breaking news

GUINEE / Une suggestion à Koro-Prési (31 octobre 2018)Tic-tac, Tic-tac, la montre tourne ; aujourd’hui est le 2870e jour de l’ancien « Guinea is back » et du nouveau « changement radical » – déjà 07 ans 10 mois et 10 jours !

novembre 3rd, 2018 | par Leguepard.net
GUINEE / Une suggestion à Koro-Prési (31 octobre 2018)Tic-tac, Tic-tac, la montre tourne ; aujourd’hui est le 2870e jour de l’ancien « Guinea is back » et du nouveau « changement radical » – déjà 07 ans 10 mois et 10 jours !
Article
0

Tic-tac, Tic-tac, la montre tourne ; aujourd’hui est le 2870e jour de l’ancien « Guinea is back » et du nouveau « changement radical » – déjà 07 ans 10 mois et 10 jours ! Aladji-Professeur-Président voici ma suggestion SMART (Spécifique, Mesurable, Atteignable, Réalisable et Temporellement définie) du mois pour améliorer un peu votre Sanseman : Prési, je pensais que vous ne pouviez plus m’étonner mais je vois que vos capacités créatives sont illimitées. En entérinant officiellement le coup d’état interne de la cour constitutionnelle et en mettant sur son trône un putschiste vous entreprenez un petit jeu très dangereux pour vous et pour vos compatriotes – je vous demande de l’arrêter tout de suite Yandi. Pourquoi ce « over-kill » inutile d’un subordonné pourtant obséquieux (sauf à une seule occasion et même, car il n’a pas écrit ce discours sans les contributions et accords des autres commissaires) mais surtout sans véritable poids de contestation, ce qui va plutôt desservir vos ambitions éventuelles ? Quand la haine et la volonté aveugle de se venger en humiliant son adversaire prend le dessus sur le raisonnement d’un homme politique il se transforme progressivement en…Satan Touré. Une fois encore vous m’avez enfariné car je soutenais avec un peu de confiance depuis un certain temps que vous étiez trop rusé pour faire une erreur aussi grossière. Je soupçonnais plutôt votre volonté de prolongation de 2-3 ans de votre mandat actuel, à la Tandja « pour finir vos grands chantiers » ou comme Gbagbo et Kabila pour sucer un peu plus longtemps le biberon du pouvoir malgré à tous risques mais regarder où ils en sont aujourd’hui. Et puis de grâce cessez de parler désormais devant la presse internationale comme récemment avec vos arguments pseudo-révolutionnaires des années 60, nationalistes minables, démagogiques, désordonnés et pleins de rancœur complexée pour justifier votre incapacité gestionnaire totale – plus vous en parlerez et plus vous vous enfoncerez. Vous pensez donc que vos compatriotes sont tous des lâches et des matés et voulez donc tester jusqu’à quel point il est possible de leur enfoncer la tête dans le tas de fumier de votre Sanseman, ensuite leur frotter le visage dedans et finalement les obliger à l’avaler ? Un résumé pertinent de cette situation nous est offert par un analyste du site Guineenews.org (Amamdou Tham Camara, le 04 octobre) : « Dorénavant pour le parti au pouvoir il existe un boulevard pour avoir la majorité qualifiée des deux tiers des députés lors des élections législatives prévues au premier trimestre de 2019. Cette majorité étant la condition sine qua non pour entamer la révision de la constitution. C’est un pas de géant qui vient donc d’être franchi pour faire sauter le verrou constitutionnel qui bloque le nombre de mandats du président de la république à deux. Surtout qu’en amont le pouvoir semble avoir anticipé sur toutes les velléités de contestation du projet de troisième mandat. Le ministre de l’administration, le général Bourema Condé – un homme qui a la réputation d’avoir réprimé les militants du RPG, alors opposants du régime Lansana Conté quand il était le sous-préfet de Banankoro – a interdit toutes les manifestations jusqu’à nouvel ordre. L’appareil répressif de l’Etat (police et gendarmerie anti-émeute) est doté des équipements du dernier cri qui ont été exhibés lors du défilé du 02 octobre pour mater toute contestation populaire. Pendant ce temps les contre-pouvoirs existants montrent des signes de faiblesse inquiétants. Le syndicat et les organisations de la société civile sont divisés, les empêchant de faire aboutir la moindre initiative. Les deux opposants les plus populaires ont fait des flirts avec le pouvoir ces deux dernières années qui ont déboussolé leurs militants (avantages de chef de file de l’opposition et de haut représentant du président de la république, accords de partage de pouvoir dans les mairies, etc.). Quant au rempart qu’est la presse le traitement présidentiel est différent. Alors que des journalistes s’exprimant en langue nationale sont choyés car parait-il, écoutés par les 80% d’analphabètes, le bétail électoral pour le troisième mandat, au même moment ceux qui s’expriment en français sont soit snobés soit rabroués. Le chemin semble balisé pour le troisième mandat mais toute la question est de savoir si ce peuple qui a souffert de la présidence à vie de Lansana Conté, acceptera une autre présidence à vie ». Franchement j’ai toujours pensé que vous étiez un piètre homme d’état mais un politicien rusé. Mais même dans ce domaine vous commencez à perdre votre « touch » avec le poids de l’âge: 1) Pourquoi liquider et remplacer Kelefa Sall comme cela ? Les textes de loi sont très clairs et vous pouviez aisément les utiliser pour vous en débarrasser « proprement ». 2) Pourquoi vous contraindre volontairement à un bordel désormais permanent jusqu’en 2020 avec tous les radars internationaux braqués sur vous, en particulier ceux de vos protecteurs en France et ailleurs qui sont surement très embarrassés par cette démarche ? Alors que le mettre discrètement en minorité dans tout vote futur de son institution pour un 3e mandat aurait abouti au même résultat ? Nous avons vécu ces derniers jours une des conséquences indirectes de ce désormais bordel hors-la-loi permanent avec les élections des maires dans tout le pays suite à vos accords illégaux de partage à deux des mairies en contradiction totale avec la loi électorale et la logique sociale : bagarres, morts et blessures de jeunes civils, destruction des bureaux et de maisons y compris celle de la belle-mère de votre principale opposant, une dame pourtant respectée par tous les habitants d’une ville dont tous les leaders religieux et traditionnels avaient exigés que le corps de son mari ne soit pas rapatrié dans son village natal suite à son décès, afin qu’il soit enterré là où il était adulé de toute la population, dans la cour de son hôpital régional de Kindia qui porte d’ailleurs depuis son nom. Les nouveaux « sages » tordus de cette ville qui ont envoyé des casseurs et des voleurs faire ce sale boulot, y compris déchirer tous les albums, documents et photos de son défunt mari ont-ils oubliés que la majorité d’entre eux ainsi que leurs femmes et enfants sont nés et ont été régulièrement soignés dans son hôpital, sous sa protection ? Peuvent-ils se regarder après cela dans le miroir et aller 5 fois par jour à la mosquée pour implorer le bon Dieu ? Hélas oui, c’est ça la nouvelle réalité de la vie sociale entre communautés chez nous !
NB : lire la suite sur : https://aotdiallo.wordpress.com/

 

 

Par AOT  DIALLO

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *