breaking news

Ukraine : Trente trois ONG dénoncent le racisme anti-noir ( par René NABA)

mars 5th, 2022 | par Leguepard.net
Ukraine : Trente trois ONG dénoncent le racisme anti-noir ( par René NABA)
International
2
Trente trois O.N.G. ont dénoncé vendredi 4 Mars 2022 le racisme anti noir constaté en Ukraine à l’occasion de la guerre russo-ukrainienne, dans un communiqué collectif parvenu au site madaniya.
Exprimant leur « grave préoccupation face aux actes de traitement dégradants et inhumains que les ressortissants africains vivant ou résidant en Ukraine subissent suite à la guerre déclenchée depuis le 24 février 2022 », le collectif invite les autorités ukrainiennes à « mettre un terme au racisme manifesté à l’égard des africains résidant ou séjournant » dans ce pays.
STOP AU RACISME DANS LA GUERRE
Intitulé « Stop au racisme dans la guerre », le communiqué relève « que plusieurs citoyens d’origine africaine sont confrontés à la persécution, à la xénophobie, au racisme, à la discrimination raciale de la part des autorités ukrainiennes.
« Selon les informations parvenues à nos organisations ainsi que des témoignages recueillis auprès de victimes, la police ukrainienne empêcherait l’évacuation des ressortissants d’origine africaine. A cela s’ajoutent les actes xénophobes orchestrés par les autorités polonaises qui procèdent de manière sélective à l’autorisation d’entrée des personnes fuyant la guerre sur des critères liés à leur couleur de peau. C’est ainsi que plusieurs citoyens africains sont retenus à la frontière Ukraine-polonaise, poursuit le communiqué.
« A cet effet, nos organisations rappellent l’Article1 de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme qui stipule: «Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits. Ils sont doués de raison et de conscience et doivent agir les uns envers les autres dans un esprit de fraternité».
Nous tenons également à souligner l’Article 14.1 de la DUDH «devant la persécution, toute personne a le droit de chercher asile et de bénéficier de l’asile en d’autres pays, ajoute le document.
Le collectif lance un appel « au Président en exercice de l’Union Africaine M. Macky Sall (Sénégal) ainsi que le Président de la Commission de l’Union Africaine M. Moussa Mahamat Faki (Tchad) les invitant à veiller au respect du droit international des droits de l’homme et du droit international humanitaire.
« Devant les risques d’aggravation de cette guerre et ses conséquences dévastatrices pour les populations civiles et plus largement en Afrique », le collectif dénonce ces pratiques hideuses, xénophobes et discriminatoires relevant d’un autre âge et condamne fermement ces atteintes contraires aux droits humains et aux principes du droit international des droits de l’homme et du droit international humanitaire ».
Devant cette montée fulgurante de la haine raciale dans le monde il est urgent que tous les pays respectent et mettent en application la Convention des nations contre le racisme ainsi que le programme et plan d’action de la Conférence Mondiale contre le racisme, la discrimination raciale, la xénophobie qui y est associée. (Durban en Afrique du Sud, du 31 août au 8 septembre 2001).
Le collectif invite en outre  impérativement à l’Union Africaine, l’Union Européenne et aux Nations Unies de se saisir immédiatement de cette situation afin de garantir et assurer une protection adéquate à ces personnes en détresse, conclut le document.
Le document est disponible à la suite de cet article.
Note de la rédaction
La guerre en Ukraine a révélé le tréfonds de la pensée d’une fraction de l’élite occidentale, particulièrement en France, La «Patrie des Droits de l’Homme». Jean Louis Bourlanges, président de la commission des Affaires étrangères à l’Assemblée nationale française, a ainsi vanté l’immigration de qualité qui résulterait de l’afflux d’Ukrainiens en France par comparaison avec les Afghans, les Irakiens ou les Syriens.
M. Bourlanges, pourtant député Modem, une formation qui se revendique de la «Démocratie Chrétienne» a assuré que les Ukrainiens constitueraient en France une «immigration de grande qualité, dont on pourra tirer profit», faisant valoir qu’elle était composée «d’intellectuels».
Ce qui reviendrait à déduire de ces propos qu’il existe de par le monde des réfugiés moins utiles… Parce que culturellement trop différents? Pas chrétiens ou pas Européens? qui conduit les commentateurs à distinguer «accueil de réfugiés» en parlant des Ukrainiens, mais «crise des migrants», quand il s’agit du sort des «basanés» …Irakiens, des Syriens ou des Afghans! Beaucoup de commentateurs et éditorialistes de renom se sont paresseusement laissés aller à ces raccourcis conscient ou inconscient depuis le déclenchement du conflit le 24 Février 2022
Pour aller plus loin sur ce thème, cf ces deux liens :
  1. https://www.lemonde.fr/international/article/2022/03/01/guerre-en-ukraine-le-traitement-mediatique-du-conflit-cree-l-emoi-au-moyen-orient_6115693_3210.html
  2. https://www.lemonde.fr/afrique/article/2022/03/01/guerre-en-ukraine-le-difficile-exode-des-etudiants-africains_6115635_3212.html
Fin de la note
LE COMMUNIQUÉ PORTE LA SIGNATURE DES ONG SUIVANTES:
  1. Africa Centre for Democracy and Human Rights Studies (ACDHS),
  2. Afrika Jom Center,
  3. Comité pour les 50 Ans de l’Union Africaine,
  4. Africa Cominter,
  5. BanGwe et Dialogue,
  6. Centre du Commerce International pour le Développement (CECIDE),
  7. Conseil Mondial de la Diaspora Panafricaine (CMDP),
  8. Darfur Relief and Documentation Centre,
  9. Forum de la Radiotélévision des Droits de l’Homme (FRTDH),
  10. Coopera Sweden Association,
  11. Espace Afrique International,
  12. Forum de Dialogue Interreligieux et Interculturel (FICIR),
  13. Himalyan Research and Cultural Foundation,
  14. Organisation de l’Unité Syndicale Africaine (OUSA),
  15. Omar El Mokhtar Institute for Human Rights,
  16. Organisation pour la Communication en Afrique et de Promotion de la Coopération Internationale (OCAPROCE),
  17. Rencontre Africaine Pour le Défense des Droits de l’Homme (RADDHO),
  18. Réseau de Formation, de Recherche et d’Action sur les Migrations Africaines (REFORMAF),
  19. Rwanda Woman Network,
  20. Université Populaire Africaine (UPAF),
  21. UNHR Geneva,
  22. Union Inter-Africaine des Droits de l’Homme (UIDH),
  23. The Network of the Independant Commission for Human Rights In North Africa (CIDH Africa)
  24. Sudan Documentation Center
  25. Health and Programm (HEP)
  26. Switzerland Tamul Action Group (STAG)
  27. Tamul Center For Human Right (TCHR)
  28. Pan African Forum For Right
  29. Nord Sud XXI
  30. Mouvement International pour les Réparations (MIR)
  31. Guinée Development
  32. Health and Environnement Program (HEP)
  33. Interfaith International
ILLUSTRATION
Nigerian students in Ukraine wait at the platform in Lviv railway station, Feb. 27, 2022, in Lviv, west Ukraine. | Bernat Armangue/AP
Communiqué officiel

2 Comments

  1. Mamadou SY SAVANÉ says:

    Le racisme contre les NOIRS notamment africains, n’est pas nouveau en Europe de l’Est, même au temps des régimes communistes. Bien sûr, il était moins prégnant puisque, du fait de la guerre froide active, les pouvoirs d’alors tentaient de le contrôler. Car les agressions racistes outrancières comme maintenant, pouvaient avoir des conséquences diplomatiques catastrophiques pour les puissances communistes « frères internationalistes ».

    Toutefois, il serait faux de croire ou laisser croire que les États et partis communistes présumés « frères » et « internationalistes » étaient particulièrement affectés, ou outrés par les agressions racistes antinoirs africains dans leurs pays respectifs. Elles étaient tout simplement niées. Le communisme était décrété « bon et humaniste » par nature. Donc, rien de nouveau.

    Ce qui est monté plus haut dans l’abjection raciste antinoir africain en UKRAINE, c’est que même dans un contexte de guerre meurtrière où chaque Ukrainien cherche légitimement à préserver sa vie et celle des siens, les notabilités du pays empêchent les Africains, pour l’essentiel des Étudiants de sauver eux-mêmes leurs vies sans pour autant leur apporter la moindre aide. Autrement dit, même dans une situation de péril meurtrier, les NOIRS africains sont presque interdits de sauver par eux-mêmes leurs vies, alors que le monde occidental mobilise tous les moyens pour secourir les UKRAINIENS et UKRAINIENNES. Dans ces conditions le risque de laisser penser, en tout cas en Afrique noire que, tout compte fait, l’accusation que l’UKRAINE ait été, et qu’elle est peut-être encore, nourrie d’idéologie « nazie », n’est pas entièrement INFONDÉE. Car après tout, les Étudiants et quelques rares résidants Noirs africains en UKRAINE la vivent dans leur chair.

    La population ukrainienne dans son immense majorité n’est vraisemblablement pas raciste. Certains en sont même indignés sans aucun doute. Mais il serait inexact de croire, de dire, ou de laisser croire que les agressions contre les Noirs Africains en UKRAINE, en RUSSIE, et d’une manière générale dans l’Europe slave, dérangent les populations éduquées ou pas. L’attirance d’une partie importante des Ukrainiens pour le National-Socialisme hitlérien dans les années 30 et 40, est loin d’être une légende.

    Contrairement aux pays à régime autrefois communiste, les pays occidentaux démocratiques, ont mené et continuent de mener une bataille ininterrompue contre le racisme, antinoir ou pas, et sur tous les plans, juridique, politique, culturel et dans les faits de tous les jours. Toutefois, personne en Occident, ne peut sérieusement affirmer que le racisme et l’antisémitisme y ont disparu. On ne convaincra pas non plus grand monde à vouloir accréditer l’idée que, les racismes ne sont pas combattus efficacement en France, Allemagne, Hollande, U.S.A., Belgique….y compris quand les Forces de l’ordre et de Sécurité sont impliquées. Et les populations des villes, grandes et petites, étudiants, groupes intermédiaires (employés, ouvriers, petits bourgeois….) ne sont pas les dernières à s’opposer à une possible « tolérance » des actes racistes ou antisémites dont les pouvoirs établis pourraient être suspectés. Je ne suis pas certain qu’il en soit ainsi en Europe slave autrefois communiste.

  2. Bangaly Traore says:

    Nous demandons les ONG de denoncer l’ethnocentrisme et voir meme le tribalisme des partis politiques en Republique de guinee.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *