breaking news

LA GUINÉE FÊTE SES 60 ANS D’INDÉPENDANCE : QU’AVONS-NOUS RÉUSSI ? (Par AHMED TIDIANE SYLLA)

septembre 25th, 2018 | par Leguepard.net
LA GUINÉE FÊTE SES 60 ANS D’INDÉPENDANCE : QU’AVONS-NOUS RÉUSSI ? (Par AHMED TIDIANE SYLLA)
Article
2

Dans quelques jours, notre cher pays la République de Guinée va fêter les 60 ans de son indépendance. Certes, une République sexagénaire. A 60 ans, on devient sage, on tire les leçons de son passé et on apporte de très bons conseils issus de ses expériences d’échecs et de réussites. 60 ans, c’est le temps que la Guinée a passé sous le joug colonial. Nous avons maintenant 60 ans d’indépendance !
En 1958, en ce jour de 28 septembre, la Guinée votait NON au referendum de Charles De Gaulle et obtenait son indépendance le 2 octobre 1958, sous le signe de la célèbre phrase du premier président de la République de Guinée, Ahmed Sekou Touré, « Nous préférons la liberté dans la pauvreté à la richesse dans l’esclavage ».Par cette déclaration, le jeune État que nous étions, se faisait admirer par d’autres jeunes nations du tiers-monde et s’attirait le respect des leaders révolutionnaires et panafricanistes. Il nous fallait cette indépendance inéluctable à tout développement économique et humain.
De 1958 à nos jours, après trois régimes présidentiels et une transition militaire ; la nouvelle génération, plus nombreuse que les témoins de cette indépendance, se pose d’innombrables questions sur ce que nous a apporté notre indépendance qu’on aime fêter avec tant de faste.
60 ANS APRÈS D’INDÉPENDANCE, QU’AVONS NOUS RÉUSSI ?
Avons nous réussi à rassembler le peuple de Guinée et à faire de notre pays une nation unie ? Avons nous cessez de nous voir au-delà des clichés ethniques et régionalistes ? Avons nous réussi à faire de notre pays un pays émergent où les fruits du développement bénéficieraient à tous les fils du pays et devenir une destinations des investisseurs ? Avons nous réussi à nous procurer d’institutions fortes pour mieux qualifier notre démocratie ? Avons nous réussi à améliorer le niveau infrastructurel de notre pays, nécessaire à tout développement ? Avons nous réussi à améliorer notre système éducatif et sanitaire pour offrir aux enfants de ce pays le bien-être et le mieux-être ?
Aujourd’hui, cette nouvelle génération ne voudrait pas célébrer notre indépendance avec le slogan ou dans un contexte qui rime avec «NOUS PRÉFÉRONS LA LIBERTÉ DANS LA PAUVRETE, mais plutôt, NOUS PREFERONS LA LIBERTE DANS LA RICHESSE». D’ou une indépendance qui permettra au peuple de profiter des fruits du développent ou le revenu national serait équitablement reparti entre tous les fils du pays. Une indépendance fêter sous le signe d’une « MEILLEURE GOUVERNANCE AU BENEFICE DE TOUS».
Ceci dit, au-delà du coté festif, cette indépendance doit nous servir de point de réflexion sur ce que nous étions et ce que nous voulons devenir. Regarder moins derrière nous, pour regarder vers l’avenir.
AHMED TIDIANE SYLLA

2 Comments

  1. de 1958 à 1984,la guinée de feu ahmed sekou touré avait bénéficié de fort lien et de cohésion sociale interne digne de nom appélé le socialisme…de 1984 à 2008,la guinée de feu général lansana conté a reussi l’independance socioéconomique des guinèens vivant à l’étranger avec le systeme dit capitalisme…de 2010 à nos jour,nous vivons de l’âne à coq,la population vit de l’obscurantisme,de la gabégie financière,la corruption,la malversation et surtout de psychose èthnique et réligieuse…

    • AOT Diallo says:

      @STPC, a mon avis je dirais plutôt et plus succinctement : « de 1958 a nos jours nous vivons du coq a l’âne, la population vit dans l’obscurantisme, la gabegie financière, la corruption, la malversation et surtout de psychose ethnique et religieuse  »

      A part quelques petites nuances, votre fin de commentaire décrit parfaitement tout notre malheur commun, de Satan Toure au PPAC…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *