breaking news

Cour Constitutionnelle / Renvoyer toute la Cour Constitutionnelle, et les remplacer par d’autres. A mes yeux, cette préconisation est étrange et suspecte.( Mamadou Billo Sy Savané )

septembre 26th, 2018 | par Leguepard.net
Cour Constitutionnelle / Renvoyer toute la Cour Constitutionnelle, et les remplacer par d’autres. A mes yeux, cette préconisation est étrange et suspecte.( Mamadou Billo Sy Savané )
Article
1

 

 

 

Cas de Monsieur Kèlèfa SALL, président de  la Cour Constitutionnelle.
Voilà  presque deux semaines  qu’une nuée de « juristes » et de Juristes glosent sur ce qu’ils appellent « destitution » du Président de la Cour Constitutionnelle par  un commando de MILICE politique  à la solde de elhadj professeur président.  Ce commando est abusivement appelée « conseillers » constitutionnels.  Son coup de poing judiciarisé semble avoir  atteint au moins très provisoirement un but qui lui était d’ailleurs assigné par  Monsieur Alpha CONDÉ : à défaut d’obtenir directement la « tête » du Président de la Cour Constitutionnelle, il faut le noyer dans le discrédit  au même titre que les Milices politiques de elhadj professeur président.  Mission en apparence réussie.
Je lis ici et là sous les claviers de  juristes  plus ou moins désintéressés, une étrange « solution » qu’ils préconisent, à savoir renvoyer toute la Cour Constitutionnelle, et les remplacer par d’autres.
A mes yeux, cette préconisation est étrange et suspecte, pour les raisons suivantes :
1°. L’étrangeté de cette « solution » réside  en ceci que,  tous les membres de cette Cour Constitutionnelle sont rendus responsables de la pagaille voulue par  Alpha CONDÉ, et installée par  son commando conduit par  Monsieur BANGOURA, vice-président  mais à la solde  de son « bienfaiteur ».  Or il est de notoriété publique que  c’est bien contre Monsieur Kèlèfa SALL que la pagaille est organisée, parce qu’il n’a jamais caché  qu’il remplira, en toute loyauté au pays et à la Constitution, qu’il ne  s’associera  à  aucune décision visant à  falsifier nos Textes Fondamentaux.  Ce Commando de prétendus Conseillers Constitutionnels est exactement dans l’esprit inverse de celui de M. SALL. Ils sont loyaux à une seule personne, M. Alpha CONDÉ. On peut les comprendre.  Certains membres du Commando ne remplissent guère les conditions juridiques leur permettant de siéger à la Cour Constitutionnelle.   C’est précisément en raison  de l’illégalité de leur situation qu’ils y ont été envoyés. Ainsi, docilité contre situation matérielle. Je dispose de certains noms que je ne vais évidemment pas citer ici. Ce serait inconvenant
Au total,  des « analystes » pas désintéressés du tout, préconisent de mettre  dans le même sac, les Commandos  malhonnêtes et déloyaux, et la victime de leur gesticulation. Bizarre comme solution.  Ce qui est, pour moi étrange.
2°. Les « juristes » qui préconisent qu’on traite de la même façon les Conseillers-commando malhonnêtes et leur VICTIME qui pourtant, reste loyal aux Textes Fondamentaux  dont il a la garde,  ne peuvent être qu’intéressés.
Intéressés à quoi ?
Le renvoi de toute la Cour, y compris de son Président loyal,  libère de facto des places importantes et juteuses.  C’est le Président truqueur Alpha CONDÉ qui devra directement ou indirectement choisir le nouveau Président de la Cour Constitutionnelle.  Il y nommera bien évidemment un « juriste » qu’il sait docile, accommodant, et pas du tout porté à respecter, à crédibiliser une Institution, quelle qu’elle soit.  Ainsi, la falsification constitutionnelle ouvrant la voie à un troisième mandat d’abord, ensuite  un pouvoir illimité dans le temps, et peut-être transmissible  au fils royal CONDÉ, devient un jeu d’enfant(voir cas de l’arrivée au pouvoir du fils KABILA au CONGO RDC). C’est la première raison qui me fait dire, à la lecture des dissertations de certains juristes, qu’ils convoitent plus des places qu’ils ne dissèquent les ressorts profonds des gesticulations  déloyales du fameux commando.
 Le fils CONDÉ est « royal » en ceci que,  il suffit qu’un vrai Guinéen pointe les  turpitudes minières et financières des CONDÉ (père et fils) contre notre pays,  aussitôt un ou des PROCUREURS ordonnent l’embastillement.  La preuve ?—Le syndicaliste Cheik TOURÉ est embastillé pour avoir dit que derrière la vente du port de Conakry, il y aurait bien la main de elhadj professeur président et de son fils. Ce qui est d’ailleurs exact. Qu’y a-t-il d’injurieux ou de diffamatoire dans ce constat ? Dans le même temps, à Siguiri,  Mandiana, Tougué, Conakry….certaines forces de l ’ « ordre » tuent impunément de simples Citoyens.  Peut-on citer un seul PROCUREUR ayant  ordonné une seule enquête ? Le meurtre de Citoyens Guinéens seraient insignifiant, et  la dénonciation des pillages miniers, portuaires et financiers de notre pays par Alpha CONDÉ et son royal fils  abominable ? Quelle justice !!
La deuxième étrangeté est que,  on ne  lit nulle part  une quelconque interrogation de nos fameux  juristes, sur le fait que des procureurs, ou certains procureurs  croient, ou se comportent dans leur pratique, comme s’ils étaient au service de Alpha CONDÉ  et de son fils.  On aurait aimé  lire un de ces fameux juristes expliquant  qu’en Droit, même guinéen, le principe, c’est la LIBERTÉ, et l’incarcération, l’EXCEPTION.  Or en Guinée, juges, procureurs, gendarmes, préfets, ministres….emprisonnent à tour de bras de simples citoyens parfaitement innocents. Il n’est pas rare d’entendre dans la bouche de ceux qui ont en charge de crédibiliser l’État de Droit « enfermez-le !» à la moindre expression d’une opinion discordante.  Revenons à notre propos initial.
Je ne connais pas personnellement Monsieur Kèlèfa SALL.  Il n’est sûrement pas un surhomme, ni même un ange blanc immaculé. Mais il remplit correctement, loyalement la mission qui lui est confiée, à lui et aux autres Conseillers, même si ces derniers à l’évidence se sont mis au service de Alpha COINDÉ et de ses intérêts personnels.  Par ailleurs, Kèlèfa SALL n’a jamais dit, ou laissé entendre qu’à lui seul il pourrait empêcher  les turpitudes juridiques envisagées par elhadj professeur président. D’autre part, personne en Guinée, absolument personne n’a imaginé une seule seconde qu’une seule personne peut arrêter Alpha CONDÉ dans ses  manipulations, fût-il   Kèlèfa SALL.
Alors pourquoi, par interprétation et surinterprétation successives nos fameux « juristes » et « analystes » veulent-ils faire croire que Kèlèfa  se prendrait pour Zorro ? Pour certaines raisons que voici :
—s’ils s’efforce à lui coller une étiquette de matamore dans cette affaire où il n’est que la victime,  c’est d’abord pour le rendre détestable parce que « vaniteux », ensuite suspect, et finalement arriver à dire ou faire croire qu’au fond, il est loyal à la Constitution  pour des raisons personnelles, par exemple vanité, désir de se faire remarquer, égo démesuré, et autres « intentions cachées »…..
—-Sans le dire, mais en creux, eux nommés à la place de Kèlèfa,  il n’y aurait plus  de  bruit autour de la Cour Constitutionnelle.  Ce sera le calme plat.  Ce qui serait d’ailleurs fort possible, puisqu’ils se coucheraient tous devant Alpha CONDÉ et ses intérêts, même s’ils saccagent notre pays.
Je propose :
1°. Que tout le pays exige le départ immédiat de l’ensemble du commando.
2°. Qu’on exige que les Procureurs fassent enfin leur boulot : ouverir une information judiciaire à  l’encontre du commando de « conseillers ».  Certains d’entre eux ont occupé illégalement une fonction en tout connaissance de cause. Ils savaient parfaitement qu’ils étaient loin de remplir les critères constitutionnellement fixés pour être à la Cour Constitutionnelle.  Ils  doivent remboursés les rémunérations perçues illégalement. Car juridiquement, il s’agit bien d’un DÉTOURNEMENT  de fonds publics.
Quant à Monsieur Kèlèfa SALL, il doit aller au terme de son mandat. Il est élu pour neuf(9) ans, non renouvelables. Il est irrévocable (sous réserve  de ce que disent les Textes Fondamentaux).  S’il était même déplacé,   les Commandos Truqueurs de la Cour Constitutionnelle  auront gagné.  Alors dans un futur proche,  aucun Haut personnage  ne choisira  la loyauté aux textes fondamentaux, puisqu’il suffira de plaire au pouvoir du moment  pour être maintenu à un poste. La docilité et la couardise se substitueront  au Droit. Dans ces conditions, il faut tout de suite dire  adieu à notre pays.  Puisque le non- droit, c’est le Droit des plus riches, des plus forts, des plus violents. Chacun l’observe déjà  chez nous.
Mamadou Billo SY SAVANÉ

 

One Comment

  1. Zaga says:

    Un pays dont la majorite de son elite administrative est malhonnete, en cas de renvoi de tous les membres de la cour constitutionnelle, je suis sur que Conde Alpha ne manqueras pas a trouver des « Mohamed Lamine Bangoura » dans cet ocean d’immoralite pour prendre les reins de la cour constitutionnelle. Et cette institution qui se demerde a travers son president a etre independante des griefs du faucon noir serait comme toutes les autres institutions du pays a la solde d’un individu qui pourrait prendre definitivement le pays en otage pour un lendemain incertain.

    Ceux qui defendent aujourd’hui le renvoi de tous les membres de la cour constitutionnelle, jouent exactement le jeu du pouvoir pour mettre la main sur cette institution qui constitue aujourd’hui le dernier rampart pour l’alternance dans notre democratie blessee. Democratie qui a ete violemment secouee pendant ces huit dernieres annees par ce regime criminel dont le but final est de l’exterminer.

    Il faut absolument que Kelefa Sall soit maintenu a son poste pendant la duree de son mandant lequel doit expirer en 2023 et non renouvelable. Tout coup de force qui emporterait Kelefa avant la fin de son mandat doit concomitamment ecourter le mandat de Conde Alpha (son second et dernier mandant, et non renouvelable).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *