breaking news

FRANCE / Compte-rendu de l’AG extraordinaire de l’ACTOG du 11 mai 2019 à Paris

mai 15th, 2019 | par Leguepard.net
FRANCE / Compte-rendu de l’AG extraordinaire de l’ACTOG du 11 mai 2019 à Paris
Associatif
0

A.C.T.O.G.-France

Association des Cadres et Techniciens d’Origine Guinéenne en France

(Association Loi de 1901 – J. O. du 2 Avril 1986)

Siège social : 20, rue Messager 91240 Saint Michel sur Orge  – Tél : 01 60 15 61 04
 Site : actog.org     
T : 06 26 51 19 80
Compte-rendu de l’AG extraordinaire du 11 mai 2019 à Paris
I : /   Introduction
L’ACTOG a atteint un âge de raison depuis un moment, elle a traversé plusieurs périodes de vaches maigres qui ne l’ont pas anéantie, bien au contraire. La période présente semble encore plus embrouillée et houleuse, mais elle ne la déstabilisera pas plus que les autres. Tout un fatras de bruits insensés courent ces temps-ci sur l’ACTOG, dans les réseaux sociaux, dans le microcosme guinéen, dans des échanges verbaux, avec des propos déplacés et intolérables à l’ACTOG. A écouter ou à lire certains propos, on peut penser facilement que ce qui a été fait jusqu’ici à l’ACTOG est de peu d’intérêt. Ce serait méconnaître la vraie Histoire et la vraie vie de cette association. Ces allégations ne doivent pas nous perturber outre mesure, les plus grands critiques et censeurs étant très souvent ceux qui sont prompts à jouer aux indispensables, étouffés parfois par un égo surdimensionné. Ils ont presque toujours des jugements tronqués, peu rationnels, et très peu logiques. La situation exige donc que tout soit dit et soit mis sur table, pour que nous puissions prendre en toute connaissance de cause, de bonnes décisions, cela dans le seul intérêt de l’ACTOG et sans aucune concession. Nous faisons nôtre l’assertion du penseur autrichien, Stéfan ZWEIG (1861-1942), disant que  même la plus pure vérité, quand on l’impose par la violence, devient un péché contre l’esprit. Nous étendons cette affirmation à toute forme de violence, dont la violence verbale, nous précisons aussi qu’il s’agit  ici d’un esprit éclairé, un esprit qui n’est ni simple, ni superficiel. C’est pourquoi nous réaffirmons que la situation actuelle de l’ACTOG exige de nous tous, d’être dans le meilleur état d’esprit possible, d’user de la meilleure intelligence possible, pour bien la traiter. 
       II : /  Bref rappel des faits
   Le 6 avril 2019 s’est tenue une AG élective fermée en France, pour le renouvellement du Bureau de l’ACTOG et des Commissions. Le vote en Guinée était prévu avec 24 heures d’avance. Il n’a été tenu compte que du règlement de la cotisation de 2018, pour qu’un membre puisse participer au vote. Pour qu’il puisse être candidat à un poste, il devait être dans l’association depuis un an révolu. Sans cette entorse aux Statuts de l’association, certains membres n’auraient pas pu se présenter à des postes pour le Bureau de l’ACTOG, en particulier pas à celui de Président. Nous affirmons que cette décision procédait de l’esprit de consensus qui a toujours prévalu à l’ACTOG, avec en plus un certain esprit de concertation, de tolérance et de respect mutuel, aujourd’hui bien fragilisé.
L’AG du 6 avril s’est correctement déroulée à Paris, dans le respect du code de procédure établi pour le vote, avec bulletins, urne et isoloir. La veille au soir, une première liste nous est parvenue de la Représentation en Guinée, accompagnée d’un message donnant le résultat du vote de Conakry avec neuf (9) voix exprimées par des membres  considérés à jour de leurs  cotisations. Une deuxième liste a suivi dans la foulée, corrigeant une erreur commise dans la première où il y avait un votant de trop. Cela a étonné quelque peu, mais sans plus. Ainsi le 6 avril 2019, jour de l’AG à Paris,  nous étions en possession de la deuxième liste avec les noms des huit (8) membres de Guinée qui ont participé au vote, et dont le résultat était à prendre en compte dans le vote de Paris. Pour une question de neutralité et pour n’avoir aucune influence sur ce vote de Paris, le Président de l’ACTOG n’a remis le résultat de Conakry qu’après la proclamation du résultat de Paris par la Commission électorale, composée des frères CONDE KEITA Lansana et LAO Jean-Jacques.
Comme indiqué plus haut, le vote de Paris s’est correctement déroulé malgré quelques entorses, comme la clôture avant l’heure, empêchant le vote d’au moins un membre arrivé sur le tard, le débat autour du projet de formation des formateurs, non  inscrit à l’ordre du jour, avec ce que cela a entraîné comme dérapage dans des propos irrespectueux et violents, qui détonaient piteusement au sein de l’ACTOG. Là également c’est l’esprit de consensus qui a joué, un esprit finalement très peu inspiré et coupable de légèreté quand on considère la situation inédite qu’il a occasionnée. Il faut dire aussi, que nous étions animés d’une grande volonté et d’un vrai désir de mettre en place le nouveau Bureau de l’ACTOG. Cela peut expliquer, pour une part, le manque de vigilance et de rigueur strict dans tout le processus.
Le décompte des voix a donné, pour résultat à Paris, une égalité entre les deux candidats à la Présidence de l’ACTOG, chacun ayant obtenu neuf (9) voix. Si le vote s’arrêtait là, c’est-à-dire sans celui de Conakry, les Statuts précisent que la voix du Président aurait été déterminante pour choisir le Président de l’ACTOG. Mais cela n’a pas été nécessaire, puisque le résultat du vote de Conakry, accompagné d’une liste des votants et d’une note explicative, le tout remis à la Commission électorale, attribuait toutes les voix de Conakry à KEITA Ibrahime. Cette note précisait que les huit noms sur la liste étaient ceux des membres de la Représentation de l’ACTOG en Guinée qui avaient participé au vote. Un point de la note expliquait que tous les huit votants donnaient de façon nominative leurs voix au candidat KEITA Ibrahime Sorel. Malgré les étonnements de certains, comme la Présidente de la Commission juridique, le Président de la Commission électorale et quelques membres présents dans la salle, KEITA Ibrahime Sorel a été déclaré élu. Dans son laïus, le Président élu a brossé quelques axes de ce qu’il envisageait de faire pour « booster », « redynamiser » l’ACTOG, toutes actions bénéfiques pour l’association et pour le pays. La procédure de l’après-élection s’est poursuivie, avec le cérémonial habituel d’échanges de formules convenues, entre les différents protagonistes.
Mais au lendemain du vote, la nuit portant conseil, le candidat battu, la Présidente de  la Commission juridique et quelques membres ont fait état de leurs doutes sur la régularité du vote en Guinée. Ils ont demandé de procéder à une enquête sur cette régularité. Ce qui a été fait. Il a été ainsi établi que le vote de Conakry était entaché d’irrégularités qui l’invalidaient et, par voie de conséquence, corrompait celui de Paris.
Certes, il y a des failles dans le résultat des votes de Conakry et de Paris, quand on accepte le résultat sans contestation immédiate. Mais cela s’explique par le fait que nous ne pensions pas avoir à cet instant assez d’arguments fiables pour contester le résultat du vote de Conakry. En fait nous étions loin d’imaginer, peut-être trop naïvement, qu’une telle situation irrégulière pouvait se présenter dans ce vote. Mais, bien que nous ayons convenu que le vote s’était relativement bien déroulé, nous avons finalement constaté l’absence de réserve sur le processus électoral de Guinée, le non-respect de l’horaire pour la clôture du vote de Paris. Nous avons également noté une relative violence verbale, dans une absence totale du minimum de respect mutuel, que l’on a toujours essayé de maintenir au sein de l’ACTOG. Tout un vacarme a été entretenu autour du renouvellement du Bureau de l’ACTOG, par emails interposés notamment. L’ACTOG n’a jamais vécu une situation aussi déplorable que condamnable, d’autant qu’il  s’agit d’emails au ton rageur, indignes des membres de l’ACTOG qui ne sont que des bénévoles, supposés la servir et non s’en servir. Il est donc bien difficile de comprendre certaines attitudes ou expressions, malencontreuses, mais bien réelles. De l’analyse des échanges et des écrits balancés sur les réseaux sociaux, il a été proposé à cette AG extraordinaire de prendre des décisions consignées, adéquates et fermes contre de tels agissements. Ce sont là quelques faiblesses de notre structure, balisées par l’Assemblée, que les futurs responsables de notre association devront corriger et renforcer, tout en précisant la fonction et le rôle de chacun des membres du Bureau et des Commissions de l’ACTOG.
III : / Décisions prises par l’AG
Ces points importants de l’ordre du jour de l’AG extraordinaire du 11 mai 2019 ont été débattus par les membres présents, tout comme ont été examinés les sujets sur la Représentation à Conakry et sur la reprise de l’élection d’un nouveau Bureau en octobre 2019, avec prises de décisions. Des échanges et échanges entre les membres, il a été procédé à des votes à mains levées sur les principales questions engageant l’avenir et la pérennité de l’ACTOG :
-1) La reprise totale du vote du Bureau et des Commissions a été retenue : Annulation du vote de Conakry et reprise de celui de Paris :
15 voix sur 20 ont approuvée la décision ; 1 voix sur 20 a désapprouvé la décision ; 4 voix sur 20 se sont abstenues.
De ce fait, il ne sera procédé qu’à l’élection du Bureau de l’ACTOG France et de ses Commissions, avec ouverture d’une nouvelle liste de candidatures à tous les postes, et non à un vote de la Représentation de Conakry.  
-2) Suppression de la Représentation en Guinée :
11 voix sur 20 se sont prononcées pour la suppression de la représentation sous sa forme actuelle;  9 voix sur 20 ont voté contre.
Pour ce qui est du cas de la Représentation de l’ACTOG en Guinée, rappelons que les conditions de sa mise en place avaient fait, à l’époque, l’objet de grandes réserves de certains membres de l’ACTOG. Ils entrevoyaient les difficultés que ne manquerait pas de soulever, selon eux, le bicéphalisme qui devait fatalement se présenter dans la Direction de l’ACTOG. Nous sommes bien obligés de reconnaître qu’ils avaient vu juste, au regard de l’effet dévastateur de cette crise liée aux irrégularités du vote de Conakry, dans le renouvellement du Bureau et des Commissions. Cela corrobore le bien fondé de leurs doutes et de leurs craintes, exprimés lors de la mise en place de cette Représentation en Guinée. Il faut noter également la nette volonté exprimée en Guinée de différencier ACTOG France de sa Représentation en Guinée, actée dans l’utilisation récurrente d’un logo qui n’a rien à voir avec celui qui est enregistré au nom de l’association, et aussi dans l’usage d’une nouvelle appellation : « Association des Anciens Cadres Guinéens en France » au lieu de « ACTOG-France », qui est le nom enregistré pour l’agrément en Guinée. Dans le souci de conserver l’autonomie de l’ACTOG-France, nous nous félicitons de la suppression pure et simple de la Représentation. Aussi, une réflexion est ouverte pour son remplacement par un « Fondé de pouvoir », par exemple, dont les prérogatives seraient distinctes de celles que prend la Représentation actuelle. Ce pourrait être une solution qui conserverait l’agrément en l’état, l’ACTOG poursuivant de ce fait la réalisation de ses projets sans modification majeure. Les spécialistes de la question aviseront.
En conséquence des décisions prises ce jour, 11 mai 2019, le Bureau élu en 2016, présidé par M. Abou KATTY et son équipe, continue d’exercer la direction de l’ACTOG jusqu’en octobre 2019, date prévue des prochaines élections pour une mise en place d’un nouveau Bureau. Il est rappelé à tous les membres de l’ACTOG que l’élection aura lieu le 12  octobre 2019 au cours d’une A.G ordinaire.
Des modalités d’une organisation conforme aux statuts et aux règlements de l’ACTOG, en vue d’une élection apaisée du nouveau Bureau et de ses Commissions, à l’AG d’octobre 2019, seront gérées par le Bureau en exercice. Les informations relatives au processus de cette mise en place seront communiquées au fur et à mesure des réunions du Bureau à tous les adhérents de l’ACTOG.
  Paris, le 14 mai 2019
 Abou KATTY     Président
Tolomsè CAMARA    Secrétaire Général             
                           

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *