breaking news

Mouctar Diallo : le symbole d’une jeunesse corrompue et inconsciente.

avril 9th, 2019 | par Leguepard.net
Mouctar Diallo : le symbole d’une jeunesse corrompue et inconsciente.
Article
3

Depuis hier, 6 avril 2019, l’ancien opposant Mouctar Diallo est dans un tournoi intitulé « Tournoi de reconnaissance des populations de Fouta au président Alpha Condé ». C’est sa façon de soutenir le projet du pouvoir à vie pour son bienfaiteur Alpha Condé qui a fait de lui Ministre de la jeunesse et de l’emploi jeune.

Je suis outré par cette démarche et surtout par le motif indiqué. Le Fouta doit quelle reconnaissance au président Alpha Condé ?

1- D’avoir refusé la justice à ses filles et fils victimes des crimes contre l’humanité le 28 septembre 2009 ?

2- D’avoir fondé Manden Djallon pour créer des conflits intercommunautaires à l’intérieur du Fouta et faire massacrer les Peuls comme on le fait aujourd’hui au Mali ?

3- D’avoir systématiquement discriminé, stigmatisé des Peuls, d’avoir tué de façon ciblée, 106 de leurs enfants à Conakry et détruit leurs biens (boutiques et maisons) ?

Sollicité dans cette campagne, le leader de l’UPR, Bah Ousmane qui se voit voler la vedette auprès de leur patron, a catégoriquement refusé d’y participer, même après l’intervention du président Alpha Condé dans ce sens. Cette intervention du président prouve à suffisance que c’est bien lui qui se cache derrière cette manœuvre ridicule et injurieuse pour les enfants du Fouta.

Qui connait Mouctar Diallo, ne serait pas surpris du rôle qu’il est entrain de jouer en ce moment. Complexé et sans scrupule, Mouctar Diallo est le fils politique fils d’Alpha Condé : médiocre, menteur et prêt à tout, y compris sacrifier les siens et sa patrie, pour son intérêt personnel. Mouctar est d’ailleurs plus faux qu’Alpha Condé. Certes le chef de l’Etat guinéen qui a un doctorat fait croire qu’il est agrégé Professeur, mais prudent, il ne l’a pas écrit dans son CV, contrairement à Mouctar Diallo et Kassory Fofana qui nous ont servi, chacun, un CV kilométrique de mensonges et de fantaisie.

Mouctar Diallo a été étudiant à Dakar dans les années 2000/2003. Il fut contraint de quitter l’université de Dakar pour n’avoir pas pu tenir et franchir la deuxième année. Cependant dans son CV, il va jusqu’à écrire qu’il est titulaire de diplôme sénégalais, Enseignant en Droit et en Sciences Politiques dans quelques universités à Conakry. On devrait retirer à ces soi-disant Universités, leur licence. Dans son CV qu’il a donné à la presse, on trouve des points suivants en haut de la page, digne d’un médiocre complexé :

• Dialogue Public – Privé
• Négociation internationale
• Projets stratégiques et conduite du changement
• Gestion des risques et des situations de crises
• Fondateur et promoteur d’école privée primaire et secondaire
• Formateur … en développement personnel
• Séminaire sur « Comment développer son leadership … »
• Cours d’anglais à Boston (un mois).
• Visite de travail dans plusieurs Etats américains
• Participation à des rencontres …

De la honte ! Qu’un type comme ça soit nommé Ministre de la République, relève d’un manque de sérieux et de rigueur intellectuelle du chef de l’Etat.

Je rappelle qu’en 2007, Mouctar faisait partie des bandes de jeunes qui ont trahi les martyrs de la grande marche du changement (plus de 200 victimes) pour soutenir la création des nouveaux comités JRDA du PM Lansana Kouyaté. Ils auraient reçu 400 millions de FG à cet effet.
A Ouaga 2009/2010, Mouctar a aussi trahi les forces vives et la délégation guinéenne pour se ranger du côté de Dadis. Il se transformera en agent informateur des services burkinabés qui voulaient que Dadis reste au pouvoir en promettant le poste de PM à Mouctar. Les forces vives finiront par découvrir et bannir le traître de leur rang. La délégation guinéenne fera renvoyer Mouctar des lieux en demandant au régime de Blaise de choisir entre Mouctar et le reste des délégués guinéens.
Pendant la transition de 2010, Mouctar fut nommé Ministre de l’élevage. Il servira de passoire pour faire entrer dans l’administration, des militants du RPG qu’on a voulu infiltrer dans la fonction publique.
A Labé, en 2015, devant les commerçants qui financent l’UFDG, Mouctar trahit ses collègues pour dire que les NFD soutiennent la candidature de Cellou Dalein à la présidentielle de 2015 en vue, sans concertation avec les autres. Cela crée la rupture entre lui et des amis de longue date. C’est ainsi que des membres de la direction des NFD se retirent et créent leurs partis à eux.
Jusqu’en 2017, Mouctar est de l’opposition, élu député sur la liste de l’UFDG. Malgré ses propres dénonciations des pratiques ethniques et assassinats ciblés de Alpha Condé et du RPG contre les enfants de Ratoma et de l’opposition, Mouctar rejoint le régime à la première offre de poste en sa faveur.

La question qui me hante depuis un certain temps : pourquoi des Peuls, dans leur M’Batoulaya, font souvent plus qu’il n’en faut ? Déjà Ministre, quelle motivation peut-elle animer Mouctar Diallo dans une telle démarche d’achat de conscience au profit de la promotion du troisième mandat de son mentor ? Quoi d’autre que pour se faire des sous, sachant qu’Alpha Condé consacre un budget colossal à la promotion de son projet de troisième mandat ?

Mouctar qui a déserté l’école pour l’activisme politique où des gens comme le PM Lansana Kouyaté leur donnaient des petits montants, très tôt habitué à l’argent facile, il est devenu un alimentaire qui doit vivre de la politique. Il se vend et se vendra toujours au plus offrant ou à tout preneur quand il est en difficulté. Il utilise les NFD à des fins personnelles pour arriver à ses fins alimentaires.

Je lance l’appel aux jeunes du Fouta, de réserver à Mouctar Diallo, l’accueil spécial que l’on réserve à un traître et à sa suite.

SADIO BARRY
Président du Bloc pour l’Alternance en Guinée (BAG)

3 Comments

  1. SY SAVANÉ says:

    En accord parfait avec Monsieur Sadio BARRY. Certains sont plus perméables aux « douceurs » du pouvoir que d’autres. En la circonstance, je ne suis pas sûr que certains »jeunes » soient disposés à lutter pour un futur collectif pas lointain, mais profitable au plus grand nombre. A leurs yeux, la jouissance immédiate de ce qui est immédiatement disponible(postes ministériels, fonctions honorifiques juteuses….) est le signe ultime de réussite. Les moins jeunes ne sont pas forcément tous les plus raisonnables devant les attraits du pouvoir, loin s’en faut.

    Malheureusement et c’est mon avis, il n’y a pas, il n’y aura pas de leçon de l’histoire. Car si je m’en tiens à l’expérience historique des cinquante, ou soixante dernières années, nos contrées respectives ont été gouvernées par des personnes qui sont arrivées au pouvoir autour des 35-40 ans. Sékou TOURÉ en était. En Afrique occidentale alors française, seuls MM. Houphouet BOIGNY et Léopold Sédar SENGHOR avaient la cinquantaine passée. Ils ont préservé leur pays de la misère économique, et se sont abstenus de tyranniser, de maltraiter leurs compatriotes. Les « Jeunes », sans exception, ont tous installé leur pays dans la misère pour se maintenir au pouvoir par une violence ininterrompue. Par ailleurs, ceux d’entre eux qui l’ont pu, ont transformé la forme républicaine de leur pays, en pouvoir dynastique familial. Les exemples ne manquent pas.

    Ma conclusion est que, chez nous, il vaut mieux chercher à RENOUVELER en profondeur le personnel et les systèmes politiques, plutôt que de croire qu’il y aurait dans telle catégorie ( génération, genre, politique….) des femmes et hommes providentiels.

  2. Nan Barry says:

    Je confirme que ce « monsieur begaie » a échoué deux fois à Dakar. Ce qu’on dit à son entourage qu’il faut être ministre quand tu a l’opportunité et se positionner pour l’avenir comme l’a fait Cellou du temps de Conté et qui est aujourd’hui adulé voire même adoré. Mouctar oublie qu’il n’y a plus de Bah Mamadou pour l’imposer comme il a imposer Cellou devant le fondateur de l’UFDG qu’est Bah Oury.

  3. Toure de Moriah says:

    Des faux diplômés pullulent çà et là.
    On se fait même appeler Docteur sans avoir le niveau d’une licence classique le plus souvent. C’est une question de mode en Guinée. Et c’est bien dommageable.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *