breaking news

Mouvance présidentielle et Opposition guinéenne : le cynisme d’une bande de cons obscurantiste ( Papa Atigou BAH).

février 9th, 2019 | par Leguepard.net
Mouvance présidentielle et Opposition guinéenne : le cynisme d’une bande de cons obscurantiste ( Papa Atigou BAH).
Article
13

 

 

 

Depuis l’avènement d’Alpha Mandela Condé au pouvoir en 2010, Il est à chaque fois surprenant de constater à quel point des réflexes stratégiques simples et relatifs à la problématique de la bonne gouvernance sont torpillés au bon moment pour permettre à la mouvance présidentielle de gagner en temps et en confiance et surtout, de garder la maîtrise de toutes les négociations génératrices d’accords politiques boiteux et néfastes contre la Constitution et les Institutions de notre pays.
Toutes les situations sociopolitiques loufoques et anticonstitutionnelles qui se présentent devant notre brave et valeureux peuple provoquent immédiatement et irrémédiablement de la panique et occasionnent l’apparition de mains moites et liées par la corruption ainsi que des gorges sèches opportunistes dans les rangs de l’opposition guinéenne constituées majoritairement de traîtres contre la patrie, les principes et les valeurs démocratiques de notre État de droit constitutionnel.
D’autre part, face à la mouvance présidentielle et des complices représentants de la Communauté internationale, officiels et officieux confondus, ces minables et cyniques interlocuteurs parviennent toujours à prendre le contrôle de toutes les discussions et décisions qui enfoncent la Guinée dans le chaos. De plus, la Communauté internationale aide et soutient la Guinée depuis plus de 60 ans mais chaque année le pays se retrouve confronté encore et encore à de nouveaux et graves défis sociopolitiques insolubles. Pendant la Guinée s’enfonce avec des dictateurs recyclés d’un régime politique à l’autre, il apparaît  alors que des changements qualitatifs se font remarquables voire louables à travers de nombreux autres pays dits émergents dans le monde.
 L’opposition guinéenne actuelle est une institution politique perverse et égoïste. De mon point de vue, elle ne parviendra jamais à développer une stratégie politique fiable pour rebondir et soustraire le peuple martyr de Guinée du guet-apens dans lequel elle cautionne la dictature d’Alpha Mandela Condé moyennant argent et privilèges politiques. Nous avons à faire à une mouvance présidentielle despotique et barbare et une opposition composée uniquement d’hommes irresponsables et corrompus.  Aujourd’hui, il est avéré qu’aucune de ces deux entités ne peut s’extraire de ses privilèges si ce n’est en faisant des concessions politiques criminelles aboutissant à la destruction permanente de la lutte démocratique et par ricochet de l’immense rêve de voir la consolidation d’un État de droit constitutionnel dans notre pays.
Rappelons que depuis octobre 1989 qui fut l’année symbole du départ de la lutte politique officielle déclenchée par les étudiants de l’Université Gamal Abdel Nasser de Conakry pour ouvrir la Guinée à la démocratie et au multipartisme intégral, le peuple de Guinée fait de son mieux dans la lutte pour sortir le pays des griffes de dictateurs et le doter d’un État de droit auquel il y a suscrit de manière irréversible. Pourtant, des obstacles savamment élaborés au sein des forces féodales et criminelles de la mouvance et de l’opposition sont nombreux et rien ne fonctionne encore normalement dans notre pays.  Résultats : la République bananière de la Guinée est la risée éternelle de tous les pays de la sous-région Oust africaine. La Guinée est politiquement, économiquement, socialement et culturellement bloquée et ce depuis plus d’une décennie.
Tous les accords conclus entre la mouvance présidentielle et l’opposition guinéenne ne sont pas à l’avantage du peuple de Guinée et chaque négociation entre mouvance et opposition contrarie encore plus l’espoir d’enraciner la démocratie dans notre pays. L’idéal de la lutte démocratique en Guinée repose sur la doctrine qui exhorte que nous puissions nous améliorer et évoluer pas à pas et de façon durable afin de rester chaque jour motivés et nous sentir progresser dans la famille des nations dites libres, émergentes et civilisées.
Malheureusement, plus de 60 ans après l’indépendance, ce rêve en passe de devenir chaotique a hélas privé aux 13 millions de guinéens de disposer une culture souveraine, populaire, progressiste et viable.
La mouvance présidentielle et l’opposition politique n’ont malheureusement rien compris des rôles fondamentaux et historiques qui les incombent dans la lutte pour la consolidation de la démocratie et de l’État de droit qui, en somme, sont des vecteurs de développement économique et social pour la Guinée.  Ils ignorent aussi qu’en politique, il est toujours possible qu’à partir de positions de départ, à priori divergentes entre mouvance et opposition, nous puissions aboutir à la fois à un résultat « gagnant-gagnant » et poser de meilleurs actes politiques adéquats à la liberté, l’unité, la paix et la prospérité de notre peuple meurtri par 60 années de dictature. Par ailleurs, nul n’a besoin de rappeler que le peuple de Guinée est et demeure l’unique souverain dans notre pays.  Par conséquent, le peuple de Guinée devra encore tirer les conclusions qui s’imposent et relever les défis du XXI ème siècle en ces périodes difficiles pour notre démocratie et notre développement.
Rappelons au passage qu’en Guinée actuellement, toutes les institutions civiles, militaires et paramilitaires sont corrompues. Cela dit, seul un soulèvement populaire de notre vaillant peuple permettra de libérer notre pays du joug autocratique d’Alpha Mandela Condé et avancer beaucoup plus vite vers notre destin prometteur.  Le duo “ mouvance présidentielle – opposition guinéenne “ est devenu un vulgaire machin de collabos en complicité avec un dictateur devant l’éternel. Peuple martyr de Guinée, le moment est venu de faire sauter les blocages de notre démocratie pour lever les barrières psychologiques qui nous bâillonnent à travers le cynisme d’une bande de cons perverse et obscurantiste.
La lutte continue !
L’Union pour la Démocratie et le Progrès de la Guinée (U.D.P.G.)
Papa Attigou Bah

13 Comments

  1. Sorel says:

    Bien dit mon cher Papa Attigou. La Guinée souffre aujourd’hui de l’association des traîtres contre les libertés de notre peuple et le développement de notre pays.

    Mouvance et Opposition sont tous les mêmes qui se battent sans convictions politiques pour défendre leurs intérêts matériels égoïstes. La Guinée a vivement besoin de la renaissance de sa classe politique avec les générations nées après l’indépendance de notre pays.

    • SY SAVANÉ says:

      Si il suffit d’être né après l’indépendance pour avoir comme par magie la qualité d’un DIRIGEANT, alors on n’est pas sorti de l’auberge.

    • SY SAVANÉ says:

      Alors! Qu’attendez-vous pour mettre hors d’état de nuire cette « association’ de « traîtres » ?

      J’ai des doutes que les « générations nées après l’indépendance », si jamais elles existent, se reconnaissent dans vos diatribes. Je pense même pouvoir dire que l’immense majorité de ceux et celles à qui vous vous adressez, récusent sur le fond et la forme votre déclaration. Pour une raison simple: ils ont infiniment plus de talent et de qualité à faire prévaloir que d’être né après l’indépendance. Et ici, je parle d’expérience, j’en connais beaucoup. Ils ne se préoccupent nullement de savoir qui est né avant ou après l’indépendance.

      Cela dit, en Guinée aussi, le renouvellement du personnel politique se fait, certes lentement, mais il se fait. Et ce renouvellement est indispensable, souhaitable, mais pas sur un mode haineux. car c’est la façon certaine de faire naître des crispations favorables au conservatisme.

      Je n’ai pas dit rajeunissement, j’ai dit RENOUVELLEMENT. Le Renouvellement concerne toute la société: femmes et hommes, jeunes et moins jeunes, zones urbanisées et celles qui le sont moins.

      Toutefois, je comprends que les OLIGARCHIES qui ont toujours été au pouvoir depuis l’indépendance, veuillent transmettre, consolider leur position privilégiée mais imméritée à leurs REJETONS. D’où l’idée « des générations nées après l’indépendance ». Je COMPRENDS dans le sens de: je perçois bien l’astuce qui consiste à DISSIMULER derrière l’idée de « générations… », le projet non collectivement formulé mais bien réel de CONSERVATION, ou de PRÉSERVATION des RESSOURCES captées par par la même Caste, depuis 1958. Les OLIGARQUES (je m’abstiens de citer les familles) ne sont pas des « idiots », loin s’en faut. Ils savent se perpétuer au pouvoir et dans les privilèges. Après eux, leurs enfants, et après leurs petits-enfants….D’où à mon avis cette étrange idée de « générations nées après ou avant l’indépendance…. ».

      Mamadou Billo SY SAVANÉ

  2. Bangaly Traore says:

    La Mouvance et l’opposition sont tous de l’ancien regime criminel de pup.. cellou dalein diallo Sidya toure Lansana kouyate kassory Fofana kiridi Bangoura Malick sanhkon mamadou sylla Keira general bourreau Boueima Conde

  3. Sekhouna Sylla says:

    @Sorel VS Sy Savané

    La vérité de Sorel sur la nécessité de changement de génération à la tête de l’Etat guinéen et dans nos Institutions républicaines est une évidence.

    Preuve en est qu’après 61 ans d’indépendance, notre République chaotique a généré un Etat sauvage, barbare et rétrograde sous la férule des compagnons et les témoins cyniques de notre indépendance.

    De Amadou Sékou Touré Alpha Mandela Condé, la Guinée est et reste l’Etat le plus criminel et le plus corrompu de l’Afrique de l’Ouest.

    Si les anciennes générations étaient des patriotes compétents, ils auraient déjà produit des résultats économiques et sociopolitiques fiables et indiscutables pour les générations à venir.

    Ceux qui plaident le maintient au affaires des anciens générations plaident purement et simplement le maintient du statu quo en Guinée, autrement dit, le maintient d’une génération de pourriture qui, après avoir échoué pendant 61 ans de gestion, finira par plonger la Guinée dans une guerre civile.

  4. Sorel says:

    @Bangaly Traore Vs Sekhouna Sylla

    Je partage à cent pour cent vos analyses sur les potentiels responsables de nos malheurs en Guinée. Cela dit, j’éprouve un grand respect et beaucoup de considération pour nos chers Doyen Sy Savané, les Bokoum et Alpha Sydoux ainsi que tous les autres doyens qui contribuent activement dans la lutte pour un changement qualificatif de la gouvernance en Guinée à travers l’avènement d’un Etat de droit démocratique.

    Le doyen Sy Savané doit éviter de défendre ici la/sa génération qui est la principale responsable de tous les tares qu’ils/les doyens dénoncent éventuellement ici et ce, depuis plus de deux décennies. L’on ne peut pas défendre à la fois une chose et son contraire.

    Il est unanime que la Guinée ne va pas bien depuis notre indépendance. Que le doyen Sy Savané nous dise alors quelles sont les générations responsables des causes criminelles qui frappent notre riche et beau pays aux populations pauvres et malheureuses ? Pourquoi l’ancienne génération ne veut pas passer le témoin à la jeune génération afin que cette dernière assure ses responsabilités de gestion devant l’histoire comme cela se fait partout ailleurs dans le monde ?

    Albert Einstein disait :  » Il ne faut pas essayer deux fois une chose qui ne marche pas ! « . De Sékou Touré à Alpha Condé, c’est la même soupe qui est gavée au guinéens par la même classe de racaille. ça suffit !!!

    • SY SAVANÉ says:

      Notre « jeune » et « brillantissime » SOREL en colère contre la « diabolique » « génération », ou les « générations criminelles » écrit ce qui suit:

      « ….Le doyen Sy Savané doit éviter de défendre ici la/sa génération qui est la principale responsable de tous les tares… » Et plus loin, il poursuit, ou plutôt pourfend cette génération de « racailles » qui ne veut pas céder sa place.

      « …. Que le doyen Sy Savané nous dise alors quelles sont les générations responsables des causes criminelles qui frappent notre riche et beau pays aux populations pauvres et malheureuses ?…. »

      Ah! bon! Il s’agit donc d’une question de places à occuper. Personnellement, je l’ignorais. Je n’ai jamais occupé aucune place en Guinée, pour deux raisons simples: je ne l’ai jamais souhaité, ni même soupçonné l’existence de place à occuper. Deuxième raison, la seule place que j’ai occupée, c’est en FRANCE, à l’issue d’un concours ouvert à tous les jeunes Français (Blancs, Jaunes, Noirs…) remplissant les conditions universitaires requises pour y participer. Et c’est heureux pour moi, fils de montagnards ILLETTRÉS dont l’univers se limitait à élever et surveiller ses boeufs auxquels ils tenaient, comme à la prunelle de leurs yeux. Mais passons.

      Je ne comprends pas très bien ce que vous appelez « génération » au plan politique. Au demeurant, je suis INQUIET que vous insinuez l’idée de responsabilité et de culpabilité collective, du seul fait d’être né dans la même décennie que celles et ceux qui ont exercé et maintenu le pouvoir pour eux et pour leurs enfants. Surprenant ou imprudent. Si je suis votre logique, mon père, illettré montagnard, mais DIGNE et FIER, est aussi Coupable des massacres, tortures et autres violences commis par Sékou Touré, Saïfoulaye DIALLO, Lansana BÉAVOGUI durant les 26 années de leur calamiteuse règne sur notre pays. Suivant votre logique, sans en faire une interprétation extensive, tous les villageois illettrés de LINSAN ou d’ailleurs, du fait d’être né dans la même décennie que Sékou Touré, sont tous COUPABLES et RESPONSABLES de la déchéance que le P.D.G. et ses soutiensontinfligée à notre pays. J’attends avec impatience que vous me rapportiez la preuve que mon père, par un mot, un fait, un geste, un discours, a initié les horreurs publiques et cachées commises par la bande des Sékou Touré et Saifoulaye DIALLO.

      En politique, j’entends par là, s’occuper des AFFAIRES de la Cité du mieux qu’on peut, c’est-à-dire avec PROBITÉ, DÉTERMINATION, PERSÉVÉRANCE, il n’est jamais question de « PLACE », disponible ou occupée. Selon moi, chacun y a sa place, s’il en remplit les conditions éthiques que j’ai citées plus haut. Les HOMMES et les FEMMES, les JEUNES et les moins JEUNES chacun peut y apporter quelque chose, si petit soit-il. Il suffit d’en avoir l’envie et la volonté.

      Il me semble que vous confondez Administration, Gouvernement, et POLITIQUE. En politique, il n’y a pas de place à céder, ou à conserver, ou plutôt il ne devrait pas y en avoir. La politique est une affaire de CONFIANCE, de CRÉDIT, de projet que l’on porte ou auquel on adhère,et que l’on veut faire partager au plus grand nombre, parce que, on CROIT qu’on peut améliorer le sort du plus grand nombre. Tandis que dans l’ADMINISTRATION, le GOUVERNEMENT, il y a des places à prendre, à conserver, et parfois même réservées. En politique, on est choisi par les AUTRES (militants, sympathisants, &électeurs….) pour les représenter, et en général par voie électorale. Je ne vois pas très ce que la question de « génération » vient faire là-dans.

      Le capitaine Moussa Dadis CAMARA et ses équipes sont tous nés après l’indépendance. Je laisse de côté les dégâts économiques incommensurables qu’ils ont infligés au pays en si peu de temps (12 mois). Les massacres et viols commis ou que ses équipes ont fait commettre sur des manifestants, au stade du 28 septembre, le 28 septembre 2009. Je présume que Monsieur SOREL et ses amis sont nés après l’indépendance.

      QUESTION : Sont-ils Coupables et Responsables des abominations commises le 28 Septembre 2009 à Conakry ?

      Mamadou Billo SY SAVANÉ

      NB: je présume que Monsieur SOREL et ses amis sont de bonne foi. En tout cas de mon point de vue, il n’y a pas d’intention malveillante de leur part. Néanmoins, je déplore leur imprudence. Quand on ne maîtrise pas une idée, ou un concept, on s’abstient de l’évoquer. Sinon, on s’expose à un retour de bâton.

  5. SY SAVANÉ says:

    RECTIFICATIF: »… calamiteuse règne » comprendre: calamiteux, au lieu de calamiteuse.

  6. Abdou says:

    Je suis né après l’indépendance mais je suis d’accord avec mon grand frère Sy Savane que le débat ne devrait aucunement porté sur être né avant ou après l’indépendance. Les principaux responsables des problèmes de la Guinée sont connus. On ne peut pas incriminer ou dédouaner des générations entières. Au nom de quoi on le ferait?

  7. Sorel says:

    @Doyen Sy Savané

    Tout d’abord je ne suis pas en colère dans ce débat sociopolitique inter-guinéens. De plus, je ne suis ni passionné ni émotionnel. Je lis souvent vos articles et ceux des autres doyens  » Bokoum, A.O.T, Sidoux, etc « . À chacun son style mais dans les faits, nous dénonçons ensemble les diverses causes qui sont l’origine du malheur guinéen.

    Malheureusement, j’ai relevé deux erreurs que vous n’aviez l’habitude de commettre.

    Il s’agit, d’une part, votre tentative à vouloir détourner ce débat politique vers votre cher et brave père qui, nous le savons tous bien, fut de ceux qui, fondamentalement, ont sauvé la Guinée d’une mort imminente de la faim lors des années de diète à l’instar de l’Éthiopie d’autrefois alors que le Pays était frappé dans les années 1975 d’un embargo économique sévère occasionné par l’arrogance et les injures de Sékou Touré aux impérialistes et aux colonialistes et pour lequel, aucun guinéen ne fait d’ailleurs allusion aujourd’hui. Nos paysans, dont votre brave père parmi tant d’autres, ont alors relevé le défi en nourrissant le peuple meurtri de Guinée en attendant, disait-on,  » Que le bateau des impérialistes arrive en Guinée avec de la nourriture « .

    Retirez nos paysans, artisans et autres commerçants dans ce débat. Nous aussi, nos pères et mères étaient comme vos parents et sont de la même génération qu’eux et vous.

    Tout comme vos parents, les nôtres aussi ont tout sacrifié pour nous aider à étudier dans le but de contribuer au développement politique et économique de la Guinée et de l’Afrique.

    Ne détournons et ne le contournons pas en tentant de galvauder le qualificatif dit de la  » Génération responsable des 61 ans de la gestion calamiteuse et cruelle de nos ressources humaines et nos richesses du sol et du sous-sol « .

    Vous me proposez aussi de me taire si, apparemment, je n’aurais rien à dire dans le débat et qui conviendrait, ou plutôt, qui vous conviendrait personnellement. Mon cher Doyen Sy Savané, vous devriez vous aussi vous débarrasser de ces réflexes révolus d’intellos du siècle passé.

    Nous sommes en démocratie et si nos arguments ne vous conviennent pas, faites la démonstration habituelle pour les tordre le cou.

    Cela dit, revenons au débat ! En effet, j’entends par une génération, cet espace de temps séparant le degré de filiation d’un groupe d’individu ou une communauté.

    Je reste là pour le moment et merci de bien comprendre ma réaction respectueuse.

    • SY SAVANÉ says:

      « ……Vous me proposez aussi de me taire si, apparemment, je n’aurais rien à dire dans le débat et qui conviendrait,… ». NON mon cher frère Sorel. Je ne vous ai pas demandé de vous taire. Je ne le ferai jamais, surtout pas avec vous. Je vous ai juste donné un conseil d’ancien du siècle passé. Je réitère amicalement mon conseil: avec moi, ou avec un autre, évitez d’évoquer les notions ou concepts que vous maîtrisez mal. Le retour de bâton pourrait être cruel pour vous. Encore une fois, c’est juste un conseil (que vous pouvez récuser bien évidemment).

      Vous semblez accorder une importance démesurée à mon père. J’ai cité son cas pour dire qu’il y avait des millions de guinéens comme lui qui n’ont jamais même approché un pouvoir, de près ou de loin. Toutes ces femmes, tous ces hommes comme les miens ne pouvaient avoir la moindre responsabilité dans le pouvoir calamiteux de Sékou Touré. Pourtant, ils appartiennent à la même génération que Sékou Touré-Saifoulaye DIALLO. Je n’ai pas voulu dire plus. Je pense qu’on se comprend.

      Néanmoins, je vais devoir rectifier quelques petites erreurs que vous avez commises:

      1°. Mon père était un éleveur, non un cultivateur. Je n’aurai donc pas l’outrecuidance de dire qu’il a nourri la Guinée. Mais il nous a nourris, nous sa famille.

      2°. Il n’a pas pu me payer des études. Il était pauvre, ruiné par le pouvoir de Sékou Touré. Je dois à la Côte d’Ivoire de Houphouet BOIGNY, et ensuite à la FRANCE ce que je suis devenu aujourd’hui.

      Vous paraissez récuser dans mon explication ce qui ne s’y trouve pas. EXEMPLE: vous dites »retirez nos paysans, artisans…. », je ne pense pas avoir parlé des métiers ou des corporations….

      Fraternellement sincère

      Mamadou Billo SY SAVANÉ

  8. Sorel says:

    @Doyen Sy Savané

    Je n’ai aucun droit ni aucun pouvoir d’interdire à autrui sa liberté d’expression. C’est plutôt vous qui faites allusion dans notre débat de  » Concepts et de notions mal maîtrisés et qui seraient porteurs de retour d’un cruel bâton « . Ce qui m’étonnerait beaucoup!

    C’est également vous qui avez fait allusion à votre père dans notre discussion, pour commencer et non moi. Croyiez-moi ou non, je maîtrise parfaitement la notion et/ou le concept de l’ancienne génération qui, pour la Guinée par exemple, s’est mal comportée et continue à le faire de façon sauvage en détruisant tous les principes et toutes nos valeurs nationaux.

    Notre République, l’Etat, lois, institutions, nation, paix, solidarité, unité, développement, éducation, richesses naturelles et ressources humaines, ils ont tout détruit en Guinée et continue à le faire tous les jours. Je dis bien que ces salauds de l’ancienne génération sont une bande de criminels politiques et économiques qui doit finir par moisir dans les prisons de la Haye.

    Je n’ai jamais dit que votre père était un agriculteur. Nos écris sont encore là et vous pouvez le vérifier. Néanmoins en ce qui me concerne, les agriculteurs et les éleveurs sont logés dans la même enseigne et je m’imagine mal le comment l’un peut se soustraire à l’autre dans la mesure où les deux activités sont totalement interdépendantes voire inhérentes en Guinée.

    Je trouve aussi que votre réquisitoire contre le Capitaine Moussa Dadis Camara est non seulement sévère, mais elle est aussi légère et profondément injuste. Même si l’on aime pas Dadis, l’on doit lui reconnaître trois faits historiques : il fut un homme d’Etat courageux, patriote et honnête. Les narcos trafiquants, la gabésie financière, les contrats léonins sur nos richesses furent entre autres, des défis que Dadis avait relevé et qui lui ont coûté une haine internationale comme le fut le Capitaine Thomas Sankara. Mais Dieu est grand et un jour ou l’autre, il dotera la Guinée d’un homme comme Dadis pour la sauver.

    Aussi, admettez que Dadis aussi à le droit de la présomption d’innocence. Par ailleurs, Dadis est le seul protagoniste des crimes du 28 septembre 2009 à demander l’ouverture d’un procès et à être jugé devant le peuple de Guinée. Courageux, non ?

    De mon point de vue, l’histoire a déjà donné raison à Dadis. Les coupables sont connus de tous et je suis disposé à en parler avec vous.

    Respectueuses salutations.

  9. Sekhouna Sylla says:

    J’ai beaucoup de respect, de considération et de la reconnaissance pour notre doyen Sy Savané. Force est néanmoins de reconnaître que ses allégations à charge contre le Capitaine Dadis Camara sont lourdes et déplacées.

    Sans vouloir soutenir les propos de Sorel dans ce débat intergénérationnel, je suscris pleinement aux arguments de Sorel et selon lesquels notre Capitaine Dadis Camara est à la fois une double victimes.

    D’une part, le capitaine Dadis est victime d’une grande conspiration de l’impérialisme international avec la complicité des guinéens qui voulaient récupérer notre pays pour nous diviser et piller comme le Congo de Kabila.

    D’autre part, notre Capitaine Dadis est un héros national qui fut combattu par l’impérialisme et le colonialisme pour le déporter à Ouagadougou chez leur sbire Blaise Comparé comme autrefois les Samory Touré au Gabon et Alpha Yaya Diallo au Benin et en Mauritanie.

    Ainsi, les ennemis éternels de la Guinée et de l’Afrique ont réussi à déloger le jeune et patriote Capitaine pour installer leurs marionnettes fonctionnaires aux commandes de notre pays pour les servir au détriment de progrès économique et social.

    Si les discours et les actes de Dadis étaient autrefois qualifiés de spectacles  » DadisShow’s « , aujourd’hui, les paroles de Dadis sont devenus des  » Prédications politiques « . Réécoutez les vidéos de Dadis Camara pour découvrir la force divine de sa vision et ses paroles pour le devenir de la Guinée.

    Vive la Guinée le martyr et héros Dadis Camara qui a honoré la jeune génération guinéenne, avide de renaissance politique, de démocratie et de progrès économique et social.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *