. Pour obtenir un fonds de commerce auprès des ministres ethnocentristes qui pratiquaient le népotisme à l’époque de Lansana Conté pour se maintenir éternellement au pouvoir en Guinée, KPC fut recruté préparé et armé par des armes de guerre parfois non conventionnels pour s’attaquer à ses propres camarades étudiants grévistes dans les années 1990 pour détruire une grève qui revendiquait une bibliothèque, des professeurs qualifiés et suffisants, des stages et des bourses, entre autres revendications. Les mains de votre KPC régional sont tâchées de sang d’innocents qui, de surcroît, sont ses camarades d’enfance et d’écoles.

    Deuxièmement, KPC a Fait des études économiques. Il n’est donc pas un ingénieur de bâtiments encore moins de ponts et chaussées. Il est allé volé le travail des guinéens qui ont des études de qualité dans ce domaine et pendant des nombreuses années sanctionnées par un diplôme universitaire guinéen et parfois même étranger.

    Le comble des choses, KPC n’a jamais obtenu un contrat sur la base d’un appel d’offre pourtant prévu par nos lois et personne ne contrôle la qualité de son travail après ses travaux. Ils emploi généralement les fils de ces collaborateurs qui bloquent tous les chantiers de la Guinée pour KPC et au détriment des autres professionnels du domaine. Ton KPC est un criminel politique et économique.

    Qui est ton Antonio Souaré ? Ah ! C’est celui qui prétend avoir racheté la fédération guinéenne de Foot Bal ? Savais-tu qu’il a trahi la candidature du Maroc pour l’organisation de la coupe du monde en faveur des USA qui a menacé Antonio, Alpha Condé, Kassory et cie de boycotter leurs visa et de saisir leurs comptes en banque s’ils ne votaient pour les USA ? C’est non seulement une amitié guinéo-marocaine de 100 ans que ces salauds ont fichu en l’air, mais c’est surtout l’Afrique dont le Maroc venait de réintégrer l’Union qu’Alpha Condé présidait qui fut humiliée par ce geste de sabotage barbare et sauvage. Et c’est toi qui prétend que les peuls soutiennent les Blancs et méprisent le Négros-africains ?

    Des peuls ont été partout présidents en Afrique et hauts représentants de l’Afrique dans le monde. Je sais que tu ne sais pas mais ce n’est pas grave ! De Cameroun au Sénégal en passant par le Nigéria, le Niger, le Burkina, le Niger et le Mali. L’histoire de CentrAfrique et du Mali ne sont autres qu’une question d’élections dont désormais et partout en Afrique, les candidats issus de leur communauté réputée sérieux et aplatisseur, bouleversent la conscience des autres qui ne savent rien faire que de saboter la démocratie et l’Etat de Droit profiter encore à piller nos pauvres Etats. Vous autres avez peur du progrès et du développement dont les peuls sont porteurs comme toujours et depuis la nuit des temps. D’où vos petites surnoiseries pour calomnier sans fondement les peuls. Les trois premiers opposants au Mali aussi sont tous peuls. Retourne à l’école !

  24. Affan says:

    Mais je vois que c’est nos frères peuls seuls qui attaquent et contre-attaquent cet article.

    Je dois vous dire d’arrêter une minute et répondre à des questions.

    Il est claire que le sousou n’est le bienvenu nulle part dans ces trois autre régions pour diriger et cette fois ci nous voulons appliquer la même classe chez nous.

  25. Aicha says:

    @Albert Soumah

    Vous êtes malheureusement qu’un pauvre ignorant Soussou comme d’ailleurs les 90 % Soussous qui aujourd’hui ne constituent que 10 % de la population guinéenne avec l’ensemble des ethnies de la Basse Côte.

    Votre florissante traite négrière pendant 7 décennies, a obligé vos ancêtres de vendre les Soussous qui étaient les plus nombreux au XIVè siècle dans la Sous-région avant de s’attaquer aux autres ethnies aussi telles les Landoumas, Diakankés, Timénéd, Dialonkés et autres encore.

    Leur complicité avec les Portugais d’abord, les Anglais mais aussi les Français, tes ancêtres devenant complètement aveuglés par produits pacotilles, des fusils, du miel, le tabac, l’alcool, des peaux de vaches, des chevaux, des miroirs et autres boucles d’oreilles, chargeaient 6 bateaux d’esclaves par an, d’une capacité variant entre 2′ 000′ 000 esclaves à 2′ 500. 000 esclaves par bateau que l’on déportaient de partout dans les Amériques et aux Antilles.

    Tous les Soussous et les autres ethnies cités ci-haut, à l’exception des membres des familles royales et leurs affiliés, furent capturés et vendus : Hommes, femmes et enfants, tous y passèrent au point que toutes ces grandes ethnies avant la traite, devinrent des petits groupuscules d’individus qui se reconstruisent petit à petit et péniblement depuis l’abolition définitive de l’esclave.

    Tu affirme que les peuls sont venus récemment en Afrique quand les Sossos avaient déjà appris à lire, à écrire et à compter avec les Blancs ?

    Mais pourquoi tu n’apprends pas d’abord l’histoire authentique de l’Afrique avant d’ouvrir ta bouche pour raconter les histoires africaines et habituelles de Sékou Touré ?

    Tu as parlé de l’Empire du Mali dont les Soussous seraient originaires ? Alors connais-tu le plus illustre des Rois du Mali depuis la nuit des temps, c’est-à-dire un certains ancien élève ou  » Talibè  » des peuls lettrés et civilisés, dénommé  » Kankou Moussa ou Mansa Moussa ? « .

    En voici une brève histoire que tu méditeras et me répondras même dans tes visions et versions perverses habituelles. Cela sera pour la suite de notre petite échange relative à l’histoire sociopolitique de l’Afrique pré-coloniale :

    Kankou ou Mansa Moussa, l’empereur du Mali de 1312 à 1332 ou 1337.

    Lors de son accession au trône, l’empire du Mali est constitué de territoires ayant appartenu à l’empire du Ghana ainsi que les zones environnantes.

    Kankou Moussa est l’Empereur du Mali le plus célèbre qui s’illustra entre 1312 – 1321 ou 1372.
    Kankou Moussa qui accepta d’embrasser la religion musulmane avec son entourage auprès des peuls islamisés pour conquérir le pouvoir et écarter ses frères rivaux. Kankou Moussa fut ainsi un Roi dont le règne marque l’apogée de l’empire.
    La conversion en Islam fut de Kankou Moussa un grand souverain dont la renommée atteignit au XIVè siècle toute l’Afrique, le monde arabo-berbère et même l’Europe. C’est aussi au XIVè siècle que se situe la grande expansion de l’Islam au Mali et ses environs par les lettrés peuls.

  26. Albert Soumah says:

    @Alpha

    Le Fouta que tu défends, est bâti sur le sang de centaines de milliers de Djalonkés qui maudissent encore les peulhs. La perfidie et la fourberie du peulh sont de notoriété publique. Les Sousous ont apporté gites et couverts aux premiers peulhs venus en Basse-côte. Mais le peulh a pris cette attitude comme de la faiblesse et de la malédiction. Il a commencé à faire venir ses frères et soeurs ensuite sa famille puis une partie de son village. Aujourd’hui après avoir obtenu une certaine réussite économique, le peulh méprise celui qui, hier le tendit la main quand il avait des allures de pouilladin. Ce que vous oubliez, c’est que le peulh est le seul homme au monde qui te dira que sa femme a accouché alors qu’il vit depuis une dizaine d’années en Basse-côte et qu’il n’a pas remis ses pieds au Fouta depuis son arrivée dans cette région. C’est pourquoi il y a beaucoup de « gnangamadi » dans cette communauté. La terre et les richesses volées aux djallonkés ont permis aux peulhs de faire le Gnamakala, de s’enivrer d’alcool en cachette (les peulhs sont aujourd’hui les plus grands alcooliques en Guinée) et de forniquer comme des cochons pour avoir des descendances comme vos grands parents, vos parents, vous-même et vos enfants.

    Décidément votre négationnisme et votre haine des soussous sont pathologiques. Pour votre gouverne, quand la Guinée-française exportait des produits agricoles, les planteurs étaient bel et bien soussous. Beaucoup de peulhs travaillaient dans ces plantations. Les français rachetaient les produits puis les exportaient pour les revendre en occident. La Guinée-Maritime n’avait pas un statut de colonie, elle était un protectorat français. Il est à noter qu’à l’époque, les planteurs étaient les plus riches parmi les indigènes: c’est pourquoi les premiers cadres africains de l’époque étaient des enfants de planteurs, l’exemple le plus éloquent c’est Felix Houphouet-Boigny. Fodé Mamoudou Touré de Forécariah: premier guinéen à exercer le métier d’avocat en Métropole, un homme qui avait fait ses études secondaires en Algérie et ses études universitaires en France, Karim Bangoura fils de plantateur: son père était l’un des indigènes les plus riches d’Afrique de l’ouest, je me limiterai à ces quelques exemples en attendant votre réplique. C’est pour vous dire que les sousous pendant la période coloniale avaient un stand de vie largement au-dessus des peulhs. Les planteurs de la Basse-côte avaient le même train de vie que ceux du sud de la Côte-d’Ivoire. Mais contrairement à vous, nos parents nous ont toujours appris l’humilité, l’esprit de partage et la solidarité. En Guinée, depuis que les peulhs ont commencé a amasser de l’argent, personne ne respire. Les autres, en particulier les sousous, sont traités de jaloux, de fainéants et même de haineux. Alors qu’en réalité, à part les maisons qu’ils construisent, personne ne voit l’apport de la prétendue richesse des peulhs sur la vie des gens: c’est de l’argent thésaurisé. Le peulh par sa méchanceté, ne partage jamais ses gains. Il est tellement radin qu’il prefère mourir affamé que de dépenser son argent.

    J’insiste, je persiste et je signe: les Sousous furent les premiers intellectuels du pays. Yacine Diallo fut le premier député du térritoire guinéen grâce à l’esprit de compromis et de démocratie des Sousous. Il y avait des cadres de la Basse-côte mieux formés et plus riches que lui à l’époque mais, les sages de la région avaient préféré sa candidature au nom de l’unité de la nation. Par contre, il n’a formé aucun cadre sousou contrairement au mensonge que vous distiller. Les Sousous sont viscéralement attachés à la Guinée: c’est pourquoi ils mettent toujours l’intérêt de la nation au-dessus des intérêts communautaires. Les peulhs ne jurent que par leur ethnie c’est pourquoi ils adorent aujourd’hui leur « dieu » : Cellou Dalein Diallo, prédateur économique devant l’éternel. Le sectarisme des peulhs est la cause principale de leur mésentente avec les autres peuples d’Afrique. D’ailleurs, ils ne se considèrent pas comme africains: les autres sont pour eux, des balèdjos ou des balèbhés c’est à dire des noirs ou des nègres. Ce qui se passe en Centrafrique et au Mali devrait vous faire réfléchir. En Guinée, vous voulez faire de l’hégémonie en Basse-côte et ça les sousous l’ont compris. Vous vous étonnez qu’ils commencent à réagir.

    Comme beaucoup de membres de votre communauté, il n’y a que vous qui êtes capables de cracher sur des icônes nationales. Le Hafia a fait la fierté de tous les guinéens. Ce qu’il a fait, très peu de guinéens et d’africains l’ont fait. La coupe Kwame Nkrumah était la coupe des clubs champions africains: l’équivalent de l’actuelle ligue des champions. Aujourd’hui encore, les français célèbrent l’équipe de l’Olympique de Marseille, vainqueure de la ligue des champions en 1993. Le Hafia c’est le premier club à remporter cette coupe 3 fois en Afrique. Les diffilcultés financières de certains de ses anciens sociétaires ne peuvent s’expliquer que par le manque de reconnaissance de l’État guinéen. Ceci étant, ces hommes ont porté haut les couleurs nationales: ils étaient à 90 % Sousou. Le seul ballon d’or africain de la Guinée est Sousou de Kindia: Cherif Souleymane. En ce qui concerne leurs palmares en équipe nationale: n’oubliez pas qu’ils furent finalistes de la coupe d’Afrique des Nations en 1976. Après le Hafia, des sousous firent encore la fierté de la Guinée et de leurs clubs respectifs en Europe. Ils vivent des retraites dorées après leurs carriéres bien méritées, des gens comme: Morlaye Soumah « Collovati », Morlaye Sylla « Mazo », Ismael Bangoura, Souleymane Youla etc. Je vous informe également que la Guinée fut championne d’Afrique junior de Basket en 2001 avec une équipe composée en grande partie de Sousou. Les peulhs ne sont pas assez bâtis pour le sport. Le seul grand sportif peulh en Guinée c’est le boxeur Béa Diallo mais, au regard de sa corpulence je suis sûr qu’il doit être soit roundé ou soit peulh métissé tout comme Dian Bobo Baldé.

    Dans votre commentaire, vous avez bavé sur des hommes d’affaires de la communauté Sousou. Mais contrairement aux vôtres qui n’investissent pas leur argent au pays, alors qu’ils y ont fait fortune. Les nôtres créent des emplois qui font vivre des familles. C’est la différence entre le sousou et le peulh. Le sousou se caractérise par l’esprit de partage. La Guinée Maritime est fière de KPC et d’Antonio Souré. Vous n’êtes pas sans savoir que le patron de la plus grande chaine hôtelière de Guinée est aussi Sousou: Mohamed Lamine Sylla « Mariador ». Le Sousou gagne son argent honnêtement c’est pourquoi Dieu béni son gain. Beaucoup de riches peulhs sont des trafiquants ou d’anciens trafiquants de drogues. Les prisons suisses sont remplies de jeunes peulhs: beaucoup exercent cette activité illicite en Angola, au Mozambique etc.

    Dans votre tentative de division de la Basse-côte, vous voulez exclure les Diakhankés de cette région alors qu’ils sont des membres à part entière de cette partie de la Guinée. Les Diakhankés vivent depuis des siècles en parfaite harmonie avec les autres composantes de la région, ils font partie des autochtones de la Guinée Maritime. Pour votre information, les diakhanké sont des sarakolés venant du petit royaume de Dia ou Diakha selon les prononciations. Les sarakholés créèrent ce royaume après la destruction de leur mère patrie le Ghana ou Ouagadou. Ils étaient islamisés, lettrés et firent de la connaissance islamique leur fonds de commerce dans un environnement animiste . L’extension de l’empire du Mali rattrapa leur royaume. Les Malinkés de l’empire étaient animistes. L’islamisation de ce térritoire a été rude, elle se poursuivit jusqu’aux batailles sanglantes de Samory Touré.
    Ce sont ces sarakholés qui se sont installés en pays malinké et qu’on a finit par appeller maninkas Moris. Ce sont eux qui sont aller fonder le Morya dans le forecariah en Basse-côte. Les autres de Diakha, se sont éparpillés un peu partout en vendant leur connaissance sous l’appellation de diakhanké. Les maninkas Moris ont fini par parler le malinke. Le Diakhanké est une langue proche du sarakholé par sa phonation tout comme le sosokhui et ils ont la même syntaxe. Le sarakhole, le Sousou et le Djalonka appartiennent au même groupe linguistique. En observant les traits physiques du diakhanké et du sarakholé, on constate de fortes ressemblances: rien à voir avec les peulhs.

  27. keoulenconde says:

    il est peut etre opportun fe rappeler que les forecariakas sont des malinkes venus de kankan il n y a pas encore 1 siecle.
    c dommoge que toutes les references des soussous (cadres planteurs…)viennent de la seule region. ils ne comprennent meme pas pourquoi toutes lesnomminationsdu « neveu »president se font en faveur de cetteprefecture.lesmalinkes de la cote. triste.

  28. keoulenconde says:

    Monsieur Soumah
    Vous semblez tellement connaitre le peuplement et les origines des populations de la cote Version PDG, est ce par erreur ou ignorance que vous ne rappeler pas que Forecariat est peuplè par des malinkès venus de kankan vers le 19e siecle.
    Peut etre cela expliquerait le pourquoi 90 % des decrets du fama se font en faveur de cette prefecture.(les malikes de la basse cote).

  29. Albert Soumah says:

    @Aicha

    Tes élucubrations ne m’ébranle guère. Si tu veux, les Sousous ne représent pas moins de 1% de la population. Nous préférons la qualité à la quantité. Les juifs sont ultra monitaires dans le monde cependant, ils dominent des domaines importants de la vie de notre planète notamment: les finances et les médias. Les Sousous malgré leur petit nombre, ont fourni à la Guinée: un président de la république, 3 premiers ministres, un président de l’assemblée nationale, 3 présidents de la cour suprême, un nombre incalculable de ministres, de gouverneurs de région, de préfets, de diplomates etc. Dans le domaine des sports: depuis l’indépendance, 90 % des footballeurs guinéens sont Sousou, l’unique buteur de la rencontre d’hier opposant la Guinée à la Centrafrique s’appelle Seydouba Soumah. La seule fois, qu’il y a eu un nombre important de footballeurs peulhs défendant les couleurs nationales, c’était à l’occasion de la Can 2012. Dans le domaine de la culture, des Sousous ont honoré la Guinée. Aujourd’hui encore, l’un des meilleurs artistes reggaemans africains est Sousou: Takana Zion alias Mouctar Soumah. Sur le plan économique, nos hommes d’affaires sont pourvoyeurs d’emplois contrairement aux peulhs qui prefèrent thésauriser l’argent obtenu dans le négoce: le patron du plus grand groupe hôtelier guinéen est Sousou, Mohamed Lamine Sylla « Mariador », le patron de la plus grande entreprise de BTP guinéen est Sousou: Kerfala Person Camara « KPC ». Malgré cela, les extrémistes peulhs nous traitent de maudits, de fainéants et de miséreux. Pour une ethnie minoritaire, les Sousous ont de quoi se bomber le torse.

    Pour masquer l’ignominie des peulhs, tu tentes vainement de ternir le passé des Sousous. Je sais que tu es une mythomane pathologique comme la plupart des peulhs. Comment les Sousous pourraient-ils vendre 2 millions voir 2 millions 500 milles esclaves alors que la population des 4 actuelles régions de la Guinée atteignait à peine ce chiffre à l’époque. Pour ta gouverne, les côtes guinéennes n’étaient les seules concernées par la traite négrière: ce commerce se faisait du sud de la Mauritanie au Cap de bonne espérance en Afrique du Sud. Pour ton information, les Sousous vivent principalement entre 3 pays:la Guinée Bissau, la Guinée et la Sierra-Leone. Il est à souligner qu’au Fouta les peulhs commirent les plus grands crimes que l’humanité n’ait connu. Les Djallonkés furent décimés, ce qui réussirent à s’en fuir devinrent les Sousous en Basse-côte, ceux qui partirent en Haute-Guinée gardèrent leur langue d’origine qui est identique au Sousou à quelques difference près. Ceux choisirent de rester au Fouta, furent esclavagisés et assimilés. Il est à noter que les 3/4 des peulhs sont des Djallonkés assimilés. Les vrais peulhs sont de peau claire, ceux qui sont foncés sont soient assimilés ou soient métissés.

    Tu viens encore de distiller un de tes mensonges sur l’empire du Mali. Au XIV siècle, il n’y avait pas de peulhs dans cet empire. Kankou Moussa et les musulmans mandingues de l’époque furent convertis par des almoravides arabo-berbères. Les habitants de l’empire du Mali découvrirent l’Islam par le biais du commerce avec les arabo-berbères. Mansa Moussa n’a aucunement été un talibé de maitres coraniques peulhs. Dans tes récits mensongers, tu nous parles des peulhs étant un peuple civilisé et lettré. À mon avis, on devrait t’attribuer la palme d’or du rire. Au Fouta, les jeunes filles sont données en mariage entre 12-13 ans, les mariages incestieux y sont majoritaires: le fils et la fille de 2 frères peuvent se marier, c’est également lá où il y a le plus faible taux de scolarisation des jeunes filles de toute la Guinée. Le peulh pour se civiliser, vient en Basse-côte. Les jeunes Sousous se moquent souvent des nouveaux arrivants peulhs dans la région. Quand les peulhs débarquent des camions en Basse-côte on voit des pouilladins, crasseux qui puent le plus souvent. Leurs styles vestimentaires font rires même les gamins. Donc, arrête de raconter des inepties.

  30. Aicha says:

    @Albert Soumah,

    Après l’indépendance de la Guinée en 1958, les Français transféront tous les documents pré coloniaux et coloniaux de la Guinée en France et au Sénégal et par la suite, Sékou Touré fermera la Guinée pour vous priver d’éducation et d’études.

    Aujourd’hui cela se retourne fatalement contre vous. Tu devrais te relire un peu dans tes divers commentaires pour identifier tes propres contradictions notamment sur l’origine des Sossos, l’histoire de la Basse côte, les filles du Foutah, les conquêtes et l’islamisation de l’Afrique par les peuls, l’histoire des Diakankés, les intellectuels, hommes politiques, sportifs et hommes Sossos, la chefferie en Basse Côte, la traite négrière et les crimes contre l’humanité, les Dialonkés, Kankou Moussa et consorts.

    Tu es un menteur confus et totalement paniqué de reconnaître que tu es un homme inculte doublé d’un menteur pathologique et digne héritier d’une cannibale race qui vendaient ses semblables êtres humains pour se nourrir et élever sa toxique descendance, les louveteaux de la Basse Côte.

    Le petit Rois du Mali Kankou Moussa qui vous obligea à fuir de Ougadou vers la Guinée fut l’un des meilleurs Talibés des lettrés peuls qui, il faut le savoir aussi, sont à l’origine de la civilisation de Tonbouctou.

    En effet, la Vue d’ensemble sur l’histoire de Tombouctou, la ville de Tombouctou ait été fondée au 12ème siècle et elle est devenue un important centre commercial mondial avant de devenir au 15ème une proéminence en tant que capitale intellectuelle La population de Tombouctou a toujours été et demeure mélangée. L’impact historique de la grande civilisation de Tombouctou lui accorda un rayonnement planétaire et fait de cette capitale une des cinq premières grandes puissances des siècles passés.

    Tu auras encore deux choix par rapport à tes dilemmes diaboliques : soit tu nies tout et en bloc comme à l’accoutumée, soit tu cherches et t’informes en adaptant de nouvelles méthodes qui t’éviteront d’être définitivement aveuglé par tes démons sauvages et obscurantistes.  » LES 6/7 MERVEILLES DE TOMBOUTOU MONDIALEMENT RECONNUES SONT TOUS PEULES « .

    Lansana Conté est arrivé au pouvoir en Guinée par double effractions. D’abord par Coup d’Etat, ensuite, il fut désigné par ses camarades alors qu’il ne voulait pas être président et tu cannais la suite…

    Les nombreux ministres, gouverneurs, préfets, ambassadeurs voire directeurs nationaux de services ne l’ont été que par simple népotisme et non par mérite. De plus, tous l’on été à 80 % à l’époque du Lansana Conté. Les 10 % d’Alpha Condé sont promis sur le solde de la traîtrise habituelle des Soosos qui prétendent pourtant que Sidya Touré serait leur frère Sosso de Boké.

    Nous abandonnons tous nos frères de la Basse Côte pour te suivre contre des sacs de riz et des postes administratifs notamment celui de premier ministre et ce jusqu’à la fin de tes deux mandats. Tel fut le deal sauvage et inhumain avec Alpha Condé aussi et au détriment de la démocratie et l’Etat de droit.

    Des postes politiques, économiques, culturels, sociales, religieux et sportifs malsains, dirigés par des traîtres qui, de surcroît sont incompétents.

    La pauvre Guinée fêtera dans moins d’un mois sa 60 ème anniversaire d’indépendance sans lois, ni démocratie et un Etat de droit, sans route, de l’électricité, de l’eau, des hôpitaux, des écoles, des banques privés, d’agriculture, de pêche, d’usines de fruits et de légumes et celles de transformation de la bauxite en alumine.

    Tes présidents et tes premiers ministres, tes ministres et gouverneurs, ambassadeurs, préfets, opérateurs économiques, sportifs et artistes envoient tous leurs progénitures étudier au Sénégal, Ghana et au Maroc entre autres et se soignent tous à l’étranger y compris celui qui demandaient d’ouvrir vos granges gueules pour insulter à la Radio et à la Télévision vos soit-disant  » Impérialisme et le colonialisme « .

    Sékou Touré aussi pillera la Guinée pour acheter des biens immobiliers à ses famille avant d’aller crever dans un hôpital Américain. Le salaud  » Sylis Sékou  » s’est bien fichu de vos petites gueules  » de l’impérialisme ? À bas !  »

    Tu mens souvent en affirmant qu’il y a eu un génocide peule au Foutah contre les Dialonkés. Tu devrais avoir honte de mentir. Les peuls animistes furent les premiers à résider au Foutah. Tu as Sékou Touré dans ton âme de menteur !

  31. Albert Soumah says:

    @Aicha

    Tu te sais vaincue c’est pourquoi tu te lances dans des discours fleuves totalement loufoques. Ta niaiserie est sans commune mesure. Il n’y a que la pègre foutanienne qui peut croire à tes affabulations. En te lisant, je n’ai pas été surpris par ta réponse, pour toi tous ceux qui ne sont pas peulhs sont mauvais. Ton « dieu » Cellou Dalein Diallo lui par contre est propre comme un sou neuf. Ce manichéisme teinté de mauvaise foi est aussi l’une des marques de fabriques des peulhs. Un sousou nommé à des fonctions importantes c’est du népotisme. Par contre quand c’est un peulh, c’est le mérite. Les hommes d’affaires, les sportifs, les hommes de cultures des autres communautés sont tous mauvais sauf ceux qui sont peulhs.

    Le seul élément que tu utilises comme motif de fierté des peulhs c’est la réligion. Si on va au bout de ton raisonnement, le prophète des musulmans serait donc peulh, l’islam serait né en térritoire peulh. Tu veux tellement enjoliver l’hideux tableau des peulhs que tu étales aux yeux du monde ta mythomanie pathologique. Il est à souligner que les peulhs étaient les nervis de leurs cousins arabes pendant les 14 siècles de la traite négrière pratiquée par ce peuple. C’est à partir de là, qu’ils apprirent les pires barbarie qu’ils infligeront plutard aux « balèdjos » Djallonkés. Les peulhs s’installèrent dans cette région après le génocide contre les Djallonkés, ils volèrent les terres et les biens de ses derniers. Beaucoup de Djalonkés furent assimilés, certains sont encore esclaves et ont pour appellation: Roundés. Les peulhs sont pires que des cannibales. C’est une ignoble race qui continuent à danser le podha, s’alcooliser en cachette et forniquer comme des cochons pour avoir aujourd’hui d’ordures déscendances qui veulent asseoir leur hégémonie sur la Basse-côte. Tes clichés sur les Sousous ne tiennent pas la route. Les Sousous avec les sacs de riz, mettent au monde des enfants grands, costauds et sportifs contrairement aux peulhs. Le peulh est tellement radin qu’il prefère mourir affamer que de dépenser son argent.

    En ce qui concerne Tombouctou, ta falsification historique ne passera jamais, il n’y avait aucun peulh dans ce térritoire. Tombouctou était habitée par des Songhaï, des arabo-berbères et des Touaregs. L’arrivée des peulh dans cette région est récente.

  32. Alpha says:

    @Affan,

    Tu voudrais vraiment savoir le pourquoi les Soussous ne peuvent ni ne doivent diriger les prières dans les Mosquées des autres régions de la Guinée et ce même s’ils maîtrisent parfaitement le Coran ?

    Tu voudrais savoir aussi le pourquoi les Soussous ne s’établissent pas et ne vivent pas dans les autres régions de la Guinée pour se présenter comme candidat aux élections locales et nationales ?

    Savais-tu aussi le pourquoi tu ne trouveras dans aucune autre préfectures de la Guinée en dehors de celles de la Basse Côte 20 ou 30 familles Soussous établies depuis l’indépendance ou depuis au moins 30 ans et qui participent au développement sociopolitique et au rayonnement économique et culturel de ladite préfecture ?

    J’espère que tu ne vas pas m’en vouloir quand tu entendras les raisons fondamentales qui maintiennent les Soussous uniquement en Basse Côte.

    À bientôt !

    @Albert Soumah,

    Cellou Dalein ne parle pas le Soussou ?

    Lansana Conté parlait le poular ou le malinké et le kissi ?

    Le Soussou est une langue nationale ou commerciale de la Guinée ?

    Sais-tu que seul le soussou que l’on ne parle pas partout en Guinée et dans les autres pays africains et ailleurs dans le monde ?

    Tu es vraiment pitoyable !

  33. Karim says:

    @alpha vs affan

    Je pense qu’il n’est pas nécessaire pour alpha de donner des raisons sur les critères physiques, sociaux et moraux qu’un candidat à l’imamat ( un imam ) doit disposer pour diriger la prière. Il s’agit d’avoir une parfaite maîtrise du coran, être enfant légitime, avoir des parents et enfants légitimes et être descendant d’une longue lignée de familles légitimes. Il faut aussi être circoncis et être totalemnt et socialement irreprochable ( ne pas mentir, voler, tricher, courtiser les femmes, etc, etc..).Bref, les critères sont nombreux et le fait de maîtriser le coran est loin d’être suffisant pour devenir un imam dans les autres régions de la Guinée et dans les autres pays.

  34. Albert Soumah says:

    @Alpha

    Avant de dire des inepties, mieux vous renseigner. Lansana Conté avait un meilleur niveau en langue Malinké que le président Alpha Condé. Cellou Dalein Diallo le « dieu » des peulhs a fait plus de 45 ans à Conakry mais jusqu’à présent, il ne parle aucun mot Sousou. C’est pour dire combien de fois, cet homme méprise les Sousous. Même Bah Ousmane qui a passé moins de temps que luià Conakry se débrouille en Sousou. Il est à souligner que le président Sékou Touré parlait parfaitement Sousou contrairement aux idées véhiculées par les extrémistes peulhs de l’UFDG.

    Vous avez aussi évoqué la question de participation au développement: de quelle participation parlez-vous? Les maisons construites par les peulhs n’apportent rien à la région. On dit toujours que les peulhs sont riches: mais qui peut me citer une entreprise détenue par un peulh employant au minimum 50 guinéens? Tout l’argent amassé dans le négoce par les peulhs en Guinée, est thésaurisé et parfois même investit ailleurs notamment au Sénégal. Les rares guinéens qui font travailler d’autres guinéens sans distinction aucune, ce sont des gens comme Kerfalla Person Camara « KPC », le doyen Mohamed Lamine Sylla « Mariador », Antonio Souaré, Kaba Guiter etc.

    @Karim: En ce qui concerne la fonction d’imam, je ne maitrise pas le sujet puisqu’étant catholique. Cependant, j’ai déjà lu dans la rubrique faits divers de l’actualité guinéenne, la condamnation pour viol d’un maitre coranique peulh au Fouta et pas qu’une fois.

  35. Guinéen says:

    Cet Imam n’a pas parlé pour construire et personne ne peut nier qu’il est corrompu par Alpha Condé. Alors, refusons que des vendus nous amènent à des conflits que tout le monde regrettera !

  36. Alpha says:

    @Albert Soumah

    Lansana Conté ne parlait aucune autre langue des trois autres régions de la Guinée. D’ailleurs, Lansana Conté ne parlait non plus aucune autre dialecte de la Guinée Bissau, son pays d’origine.
    Il ne parlait aucune langue africaine, asiatique ou occidentale. Enfin, son français relevait d’un niveau très élémentaire qui reflétait son diplôme d’études primaires comme Sékou Touré (CAP). C’est pourquoi, tu ne trouveras aucun discours de Lansana Conté ou une intervention quelconque dans les rencontres et conférences internationales genre Union Africaine, ONU, alors qu’il fut président de République pendant 24 ans. C’est simplement scandaleux !
    Sékou Touré aussi ne parlait aucune aucune autre langue nationale en dehors de sa langue maninka. Sékou Touré et Lansana Conté se baladaient partout avec des traducteurs en langue nationale sauf en Haute Guinée pour Sékou Touré et en Basse Guinée pour Lansana Conté. Ce dernier n’hésitait pas à s’adresser à la nation entière en langue sosso à chaque fois qu’il se retrouvait devant un sujet délicat à expliquer en français. Mais tu peux toujours donner votre version habituelle des faits sur la Guinée.
    Bah Ousmane est frappé de la malédiction Mossi d’Alpha Condé. Condé Alpha a utilisé tous ces réseaux en Guinée et dans le monde pour convaincre Bah Ousmane de le suivre aveuglement en 2010 pour colorer son alliance ethnique le RPG-Arc-en ciel et justifier une simulacre élection dite démocratique organisée par Sékouba Konaté sur fond de l’eau contaminée.
    Après seulement six mois exercés à la tête d’un petit poste de ministre, Alpha Condé demandera encore à Bah Ousmane de lui offrir son parti en le diluant dans l’Arc-en ciel et moyennant son maintient dans le gouvernement d’Alpha Condé 2. Mais c’était un prétexte pour virer le maudit Bah Ousmane et l’abandonner comme un clochard dans la nature.
    Dr Saliou Bella aussi subira la même malédiction et le même sort alors que ce dernier avait même accepté d’offrir son parti Hafia à Alpha Condé et sans parler d’autres encore comme l’Opérateur économique Sadakadji.
    Bah Ousmane est frappé de malédictions  » Mossi « . Il aurait pu se séparer d’Alpha Condé après le mensonge sur l’eau contaminée et le pogrom organisé contre peuls en Haute Guinée.
    Comme Saïfoulaye Diallo, un autre maudit qui aidera Sékou Touré contre les Barry 3 et Diawadou en 1958 avant d’être trahi, humilié et abandonné par Sékou Touré, Bah Ousmane sert aujourd’hui d’exemple contemporain de cadres maudits chez peuls.

    La Basse Côte n’a aucune richesse. La bauxite guinéenne est en quantité et en qualités plus important en Guinée forestière et au Foutah qu’en Basse Côte. Tu peux vérifier les faits ou demander au tour de ton entourage. De plus, la Forêt et le Foutah ont d’autres richesses du sol et du sous-sol encore en dehors de la Bauxite dont la tonne brut est vendue entre 4$ et 8$ US sur le marché. Si la Chine ou un autre pays vous prête 10 milliards, ils exploiteront pendant 100 ans votre bauxite, le bois et le poisson.
    KPC ne saurait être un bon exemple en Guinée. Tous ses contrats sont étatiques et opaques et son passé est indigne. Demande à ton entourage qui est KPC. D’ailleurs, la plupart des responsables des sites d’informations guinéens sont des anciens camarades d’école à KPC qui pourront éventuellement et au besoin, de parler du passé de KPC. C’est le cas de Ibrahima Sory Makanéra/leguepard, Sadio Barry/guineepresse, Youssouf Boundou Sylla/guineenew, Saliou Bah/guineematin, etc…
    Pour les faits divers sur les marabouts du Foutah est une oeuvre d’Alpha Condé qui organise en permanence la diabolisation et l’assassinat des religieux peuls pour les discréditer. Alpha mandate des femmes chez l’uns pour les accuser de tentatives de viols ou de les devoir de l’argent, ensuite il les menace à travers la justice pour les faire avouer des accusations préparées à l’avance. Pour les autres, il mandate des assassins qu’il recrute et prépare pour les envoyer assassiner les grands chefs religieux du Foutah.
    Quand les assassins sont interpellés, il ordonne leur transfert à Conakry sans passer par la justice. Enfin, il assassine les assassins mandatés en prison ou les envoient en Turquie ou au Brezil s’occuper de ses domaines immobiliers.
    La première chose commune entre Alpha Condé et Sékou Touré, c’est leur profonde haine contre les peuls et les symboles du Foutah.
    Apparemment, tu n’as pas lu les faits divers sur les assassinats et tentatives d’assassinats des  » Cheikh « du Foutah commandités par Alpha Condé.
    Comme @Aicha te l’a dit, tu ne cesses de nous répéter le même discours de Sékou Touré d’il y a 50 ans. Tu dois abandonner tes disques révolutionnaires rayés contre les peuls et apprendre comme tout le monde la vérité authentique des faits sociopolitiques de la Guinée.

  37. Albert Soumah says:

    @Alpha

    Ayez au moins honte de distiller des contre-vérités en longueur de journée. Tout le monde sait que Lansana Conté parlait Malinké. Pour votre gouverne, cet homme fut commandant du camp militaire de Kankan. En 1993 et en 1998, il a tenu des discours en Malinké en Haute-Guinée à l’occasion des campagnes présidentielles. La RTG détient encore ces documents. Avec son ami Sory Doumbouya, il ne parlait pratiquement qu’en Malinké. Je n’arrive toujours pas comprendre pourquoi les peulhs aiment traiter les gens d’étrangers alors qu’ils sont eux-mêmes: somaliens ou ethiopiens. La preuve que vous êtes étrangers: on ne trouve des patronymes, Bah, Barry, Diallo, Baldé etc, que chez les peulhs. En revanche, des Camara, des Cissé, des Traoré, vous en trouverez dans les autres communautés. Lansana Conté n’était pas Bissau-guinéen, il était un Sosoé Soroti: de père et de mère Sousou. Si Sékou Touré et Lansana Conté ont eu à diriger la Guinée en dépit de leurs faibles niveaux c’est tout simplement la volonté de Dieu. Et pourtant, les peulhs aiment crier sur tous les toits que ce sont eux qui ont permis à mes cousins d’être musulmans aujourd’hui, heureusement que je ne suis pas concerné par cette hâblerie. Dans la bible, Romains 13.1: il est écrit que toute autorité vient de Dieu. Je suis certes pour la défense des valeurs démocratiques, mais on m’a toujours appris à respecter les autorités.

    Quant à Sékou Touré, il fut maire de Conakry. Il mena sa campagne électorale en Sousou. Beaucoup de Sousous le prenaient d’ailleurs pour quelqu’un de la région. Le discours le plus célèbre de Sékou Touré en Sousou fut celui de Kindia sur les dangers de l’alcoolisme. Vous pouvez vous renseigner là-dessus.

    Sur les richesses de la Basse-côte, sans vouloir vous choquer: la Basse-côte c’est la Guinée utile. C’est cette région qui permet à la Guinée d’exister depuis son indépendance. Sans la bauxite de Boké et de Kindia, sans l’alumine de Fria, sans les ports de Conakry et Kamsar, sans l’aéroport de Conakry et sans les réssources hallieutiques de la région, la Guinée ressemblerait aujourd’hui à la Somalie. La Basse-côte a aussi du diamant à Kindia, Coyah et Forécariah. Elle a une grande reserve de fer à Forécariah. Sur le plan agricole, il suffit de relancer les cultures d’exportations et réhabiliter le port de Benty pour que la région retrouve son lustres d’antan. Avec le fédéralisme, nous allons nous y atteler.

    Sur vos critiques concernant les hommes d’affaires de la région, contrairement aux opérateurs économiques peulhs qui ne créent aucun emploi et qui préfèrent thésaurisé l’argent ou investir au Sénégal. En dépit de vos ragots, KPC est un homme qui fait la fierté de la jeunesse guinéenne. Dans son entreprise, vous trouverez des guinéens de toutes origines ethniques confondues. Son argent, il le gagne honnêtement contrairement aux jeunes peulhs qui vendent de la drogue en Suisse: la première population carcérale de la confédération helvétique.

    Tu peux toujours ressasser ta théorie du complot: mais tout le monde sait que beaucoup de réligieux musulmans du Fouta sont des pédophiles et violeurs contrairement à mes cousins musulmans de la Basse-côte, qui sont à la fois vertueux et tolérant.

  38. Alpha says:

    @Albert Soumah

    Tu peux toujours attribuer à la Basse Côte des richesses naturelles imaginaires et fantaisistes. Ceux qui nous lisent ne sont pas des cons ou des incultes comme toi. Ils connaissant bien la Guinée et ses successifs systèmes politiques, ses richesses, ses plaies et fléaux ainsi que son histoire et ce depuis les origines.

    Au début de cette échange, tout le monde te prenait pour un intellectuel Soussou qui serait capable pour la première fois dans l’histoire de la Guinée de faire preuve de qualités culturelles et intellectuelles pour contribuer efficacement à dynamiser le débat sociopolitique en Guinée. Ce fut peine perdue ! Tu es l’illustration que le Soussou cultivé, honnête et capable de contribuer objectivement à l’enseignement et à l’éducation en Guinée n’existe pas. Ton fanfaronnade durant tout au long de nos échanges n’honorera pas les Soussous.

    Il faut bien relire tes posts pour t’en rendre compte que chez toi, tu tournes et retournes toujours les mêmes hypothèses sans fondement comme un serpent qui se mort la queue. Tout est hypothèses et stéréotypes hérités des doctrines de la révolution sékoutouréenne.

    Sékou Touré n’était ni révolutionnaire ni communiste. Sa doctrine politique fut le grand mensonge Africain devant l’histoire. Sa famille et sa bande utilisaient des véhicules américains en Guinée, s’habillaient en Américains, consommaient des produits américains ( cigarettes, alcool, viandes, riz, poissons, médicaments ). étudiaient en Amérique, se soignaient en Amérique et meurent encore en Amérique.

    Tu parles encore de ta fichue notion du fédéralisme en Guinée ? Alors quels types de fédéralisme les soussous veulent initier en Guinée ?

    Le Fédéralisme Hamiltonien ? Fédéralisme Intégral ? Un Fédéralisme Partiel ? Lequel des systèmes préconiseront les Soussous avec la Haute Guinée et la Guinée ?

    Sachez d’ores et déjà que le Foutah Djallon ne s’embarquerait pas dans ton machin du fédéralisme qui consisterait à faire payer les Etats les plus riches et prospères les tares et le sous développement des autres pauvres constitués de peuples fainéants.

    Depuis l’indépendance de la Guinée française en 1958, le Foutah a assez payé et sur tous les plans. Si tu penses que vous pouvez manipuler le Foutah avec tes ta fallacieuse thèse de fédéralisme qui ne mènera la Guinée française nul part et faire payer à ses braves fils le développement, la santé, les emplois et l’éducation de la maudite Basse Côte, alors vous vous trompez cette fois lourdement.

    Sékou Touré avait déployé toutes ses forces avec ses plans quinquennats pour inonder la Basse Côte et le Mandé des outils agricoles ( Tracteurs, semences, engrais, etc ) pour dit-on encourager les soussous et les Malinkés à reprendre les anciens champs de cultures et plantations abandonnées par les anciens colons et refaire de la Guinée cette terre nourricière de la Guinée coloniale d’antan.

    Au lieu et place et place de travailler comme les blancs vous faisaient travailler autrefois avec la cravache et les chicotes, vous avez profiter pour utiliser les Tracteurs à transporter les personnes d’un village à l’autre et percevoir des frais de transport et surtout, à transporter vos artistes et leurs instruments pour chanter et danser de la mamayah. Quel fut le résultat des plans agricoles de Sékou Touré avec les nombreux Tracteurs du Général Titto de l’ex Yougoslavie ?

    Vous avez trompé votre neveu Alpha Condé aussi en le racontant la même histoire que celle de Sékou Touré sur l’agriculture en Basse C’ôte et la culture du coton et de l’igname en Haute Guinée.

    Alpha Condé a distribuer les semences et les engrais notamment des pesticides pour multiplier voire tripler vos récoltes. OÙ sont vos résultats ? Tu devrais méditer sur pauvre Basse C’ôte et arrêter ton répétitif charabia révolutionnaire.

    Comme disait l’autre, tu devais écouter Mr Sy Savané dès le départ et éviter de te prendre pour un intellectuel. Maintenant, tu as exposé ton ignorance de l’histoire de la Guinée devant le monde entier et d’humilier encore les pauvres Soussous. Dommage !

  39. Albert Soumah says:

    @Alpha

    Encore une fois, tu viens d’exposer ton inculture et ta mauvaise foi sur ce forum. Tu sais très bien qu’en cas de fédéralisme, ton Fouta serait perdant c’est pourquoi tu racontes toutes ces niaiseries. La chanson des peulhs sur la pauvreté de la Basse-côte et la fainéantise des Sousous relèvent de la bassesse la plus crasse. Je l’ai expliqué à plusieurs reprises qu’aucun peulh n’a réussi sa vie en résidant toute sa vie au Fouta. Dans cette région c’est la misère noire, les gens y sont plus pauvres qu’en Basse-côte. C’est pourquoi, depuis le 20ème, les peulhs embarquent dans des camions au milieu des bouses de bovins pour rejoindre leur « terre promise »: la Basse-côte. Au début, les gens vous y accueillaient les bras ouverts, beaucoup parmi vous furent logés, nourris et blanchis par les autochtones de la Basse-côte. Mais, vous êtes une communauté ingrate. Depuis que vous avez commencé à amasser de l’argent tout récemment sous Lansana Conté, vous meprisez désormais vos bienfaiteurs d’hier en les traitant de tous les noms. La prétendue richesse des peulhs n’apporte rien à la Guinée. Vous ne ne payez ni taxe foncière ni taxe d’habitation sur les maisons que vous construisez. L’argent gagné dans le négoce est thésaurisé: souvent conservé dans des magasins, dans des plafonds, sous terre etc, il n’est même pas déposé dans le circuit bancaire. Le seul pays qui bénificie de l’argent des peulhs en terme d’investissement c’est le Sénégal. C’est la preuve que vous n’aimez pas votre pays. La Basse-côte que vous haïssez tant, est votre vache laitière.

    Avant de l’ouvrir, réfléchis un peu. Ta haine pathologique pour Sékou Touré est un des signes de ta paranoïa. Dans le domaine agricole, en dépit des moyens rudimentaires, tu sais très bien que la Basse-côte produit plus que le Fouta. Je t’invite à faire un tour sur les plaines rizicoles de mon Bagataye natal, tu verras toi-même que tes clichés n’ont aucun sens.

  40. Alpha says:

    @Albert Soumah

    Tu est loin d’être un petit malin de la Base C’ôte. Pourquoi tu veux japper les plans quinquennats de Sékou Touré et d’Alpha Condé sur l’agriculture en Basse C’ôte et au mandé, les Tracteurs, les semences et autres engrais ?

    Si la Basse C’ôte produisait de la nourriture en Guinée, les peuls n’allaient pas importer en Guinée tous les denrées pour vous faire vivre.

    Tu ignorait que c’est l’armée de Kankou Moussa le musulman qui a pourchassé tes parents païens Dialonkés au Foutah pour les faire fuir et rendre aux peuls la terre de leurs ancêtres. Tu es né ignorant et tu mourras ignorant comme tous ceux de ta race.

    Tu mens en racontant que tu es chrétien alors que toute ta race est musulmane. Comment d’ailleurs un Chrétien peut insinuer qu’un musulman serait un pédé ?

    Tu refuses de justifier et de défendre le Fédéralisme, ton idiotie de concept dont tu ignores le fondement ? Pourquoi avez vous peur de demander l’indépendance pour la Basse C’ôte comme vos amis Corces ?

    Il faut visiter le Foutah pour t’en rendre compte de ignorance. Le Foutah est la plus belle région de l’Afrique de l’Ouest. Demande à Alpha Condé comment il trouve le Foutah et tu seras étonné. Alors, Autonomie ou indépendance pour la Basse C’ôte ?

  41. Albert Soumah says:

    @Alpha

    Tu es vraiment un minable. Tu penses que si j’étais musulman, j’allais le caché ou avoir honte de le dire? Je n’ai rien contre les musulmans, j’ai même un profond respect pour eux, puisque c’est la réligion de ma mère. Cependant, je suis fier de ma réligion, j’ai effectué les 3 sacréments de la vie d’un chrétien: le Baptême, la communion et la confirmation. Si tu veux, je peux même te présenter mon certificat de Baptême. Tellement que tu es inculte, tu dis que ma race est musulmane. Pour ta gouverne, j’appartiens à la race humaine. Je suis originaire du littoral guinéen, de Boffa plus précisement, de l’ethnie Baga, ma langue maternelle est le Sosokhui. Dans ma communauté, il y a aussi bien des musulmans que des chrétiens. Il est très fréquent de voir au sein d’une même famille les deux communautés cohabitées dans la plus grande entente: j’ai deux de mes frères qui sont musulmans. Il n’y a pas de problème interréligieux chez nous.

    Tu racontes des niaiseries en mettant en doute la production agricole de la Basse-côte: je t’informe que la question du riz importé ne se pose que dans les zones urbaines: à Koba, Monchon, Kaback etc, les gens consomment du riz etuvé du pays « Barabarè »: un riz de très bonne qualité. Contrairement à tes insinuations, le prix importé par les peulhs n’est pas distribué gratuitement aux populations, ils l’achètent: ce riz est souvent de mauvaise qualité, c’est pourquoi quand je suis en Guinée, je n’en consomme pas.

    Le Fouta que tu idéalises tant, est vide. La plupart des maisons qui y sont construites sont des oeuvres de personnes vivant en Basse-côte, en Occident, En Angola etc. Généralement dans ces maisons, il n’y a que des femmes et des enfants. Personne ne veut y vivre, donc arrête de raconter des inepties.

  42. Alpha says:

    @Albert Soumah

    Il faut savoir que tout peul qui a une maison à Conakry, Dakar, Abidjan ou Angola, aurait au moins deux autres maisons au Foutah, à savoir au centre-ville de sa préfecture et dans son village natal pour ceux qui ne sont pas des originaires du centre de leurs préfectures.

    Il faut savoir que tout peul qui est propriétaire d’une maison ou d’un appartement en France, Suisse, Portugal, Belgique, Angleterre, Canada, USA, etc, est généralement propriétaire d’une ou plusieurs maisons dans au moins deux capitales africaines (Conakry – Dakar ou Abidjan – Freetwon – Banjul, etc.) et ce sans compter les sièges de leurs Business.

    Ton argument sur les femmes et les enfants au Foutah relève de ton délire habituel. Depuis le temps de Sékou Touré à nos jours, les réceptions et autres rencontres ont montré plus de présence des peuls au Foutah qu’ailleurs en Guinée.

    Il faut visionner les cassettes de Sékou Touré à Alpha Condé pour le constater ou demander les fonctionnaires Soussous qui se pavanent au Foutah.

    Pensant nuire aux transactions commerciales peules en Guinée et dans la Sous-région Ouest Africaine, Sékou Touré créa les fameuses  » Fermes Agro-Pastorales  » communément appelées  » FAPA  » contre les activités commerciales peuls pour ainsi aider la Basse C’ôte et le Mandé de produire la presque totalité de la nourriture en Guinée. Vous prétendiez d’ailleurs que le sol du Foutah était pauvre.

    Pour saboter, fermer et jeter l’opprobre sur le commerce des peuls, Sékou Touré et sa clique inventeront le criminel concept  » Chéïtane  » qui signifie  » Satan  » contre le commerce peul en 1975.

    Les peuls cesseront alors de pratiquer leur commerce en Guinée. Malheureusement pour Sékou Touré et sa bande, les Soussous et les Malinkés, comme à leurs habitudes, ne foutront rien avec les FAPA de la Révolution culturelle guinéenne et les peuls, eux, avaient heureusement de quoi de nourrir.

    Les peuls savaient aussi que la farfelue propagande dite  » Chéïtane  » ourdie contre leurs activités économiques allait se cacher la gueule au grand jour. C’est ainsi qu’en Août 1977, les Soussous et les Malinkés, constatant que leurs ventres étaient vides et les FAPAS de la Révolution n’étaient autres que des tordus slogans diaboliques qui ne produisaient absolument rien alors que la population était devenue en l’espace d’un an seulement très, très, très affamée, malade et totalement désespérée, elle s’est révoltée contre les mensonges Révolutionnaires de  » Baaba nin N’fa Sylis Sékhou  » pour mettre le feu dans son derrière.

    Prenant conscience qu’ils allaient perdre le pouvoir le 17 août 1977 pour cause de mensonges, de famine et de cynisme contre activités économiques des peuls, certains membres de sa famille et d’autres compagnons encore prirent honteusement la fuite.

    Sékou Touré fut obligé de supprimer illico la police économique créée pour surveiller les activités économiques des peuls et de saisir saisir leurs biens et marchandises.

    Comme tu prétends être un Chrétien, nous parlerons alors la prochaine fois de ta religion, le christianisme que le nouveau et l’actuel Pape François, peine encore à cerner les contours de la dépravation de certains de ses collègues répandus comme une peste dans le monde entier.

  43. Albert Soumah says:

    @Alpha

    Par ta sortie, tu viens de me donner implicitement raison sur le fait qu’aucun peulh ne réussit sa vie en résidant ad vitam aeternam au Fouta. Les peulhs que j’ai connus dans ma vie, c’est en Basse-côte, en Côte-d’Ivoire, en Europe et en Amerique du Nord. Je sais que les peulhs construisent des maisons au Fouta, mais force est de constater que beaucoup de ces maisons sont vides faute d’occupants. Dans beaucoup de villages de cette région, les jeunes en âge de travailler sont partis. Pleins de jeunes femmes du Fouta ont leurs maris à Conakry, en Angola, en Europe, aux USA etc: tu ne peux pas le nier.

    En ce qui concerne les FAPAS mises en place par Sékou Touré, il est totalement dingue de penser que cette politique était initiée à l’encontre des peulhs. Aux premières heures de l’indépendance, la Guinée perdit l’une de ses premières sources de revenus qu’étaient: l’exportation de fruits. Pour rappel, des bananes guinéennes pourrirent au port de Marseille. Avec la fin de ce business, les gens abandonnèrent peu à peu les plantations faute d’acheteurs de produits. À un moment donné, il fallait donc booster la production de cultures vivrières. Cette politique avait pour but: l’atteinte de l’autosuffisance alimentaire. Nous allions y arriver puisque de nombreux ingénieurs agronomes furent formés et des équipements de productions mis à la disposition des agricultureurs. Je pense que si le peuple avait été patient, nous aurions pu réussir en la matière. La prise du pouvoir par l’armée et la mise en place du libéralisme économique sans mécanisme de contrôle ont mis fin à ce projet. Contrairement à ton assertion, ceux qui furent victimes du communisme, c’était les commerçants Malinkés. Les peulhs oeuvraient généralement dans le secteur de l’élevage.

    Pour ton information, c’est après la mort de Sékou Touré et la prise du pouvoir par l’armée que des commerçants peulhs résidants au Sénégal, en Côte-d’Ivoire, au Libéria etc rentrèrent en masse au pays. Ensuite, ceux qui étaient en Guinée, profitèrent des failles du système libéral pour s’enrichir. En réalité, l’activité économique exercée par les peulhs, c’est le négoce. Les bénéfices sont généralement thésaurisés et il y a très peu de créations d’emplois. L’impact de la richesse des peulhs sur l’économie guinéenne est quasi-insignifiante.

    Sur la question réligieuse, j’ai un profond respect pour la foi des uns et des autres. Je ne suis pas dans des débats qui n’ont de sens.

  44. Alpha says:

    @Albert Soumah

    Tu ne connais pas le Foutah et comme les Soussous, en dehors de certains fonctionnaires, vous ne connaissez nul part ailleurs en Guinée.

    Comment dans ce cas tu peux te permettre de raconter des ont-dit sur le Foutah et la densité de sa population ?

    Savais-tu que le Foutah contient plus de préfectures que les 3 autres régions de la Guinée ? Savais-tu que 13 préfectures de la Guinée sur les 33 sont toutes peules et issues de l’Empire théocratique du Foutah disloqué récemment par le colonisateur ?

    Savais-tu que la majorité des sous-préfectures au Foutah sont mieux développées que la plus part des chefs-lieu de certaines préfectures des autres régions de la Guinée ? Savais-tu que la majorité des Sous-préfectures du Foutah ont des collèges et des Lycées et à plus forte raison le centre des préfectures du Foutah qui comptent au moins 10 collèges et 8 Lycées publics et privés ainsi que de nombreuses écoles professionnelles qui sont toutes remplies d’élèves et d’étudiants ?

    Peux-tu observer le nombre de candidats au Baccalauréat que présente chaque année le Foutah ?

    Savais-tu que le commerce, le mouvement des personnes, les biens et les marchandises fonctionnent en permanence au Foutah et que dans certaines ville de Foutah les échanges commerciales se font jusqu’à tard dans la nuit ?

    Savais-tu que le Foutah a la plus grande densité de population par préfecture en Guinée ?

    Pourquoi tu racontes qu’il y aurait que des femmes et des enfants au Foutah alors que tu n’as jamais y mis tes pieds ? Ton imaginaire fertile a jappé nos vieux aussi ?

    Revenons à vos fameuses FAPAS ! Peux-tu comparer les dates de la mise en oeuvre des FAPAS et celle de l’incrimination et la prohibition de toute activité économique en Guinée pour t’en rendre compte de tes pathologies héréditaires de menteur devant l’éternel ?

    Tu n’as pas honte d’accuser Marseille d’avoir saboté les fruits en provenance de la Guinée ? Sékou Touré ne pouvait-il pas vendre vos fruits à ses autres pays amis et même aux pays limitrophes de l’Afrique qui sont toujours importateurs de fruits ?

    Tu ignores donc les causes fondamentales à la base de l’embargo contre les fruits guinéens à Marseille ? Tu ignores que Sékou Touré avait fait du Robert-Mugabé aux propriétaires des plantations en Guinée en les spoliant sans dédommagement leurs terres vendues par vos parents et leurs produits agricoles en les traitant de colonialisme, de l’impérialisme et de tous les noms d’oiseaux de mauvaise augure ?

    Comment veux-tu dans ce cas que vos victimes blancs vous achètent leurs propres fruits que vous leur avez spolié ?

    Comment un voleur peut demander à sa victime de lui racheter son produit volé en plein jour et devant le monde entier ? C’est vraiment ridicule et surtout, à cette époque, tous les pays voulaient aider la Guinée mais Sékou Touré, au nom de ses idées révolutionnaires fallacieuses incrimina le libéralisme et la propriété individuelle des moyens et les biens de production.

    Tu connais Karl Max, Engels, Lénine, Mao et Castro qui ont abreuvé Sékou Touré en apparence ? Voici la doctrine politique utopique qui a habité le fanfaron Sékou Touré entre 1960 et 1974 avant qu’il ne tourne sa veste communiste pour (re)devenir un pros Américains inconditionnel.

    Définition à retenir voire à mémoriser : Le communisme est un mode d’organisation sociale basée sur l’abolition de la propriété privée des moyens de production et d’échange au profit de la propriété collective. D’où le calvaire des libéraux peuls pendant la salope Révolution culturelle socialiste guinéenne.

    Avec cette doctrine Lénino-Mao-Castroïste, les Sékou Touré et Cie affirmaient aussi que la transition entre le système capitaliste et la société communiste, sans classe et sans Etat, nécessite une phase transitoire de dictature du prolétariat.

    La dictature du prolétariat consiste en une concentration de tous les pouvoirs entre les mains d’un individu, d’une assemblée, d’un parti, d’une classe ou un clan, incarnée par le PDG-RDA et le Sylis Sékhou et Cie.

    La dictature du prolétariat dit-on, est une prise et un exercice du pouvoir total par les représentants du prolétariat. En Guinée, ce fut les clans des Pédégistes.

    Tu es loin de comprendre la malédiction guinéenne qui s’est révélée pendant la colonisation et après l’indépendance.

    Mais Sékou Touré est mort depuis trois décennies avec ses FAPAS contre les libéraux peuls et Lansana Conté le Landouma Bissau-guinéen fera lui aussi tout pour transformer la Basse C’ôte en une Zone agricole viable. Ce fut sans succès !

    Les impôts des peuls qui ont servi à fabriquer les plantations de Ghantama et Wawa, n’ont servi à rien et les champs de Conté sont devenus des endroits sauvages et abandonnés qui seront bientôt mis en vente et achetés par le plus offrant.

    Les Soussous et les Malinkés, au lieu de travailler, sont devenus des parrains des narco-trafiquants dans toute la région Ouest Africaine. C’est pourquoi vous avez assassiné les citoyens guinéens au Stade du 28 septembre avec des Donzos et accusé Dadis pour le chasser au pouvoir et rétablir entre autres vos réseaux des narco-trafiquants.

    Comme nous te l’avions fait la remarque après nos constats sur ton niveau d’étude et d’éducation, tu n’auras pas un autre choix que de retourner à l’école pour apprendre encore et encore sur la Guinée, l’Afrique et le Monde et ce avant de prétendre participer pour honorer les Soussous dans un débat sociopolitique digne de la Guinée.

    Au fait, tu déclines le débat religieux ? Mais pourquoi ?

  45. Alpha says:

    @Albert Soumah

    Albert Soumah écrit : Aux premières heures de l’indépendance, la Guinée perdit l’une de ses premières sources de revenus qu’étaient: l’exportation de fruits. Pour rappel, des bananes guinéennes pourrirent au port de Marseille. Avec la fin de ce business, les gens abandonnèrent peu à peu les plantations faute d’acheteurs de produits. À un moment donné, il fallait donc booster la production de cultures vivrières. Cette politique avait pour but: l’atteinte de l’autosuffisance alimentaire. Nous allions y arriver puisque de nombreux ingénieurs agronomes furent formés et des équipements de productions mis à la disposition des agriculteurs. Je pense que si le peuple avait été patient, nous aurions pu réussir en la matière. Mais quelle ignorance !

    La Basse C’ôte est constitué d’un peuple fainéant, escroc, opportuniste, vulgaire, hypocrite, sournois, traître, criminel, barbare et sauvage et dont la vie n’est tributaire que du bon fonctionnement l’Etat guinéen soutenu par les activités commerciales et les impôts des peuls.

    La Ferme Agro-pastorale D’Arrondissement – FAPA – que tu essaies de rendre élogieuse, était à la fois et selon la définition officielle:

    1 – Un centre de recherche agronomique appliquée pour le développement ;

    2 – Une unité économique pilote de production végétale et animale.

    Pour cela, elle comportait son domaine de culture intensive à haut rendement, son verger, sa ferme d’élevage d’un apport économique puissant.

    – Un centre artisanat
    – Un groupe d’habitat moderne.

    Bref, la FAPA devait être un centre de modernisation de l’agriculture et de promotion de la paysannerie dans chacun des  » Pouvoir Révolutionnaires Local – PRL  » de l’arrondissement auquel il appartenait (Sources : Horoya N 033/79 du 8 février 1979/ séminaire national sur les FAPA).

    Comme tu peux le constater, le champ d’activité des FAPAS était très vaste dans la petite tête de Sylis Sékhou et la spécialisation des activités de production n’était malheureusement pas envisagée. Sékhou Touré s’était aussi autoproclamé Professeur d’agronomie comme Mao et Castro. Quelle conneries !

    Les idées diaboliques de la révolution guinéenne qui ont pondu les fiottes FAPAS, voulaient partir de moyen dérisoires et obtenir sous peu de temps des résultats alimentaires gigantesques pour nourrir les deux régions fainéantes du pays que sont la Basse Guinée et la Haute Guinée.

    Force est de reconnaître que les Soussous déserteront les FAPAS et les PRL pour réclamer à leur  » Baaba Sylis Sékhou  » du riz et du poisson pour se nourrir.

    Lansana Conté, le Landouma Bissau-guinéen devenu président par accident après le morbide coup d’Etat du 3 avril 1984 contre le cadavre de Sékou Touré, ayant tiré les leçons, sera ensuite plus malin que le salopard Sékou Touré dans sa lecture de la puissance économique peule.

    Lansana Conté collabora directement et personnellement avec les opérateurs économiques peuls et sollicitera en permanence leur aide pour nourrir les Soussous et les Malinkés et de soutenir financièrement l’Etat guinéen qui n’était pas assez crédible sur le plan international pour obtenir des aides et des crédits.

    Les peuls se concerteront et accepteront la demande de Lansana Conté et la nourriture sera abondante et accessible partout en Guinée durant ses 24 ans de règne.

    Ne dit-on pas que  » Ventre plein  » les nègres Soussous et Malinkés sont contents et se mettent à danser la Mamaya du 1er au 31 du mois ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *