breaking news

Pr. Salifou Sylla sur les élections communales / L’opposition aurait dû se battre pour que le droit soit respecté. Ce que le RPG et l’UFDG sont en train d’accepter va détruire l’avenir de ce pays en répartissant le gâteau entre eux.

septembre 11th, 2018 | par Leguepard.net
Pr. Salifou Sylla sur les élections communales / L’opposition aurait dû se battre pour que le droit soit respecté. Ce que le RPG et l’UFDG sont en train d’accepter va détruire l’avenir de ce pays en répartissant le gâteau entre eux.
Article
10
L’ancien ministre de la justice n’est pas content de l’accord signé entre l’UFDG et le RPG Arc-en-ciel dans le cadre de l’installation des exécutifs communaux. Le Professeur Salifou Sylla estime que l’opposition devrait plutôt se battre pour le respect du droit et non le contraire.
‘’Les locales qui se sont déroulées le 4 février relèvent du vandalisme électoral. Nous savons que c’est du n’importe quoi. Mais ce qui me chagrine, c’est  quand l’opposition entre dans le jeu du pouvoir et ne respecte pas le droit. L’opposition auraient dû se battre que pour que le droit soit respecté’’, déclare le Professeur Sylla.
Selon l’ancien ministre de la justice, l’accord entre l’UFDG et le RPG Arc-en-ciel est une violation systématique de la loi de la République. ‘’Ce qu’ils sont en train d’accepter va détruire l’avenir de ce pays,  en repartissant le gâteau entre eux’’, assure-t-il.
‘’On parle souvent de paix dans notre pays. Mais tout pays qui viole le droit n’ira pas vers la paix. La preuve, on a vu des réactions ici et là après la signature de cet accord’’, laisse entendre notre interlocuteur.

 

 

 

 

Aissatou DIALLO, pour VisionGuinee.Info
00224 621 82 08 53/aissatou.diallo@visionguinee.info

 

Source: Visionguinee.info

 

 

10 Comments

  1. Aicha says:

    @Sossobè VS Albert Soumah

    Voici enfin un des rares Soussous, docteur en Droit public et ancien professeur de Droit Constitutionnel et Institutions politiques à l’Université Cheikh Anta Diop du Sénégal et Gamal Abdel Nasser de Conakry qui méritent d’être cité en bon exemple sur le plan national.

    Docteur Salifou Sylla avait également vécu l’exil sauvage généré par le régime politique barbare du sanguinaire Sékou Touré et de sa bande de complices Malinkés et Soussous.

    Docteur Salifou Sylla va galérer pour se taper des petits boulots au Sénégal et en France pour terminer ses hautes études dans la dignité et dans l’honneur.

    Il sera désigné par les intellectuels guinéens au Sénégal comme chef de la délégation pour se rendre en Guinée féliciter et soutenir le CMRN après la prise effective du pouvoir politique par l’Armée le 3 avril 1984.

    Comme plusieurs de ses collègues d’alors (Bana Sidibé, Lamine Sidimé, Bachirou Barry, etc), ils demanderont une disponibilité pour rentrer en Guinée à la demande de Lansana Conté et ses compagnons pour contribuer grandement à mettre en oeuvre les processus de redressement national et le changement politique vers un Etat de Droit libéral et démocratique.

    Tous les efforts consentis pour doter la Guinée d’une constitution, des lois, des institutions, des élections qu’ils voulaient libres et transparentes, permettre le mouvement libre des personnes, des marchandises et des biens, susciter la nécessité de doter à la Guinée des écoles de qualités et notamment une nouvelle université et bibliothèque nationales qui répondent aux normes classiques et qui serait digne d’une Guinée désormais tournée vers l’éducation et la formation d’un citoyen nouveau censé être au bénéfice d’une nouvelle culture sociopolitique et compatible aux valeurs et principes universels ont été sabotés par de vulgaires féodaux aux relents régionalistes et ethnocentristes et anti-progressistes.

    Des dignes fils de la Basse Côte dotés d’intelligence, de raison et de grands diplômes universitaires sanctionnés par un doctorat ou un agrégat, respectueux des hommes de lois, partisans de l’Etat de Droit et de l’unité nations, humbles, consciencieux, patriotes et militants de la paix et du développement de notre pays, existent-ils en Guinée ? Si oui, Il y en aurait que très peu. Docteur Salifou Sylla, professeur et ancien Recteur que nous avons connu à Gamal dans les 1990,mais aussi grand frère du malheureux footballeur Morciré Sylla de la défunte équipe nationale communiste de la Guinée, le Hafia FC, en est certainement une des exceptions.

    Si la Basse Côte avait cinquante hommes de qualité comme le professeur Salifou Sylla, qui est saboté et écarté par ses propres frères Sossos, jaloux de son niveau d’éducation, de ses diplômes, de sa grande vision pour une Guinée débarrassée du communisme et du sectarisme, elle s’en sortirait mieux en proposant et en travaillant qu’en devenant un valet politique qui inculque à ses enfants des valeurs telles  » un sac de riz contre un bulletin présidentiel même sans un projet de société « .

    Je suis convaincu que ceux viendront après Alpha Condé et qui connaissent et reconnaissent vos qualités humaines, intellectuelles et professionnelles compteront sur des hommes comme vous pour remettre cette pauvre Guinée sur des rails.

    Courage et bonne chance, cher professeur Salifou Sylla. La lutte continue !

    Honte aux fanfarons et indignes Albert Soumah et Cie !

  2. toure de moria says:

    Il y a de fortes chances que celui ou celle qui se fait appeler aicha ne soit peulh plutôt une autre personne porteuse de stratégie.semer la zizanie ethnique entre les deux moitiés du pays. Donner aux politiques une préoccupation majeure et mettre les ambitions en mouvement.

  3. Karim says:

    @toure de moria,

    Je n’ai pas bien compris votre message adressé à Dame Aicha.

    Que voulez-vous dire par  » stratégie de semer une zizanie entre les deux moitiés du pays ?  »

    Qu’entendez-vous aussi par  » Donner aux potiques une préoccupation majeure et mettre les ambitions en mouvements ?  »

    Aidez-moi à mieux vous comprendre s’il vous plaît.

    Bien à vous !

  4. Karim says:

    @toure de moria

    Je vous ai gentiment demandé de bien vouloir m’expliquer la signification de votre pensée. Ne voyez aucun signe d’animosité ou de moquerie. Comme vous l’avez vous même constaté, les personnes de mon niveau ont déjà beaucoup de mal avec le français académique à plus forte raison l’anglais. Si maintenant vous dites encore c’est du latin que vous écrirez, je serais totalement perdu. Nous n’avons pas tous votre niveau d’études et de culture générale. Aidez-moi yandi à vous comprendre.
    Bien à vous !

  5. I. Mb. SOW says:

    La prise de position du grand frère Salifou Sylla tombe à point nommé notamment à propos de la tension qui prévaut à Kindia. Comme l’aurait fait son défunt frère feu Morciré Sylla (que j’ai eu à côtoyer au Lycée), il eu a raison de se désolidariser des notables religieux manipulés par le pouvoir AC, qui se sont invités dans le débat politique. L’unité et la cohésion de Kindia et de la nation tout entière n’ont en effet pas de prix.
    Mais fort de sa connaissance du pays et des moeurs sociopolitiques qui prévalent à sa gouvernance actuelle, ce n’est pas à lui que l’on apprendrait la sagesse du proverbe français: « Un mauvais accord vaut toujours mieux qu’un jugement litigieux ».
    Le respect de nos lois et institutions est certes un préalable à tout progrès, mais encore faudrait-il que ce ne ne soit pas paradoxalement le premier magistrat de l’Etat, ayant la charge d’y veiller, qui les viole à tout propos.
    Appliquer la loi électorale à la lettre n’aurait conduit en l’occurrence qu’à entériner y compris les annulations frauduleuses de votes que certains agents de la CENI avaient délibérément commises sous la pression du pouvoir notamment à Kindia, Dubréka, Matam et autres communes du pays. Et ce n’est que grâce aux dispositions prises par certains de ces élus victimes et à l’affirmation de leur fermeté collective, une fois n’est pas coutume en Guinée, que le blocage des communes qui a duré six(6) mois, a pu être levé par la signature de l’accord politique dit du 8 août 2018. L’éminent juriste qu’il est ne peut donc que se réjoouir de voir la fin de certaines de nos pratiques électorales, afin qu’il puisse y ait définitivement un avant et un après 8 août…
    Car désormais, l’écrasante majorité des Kindianais entre autres n’aspire qu’à voir le gouvernement se décider à procéder à l’installation des élus communaux, qui à leur tour désigneront le maire de la ville. Et par chance, à Kindia, il s’agira d’un jeune élu qui y a vu le jour en 1972, et qui avait déjà engagé de courageuses réformes pour améliorer la gestion de la ville.

  6. Albert Soumah says:

    @Aicha

    Je connais tellement bien le peulh que je m’en méfie même quand il fait du bien. Le peulh est rarement sincère, il agit toujours de façon surnoise. Ton discours dithyrambique sur le professeur Salifou Sylla n’est pas bon signe. Avec tout le respect que je lui dois, je pense que cet homme est entrain de faire fausse route. L’association peulh UFDG, est entrain de le manipuler dans le but de diviser la Basse-côte. Les peulhs sont dans la stratégie de destabilisation de la région par le biais de la division. Contrairement aux inepties que tu racontes: il y a toujours eu des Sousous bien formés. J’en rencontre souvent en Europe et au Canada. Je souhaite que les enfants de la Guinée Maritime restent unis car nous avons des ennemis très rusés qui veulent coûte que coûte nous rendre étrangers sur la terre de nos ancestres. Les cadres et intellectuels Sousous doivent faire en sorte de ne pas tomber dans ce piège. Parce que la survie des Sousous en dépend.

  7. Aicha says:

    @Albert Soumah

    Tout d’abord, je félicite le Doyen Mamoudou Soumah pour son élection au poste de Kountigui de la Basse C’ôte en remplacement du petit voyou politicien Sekhouna Soumah devenu un vulgaire escroc et un notoire délinquant Soussou.

    L’élection d’Elhadj Mamoudou Soumah atteste l’existence en Basse C’ôte de sages censés et lucides, capables de prendre leur responsabilité entre leurs mains pour écarter et éliminer les mauvaises graines Soussous qui veulent pourrir les fondements de la nation guinéenne au nom de la Basse C’ôte et au solde d’étrangers comme Alpha Condé qui offre nuitamment des sacs de riz et de l’argent en francs guinéens à des petits vieux  » Fakirs  » Comme Sékhouna et l’imam Camara de Kindia en leur demandant en retour de souiller les lois guinéennes et de bafouer la République avec de simples titres honorifiques.

    Nous venons de découvrir que le petit vieux délinquant Sékhouna Soumah est un usurpateur de Statut de Kountigui. Il n’était ni élu, ni choisi par les sages de la Basse C’ôte. De plus, cet opportuniste pourriture n’a jamais joué un rôle de sage, de fédérateur ou de faiseur de paix.

    Sékhouna fut une dangereuse marionnette d’Alpha Condé en Basse C’ôte mais un jour, l’histoire révélera que c’est Sékhouna Soumah qui a manipulé ce petit Imam de Kindia avec des sacs de riz et de l’argent pour le pousser à commettre son crime politique de lèche-majesté.

    Pour ce qui de Docteur Salifou Sylla, il y avait dans mon commentaire que ce qu’il a accompli et devenu dans la vie et pas plus.

    Nous étions ses étudiants à Gamal dans les années 1990 et connaissons son parcours académique et professionnel. Docteur Salifou Sylla tout comme Elhadj Mamoudou Soumah sont pour nous des personnalités crédibles et fiables et sur lesquelles la Basse C’ôte et même la Guinée toute entière peuvent y compter pour leurs rayonnements harmonieux.

    Il y avait pas donc d’éloges à l’endroit du Professeur Salifou Sylla mais un constat. Ceux qui sont instruits savent qu’un constat est différend d’une éloge.Malheureusement, c’est n’est ton cas.

    Je souhaite succès et bonne chance au nouveau Kountigui Elhadj Mamoudou Soumah. Je demande également à l’ensemble des populations de la Basse C’ôte et le peuple de Guinée de saluer et de bénir son élection, de l’encourager et de le soutenir dans l’accomplissement de sa lourde mission de première grande personnalité morale de la Basse C’ôte. Par conséquent, il est également devenu une des dix grandes personnalités morales de la Guinée si l’on y ajoute les grands religieux Musulmans et Chrétiens reconnus comme tels en Guinée.

    Il était temps que la Basse C’ôte se réveille et prenne conscience que le petit Sekhouna Soumah, vieux escroc et voyou était en passe de devenir le plus grand cancer de la Basse C’ôte qui veut susciter une guerre civile au nom d’Alpha Condé.

    Vous n’avez qu’à voir comment Alpha Condé a entretenu le petit ventre de sa marionnette Sékhouna Soumah qui ressemble à un petit  » Djembé Doundoumba « .

  8. Albert Soumah says:

    @Aicha

    Tes saugrenues élucubrations ne m’ébranlent guère. En Basse-côte, nous n’avons qu’un seul Kountigui: il s’appelle El hadj Sèkhouna Soumah. Chacun de nous a vu les images de son intronisation dans la capitale de la région à Kindia. Il a été désigné par un collège de sages venant des 8 préfectures de la région plus les 5 communes de Conakry. Son investiture s’est effectuée sous l’égide des autorités de notre pays et en présence des coordinations du Fouta, du Manden et de la forêt. Toute la région soutient cet homme et ce en dépit de ses affinités politiques. El hadj Sèkhouna Soumah défend notre dignité: il est contre les ventes de terres et la débaptisation de nos localité. Au début, je n’avais pas une bonne image de lui mais quand j’ai commencé à voir ses actions sur le terrain, j’ai tout de suite commencer à le porter dans mon coeur. C’est parce que cet homme défend sa communauté que les extrémistes peulhs l’invectivent quotidiennement. Vous auriez préféré avoir en Basse-côte, un Kountigui à vos bottes près à céder à vos velléités hégémonistes. Contrairement à vos clichés, El hadj Sèkhouna Soumah est un homme qui est loin d’être en quête de sacs de riz et de quelques billets de banque. Cet homme est totalement à l’abri du besoin: il dispose d’une grande ferme agricole avec des champs de riz, des palmeraies, une huilerie traditionnelle et même des bétails (bovins, caprins, ovins etc) sans oublier ses investissements dans l’immobilier et dans d’autres domaines. En réalité, vous aimez les Sousous quand ils sont acquis à votre cause ou quand ils sont pauvres.

    Mamoudou Soumah est le Kountigui de l’UFDG (l’union foutanienne de Guinée) pas celui de la Basse-côte. Il ne faut pas oublier que cet homme a organisé sa fameuse intronisation au sein d’un parti politique, allié de l’UFDG. Il est utilisé par les hégémonistes peulhs dans le but de diviser notre région, heureusement que nous l’avons compris. Mamoudou Soumah, Salifou Sylla, Sorya Bangoura, Kalémodou Yansané etc, sont des personnes qui préfèrent s’associer avec l’ennemi pour nous combattre. Mais nous les attendons au tournant.

    El hadj Saikou Yaya Barry, le soit-disant sage de la coordination Hali pular est un sénile et imbécile qui raconte tout le temps des niaiseries. Quand il a dit qu’Alpha Condé est burkinabé, très peu de peulhs ont condamné ses propos. En Basse-côte nous sommes derriére El hadj Sèkhouna Soumah et El hadj Mamoudou Camara: l’imam de Kindia. Vos clichés sur les sacs de riz ne nous feront jamais reculé. Moi personnellement, je n’ai besoin du sac de riz de personne, je suis financièrement autonome depuis mon adolescence. J’ai été confronté à la vie à Abidjan quand j’avais à peine 16 ans, je m’y suis battu pour gagner ma vie et venir en France avant de connaitre l’Amerique du Nord.

  9. Aicha says:

    @Albert Soumah

    Au début de nos échanges ici, j’avoue que je te prenais pour un intellectuel voire un homme cultivé. Je pensais surtout que ton interpellation personnelle par Mr Sy Savané était un signe d’appartenance de son cercle d’intellectuels guinéens actifs et célèbres sur les réseaux sociaux. Mais ce fut une grande erreur d’appréciation de ma part.

    Je t’informe que récemment, je voulais stopper net nos échanges. Mais, mon entourage a insisté en prétextant que ma contribution pour t’enseigner et t’éduquer seraientt un devoir relève de ce qui convient d’appeler un geste humanitaire. J’ai ainsi décidé de continuer nos échanges pour t’aider à sortir de ta prison obscurantiste dans laquelle les pseudos révolutionnaires du siècle passé t’ont enfermé.

    Tout d’abord, le petit Sékhouna Soumah, ancien Kountigui de la Basse C’ôte n’était ni choisi par les sages de la Basse C’ôte, ni élu. Il tenait ce rôle d’un circulaire administratif initié par les ses complices Kiridi et Cie et moyennant sa rupture avec Cellou Dalein Diallo et son soutient inconditionnel à Alpha Condé et le RPG-Arc-ciel.

    Le riz qu’il distribue à l’occasion de chaque élection à certaines familles Soussous provient de son cynique pacte avec son petit neveu Mossi.

    Le petit Sékhouna Soumah a ensuite invité quelques sages de diverses coordinations nationales et une poignée de petits vieux corrompus de la Basse C’ôte pour annoncer l’événement de titre de Kountigui avec tambours battants dans les médias.

    La majorité des Soussous pensent comme toi quand il s’agit de la place et l’honneur des rares autres Soussous qui sont bien élevés et diplômés.

    Pour vous, tout Soussou instruit, bien élevé, sérieux, patriote, visionnaire et responsable aurait des ascendances peules ou serait de culture peule comme Dynah Salifou, le dernier grand Roi des Soussous.

    Les distingués professeurs Salifou Sylla et Elhadj Mamoudou Soumah ne méritent pas ton lynchage médiatique sur fond de chantages, mensonges et calomnies.

    N’oublie pas que ces deux grands intellectuels Soussous et patriotes guinéens, sont tous des personnalités publiques connues et respectées par le peuple de Guinée et ce, toutes ethnies confondues . Si tu était bien éduqué et bien élevé, tu aurais accordé un grand respect et une grande considération pour ces personnalités nobles et dignes fils de la Guinée et qui ne sont pas comptables de vos indignes magouilles et mamaya.

    Même si tu appartiens au clans des Sékhouna, Kiridi, Sankhon, l’Imam de Kindia, et Cie, je pense que rien ne t’oblige de cracher ton venin de vipère sur des distingués hommes qui jouissent d’un immense respect dans toute la Guinée et même en Afrique.

    Quand on ne connais pas l’Or, on le confondra avec de l’acier ou d’une simple pierre. Tu n’es autre qu’une aveugle et crasseuse vipère

    Tu soutiens aussi les délires de ton ancien Kountigui qui raconte honteusement avoir des plantations et des fermes agro-pastorales ? Depuis quand Sékhouna Soumah est éleveur en Guinée ? Connais-tu vraiment le sens du mot éleveur ? Tu veux parler de son poulailler, de ses 10 chèvres et 5 vaches ?

    Quand Sékouna Soumah fournira des œufs, de la volailles, des chèvres, de la viande de vaches et du lait dans les restaurants à Conakry et à Kindia avec un label, il deviendra alors un petit fournisseur local de produits d’élevages. En attendant, tu peux toujours raconter des fantasmes de voir un Soussou devenir un agriculteur responsable en Basse C’ôte.

    Tu disais aussi que l’ancien Kountigui Sékhouna Soumah aurait attiré l’attention des Soussous sur la nécessité de changer tous les noms de endroits à Conakry qui sont d’origine nationale ou étrangers ? En ce qui me concerne, des idées perverses pareilles de Sékhouna Soumah qui a perdu toute lucidité ne m’étonne point.

    En voici une petite liste de noms d’endroits et de quartiers en vrac que tu voudras bien transmettre à l’ex Kountigui Sékhouna Soumah, le  » TOTO  » de la Basse C’ôte pour méditer avant de commencer son périlleux boulot :

    Boubinet, Sandarwaliyah, Téménétaye, Sékoutoureya, Chemin de fer, Port autonome, Marché Niger, Ignace Deen, Camp Samory, Tombo, Palais du peuple, pont- Cinema-Jardin du 8 novembre, Cameroun, Cités Police et de l’Air, Abattoir, Imprimérie, Auto route, Donka, Madina et Sig-Madina, Stade du 28 septembre, Dixinn, Belle-vue, Commandanya, Kényen, Constantin, Momo-Liberté, Minière, CBG, Hafia, Hamdallaye, Concasseur, Route de prince, etc,,. Ceci n’est pourtant qu’un millième de la liste des noms à changer à Conakry seulement.

    Bref, la liste est infinie car toute la Basse C’ôte est battis sur des symboles qui l’on fait fortifier. Il n y presque rien de Soussous en Basse C’ôte.

    Les lieux, les quartiers, les Sous-préfectures pilotes et même les préfectures pilotes de Basse C’ôte portent les noms de symboles peuls ou étrangers. C’est le cas de Fria, Forécariah – Moria – Kamsar – Sangarédji, etc.

    Mon problème avec toi, c’est que non seulement tu n’es pas instruit pour connaître l’histoire de la Guinée, mais aussi et surtout tu ignores totalement l’histoire de la Basse C’ôte et celle de Conakry.

    Je pensais au début qu’un autre Soussou se rendrait compte de ton niveau et viendrait te secourir pour défendre ton espèce.

    C’est vraiment les Soussous de ton genre, éduqués et formés par Sékou Touré qui sont capables de dénigrer des symboles sociopolitiques de la Basse C’ôte et de la Guinée comme le Professeur Salifou Sylla et Elhadj Mamoudou Soumah.

    NB: Tu diras à l’ancien Kountigui Sékhouna Soumah de reprendre pour votre région aussi son ancien nom d’origine peule, à savoir :  » Le Sossobè « . L’appellation actuelle dite la  » Basse C’ôte  » fut donnée par le colonialiste Français que vous insultiez avec Sékou Touré.

    Ainsi nous aurions ce qui suit comme noms pour nos quatre régions naturelles : » Le Foutah, La Forêt, Le Mandé et Le Sossobè « 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *