breaking news

GUINEE / Brèves observations et questions relatives à la séquestration de  jeunes militaires par le CNRD ( Par Mamadou Billo Sy Savané).

novembre 4th, 2021 | par Leguepard.net
GUINEE / Brèves observations et questions relatives à la séquestration de  jeunes militaires par le CNRD ( Par Mamadou Billo Sy Savané).
Article
0

 

 

 

 

 

A peine auto-intronisé « président » de la transition, le colonel Mamady DOUMBOUYA et sa bande font arrêter et séquestrer une dizaine de jeunes soldats.   Il prend soin de les affubler d’actes des plus infâmants, pour des militaires qui ont rendu possible son auto-intronisation comme « président » de la république, car  il se fait désormais appeler ainsi. Viendra le temps de lui demander  de quel peuple « mystérieux » il tient sa fonction, puisqu’en RÉPUBLIQUE,  la détention d’armes acquises avec les ressources du pays tout entier, ne peut, ne doit en aucun cas être la source  du pouvoir.  Or il est très clair que le colonel et son clan ultra-minoritaire sont déterminés  à mettre  au service de leur ambition personnelle privée, les armes destinées à protéger le pays tout entier.  Puisqu’il y a DÉLOYAUTÉ, le peuple, seul dépositaire de sa souveraineté, est  désormais fondé à la récupérer par tous les moyens, sans exclusive. Sinon, c’est l’ABSOLUTISME militarisé qui s’institue. 
Toutefois, il n’y a pas de tabou absolu à solliciter l’intervention très temporaire  de Patriotes en uniforme, lorsque ceux qui ont en charge les Affaires publiques collectives, sont défaillants, piétinent les Règles Fondamentales de la Nation, comme l’ont fait Monsieur Alpha Condé et ses clans prédateurs.  La Guinée était devenue leur propriété, la justice et les juges leurs employés, presque de maison, les forces de sécurité (F.D.S.), leurs milices privées. Bref, il n’y avait plus d’État, et encore moins de constitution. Et c’est précisément pour toutes ces raisons que, personnellement, j’ai souhaité régulièrement, avec  persévérance, et peut-être avec une certaine efficacité, que de vrais  patriotes en uniforme aident  leurs compatriotes à CHASSER Alpha Condé, afin de RÉTABLIR l’ORDRE CONSTITUTIONNEL LÉGAL, la constitution  du 7 MAI 2010, abolie par le  professeur-Elhadj-président.
 
Il n’y a pas de CONSTITUTION à réécrire.  Il n’y a pas de REFONDATION à faire. Il y a à rétablir  la Constitution du 7 Mai 2010, dans toute sa plénitude.  Car  elle est la seule Règle Fondamentale  LÉGALE dont la LÉGITIMITÉ a été consolidée par sa pratique et par sa durée.  Les deux mandats consécutifs exercés, sans paralysie  liée à une quelconque disposition constitutionnelle,  en ont fait la démonstration. De surcroît, nos concitoyens, même les  non-initiés s’y sont habitués, en connaissent les points fondamentaux.  Par  ailleurs, le concept de REFONDATION renvoie à l’idée de page vierge, que de supposés « experts » viendraient inaugurer.  Ce sont des vaniteux  incultes qui parlent de REFONDATION. En politique publique, refonder  signifie faire table rase du passé. Cela accouche des KHMERS rouges. Dans le cas présent, on peut peut-être parler de possibles« KHMERS noirs ».   Dans la vie publique, il n’y a pas de page vierge, il n’y a que  continuité, pour corriger,  améliorer plus ou moins profondément. Et ceux et celles qui  en ont la charge,  doivent  avoir été  préalablement, librement mandatés par le pays. Nous sommes ici en présence d’un rapt crapuleux du pouvoir par un groupe minoritaire vaniteux, qui avec les armes achetées avec les ressources publiques, veut imposer  son ambition personnelle privée au pays.
 
Manifestement, le « colonel »  et son clan ultra-minoritaire ne semblent pas appartenir  aux Patriotes en uniforme.  Ils n’en sont d’ailleurs pas issus.  Ce sont des affairistes armés de type criminel. Dans l’armée nationale républicaine connue et reconnue des GUINÉENS, ils sont et ont été des INTRUS.  Ils étaient dans l’armée, tout en dépendant directement d’Alpha CONDÉ, et seulement de lui.  Ce clan, fortement marqué, recevait solde très confortable d’Alpha Condé et armements équipés. Tandis que, l’armée nationale républicaine, la vraie, végétait dans les pénuries inimaginables.
Tout se passe comme si le « colonel », parce que disposant des armes achetées avec l’argent public, devenu ivre de lui-même, est déjà un possible tyran.  En voici quelques indices:
  • formation goutte à goutte, selon ses caprices du moment, d’un gouvernement sur lequel il y a beaucoup à dire. Par exemple, on peut dire que c’est un gouvernement d’héritiers d’héritiers, c’est-à-dire la même oligarchie depuis plus de soixante ans, si on met de côté quelques très rares exceptions. Mais ça, c’est un autre débat ;
  • invention quotidienne de tâches comme la prétendue REFONDATION d’on on ne sait quoi, pour rendre la transition le plus long possible, ou conflictuel;
  • refus hautain d’évoquer l’idée même d’une transition ;
  • mépris évident à l’endroit des hommes et femmes politiques, comme si le pays lui avait confié la moindre mission. La CEDEAO a elle-même essuyé son mépris ;
  • paradoxalement, lui et son clan sont presque obséquieux à l’endroit des dignitaires  prédateurs déchus du R.P.G.
  • création de clubs de soutien à sa personne, mais avec l’argent public.
 
         Alors, OBSERVATIONS et  QUESTIONS
 
 Les militaires humiliés,  sont pour l’essentiel issus de groupes minoritaires, même  si précipitamment, on tente d’amadouer ici et là, par  l’attribution de petites prébendes sous forme de postes dits « gouvernementaux ». Cette discrimination n’est pas nécessaire, ni utile. Elle est dangereuse, plus particulièrement dans le contexte dans lequel nous vivons.  Le « colonel » et son clan ultra-minoritaire peuvent chercher à gratifier leur groupe ethnique, sans désavantager  outrancièrement les autres, et encore moins les humilier. Ceux et celles que j’appelle Rpécé (ils ne savent pas prononcer le G du R.P.G.) n’ont jamais demandé et ne demandent  en aucune manière des privilèges, ou d’infliger des humiliations aux autres,  au travers de leurs enfants. Si le R.P.G., c’est-à-dire ses notabilités prédatrices bien identifiées, ont toujours discriminé, la masse des militants et sympathisants des quartiers pauvres des villes, des villages et campagnes de l’intérieur du pays, les Rpécés, sont hostiles dans l’ensemble, à toute forme de discrimination. J’écris cela, fort d’expériences vécues.
                      QUESTIONS:
Le « colonel» Mamady DOUMBOUYA et son clan ethnique ont fait enlever et séquestrer  de braves  et INNOCENTS militaires, innocents jusqu’à ce que leur culpabilité indiscutable soit établie, non pas par Mamady DOUMBOUYA, fut-il « colonel », mais par un juge  HONNÊTE et IMPARTIAL. Sinon, il s’agirait simplement d’un règlement de compte. Et je crains que ce  ne soit que cela.
. Vous dites, ou faites dire que le commandant Alya CAMARA, les sous-officiers  Souleymane BANGOURA  et ses collègues auraient pillé  le palais de SEKHOUTOUREYA, racketté une pauvre dame, etc, etc....Bien.  Avez-vous les preuves de l’infâmante accusation que vous portez contre ceux qui selon moi,  étaient peut-être vos possibles CONCURRENTS ?—Si Oui,  lesquelles ? Allez-vous les rendre publiques ?
2°. Vous dites et faites dire que ces militaires, tous d’extraction ethnique minoritaire, auraient racketté une pauvre femme pour lui subtiliser  l’équivalent de 25 ou 26 mille euros, ou dollars. L’action se serait passée au niveau du pont du 8 novembre occupé par vos très proches. Quand ?  Mis à part  vos hommes à vous, qui sont les témoins ? La « victime » a-t-elle déposé plainte ? Dans quel commissariat ?  Pourquoi la « victime » présumée n’est point visible ?
3°. Simple question de procédure. Mais une de vos très proches  le sait mieux que moi, même si le droit en Guinée peut différer de ce qu’il est en France.  Un magistrat a-t-il été saisi, puisque, même en Guinée,  c’est un juge qui confie une enquête à un agent de police judiciaire. C’est alors  que la gendarmerie ou la police peut mener l’enquête. En tout cas, c’est la procédure, si on se place dans l’esprit d’un ÉTAT républicain de Droit. Je suppose que c’est le cas pour vous aussi, même si vous, vous vous êtes AUTO-DÉSIGNÉ « président » de la République contre   l’avis de l’immense majorité du pays. Et c’est là où à mon avis, vous êtes d’une DÉLOYAUTÉ  ABSOLUE à l’égard du peuple dont vous êtes pourtant issu. Et en tout cas, un militaire patriote le vivrait de cette façon- là. Pourtant, je suis de ceux qui ont appelé, pas vous, mais l’armée nationale républicaine à chasser Alpha Condé, pour rétabir immédiatement la CONSTITUTION LÉGALE et LÉGITIME, celle du 7 Mai 2010.  Elle a prouvé son efficacité, et maintenant sa légitimité, parce que, par deux fois, le  président déchu  a pris l’engagement solennel de la respecter.  Ce qu’il n’a évidemment pas fait. Il a pourtant exercé deux mandats consécutifs légaux à l’intérieur  de cette constitution, sans jamais déclarer avoir été empêché par une quelconque disposition constitutionnelle paralysante.
4°. Pourquoi avoir emprisonné directement des citoyens, même militaires, alors que c’est vous et seulement vous, qui portez des accusations infâmantes contre ces militaires ? Ou alors, un juge a-t-il ordonné leur embastillement ? Lequel ? Dans cette hypothèse peu vraisemblable, n’est-il pas plus digne pour vous,   de reconnaître que vous avez des raisons strictement personnelles de vous débarrasser  de vos possibles concurrents, par tous les moyens ?
Enfin, qui peut, l’espace d’une seule seconde, croire que le colonel Mamady DOUMBOUYA et son groupe ultra-minoritaire, ne sont pas en train de désigner  à la vindicte populaire, ces pauvres braves soldats, afin de mieux protéger  les notabilités prédatrices R.P.G., comme  les Mohamed DIANÉ, Moustapha NAÏTÉ accusé publiquement par Alpha Condé d’avoir détourné    mille trois cents milliards de francs guinéens, soit l’équivalent de cent(130)millions d’euros.  Cette accusation est prouvée et documentée.  Des Députés, à l’Assemblée Nationale en ont parlé, et interpellé à ce sujet. Pourquoi n’est-il pas en prison ? Mohamed DIANÉ, Damaro CAMARA, Damantang CAMARA,….auraient pillé chacun  à peu près  un milliard de dollars au cours de ces dix dernières années.  Certains de ceux qui sont cités ici étaient aussi de zélés promoteurs du troisième sanglant mandat. Sont-ils en prison ? Ont-ils perdu leur fonction ? Évidemment non. La raison ? Le commandant Alya CAMARA, le sous-officier  Souleymane BANGOURA et ses compagnons ne sont pas de la bonne extraction ethnique, les derniers cités ici(DIANÉ, Damaro, NAÏTÉ…) le sont.
Une nouvelle ère très incertaine,  serait alors ouverte, si ce clan ultra-minoritaire conduit par le sombre « colonel » DOUMBOUYA restait en place dans les six mois à venir. Car il a inauguré ouvertement  le temps  des privilèges liés à l’appartenance ethnique. Et des clubs de mobilisation pour soutenir sa personne sont financés avec l’argent public.  Le pouvoir « KHMER » rouge, ou noir n’est pas loin.  Il n’est pas encore tard pour d’immenses mobilisations populaires. La radio ESPACE est déjà devenue Radio Mamady DOUMBOUYA.
Mamadou Billo SY SAVANÉ
 
 
 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *