breaking news

 GUINEE / Retour à l’ordre constitutionnel en RG

octobre 3rd, 2022 | par Leguepard.net
 GUINEE / Retour à l’ordre constitutionnel en RG
Article
0
Depuis le 5/9/21 la RG (République de Guinée) alias GC (Guinée-Conakry) est à nouveau à la croisée des chemins, sous la responsabilité du CNRD (Conseil National du Rassemblement pour le Développement): allons-nous reprendre le chemin tortueux suivi du 2/10/58 à nos jours, dont le résultat concret est une misère générale démocratiquement partagée qui a contraint au choix de la migration pour près de la moitié de la population ? Telle est  la grave question à laquelle doit répondre le CNT (Conseil National de la Transition) chargé de choisir les nouvelles règles du vivre-ensemble pour les années à venir. Que notre Créateur leur donne la bonne inspiration, amen.
En fait cela concerne tous les guinéens et guinéennes. Le souhaitable est donc que nous sortions tous de nos coquilles pour exprimer nos visions respectives à la lumière de nos vécus sous les diverses républiques bananières qui ont géré notre pays depuis le départ des colons français.
Le CIC (Comité d’Initiatives Citoyennes) pour sa part s’est posé d’abord la question de la méthode pour mieux cerner les éléments constitutifs du document à élaborer. Et a retenu qu’il faut passer en revue le parcours effectué depuis l’indépendance, identifier ce qui n’a pas marché et qui explique notre situation lamentable actuelle, et en tirer les leçons pour le présent et l’avenir.
     –1e République: l’indépendance choisie et réalisée par l’unanimité des forces vives (classe politique et société civile) annonçait des perspectives prometteuses pour l’amélioration des conditions de vie de la population. Mais, rapidement, AST (Ahmed Sékou Touré) et son petit groupe s’auto-proclament nouveaux propriétaires du pays , mettent en place le LM (Lobby Mandingue), et instaurent progressivement une autocratie particulièrement mortifère qui bloque la RG pendant 26 ans.
     –En 1984: LC Lansana Conté) et ses camarades dégagent par la force l’équipe de AST, puis affrontent victorieusement Diarra Traoré et son groupe dans leur tentative de récupérer ce qu’ils considéraient comme leur bien; puis instaurent leur propre LS (Lobby Soussou). Une nouvelle autocratie remplace alors la précédente, total: 24 ans de nouveaux blocages.
     –En 2008: même scénario qu’en 84. MDC (Moussa Dadis Camara) et ses copains du CNDD (Conseil National pour la Démocratie et le Développement) éjectent par la force les héritiers du régime précédent et s’installent à la tête de la RG. Mais sa tentative de perdurer comme ses prédécesseurs échoue à cause de l’attaque de son aide de camp Toumba Diakité. Sékouba Konaté qui remplace MDC déblaye le terrain pour le LM et AC (Alpha Condé).
     –En 2010: AC qui s’auto-proclame « Opposant historique » bénéficie du hold-up électoral réalisé par des forces disparates coalisées sous la direction du Général Sangaré malien envoyé par l’OIF (Organisation Internationale de la Francophonie) au profit des lobbies précédents.Il remet à l’honneur les méthodes responsables des blocages du pays pendant les décennies précédentes. A l’issue des 2 mandats autorisés , l’autocrate opère un coup d’Etat constitutionnel qui prolonge son règne, et la belle vie continue pour la bande.
     –En 2021: contre toute attente des milieux extérieurs au cercle du pouvoir condéen, MD (Mamady Doumbouya) et son CNRD (Conseil National de Rassemblement pour le Développement) font irruption,  chassent AC et ses acolytes du pouvoir, et prennent par la force les manettes de l’Etat guinéen.Après un démarrage en fanfare par des discours faussement prometteurs de jours meilleurs pour le populo, ils affichent rapidement leurs vrais visages, comme le cadeau illégitime aux proches de AST (villas de Belvue), comme l’Aéroport de Gbessia rebaptisé AST sous prétexte que dans la sous-région les aéroports des capitales portent les noms des premiers présidents, en faignant d’ignorer que ces derniers n’ont pas commis les crimes abominables de AST (dizaines de milliers d’assassinats au Camp Boiro et ailleurs; transformation de la RG en pays grand exportateur de populations malgré ses immenses potentialités socio-économiques) etc…
Leçon principale de ce bref survol du parcours de la Guinée indépendante: un bilan désastreux pour la population classée parmi les plus misérables de la planète. A cause de la gestion d’autocraties basées sur un tribalisme primaire et composées exclusivement de « mangeurs » de deniers publics au détriment des « batisseurs ».
Notre RG sort de tout ça avec un ADN gravement pollué par trop de mauvaises habitudes acquises au fil des décennies de galère. Ce ne sont donc pas des réformettes qu’il faut, mais des changements profonds.
Propositions:dans la nouvelle Constitution nous proposons avec insistance, au vu de ce qui précède, de marquer en très bonne place:
     1) pour éviter le risque énorme d’une nouvelle autocratie , il faut remplacer la gouvernance personnelle de l’Etat par un PR (Président de la République) tout puissant , par une gouvernance collègiale composée des 3 premiers de l’élection présidentielle qui se constituent en CP (Conseil Présidentiel): le premier devient PR et Chef de l’Etat; le second devient VP (Vice-Président) et Chef du Gouvernement; le troisième devient VP chargé des ressources humaines et financières de l’Etat. Ainsi, d’une part, l’Exécutif de l’Etat serait l’émanation d’au moins 80% de l’électorat, ce qui devrait garantir une bien meilleure prise en compte de l’intérêt général de tous les guinéens dans l’action publique. D’autre part l’impact du tribalisme serait atténué et pourrait disparaître progressivement.
     –2) pour mettre fin à la propension des FDS (Forces de Défense et de Sécurité) à faire des coups d’Etats militaires pour s’imposer à la tête de l’Etat, il faut prévoir clairement que toutes personnes qui utiliseraient les moyens des FDS pour prendre le contrôle de l’Exécutif seraient désrmais traduites devant les cours d’assises du système judiciaire
Conclusion: voilà, cher(e)s compatriotes, ce qui nous paraît de la plus grande importance pour la nouvelle Constitution C’est en même temps une invitation pressante à des débats libres et sereins sur ces questions capitales pour l’avenir de l’ensemble du peuple guinéen. Alors à vous de jouer, wassalam.
El Hadj Amasadio Bah  Porte-Parole du CIC
saduma43@yahoo.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *